Traduire/Translate

ANONYME (TROIS INITIES) Le Kybalion (1908)






LE KYBALION

ÉTUDE SUR LA PHILOSOPHIE HERMÉTIQUE de L'ANCIENNE
ÉGYPTE & DE L'ANCIENNE GRÈCE 

PAR TROIS INITIÉS

Traduit de l'anglais par M. André Durville

"Les lèvres de la Sagesse sont closes, excepté aux oreilles de la Raison."

A HERMES TRISMEGISTE connu par les anciens Egyptiens comme "Le
Grand des Grands" et "Le Maître des Maîtres", ce petit volume
d'enseignements hermétiques est respectueusement dédié.










TABLES

SOMMAIRE
PREFACE
INTRODUCTION
CHAPITRE I — La Philosophie hermétique
CHAPITRE II — Les Sept principes hermétiques
1. Le Principe de Mentalisme
2. Le Principe de Correspondance.
3. Le Principe de Vibration.
4. Le Principe de Polarité
5. Le Principe de Rythme
6. Le Principe de Cause et d'Effet
7. Le Principe de Genre
CHAPITRE III — La Transmutation mentale
CHAPITRE IV — Le Tout
CHAPITRE V — L'Univers mental
CHAPITRE VI — Le Divin paradoxe
CHAPITRE VII — "Le Tout" dans Tout
CHAPITRE VIII — Les Plans de Correspondance
CHAPITRE IX — La Vibration
CHAPITRE X — La Polarité
CHAPITRE XI — Le Rythme
CHAPITRE XII — La Causalité
CHAPITRE XIII — Le Genre
CHAPITRE XIV — Le Genre Mental
CHAPITRE XV — Axiomes hermétiques


PREFACE

Le KYBALION est certainement un livre sortant de l'ordinaire et marqué
du sceau de la sagesse et du mystère. Son titre même est étrange : par sa racine,
KBL, peut-être pourrait-il être rattaché à la Kabbale ; en tout cas, nous croyons
savoir que le Maître psychiste américain, W. W. Atkinson, n'est pas resté
étranger à sa publication, et nous le félicitons d'avoir contribué à reconstituer
pour notre époque les vestiges d'une science, jadis toute-puissante.
Car ce petit livre est très profond, sous son apparente simplicité : trop
profond, même, pourrait-on dire.
J'ai eu l'occasion de commenter ailleurs ses préceptes, et un de mes
honorables critiques (dans une Revue anglaise, publiée aux Indes), nous a fait à
tous les deux - le KYBALION et moi - l'honneur de répéter ses sept Lois en
prouvant péremptoirement, par le contexte, que leur portée dépassait (et de
beaucoup, malheureusement) son intellect.
A présent, me direz-vous, l'incompréhension est parfois une des formes les
plus raffinées de la flatterie involontaire.....
Les métaphysiciens de notre époque ne sont que trop, hélas, accoutumés à
cette sorte de flatterie.
Au point que, si le public les approuve, ou dit les comprendre, ils
commencent à craindre d'avoir laissé échapper quelque bévue.
En général, le privilège de voir plus avant que les autres se paye cher sur
cette terre.
Singulier et contradictoire état d'esprit de la foule humaine, qui est à la fois
irrésistiblement attirée par le Progrès et qui abreuve en même temps d'outrages
ceux qui s'efforcent de lui en ouvrir la voie.
Bien heureux encore quand elle ne les crucifie pas ! Mais cela, par
bonheur, ne se fait plus guère de nos jours... Donc, passons.
Il existe, au-dessus de toutes les autres (qui en sont comme des rejetons
abâtardis) une Philosophie éternelle et universelle, dont l'origine se perd dans
la nuit des âges.
Semblable à ces grands fleuves dont les eaux deviennent de plus en plus
troubles et bourbeuses à mesure qu'elles s'éloignent davantage de leur source,
la grande Philosophie éternelle se souille et se contamine dans son conflit avec
les passions humaines, pour finalement devenir ce que nous nommons "les
systèmes philosophiques".
Mais le Principe reste pur, malgré cet abondant limon qu'il charrie, et les
Sages peuvent le retrouver, partout et toujours identique à lui-même, sous
l'innombrable diversité des apparences.
C'est de ce Principe immuable que traite le KYBALION. C'est lui la
source même de toute la Philosophie Hermétique.
La voix du Maître des Maîtres, du premier Pharaon de l'Egypte, du trois
fois grand Hermès, profère une fois de plus les secrets de l'Eternelle Sagesse,
qui ont déjà retenti à travers plus d'une centaine de siècles.
Les Lois suprêmes qui président à la manifestation des Mondes - et de
nous-même - y sont exposées dans leur plus pure simplicité.
Le grand problème de la Vie, cette éternelle énigme que le Sphinx fatal
pose à tous les Œdipes l'un après l'autre : ce problème ne peut être résolu que
par la Science.
Et non pas par la vaine science moderne, qui, exclusivement analytique et
matérielle, est d'une impuissance lamentable quand il s'agit de rassembler ses
rameaux épars pour en former un édifice tant soit peu systématique et
homogène.
C'est la Science ancienne seule qui, synthétique de sa nature, de son
essence, de sa substance même, nous offre la possibilité de nous arracher aux
griffes du Sphinx.
Les Lois de la Vie sont plus importantes que la Matière de la vie, parce
que, connaissant les premières, nous dominons la seconde : le Sphinx est notre
esclave et non plus notre bourreau.
Sous le nom d'Art Royal, ou d'Art Sacré, les anciens sacerdotes Egyptiens
professaient et pratiquaient tout un ensemble de doctrines qui n'est parvenu
jusqu'à nous que par sa réputation et quelques rares vestiges.
Ces doctrines, dans leur ensemble, embrassaient tous les rapports de
l'Homme avec la Nature, et leur pratique rendait l'Initié Roi de l'Univers
matériel : d'où Art Royal.
Mais, comme ces doctrines étaient basées sur le grand axiome sacré de
l'Unité du Tout, on pouvait encore considérer l'Art Royal sous son aspect de
science du Premier Principe, c'est-à-dire Science de Dieu, et le dire Art Sacré.
Les anciens étaient trop profondément pénétrés du premier axiome
hermétique : le Tout est Un, pour songer jamais à séparer - comme nous l'avons
fait -- la. Science de la Religion ou de la Philosophie.
Ce fut là la première de nos erreurs et la source de toutes les autres.
Mais, pour les anciens Egyptiens, toute la Nature était la Vie, et la vie était
Dieu : donc, quiconque étudiait la Nature devenait, par cela-même, sacerdote
de l'Eternel.
Et inversement, tout membre du Collège sacerdotal, en s'instruisant dans
cette sainte théologie devenait un savant naturaliste.
Toutefois - et c'est là que la différence avec les Modernes prend les
proportions d'un abîme - pour les anciens Egyptiens la Nature comprenait tous
les Mondes Invisibles, aussi bien que ce Monde Visible dans lequel se
cantonne la science moderne.
Ils étudiaient le Monde des Causes avec autant d'ardeur que nous le Monde
des Effets.
De sorte que l'Art Sacré était toujours et partout la Science de la Vie : de la
vie dans l'Invisible, aussi bien que de cette vie qui tombe sous nos sens.
Et d'ailleurs, l'Homme n'était point pour eux un hors d'œuvre de la Nature :
ils le jugeaient simplement un petit monde dans le grand, et les mêmes Lois qui
régissaient le grand s'appliquaient aussi bien au petit.
Il est à la fois risible et pitoyable, aux yeux des Initiés modernes, de voir
attribuer la découverte de la Loi d'Evolution à Darwin, ou celle du mouvement
de la terre à Galilée, pour ne citer que deux faits précis.
Quiconque est le moins du monde versé dans les Sciences anciennes, sait
que ces deux lois entre mille autres (que nous n'avons pas encore eu le loisir de
"découvrir") étaient une parcelle de l'Art Royal.
De même, tout ce que Mesmer a bien voulu ressusciter de nos jours sous le
nom de "Magnétisme Animal" est une autre bribe du même Art.
La Chimie (dont la racine Khem est le nom même de l'Egypte), est d'une
origine purement Hermétique, et la Transmutation (ou application de
l'Evolution aux métaux) était une branche de l'Art Sacré.
La Magie, bien entendu (et une Magie telle que nous ne la connaissons
plus de nos jours, par suite de l'absence de Maîtres assez évolués pour pouvoir
la pratiquer) faisait encore partie de l'Art.
Bref, on pourrait dire assez exactement que l'Art Sacré des Sacerdotes
Egyptiens était la synthèse de toutes nos sciences modernes, avec la
Philosophie, la Religion et bien d'autres Rites en plus.
D'ailleurs le seul but de cet Art Sacré était ouvertement d'accélérer
l'Evolution du Sage qui le pratiquait, ce qui, nécessairement, présuppose la
connaissance de la Loi d'Evolution.
Voilà donc, dans soir ensemble, quel est le sujet, le but du KYBALION.
Mais, pour en aborder l'étude fructueuse il est indispensable de commencer
par s'élever au-dessus des méthodes habituelles à la science moderne : leur
tourner le dos, pour ainsi dire.
Et c'est la logique pure qui nous y conduit.
Car enfin, si la science moderne, avec tous ses développements, nous avait
dotés d'une vie saine, harmonieuse, belle et parfaitement heureuse, personne
n'aurait l'idée saugrenue de chercher autre chose.
Mais comme, bien au contraire, ses tentatives jusqu'à ce jour n'ont abouti
qu'à une civilisation manifestement défectueuse, à une dégénérescence
menaçante de la race et à des calamités de toute sorte, il est évident qu'il faut
nous tourner d'un autre côté pour dompter le Sphinx qui toujours rôde,
destructeur, autour de nous.
Notre conscience nous permet de juger l'arbre par le fruit qu'il porte.
Au lieu d'essayer vainement d'étreindre le faisceau, infiniment développé,
des manifestations de la Nature, tâchons de maîtriser plutôt le petit nombre des
Causes qui les déterminent.
Décidons-nous à saisir les rênes de l'attelage du char de la Vie au lieu de
tenter maladroitement de le diriger en poussant aux roues.
La tâche est plus digne de nous et le résultat sera certainement plus
heureux.
Reconnaissons sans fausse honte que nous sommes - nous autres modernes
- de simples enfants en ce qui concerne la Sagesse, et remontons intrépidement
le cours des âges pour retrouver le fil du Labyrinthe que nous avons laissé
échapper par mégarde.
Il n'y a pas de honte à s'être trompé : comme le dit si bien le proverbe
latin : c'est humain.
Mais la faute lourde (et grave dans ses conséquences) commence quand on
prétend s'entêter dans l'erreur et qu'on veut la faire triompher à tout prix.
On engage ainsi la lutte avec le Sphinx sur son propre terrain, là où il est le
plus fort : dans l'Empire du Mal ; cela, c'est son domaine privé : nul ne peut s'y
aventurer sans succomber.
Laissons une bonne fois nos yeux s'ouvrir à la vraie Lumière, et nos
oreilles à la voix éternelle de la Nature ; cessons notre poursuite insensée des
Effets, en la remplaçant par la connaissance et la maîtrise des Causes. Dès lors,
le Sphinx vaincu deviendra un aussi bon esclave qu'il était un maître mauvais
et cruel.
Toutes les calamités que nous subissons ne sont pas sans remède : elles
sont le résultat direct de nos contraventions insouciantes aux Lois de la Nature.
Rentrons dans le chemin direct de l'Évolution, conformons-nous aux Lois
de la Vie, et tout aussitôt, nous verrons naître autour de nous la Paix et
l'Harmonie.
Car - et c'est par là que je veux terminer - la Science Synthétique est tout
aussi importante à pratiquer que la Science Analytique.
Tout le monde sait qu'il ne suffit pas de connaître les remèdes qu'on
devrait appliquer : il faut les appliquer.
De même, dans les Sciences psychiques, il ne suffit pas de savoir qu'il
faudrait agir ou penser de telle ou telle manière : il faut - et il faut de toute
nécessité – conformer sa vie à sa conscience ; il faut imperturbablement
pratiquer ce qu'on sait.
Ce sont les Actes qui comptent, aussi bien dans le domaine de l'idéal que
dans le monde matériel.
Les Lois du Kybalion sont idéalement belles, mais si on ne les réalise pas
en pratique, elles seront comme un festin splendide devant lequel on se
laisserait mourir de faim.

Albert L. CAILLET.
Paris, Mars 1917.


INTRODUCTION

C'est avec un grand plaisir que nous présentons à l'attention des étudiants
et des investigateurs des Doctrines secrètes ce petit ouvrage basé sur les
anciens enseignements hermétiques. On a tellement peu écrit sur ce sujet
malgré les innombrables références à ces enseignements publiées dans les
nombreux ouvrages sur l'occultisme, que les vrais chercheurs des vérités de
l'Arcane se réjouiront sans aucun doute de la publication du présent volume.
Le but de cet ouvrage n'est pas d'innover une doctrine ni une philosophie
spéciale, il est de donner aux étudiants un exposé de la Vérité qui servira à
assembler et à concilier les nombreux fragments de connaissances occultes
qu'ils peuvent avoir acquis, et qui, parfois semblent, en apparence, contraires
les uns aux autres ; souvent par cela même, ils conduisent au découragement et
au dégoût ceux qui débutent dans ces études. Notre intention n'est pas d'ériger
un nouveau Temple du Savoir, mais de placer dans les mains de l'étudiant une
Maîtresse-Clef, avec laquelle il lui soit possible d'ouvrir les portes les plus
profondément cachées du Temple du Mystère qui se trouvent dans les quelques
corridors où il a déjà pénétré.
Aucune partie de la science occulte connue du monde n'a été aussi
précieusement conservée que les fragments des Enseignements hermétiques qui
sont parvenus jusqu'à nous pendant les centaines de siècles qui se sont écoulés,
depuis la mort de son grand fondateur, Hermès Trismégiste, "l'Ecrivain des
Dieux" qui vécut dans l'ancienne Egypte aux jours où la race actuelle des
hommes était dans son enfance. Contemporain d'Abraham, et, si la légende est
vraie, instructeur de ce vénérable sage, Hermès était et est encore le Grand
Soleil central de l'Occultisme, dont les rayons ont servi à illuminer les
innombrables enseignements qui ont été promulgués depuis cette époque.
Toutes les doctrines fondamentales qui se rattachent aux enseignements
ésotériques de chaque race remontent à Hermès. Même les plus anciens
enseignements de l'Inde ont indubitablement leurs racines dans les
enseignements hermétiques originaux.
De la région du Gange de nombreux occultistes avancés se rendirent en
Egypte et vinrent s'asseoir auprès du Maître. Ils obtinrent de lui la Maîtresse-
Clef qui expliqua et concilia leurs divergences de vues ; c'est ainsi que la
Doctrine Secrète fut nettement établie. D'autres pays, vinrent également de
nombreux savants et tous considéraient Hermès comme le Maître des Maîtres ;
bien que, pendant les innombrables siècles qui nous séparent de lui, de
nombreux apôtres aient repris ses théories et se soient écartés du chemin qu'il
avait indiqué. Son influence fut si grande qu'il est toujours possible d'établir
une certaine ressemblance fondamentale entre les théories nombreuses et
souvent divergentes propagées aujourd'hui par les occultistes de ces différents
pays. Celui qui étudie les Religions et les compare entre elles est capable de
percevoir l'influence exercée par la Doctrine hermétique quels que soient leurs
noms actuellement connus, que ce soit une religion morte on une religion en
pleine vigueur à notre époque. Il existe toujours entre elles un certain rapport
malgré des faits souvent contradictoires et la Doctrine Hermétique agit comme
la Grande Réconciliatrice.
La vie d'Hermès semble avoir eu pour but de semer les graines de la Vérité
qui ont poussé et se sont développées en tant de formes étranges, plutôt que
d'établir une école de philosophie qui aurait dominé la pensée du monde.
Malgré tout, durant chaque siècle, les vérités originales qu'il a enseignées ont
été conservées intactes dans leur pureté première par un certain nombre
d'hommes ; ceux-ci, refusant d'admettre à leurs idées un grand nombre
d'étudiants et de curieux à inertie développée, ont ponctuellement suivi la
doctrine hermétique et ont réservé leurs vérités pour ceux qui étaient bien
préparés à les comprendre et à les appliquer. Ces vérités ont été répandues
verbalement, confidentiellement, parmi ces quelques hommes. Ainsi, il y a
toujours un petit nombre d'Initiés pour chaque génération et dans chaque pays ;
ils ont conservé vivante la flamme sacrée de l'Enseignement Hermétique et
toujours cherché à utiliser leurs lumières pour rallumer les feux moins ardents
du monde extérieur quand la vérité semblait s'obscurcir, s'assombrissait par
négligence, et que sa flamme semblait prête à s'éteindre. Il y a toujours eu
quelques adeptes pour soigner pieusement l'autel de la vérité sur lequel restait
constamment allumée la lampe Perpétuelle de la Sagesse. Ces hommes ont
voué leur vie au travail d'amour que le poète a si bien défini en ces termes :
« 0 ne laissez pas la flamme s'éteindre ! Elle est chérie d'âge en âge dans sa
caverne obscure ; dans ses, temples sacrés, elle est chérie. Elle est nourrie par
les purs ministres de l'amour ; ne laissez pas la flamme s'éteindre ! »
Ces hommes n'ont jamais cherché l'approbation populaire ni une suite
nombreuse d'admirateurs. Ils furent indifférents à ces choses car ils savaient
combien peu, dans chaque génération, il y a d'individus prêts à assimiler la
vérité ou qui la reconnaîtraient si elle se présentait à eux. Ils ont réservé la
"nourriture substantielle aux hommes" pendant que d'autres fournissaient le
"lait aux nouveau-nés". Ils ont conservé leurs perles de sagesse pour les
quelques élus qui reconnaissaient leur valeur et qui les portaient dans leurs
cœurs au lieu de les donner aux matérialistes vulgaires qui les auraient
souillées de boue et les auraient assimilées à leur répugnante nourriture
mentale. Malgré tout, ces hommes n'ont jamais oublié ni perdu de vue les
enseignements originaux d'Hermès en ce qui concerne la vulgarisation des
paroles de Vérité à ceux qui sont préparés à les recevoir ; cet enseignement est
défini dans le Kybalion comme suit : "Sous les pas du Maître, les oreilles de
ceux qui sont prêts à comprendre sa doctrine s'ouvrent toutes grandes." Et
encore ceci : "Quand les oreilles de l'élève sont prêtes à entendre, c'est alors
que viennent les lèvres pour les remplir de Sagesse." Mais leur attitude
habituelle s'est toujours trouvé strictement d'accord avec cet autre aphorisme
hermétique qui se trouve également dans le Kybalion : "Les lèvres de la
Sagesse sont closes, excepté aux oreilles de la Raison."
Beaucoup de gens ont violemment critiqué les actes des Hermétistes et ont
crié partout qu'ils ne manifestaient pas l'esprit original du maître avec leur
politique de réclusion et de réticence. Mais un rapide regard en arrière, sur les
pages de leur histoire, montrera la sagesse des Maîtres qui n'ignoraient pas la
folie d'enseigner au monde des choses pour lesquelles il n'était pas préparé ou
qu'il ne voulait pas admettre.
Les hermétistes n'ont jamais cherché à être des martyrs ; ils se sont tenus
silencieusement à l'écart avec un sourire de pitié sur leurs lèvres closes ;
pendant ce temps le "païen tournait autour d'eux avec rage et fracas", habitué
qu'il était à torturer et à égorger les enthousiastes honnêtes mais égarés, qui
s'imaginaient pouvoir introduire dans une race de barbares la vérité, susceptible
d'être seulement comprise par les élus qui ont déjà fait quelques pas dans la
Voie.
L'esprit de persécution n'est pas encore complètement disparu de tous les
pays. II y a certains enseignements hermétiques qui, s'ils étaient publiquement
promulgués, feraient s'élever contre leurs propagateurs, un grand cri de mépris
et d'injure de la part de la multitude et l'on entendrait de nouveau : "Crucifiezle
! Crucifiez-le !"
Dans ce petit ouvrage nous nous sommes efforcés de donner une idée des
enseignements fondamentaux du Kybalion ; nous y avons décrit plutôt que les
détails approfondis les Principes actifs, vous laissant le soin de les appliquer
vous mêmes. Si vous êtes un véritable élève vous serez capable de mettre en
action et d'utiliser ces principes ; si vous ne l'êtes pas, efforcez-vous d'en
devenir un, sinon les Enseignements hermétiques ne seront pour vous que "des
mots, des mots et encore des mots".

Trois Initiés.




CHAPITRE I
La Philosophie hermétique
"Les lèvres de la sagesse sont closes, excepté aux oreilles de
la Raison."

C'est de l'ancienne Égypte que nous viennent les enseignements
ésotériques et occultes fondamentaux qui ont si puissamment influencé lies
philosophies de toutes les races, des nations et des peuples depuis plusieurs
milliers d'années.
l'Égypte, patrie des pyramides et des sphinx était le berceau de la Sagesse
cachée et des enseignements mystiques. Tous les pays ont emprunté à ses
Doctrines Secrètes. L'Inde, la Perse, la Chaldée, la Médée, la Chine, le Japon,
la Syrie, l'ancienne Grèce, Rome et les autres nations anciennes prirent
libéralement leur part à la fête du Savoir que les Hiérophantes et les Maîtres du
Pays d'Isis avaient si abondamment pourvue pour ceux qui étaient préparés à
partager la somme de Science Mystique et Occulte dévoilée par les Maîtres de
cette antique contrée.
Dans l'ancienne Égypte ont vécu des Adeptes et des Maîtres qui n'ont
jamais été surpassés et rarement égalés durant les siècles qui les ont séparés du
grand Hermès. En Égypte se trouvait la Loge des Mystiques. Par la porte de ces
Temples entrèrent les Néophytes qui, plus tard, comme Hiérophantes, Adeptes,
et Maîtres parcoururent les quatre coins du monde, portant avec eux le précieux
savoir qu'ils désiraient ardemment transmettre à ceux qui étaient préparés pour
le recevoir. Tous ceux qui. étudient les sciences occultes reconnaissent ce qu'ils
doivent aux vénérables Maîtres de l'antiquité.
Parmi ces grands Maîtres de l'Ancienne Egypte, vécut un homme que les
Maîtres considéraient comme le "Maître des Maîtres". Cet homme, si vraiment
c'était un "homme", habita l'Egypte dans les temps les plus reculés. On le
connaissait sous le nom d'Hermès Trismégiste. Il était le père de la Sagesse
Occulte, le fondateur de l'astrologie et de l'alchimie. Les détails de sa vie sont
perdus pour l'histoire, tant sont nombreuses les années qui nous séparent de
lui ; cependant quelques uns des anciens pays de l'antiquité se sont disputé, il y
a des milliers d'années, l'honneur de sa naissance. La date de son séjour en
Egypte, qui constitue sa dernière incarnation sur notre planète, ne nous est pas
connue à l'heure actuelle ; on l'a fixée aux premiers jours des plus anciennes
dynasties égyptiennes, longtemps avant Moïse. Les auteurs les plus compétents
le considèrent comme contemporain d'Abraham ; quelques traditions juives
vont même jusqu'à affirmer qu'Abraham a acquis d'Hermès lui-même une
grande partie de ses connaissances mystiques.
Dans les années qui suivirent sa disparition du plan de vie terrestre (la
tradition rapporte qu'il a vécu 300 ans dans la chair), les égyptiens déifièrent
Hermès et le nommèrent Thoth. Plus tard, le peuple de l'ancienne Grèce le
compte aussi au nombre de ses nombreux dieux ; il le nomme "Hermès, le dieu
de la Sagesse". Les égyptiens ont révéré sa mémoire pendant de nombreux
siècles, pendant des dizaines de siècles, l'appelant "l'Ecrivain des Dieux" et lui
rendant son ancien titre de "Trismégiste" qui signifie le "Trois-Fois-Grand", le
"Grand des Grands", le "Plus Grand des Grands", etc. Dans tous les pays de
l'antiquité, le nom d'Hermès Trismégiste synonyme de "Fontaine de Sagesse"
était très honoré.
Aujourd'hui, nous utilisons encore le mot "hermétique" dans le sens de
"secret fermé, de manière à ce que rien ne puisse échapper", etc, et cela, en
raison du fait que les disciples d'Hermès ont toujours eu pour principe
d'observer le secret dans leurs enseignements. Ils ne voulaient pas "jeter des
perles aux pourceaux" ; ils préféraient donner du "lait aux enfants" et de la
"viande aux hommes fats", deux maximes familières aux lecteurs des
descriptions chrétiennes mais qui ont été cependant utilisées par les Egyptiens,
de nombreux siècles avant notre ère.
Cette politique de dissémination prudente de la vérité a toujours caractérisé
les hermétistes, même jusqu'à nos jours. On peut trouver les Doctrines
hermétiques dans tous les pays, au sein de toutes les religions, mais on ne peut
jamais les rapporter à aucun pays en particulier ni à aucune secte religieuse
spéciale. Cela est dû à la crainte, de la part des anciens apôtres, de voir la
Doctrine secrète se transformer en une croyance. La Sagesse de cette idée est
évidente, pour tous ceux qui ont étudié l'histoire. L'ancien occultisme de l'Inde
et de la Perse dégénéra et fut en grande partie perdu parce que ses apôtres
devinrent des prêtres ; ils mélangèrent ainsi la théologie à la philosophie ; il en
résulta que l'occultisme de l'Inde et de la Perse se perdit graduellement au
milieu de la masse des superstitions religieuses, des cultes, des croyances et des
"dieux". Il en fut ainsi pour l'ancienne Grèce et Rome. Il en fut ainsi pour les
enseignements hermétiques des gnostiques et des premiers chrétiens qui
dégénérèrent sous l'influence de Constantin, dont la poigne de fer amalgama la
philosophie et la théologie, enlevant à l'école chrétienne ce qui était sa véritable
essence, son esprit et l'obligeant à tâtonner pendant plusieurs siècles avant de
retrouver le chemin de son ancienne foi ; en effet, tout montre aux observateurs
attentifs que dans notre vingtième siècle, l'Eglise lutte pour revenir à ses
anciens enseignements mystiques.
Mais il y a toujours eu quelques esprits dévoués qui ont conservé vivante
la flamme, la soignant précieuse, ment, et ne lui permettant pas de s'éteindre.
Grâce à ces cœurs dévoués et à ces esprits intrépides, nous avons toujours à un
degré quelconque avec nous la vérité. Mais elle ne peut la trouver dans les
livres. Elle a été transmise du Maître à l'élève, de l'Initié à l'Hiérophante, de la
lèvre à l'oreille. Les rares fois où elle a été écrite, on a voilé sa signification en
termes d'alchimie et d'astrologie, si bien que seuls, ceux qui ont possédé la clef
ont pu la lire correctement. Cette mesure a été nécessaire pour éviter les
persécutions des théologiens du moyen-âge qui poursuivaient la Doctrine
secrète avec le feu, l'épée, le bûcher, le gibet et la croix. C'est pourquoi, à cette
époque, on ne trouve qu'un petit nombre d'ouvrages sérieux sur la Philosophie
hermétique. On trouve d'ailleurs d'innombrables allusions à leur sujet dans les
nombreux ouvrages modernes, écrits sur les différentes parties de l'occultisme.
Du reste la Philosophie hermétique est la seule Maîtresse-Clef capable d'ouvrir
les portes des enseignements occultes.
Dans les premiers jours de l'antiquité il existait un certain nombre de
doctrines hermétiques fondamentales que le maître transmettait à l'élève et qui
étaient connues sous le nom de "Kybalion" ; le sens exact et la signification de
ce mot ont été perdus depuis plusieurs siècles. Cet enseignement, cependant,
est connu de quelques personnes à qui il a été transmis verbalement, de
génération en génération, à travers les siècles. Ces principes n'ont jamais été
écrits ni imprimés, aussi loin qu'il nous est possible de nous reporter. C'était
simplement une collection de maximes, d'axiomes et de préceptes qui étaient
complètement incompréhensibles pour les profanes, mais que les adeptes
comprenaient parfaitement une fois expliqués et amplifiés par les Initiés
hermétiques à leurs néophytes. Ces enseignements constituaient véritablement
les principes fondamentaux de "l'Art de l'Alchimie hermétique" ; celui-ci,
contrairement aux croyances générales, donne la prépondérance aux Forces
mentales plutôt qu'aux éléments matériels, à la transmutation d'une sorte de
vibrations mentales en vibrations d'une autre sorte plutôt qu'à la transformation
d'une sorte de métal en une autre. La légende de la "Pierre philosophale"
capable de transformer en or un vil métal n'était qu'une allégorie de la
Philosophie hermétique, bien comprise seulement des adeptes du véritable
hermétisme.
Dans ce petit ouvrage, dont voici la première leçon, nous conseillons à nos
élèves, comme il est recommandé dans le Kybalion, et comme nous
l'expliquons nous-mêmes, d'étudier les enseignements hermétiques avec
l'humble attitude de l'adepte qui, bien que portant le titre d'Initié, travaille
toujours aux pieds d'Hermès, le Maître. Plus loin, nous vous donnons un grand
nombre de maximes, d'axiomes et de préceptes du Kybalion accompagnés des
explications et des éclaircissements qui nous ont paru nécessaires pour rendre
les enseignements plus facilement compréhensibles aux adeptes modernes, en
particulier lorsque le texte original est écrit à dessein en termes obscurs.
Les maximes originales, les axiomes et les préceptes du Kybalion sont
imprimés dans cet ouvrage en italique, dans tous les cas le texte original a été
conservé. Notre travail personnel est imprimé en caractères ordinaires dans le
corps de la page. Nous espérons que les nombreux élèves à qui nous offrons
aujourd'hui ce petit ouvrage, tireront de l'étude de ces pages autant de profit
qu'en ont tiré ceux qui les ont précédés sur le chemin de la Maîtrise, durant les
siècles qui se sont écoulés depuis Hermès Trismégiste, le Maître des Maîtres, le
Grand des Grands. Parmi les paroles du Kybalion on trouve celles-ci ;
"Sous les pas du Maître les oreilles de ceux qui sont prêts à
comprendre sa doctrine s'ouvrent toute grandes."
LE KYBALION.
"Quand les oreilles de l'élève sont prêtes à entendre, c'est
alors que viennent les lèvres pour les remplir de Sagesse."
Si l'on en croit les Enseignements, ce passage de l'ouvrage attirera
l'attention de ceux qui sont prêts à les comprendre. Et, quand l'élève sera prêt à
recevoir la Vérité, c'est alors que lui viendra ce petit livre. Telle est la Loi. Le
Principe hermétique de la Cause et de l'Effet sous son aspect de la Loi
d'Attraction, rassemblera les lèvres et les oreilles, l'élève et l'ouvrage.
Qu'il en soit ainsi.


CHAPITRE II
Les Sept principes hermétiques
"Les principes de la vérité sont au nombre de sept ; celui qui
les connaît et qui les comprend possède la clef magique qui
ouvrira toutes les Portes du Temple avant même de les
toucher."

Les Sept principes hermétiques, sur lesquels la Philosophie hermétique
tout entière est basée, sont les suivants :
1. Le Principe de Mentalisme.
2. Le Principe de Correspondance.
3. Le Principe de Vibration.
4. Le Principe de Polarité.
5. Le Principe de Rythme
6. Le Principe de Cause et d'Effet.
7. Le Principe de Genre.
Ces sept principes seront discutés et commentés au fur et à mesure que
nous avancerons dans ces leçons. Cependant, dès maintenant, nous allons
donner une courte explication de chacun.
1. Le Principe de Mentalisme
"Le Tout est Esprit ; l'Univers est Mental".
Ce Principe implique cette vérité que "Tout est Esprit". Il explique que le
Tout qui est la Réalité Substantielle se trouvant dans toutes les manifestations
et les apparences extérieures que nous connaissons sous le nom "d'Univers
Matériel", "Phénomène de la Vie", "Matière", ("Energie", et en un mot tout ce
qui est apparent (à nos sens matériels) est Esprit lequel, en lui-même, est
inconnaissable et indéfinissable, mais qui peut être considéré et pensé comme
un Esprit Universel, Infini, Vivant. Il explique encore que le monde ou
l'univers "phénoménal" n'est qu'une simple Création Mentale du Tout sujette
aux Lois des Choses Créées ; que l'univers considéré dans son entier ou dans
ses parties, existe dans l'Esprit du Tout, que c'est dans cet Esprit "que nous
vivons, que nous agissons et que nous sommes nous-mêmes". Ce Principe, en
établissant la Nature Mentale de l'Univers, explique facilement tous les divers
phénomènes mentaux et psychiques qui occupent une si grande place dans
l'attention publique et qui, sans explications, ne sont pas compréhensibles et
défient toute interprétation scientifique. Comprendre ce grand Principe
hermétique du Mentalisme permet à l'individu de saisir avec facilité les lois de
l'Univers Mental, et de les appliquer à son bien-être et à son perfectionnement.
L'Etudiant hermétique est capable d'appliquer intelligemment les grandes Lois
Mentales au lieu de s'en servir au hasard. En possession de la Maîtresse-Clef,
l'étudiant peut ouvrir les innombrables portes du temple mental et psychique du
savoir, et y pénétrer librement et intelligemment. Ce principe explique la
véritable nature de "l'Energie", du "Pouvoir" et de la "Matière" et pourquoi et
comment ils sont subordonnés à la Maîtrise de l'Esprit. Un des vieux Maîtres
hermétiques a écrit il y a bien longtemps : "Celui qui comprend la vérité de la
Nature Mentale de l'Univers est déjà bien avancé sur le Chemin de la Maîtrise."
Ces paroles sont aussi vraies aujourd'hui qu'elles l'étaient au temps où elles
furent écrites. Sans Maîtresse-Clef, la Maîtrise est impossible, et l'élève s'en va
frapper en vain aux innombrables portes du Temple.
2. Le Principe de Correspondance.
"Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est
en Bas est comme ce qui est en Haut."
Ce Principe implique la Vérité qu'il y a toujours un rapport constant entre
les lois et les phénomènes des, divers plans de l'Etre et de la Vie. Le vieil
axiome hermétique l'explique en ces termes. "Ce qui est en Haut est comme ce
qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut". Comprendre
ce principe confère les moyens de résoudre bien des paradoxes obscurs et bien
des secrets cachés de la Nature. Il existe des plans de vie que nous ignorons
complètement ; mais quand nous leur appliquons le Principe de
Correspondance, nous devenons capables de comprendre plus loin qu'il ne nous
aurait été possible de le faire autrement. Il se manifeste et s'applique partout
dans l'univers, sur les divers plans de l'univers matériel, mental et spirituel ;
c'est une Loi Universelle. Les anciens hermétistes le considéraient comme un
des instruments mentaux les plus importants à l'aide duquel l'homme était
capable de renverser victorieusement les obstacles qui surgissaient en face de
l'Inconnu. C'est à lui qu'il fut possible d'écarter le Voile d'Isis au point
d'entrevoir dans un éclair une partie de la figure de la déesse. De même que la
connaissance des Principes de Géométrie permet à l'astronome assis dans son
laboratoire de mesurer la distance des astres et de suivre leurs mouvements, de
même la connaissance du Principe de Correspondance permet à l'homme de
déduire intelligemment l'Inconnu du Connu. En étudiant la monade, il
comprend l'archange.
3. Le Principe de Vibration.
"Rien ne repose ; tout remue ; tout vibre".
Ce Principe implique la vérité que "tout est en mouvement", "tout vibre",
"rien n'est à l'état de repos", faits que la science moderne accepte et que toute
nouvelle découverte scientifique tend à vérifier. Il y a des milliers d'années que
les Maîtres de l'ancienne Egypte ont énoncé ce Principe hermétique. Il explique
que les différences existant entre les diverses manifestations de la Matière, de
l'Energie, de l'Ame, et même de l'Esprit, sont la conséquence d'une proportion
inégale de Vibrations. Depuis le Tout, qui est l'Esprit Pur, jusqu'aux formes les
plus grossières de la matière, tout vibre ; plus grande est la vibration, plus haute
est la position sur l'échelle. La vibration, de l'Esprit est tellement intense et si
infiniment rapide qu'elle est pratiquement en repos, de même qu'une roue qui
tourne avec une grande rapidité paraît arrêtée. A l'autre extrémité de l'échelle il
y a les formes grossières de la matière dont les vibrations sont si lentes qu'elles
paraissent ne pas exister. Entre ces deux pôles opposés, il y a des millions et
des millions de degrés différents de vibrations. Depuis le corpuscule et
l'électron, depuis l'atome et la molécule jusqu'aux mondes et aux univers, tout
se meut, tout vibre. Cela est vrai également pour l'énergie et pour la force, qui
ne sont que des degrés différents de vibration ; cela est vrai encore pour le plan
mental dont les vibrations régissent l'état, et même pour le plan spirituel.
L'étudiant en hermétisme qui comprend bien ce Principe et ses formules
appropriées est capable de contrôler ses propres vibrations mentales aussi bien
que celles des autres. Les Maîtres utilisent également ce Principe de diverses
manières pour triompher des phénomènes de la nature. "Celui qui a compris les
principe de la Vibration, s'est emparé du sceptre du pouvoir", a dit un ancien
écrivain.
4. Le Principe de Polarité
"Tout est Double ; toute chose possède des pôles ; tout a deux
extrêmes ; semblable et dissemblable ont la même
signification ; les pôles opposés ont une nature identique mais
des degrés différents ; les extrêmes se touchent ; toutes les
vérités ne sont que des demi-vérités ; tous les paradoxes
peuvent être conciliés."
Ce Principe implique la vérité que "tout est double", "tout a deux pôles",
"tout a deux extrêmes" ; ces phrases sont de vieux axiomes hermétiques. Elles
expliquent les anciens paradoxes qui ont rendu perplexes tant de gens et que
l'on a exprimés comme il suit : "La thèse et l'antithèse ont une nature identique,
mais des degrés différents" ; "les contraires sont semblables et ne diffèrent que
par leur degré" ; "les pôles opposés peuvent se concilier" ; "les extrêmes se
touchent" ; "tout est et n'est pas, en même temps" ; "toutes les vérités ne sont
que des demi-vérités" ; "toute vérité est à moitié fausse" ; "il y a deux faces à
chaque chose", etc., etc. Le Principe de Polarité explique que, dans toute chose,
il y a deux pôles, deux aspects opposés, et que les "contraires" ne sont en
réalité que les deux extrêmes du même objet entre lesquels sont intercalés des
degrés différents. Par exemple : le chaud et le froid bien "qu'opposés" sont en
réalité une seule et même chose ; ils se distinguent simplement par une
différence de degrés. Consultez votre thermomètre et voyez s'il vous est
possible de découvrir où le "chaud" se termine et où le "froid" commence ! Il
n'existe pas un "chaud absolu" ni un "froid absolu" ; ces deux termes "chaud"
et "froid" indiquent simplement des degrés différents de la même chose, et
cette "même chose" qui se manifeste comme "chaud" et "froid" est une simple
forme, une Variante de la Vibration., Ainsi "chaud" et "froid" ne sont que les
"deux pôles" de ce que nous appelons "Chaleur", et les phénomènes qui les
accompagnent sont les manifestations du Principe de Polarité. Le même
Principe est vrai dans le cas de "Lumière" et "Obscurité", qui sont une seule et
même chose, la distinction consistant en une différence de degrés entre les
deux pôles du phénomène. Quand la "nuit" nous quitte-t-elle et quand le "jour"
commence-t-il ? Quelle différence y a-t-il entre "Grand et Petit ?" Entre "Facile
et Difficile ?" Entre "Blanc et Noir ?" Entre "Tranchant et émoussé ? '" Entre
"Calme et Inquiet ?" Entre "Haut et Bas ?" Entre "Positif et Négatif ?" Le
Principe de Polarité explique ces paradoxes et aucun autre ne peut le
remplacer. C'est encore, le même Principe qui agit dans le plan mental. Prenons
un exemple extrême, mais radical, celui de la "Haine et de l'Amour", deux états
mentaux en apparence totalement différents. Et encore, il y a différents degrés
dans la Haine et dans l'Amour ; il y a même des sentiments intermédiaires pour
lesquels nous employons les mots de "Sympathie" et "d'Antipathie" qui
arrivent à se confondre si étroitement qu'on a souvent beaucoup de difficulté à
savoir si quelqu'un vous est sympathique, antipathique ou s'il vous est
indifférent. Ces sentiments opposés ne sont que des degrés différents d'un
sentiment unique, comme vous le comprendrez si vous voulez bien y réfléchir
un petit instant. Mieux que tout cela, et les hermétistes y attachent une
importance bien plus considérable, il est possible de changer, dans son propre
esprit et dans l'esprit des autres, des vibrations de Haine en vibrations d'Amour.
Beaucoup d'entre vous, qui lisez ces lignes, ont fait l'expérience personnelle de
la transition rapide involontaire qui peut se faire entre l'Amour et la Haine, et
vice versa, en votre propre personne et en celle des autres. Vous comprendrez
alors qu'il vous est possible de réaliser cette chose à l'aide de votre Volonté, en
utilisant les formules hermétiques. Le "Bien" et le "Mal" ne sont que des pôles
différents d'une même chose ; l'hermétiste connaît l'art de transformer le Mal
en Bien, par l'application du Principe de Polarité. En somme, "l'Art de
Polarisation" devient une phase de "l'Alchimie Mentale", connue et pratiquée
par les Maîtres anciens et modernes de l'Hermétisme. La compréhension de ce
Principe permet de modifier sa propre Polarité aussi bien que celle des autres,
si l'on veut consacrer le temps et l'étude nécessaire pour devenir un maître de
l'art.
5. Le Principe de Rythme
"Tout s'écoule, au dedans et au dehors ; toute chose a sa
durée ; tout évolue puis dégénère ; le balancement du pendule
se manifeste dans tout ; la mesure de son oscillation à droite
est semblable à la mesure de son oscillation à gauche ; le
rythme est constant."
Ce principe implique la vérité qu'il se manifeste dans toute chose un
mouvement mesuré d'allée et venue, un flux et un reflux, un balancement en
avant et en arrière, un mouvement pareil à celui d'un pendule, quelque chose de
semblable à la marée montante et descendante, à une mer pleine et à une mer
basse ; ce mouvement d'allée et venue se produit entre les deux pôles, dont le
Principe de Polarité décrit il y a quelques instants, nous a montré l'existence. Il
y a toujours une action et une réaction, un progrès et un recul, un maximum et
un minimum. Il en est ainsi pour tous les. éléments de l'Univers, les soleils, 'les
mondes, les hommes, les animaux, l'esprit, l'énergie et la matière. Cette loi se
manifeste dans la création et la destruction des mondes, dans le progrès et la
décadence des nations, dans la vie de toute chose et enfin dans l'état mental de
l'homme ; c'est pour cette dernière chose que les hermétistes estiment plus
importante la compréhension du principe. Les hermétistes l'ont bien compris ;
ils ont trouvé que son application était universelle ; ils ont aussi découvert
certains moyens pour annihiler en eux-mêmes ses effets par l'usage des
formules et des méthodes appropriées. Ils appliquent la Loi Mentale de la
Neutralisation. Ils ne peuvent annuler le Principe ni arrêter son cours, mais ils
ont appris à éviter ses effets sur eux-mêmes à un certain degré qui dépend de
leur degré de Maîtrise. Ils ont appris à l'utiliser, au lieu d'être utilisés par lui.
C'est en cela et en des méthodes similaires que consiste l'Art des hermétistes.
Le Maître en hermétisme se polarise lui-même au point où il veut rester ; puis
il neutralise le balancement Rythmique du pendule qui tendrait â le transporter
vers l'autre pôle. Tous ceux qui ont acquis un certain degré de Maîtrisepersonnelle
agissent ainsi dans une certaine mesure, plus ou moins
inconsciemment ; le Maître, au contraire, le fait consciemment, par l'usage de
sa Volonté ; il finit par atteindre un degré d'Equilibre et de Fermeté Mentale
presque incroyable de la part des masses qui sont tirées en avant et en arrière
comme un pendule. Ce Principe et le Principe de Polarité et les méthodes pour
les contrecarrer, les neutraliser,ont été minutieusement étudiés par les
hermétistes, et les utiliser constituent une partie importante de l'Alchimie
Hermétique Mentale.
6. Le Principe de Cause et d'Effet
"Toute Cause a son Effet ; tout Effet a sa Cause ; tout arrive
conformément à la Loi ; la Chance n'est qu'un nom donné à la
Loi méconnue ; il y a de nombreux plans de causalité, mais
rien n'échappe à la Loi,"
Ce Principe implique le fait qu'il existe une Cause pour tout Effet produit
et un Effet pour toute Cause. Il explique que : "Tout arrive conformément à la
Loi" ; que "jamais rien n'arrive fortuitement" ; que le Hasard n'existe pas ; que,
puisque il y a des plans différents de Cause et d'Effet, et que le plan supérieur
domine toujours le plan inférieur, rien ne peut échapper entièrement à la Loi.
Les hermétistes connaissent jusqu'à un certain point l'art et les méthodes de
s'élever au-dessus du plan ordinaire de la Cause et de l'Effet. En s'élevant
mentalement à un plan supérieur, ils deviennent la Cause au lieu d'être l'Effet.
Les foules se laissent docilement emmener ; elles obéissent à tout ce qui les
entoure, aux volontés et aux désirs de ceux qui sont plus puissants qu'elles, à
l'hérédité, à la suggestion, et à toutes les autres causes extérieures qui les
dirigent comme de simples pions sur l'Echiquier de la Vie. Les Maîtres, au
contraire, s'élevant sur le plan supérieur, dominent leurs sentiments, leur
caractère, leurs qualités et leurs pouvoirs aussi bien que ce qui les environne ;
ils deviennent des Maîtres au lieu d'être des pions. Ils jouent le jeu de la vie au
lieu d'être joués et dirigés par la volonté des autres et par les influences
extérieures. Ils se servent du Principe au lieu d'être ses outils. Les Maîtres
obéissent à la Causalité du plan supérieur, mais ils règnent sur leur propre plan.
Il y a, dans cette affirmation une véritable fortune de connaissances
hermétiques. Le comprenne qui pourra.
7. Le Principe de Genre
"Il y a un genre en toutes choses ; tout a ses Principes
Masculin et Féminin ; le Genre se manifeste sur tous les
plans."
Ce Principe implique la vérité que le Genre existe en tout ; les Principes
Masculin et Féminin sont constamment en action. Cela est vrai, non seulement
sur le Plan Physique, mais encore sur le Plan Mental et même sur le Plan
Spirituel. Sur le Plan Physique, le Principe se manifeste sous la forme du sexe ;
sur le Plan Supérieur, il prend des formes plus élevées, mais il est toujours le
même. Aucune création physique, mentale ou spirituelle n'est possible sans lui.
La compréhension de ses Lois jettera la lumière sur bien des sujets qui ont
constamment rendu perplexes l'esprit des hommes. Le Principe du Genre agit
toujours pour créer et pour régénérer. Toute chose, tout individu, contient les
deux Eléments Masculin et Féminin ou le grand Principe lui-même. Tout
Elément Mâle a son Elément Féminin ; tout Principe Féminin contient le
Principe Mâle. Si vous voulez comprendre la Philosophie de la Création et de
la Régénération Mentale et Spirituelle, vous devez étudier et comprendre ce
Principe hermétique. Il renferme la solution d'un grand nombre des mystères de
la Vie. Nous tenons à vous avertir qu'il n'a aucune parenté avec les nombreuses
théories fondamentales, pernicieuses et dégradantes, avec les enseignements et
les pratiques qui sont répandues sous des titres de fantaisie et qui ne sont
qu'une prostitution du Grand Principe naturel du Genre. De telles
réminiscences des anciennes formes infamantes du Phallicisme tendent à ruiner
l'intelligence, le corps et l'esprit ; la Philosophie hermétique s'est toujours
élevée avec indignation contre ces enseignements dégradés qui conduisent à la
luxure, aux passions immodérées et à la perversion des principes de la Nature.
Si ce sont eux que vous recherchez, quittez immédiatement ce livre ;
l'Hermétisme n'a rien qui puisse vous être utile. Pour ceux qui sont purs, tout
est pur ; pour ceux qui sont vils, tout est vil.


CHAPITRE III
La Transmutation mentale
"L'Esprit, de même que les métaux et les éléments, peut
passer d'un état à un état différent, d'un degré à un autre,
d'une condition à une autre, d'un pôle à un autre pôle, d'une
vibration à une autre vibration. La Vraie Transmutation
Hermétique est un Art Mental".

Comme nous l'avons, déjà dit, les hermétistes ont été les premiers
alchimistes, les premiers astrologues et les premiers psychologues et c'est
Hermès qui a été le fondateur de toutes ces écoles de la pensée. De l'Astrologie
est sortie l'Astronomie moderne ; de l'Alchimie est sortie la Chimie moderne ;
de la Psychologie mystique est née la psychologie de nos écoles. Mais. on ne
doit pas supposer que les anciens ignoraient et que les écoles modernes croient
leur propriété spéciale et exclusive. Les hiéroglyphes gravés sur les monuments
de l'ancienne Egypte prouvent, de toute évidence, que les anciens avaient une
connaissance parfaite de l'astronomie ; d'ailleurs, les Pyramides ont été
construites dans le but de servir à l'étude de cette science. Ils n'ignoraient pas
non plus la Chimie ; en effet, les fragments des écritures anciennes qui sont
parvenus jusqu'à nous montrent qu'ils étaient familiers avec les propriétés
chimiques des corps ; à vrai dire, les anciennes théories concernant la Physique
sont lentement vérifiées par les découvertes toutes récentes de la science
moderne, surtout en ce qui concerne la constitution de la matière. Il n'est pas
non plus permis de supposer qu'ils ignoraient les découvertes soi-disant
modernes en Psychologie ; bien au contraire, les Egyptiens étaient
particulièrement érudits en science psychologique, surtout dans les branches
que les écoles modernes ignorent encore mais qui, malgré tout, commencent à
paraître au jour sous le nom de "sciences psychiques" ; celles-ci rendent bien
perplexes les philosophes d'aujourd'hui, mais ils commencent cependant à
admettre "qu'il pourrait bien, après tout, y avoir quelques vérités en elles."
En réalité, en dehors de la Chimie, de l'Astronomie et de la Psychologie
matérielle (il s'agit ici de la psychologie dans sa phase d'action mentale) les
anciens possédaient une connaissance étendue d'Astronomie transcendantale,
c'est-à-dire d'astrologie, de chimie transcendantale appelée alchimie, de
psychologie transcendantale c'est-à-dire psychologie mystique. Ils possédaient
le Savoir Intérieur aussi bien que le Savoir Extérieur, tandis que les savants
modernes ne possèdent que ce dernier. Parmi les nombreuses branches secrètes
de connaissances qu'avaient les Hermétistes, se trouvait celle qui est connue
sous le nom de Transmutation Mentale et constitue le sujet de cette leçon.
"Transmutation" est un mot communément employé pour désigner l'art
ancien de la transmutation des métaux grossiers en or. Le mot "Transmuter"
signifie "changer une nature, une forme ou une substance en une autre ; la
transformer" (Webster). Par suite, la "Transmutation Mentale" est l'art de
changer, de transformer des états, des formes et des conditions mentales en
d'autres conditions de nature différente. Il vous est maintenant facile de
comprendre que la Transmutation Mentale n'est que "l'Art de la Chimie
Mentale", ou si vous préférez, une forme de Psychologie Mystique pratique.
Mais ce mot signifie encore plus qu'il ne paraît. La Transmutation,
l'Alchimie ou la Chimie sont assez importantes dans leurs effets sur le Plan
Mental pour ne pas être mises en doute. Si "l'Art de la Chimie Mentale" s'en
tenait là, il serait tout de même une des branches d'études les plus importantes
connues de l'homme. Mais, ce que nous avons dit ne constitue qu'un
commencement. Voyons pourquoi.
Le Premier des Sept Principes Hermétiques est le Principe du Mentalisme,
dont l'axiome est : "Le TOUT est Esprit" ; "l'Univers est Mental", ce qui
signifie que la Réalité de l'Univers est Esprit et que l'Univers, lui-même, est
Mental, c'est-à-dire qu'il "existe dans l'Esprit DU TOUT". Nous étudierons
complètement ce Principe dans les prochaines leçons ; voyons dès maintenant
si son effet est véritable.
Si l'Universel est Mental, la Transmutation Mentale doit être l'art de
modifier les conditions de l'Univers, en ce qui concerne la Matière, la Force et
l'Esprit. Vous voyez donc que la Transmutation Mentale est vraiment la
"Magie" dont les anciens écrivains ont tant parlé dans leurs ouvrages
mystiques, mais pour laquelle ils ont donné si peu d'instructions pratiques. Si
Tout est Mental, l'art pourra permettre à tout individu de transmuter ses
conditions mentales ; il pourra rendre le Maître contrôleur des conditions
matérielles aussi bien que de celles ordinairement appelées mentales.
Dans tous les cas, seuls les Alchimistes Mentaux avancés ont été capables
d'atteindre le degré de pouvoir suffisant pour être à même de contrôler les
conditions physiques les plus imposantes comme les éléments de la Nature, la
production ou la cessation des tempêtes, la production ou la cessation des
tremblements de terre et les autres grands phénomènes physiques. Le fait que
de tels hommes ont existé et qu'il en existe encore aujourd'hui est accepté de
tous les occultistes avancés de nos différentes écoles. Que les Maîtres existent
et qu'ils aient en leur possession ces pouvoirs, les meilleurs professeurs
l'affirment à leurs élèves, ayant vu des faits, des exemples qui les justifient
dans de telles croyances et de telles affirmations Ces Maîtres ne font pas une
exhibition publique de leurs pouvoirs ; au contraire, ils s'isolent des foules dans
le but de suivre plus consciencieusement le Chemin de l'Idéal. Nous
mentionnons leur existence à cet endroit de notre livre, pour appeler votre
attention sur le fait que leur pouvoir est entièrement Mental, et qu'il agit en
suivant les lois de la Transmutation Mentale supérieure et du Principe
Hermétique du Mentalisme. "L'Univers est Mental".
Mais les élèves et les hermétistes inférieurs aux Maîtres, aux Initiés et aux
Professeurs sont également capables de réaliser avec facilité la Transmutation
sur le Plan Mental. En résumé, tout ce que nous appelons "phénomène
psychique", "influence mentale", "science mentale", "phénomène de pensée
nouvelle", etc., obéit aux mêmes lois générales ; de quelque nom qu'on désigne
le phénomène, il n'y a jamais qu'un seul principe invoqué.
L'élève et le praticien de la Transmutation Mentale agissent dans le Plan
Mental, transformant les conditions et les états mentaux en des conditions et
des états différents, grâce à un certain nombre de formules plus ou moins
efficaces. Les divers "traitements", "affirmations", dénégations", etc., des
écoles de la science mentale, ne sont que des formules de l'Art hermétique,
souvent très imparfaites et peu scientifiques. La majorité des praticiens
modernes est très ignorante, si on la compare aux anciens maîtres, car il lui
manque les connaissances fondamentales sur lesquelles tout l'ouvrage est basé.
Non seulement il est possible à quelqu'un de changer ou de transmuter ses
propres états mentaux à l'aide des Méthodes hermétiques, mais encore il lui est
possible de modifier les états des autres ; d'ailleurs il en est constamment ainsi,
quelquefois inconsciemment mais plus souvent consciemment de la part de
quelques individus qui ont compris les lois et les principes de protection
personnelle. Mieux encore, comme un grand nombre d'adeptes et de praticiens
de la science mentale moderne le savent, toute condition matérielle inhérente à
l'esprit des autres individus peut être modifiée ou transmutée grâce à un désir
ardent, à une volonté puissante, et aux "agissements" de ceux qui désirent
changer leurs conditions de vie. Le publie est généralement si bien informé à
notre époque de ces sortes de choses qu'il ne nous a pas paru nécessaire de
décrire longuement leurs procédés ; notre but est plutôt de montrer simplement
que l'Art et le Principe hermétique se trouvent sous toutes sortes de pratiques,
si différentes qu'elles puissent paraître, qu'elles soient bonnes ou mauvaises ; la
force, en effet, peut être utilisée dans deux directions contraires, suivant le
Principe hermétique de la Polarité.
Dans ce petit ouvrage, nous décrirons les principes, fondamentaux de la
Transmutation Mentale, celui qui les lira aura beaucoup de chances pour bien
comprendre les Principes sous-jacents, et posséder ainsi la Maîtresse-Clef
susceptible d'ouvrir les nombreuses portes du Principe de Polarité.
Nous allons continuer maintenant par l'étude du premier des Sept Principes
Hermétiques, le Principe du Mentalisme, qui explique la vérité que "LE TOUT
est Esprit ; l'Univers est Mental", selon les paroles du Kybalion. Nous
recommandons à nos élèves la plus grande attention et une étude très sérieuse
de cet important Principe, car c'est vraiment le Principe fondamental de toute la
Philosophie Hermétique, et de l'Art Hermétique de la Transmutation Mentale.


CHAPITRE IV
Le Tout
"Derrière l'Univers du Temps et de l'Espace se cache toujours
la Réalité Substantielle, la Vérité Fondamentale."

"Substance" signifie : "ce qui se trouve sous n'importe quelle manifestation
extérieure ; c'est l'essence, la réalité essentielle, la chose en elle-même", etc.
"Substantiel" signifie : "Actuellement existant, étant l'élément essentiel, étant
réel", etc. "Réalité" signifie : "l'état d'une chose réelle, vraie, durable, solide,
fixe, permanente, actuelle", etc.
Derrière toute apparence et toute manifestation extérieure, il doit toujours
y avoir une Réalité Substantielle. Telle est la Loi. L'homme qui considère
l'Univers, dont il constitue une unité, ne peut voir que les changements qui se
produisent dans la matière, dans les forces et dans les états mentaux. Il voit que
vraiment rien n'existe, mais que tout naît et évolue. Rien ne reste en repos ; tout
naît, grandît et meurt ; à l'instant même où une chose atteint son apogée elle
commence à décliner ; la loi du rythme se manifeste constamment ; il n'y a en
aucune chose ni réalité ni qualité durable, ni fixité, ni substantialité ; rien n'est
permanent, tout change. Cet homme voit toutes les choses naître d'autres
choses et prendre une autre forme ; il voit constamment une action et une
réaction, un flux et un reflux, une construction et une démolition, une création
et une destruction, la naissance, l'évolution et la mort. Rien ne reste stable, tout
Change. Si c'est un penseur, il comprend que chacune de ces choses
changeantes ne doit être que l'apparence, la manifestation extérieure de quelque
Pouvoir sous-jacent, de quelque Réalité substantielle.
Les penseurs, sans exception, dans tous les pays et dans tous les temps, ont
compris la nécessité de l'existence de cette réalité substantielle. Toutes les
philosophies dignes de porter ce nom ont été basées sur cette pensée. Les
hommes ont donné à cette Réalité substantielle de nombreux noms ; quelquesuns
l'ont désignée sous le nom de Déité ; d'autres l'ont appelée "l'Energie
Infinie et Eternelle" ; d'autres encore ont essayé de l'appeler "Matière" ; mais
tous ont reconnu son existence. Elle est évidente par elle-même ; elle n'a besoin
d'aucun argument, d'aucune preuve.
Dans ces leçons, nous avons suivi l'exemple de quelques-uns des plus
grands penseurs anciens et modernes du monde des Maîtres hermétistes. Nous
avons appelé ce Pouvoir sous-jacent, cette Réalité Substantielle du nom
Hermétique de "le Tout" ; nous estimons que ce mot est le plus facile à
comprendre des nombreuses expressions appliquées par l'homme à la chose qui
est au-dessus de n'importe quel nom et de n'importe quelle dénomination.
Nous acceptons et nous enseignons le point de vue des grands penseurs
hermétiques de tous les temps aussi bien que celui de ces esprits illuminés qui
ont atteint les plans supérieurs de l'être ; tous affirment que la nature profonde
du Tout est Inconnaissable. Il doit, en effet, en être ainsi, car personne ne peut
comprendre son être et sa nature propre, même à l'aide du Tout lui-même.
Les hermétistes croient et enseignent que le Tout, "en lui-même, est et doit
toujours être Indéfinissable." Ils considèrent toutes les théories, toutes les
conjectures et toutes les spéculations des théologiens et des métaphysiciens,
concernant la nature profonde du Tout, comme l'effort enfantin d'esprits
mortels pour saisir le secret de l'Infini. De tels efforts ont toujours échoué et
doivent échouer toujours par la nature même du travail. Celui qui poursuit de
telles enquêtes parcourt de tous côtés le labyrinthe de la pensée ; il finit par
s'égarer, par perdre tout raisonnement, toute action, toute conduite saine et
raisonnable et par devenir impropre au travail de la vie. Il ressemble à l'écureuil
qui court avec frénésie sur la roue mobile de sa cage ; voyageant toujours et
n'aboutissant nulle part, il reste prisonnier et se trouve toujours à l'endroit d'où
il est parti.
Plus présomptueux encore sont ceux qui tentent d'attribuer au Tout leur
personnalité, leurs qualités, leur caractère et leurs propres attributs, lui
octroyant les émotions, les sentiments et les caractéristiques humaines, lui
donnant même les plus grands défauts de l'humanité, tels que la jalousie, la
tendance à la flatterie et aux éloges, le désir des honneurs et la cupidité, et tout
ce qui subsiste des Jours où notre race était encore à son enfance. De telles
idées ne sont pas dignes d'hommes et de femmes éclairés et doivent être
rapidement écartées.
A cet endroit il nous paraît convenable de signaler que nous faisons une
distinction entre la Religion et la Théologie, entre la Philosophie et la
Métaphysique. Pour nous, la religion n'est qu'une réalisation intuitive de
l'existence du Tout ; la Théologie, c'est la tentative des hommes de lui attribuer
une personnalité, des qualités et des caractéristiques, de lui octroyer leurs
théories concernant leurs affaires, leur volonté, leurs désirs, leurs plans et de se
faire les "intermédiaires" entre lui et le peuple. Pour nous, la Philosophie est
une recherche en vue de connaître les choses connaissables et pensables ;
tandis que la Métaphysique est la tentative de mener l'enquête plus
profondément, en dehors des limites ordinaires, dans des régions
inconnaissables et impensables, et dans les mêmes intentions que la Théologie.
En conséquence., la Religion et la Philosophie sont pour des choses qui ont
leurs racines dans la Réalité, tandis que la Théologie et la Métaphysique nous
apparaissent comme des roseaux brisés, enracinés dans les sables mouvants de
l'ignorance et ne constituant qu'un support fragile pour l'intelligence et l'esprit
de l'homme. Nous ne voulons pas insister auprès de nos élèves pour leur faire
accepter cette définition ; nous la mentionnons simplement pour bien définir
notre position. D'ailleurs, dans ces leçons, nous ne parlerons que très
modérément de Théologie et de Métaphysique.
Pendant que la nature essentielle du Tout est Inconnaissable, il existe
certaines vérités liées à son existence que l'esprit humain se trouve disposé à
accepter. Un examen de ces rapports constitue un sujet intéressant d'enquête,
surtout quand ils se concilient avec les théories des Illuminés des plans
supérieurs. Nous vous conseillons énergiquement de faire dès maintenant cette
enquête.
"Ce qui est la Vérité Fondamentale, la Réalité Substantielle,
n'a nul besoin d'une dénomination spéciale, mais les Hommes
Eclairés l'appellent LE TOUT",
"Dans son Essence, LE TOUT EST INCONNAISSABLE."
"Cependant, l'exposé de la Raison doit être reçu avec la plus
grande hospitalité et traité avec respect."
La raison humaine que nous devons écouter religieusement tant qu'il nous
est possible de penser, nous renseigne comme il suit au sujet du Tout et, cela,
sans chercher à écarter le voile de l'Inconnaissable.
1. Le Tout doit être Tout ce qui est réellement. Il ne peut rien exister en
dehors du Tout, sinon Le Tout ne serait pas Le Tout.
2. Le Tout doit être Infini, car rien ne peut définir, confirmer, limiter ou
restreindre Le Tout. Il doit être infini dans le Temps, c'est-à-dire éternel ; il doit
avoir constamment existé, car il n'existe rien qui ait été susceptible de le créer ;
quelque chose ne peut pas descendre de rien : s'il "n'avait pas existé", même
pendant un très court instant, il "n'existerait" pas actuellement ; il doit être
destiné à exister constamment dans l'avenir, car rien ne peut le détruire ; il ne
pourra jamais "ne pas être", même pendant un moment, parce que quelque
chose ne peut jamais devenir rien. Il ' doit être Infini dans l'Espace ; il doit être
Partout, car il n'y a pas de place en dehors du Tout ; il ne peut être que continu
dans l'Espace, sans fêlure, sans coupure, sans séparation ou sans interruption,
car il n'existe rien qui puisse le briser, séparer ou interrompre sa continuité et
rien qui puisse "fermer les brèches". Il doit être Infini en Pouvoir, c'est-à-dire
Absolu, car rien n'est susceptible de le limiter, de le restreindre, de le réprimer,
de le confiner, de le déranger ou de le maîtriser ; il n'est soumis à aucun autre
Pouvoir, parce qu'il n'existe aucun autre Pouvoir.
3. Le Tout doit être Immuable, c'est-à-dire non sujet à modifier sa nature
intime, car rien n'est capable d'opérer des changements en lui ; il n'existe rien
en quoi il puisse se changer, ni d'où il puisse venir. On ne peut rien lui ajouter
ni rien lui retrancher ; on ne peut l'augmenter ni le diminuer ; il ne peut devenir
plus grand ou plus petit à quelque point de vue que ce soit. Il doit avoir
toujours été et doit rester toujours exactement comme il est aujourd'hui : Le
Tout ; il n'a jamais été, il n'est pas actuellement et ne sera jamais autre chose en
quoi il puisse se changer.
Le Tout étant Infini, Absolu, Eternel et Inchangeable, il doit naturellement
s'en suivre que rien de fini, de changeable, d'éphémère et de conditionné puisse
être Le Tout. Et comme il n'y a rien en dehors Du Tout, toutes les choses finies
doivent être Nulles en Réalité. Ne vous effrayez pas ; nous n'avons pas
l'intention, sous le couvert de la Philosophie hermétique de vous faire parcourir
le champ de la Science Chrétienne. Il est possible de concilier ces deux états en
apparence contradictoires ; prenez patience, nous y arriverons quand le
moment sera venu.
Nous voyons autour de nous que ce qu'on appelle "Matière", constitue la
fondation physique de toutes les formes existantes. Le Tout est-il simplement
de la Matière ? Pas du tout ! La Matière ne peut manifester de la Vie ni de
l'Intelligence, et comme la Vie et l'Intelligence se manifestent dans l'Univers,
Le Tout ne peut être Matière, car rien ne peut atteindre plus haut que sa propre
source, rien ne se manifeste dans l'effet qui ne soit déjà dans la cause, rien
n'existe comme conséquence qui ne soit pas déjà antécédent. En effet, la
Science Moderne nous informe qu'il n'existe en réalité aucune chose que l'on
puisse appeler Matière ; ce que nous appelons Matière n'est simplement qu'une
"énergie ou une force interrompue", c'est-à-dire, une énergie ou une force
possédant un degré très faible de vibration. Comme un écrivain l'a dit
récemment "la Matière s'est confondue en Mystère". La Science Matérielle
elle-même a abandonné la théorie de la Matière et repose maintenant sur la
base de "l'Energie".
Le Tout est-il donc simplement de l'Energie ou de la Force ? Pas, en tous
cas, de l'Energie ou de la Force comme les matérialistes l'entendent, car leur
énergie et leur force sont aveugles, mécaniques, et dénuées de Vie ou
d'Intelligence. La Vie et l'Intelligence ne peuvent provenir en aucun cas d'une
Energie ou d'une Force aveugle pour la raison que nous avons donnée il y a un
moment : "Rien ne peut atteindre plus haut que sa propre source ; rien n'est
appliqué qui ne soit déjà impliqué ; rien ne se manifeste dans l'effet qui ne soit
déjà dans la cause.". Ainsi Le Tout ne peut pas être une simple Energie ni une
simple Force ; s'il en était ainsi, il ne pourrait pas y avoir dans l'existence des
choses telles que la Vie et l'Intelligence ; or, nous savons que ces choses
existent car nous sommes Vivants et nous utilisons notre Intelligence à étudier
cette question ; ainsi raisonnent ceux qui proclament que l'Energie n'est pas Le
Tout.
Qu'est-ce donc que cette chose supérieure à la Matière et à l'Energie que
nous savons exister dans l'Univers ? C'est la Vie et l'Intelligence ! C'est la Vie
et l'Intelligence dans tous leurs degrés divers d'épanouissement ! "Mais alors,
allez-vous demander, prétendez-vous nous enseigner que Le Tout, c'est la Vie
et l'Intelligence ?" Oui, et Non ! répondrons-nous. Si vous entendez la Vie et
l'Intelligence comme nous les connaissons, nous, pauvres mortels insignifiants,
nous dirons : Non ! Le Tout n'est pas cela ! "Mais, allez vous demander, quelle
sorte de Vie et d'Intelligence voulez-vous dire ?"
Nous répondrons : "l'Intelligence vivante, bien supérieure à tout ce que les
mortels entendent par ces mots, la Vie et l'Intelligence n'étant pas comparables
à des forces mécaniques ou à de la matière ; ce que nous voulons dire, c'est
l'Intelligence vivante infinie, comparée à la Vie et à l'Intelligence finies". Nous
voulons dire ce que les esprits illuminés comprennent quand ils prononcent
respectueusement le mot : "Esprit !"
"Le Tout", c'est l'Intelligence Vivante Infinie ; les Illuminés l'appellent
Esprit !


CHAPITRE V
L'Univers mental
"L'Univers est Mental ; il est contenu dans l'âme DU TOUT."

Le Tout est Esprit ! Mais qu'est ce que l'Esprit ? Il est impossible de
répondre à cette question, pour cette raison que sa définition est pratiquement
celle Du Tout qu'on ne peut expliquer ou définir. Esprit n'est qu'un mot que les
hommes donnent à la conception, supérieure de l'Ame Vivante Infinie ; il
signifie la "Réelle Essence" ; il signifie l'Ame Vivante, bien supérieure à la Vie
et à l'Ame que nous connaissons, comme celles-ci sont elles-mêmes
supérieures à l'Energie mécanique et à la Matière. L'Esprit dépasse notre
entendement ; nous nous servons de ce nom simplement quand nous pensons
au Tout et que nous voulons parler de lui. Pour notre pensée et notre
compréhension, nous avons raison de considérer l'Esprit comme l'Ame Vivante
Infinie, tout en reconnaissant en même temps qu'il nous est impossible de la
comprendre entièrement. Nous devons agir ainsi, ou cesser tout à fait de penser
à la matière.
Nous allons étudier maintenant la nature de l'Univers, dans son tout et dans
ses parties. Qu'est ce que l'Univers ? Nous avons déjà vu qu'il ne peut rien
exister en dehors du Tout. L'Univers est-il donc le Tout ? Non, il n'en peut être
ainsi, car l'Univers semble formé de nombreuses choses, ; il change
constamment ; en un mot, il ne se soumet pas complètement aux idées que
nous avons résolu d'accepter concernant le Tout et que nous avons expliquées
dans notre dernière leçon. Alors si l'Univers n'est pas Le Tout, il doit être
"Rien", telle est la conclusion inévitable de notre esprit, au premier abord. Mais
cette réponse ne peut nous satisfaire, car nous sommes conscients de l'existence
de l'Univers. Donc, si l'Univers n'est ni le Tout, ni Rien, que peut-il être ?
Examinons en détail cette question.
Si l'Univers existe ou parait exister, il doit provenir d'une manière
quelconque du Tout ; il doit être une création du Tout. Mais comme il est
impossible que quelque chose ait été créé de rien, de quoi le Tout peut-il l'avoir
créé ? Quelques philosophes ont répondu à cette question en disant que le Tout
avait créé l'Univers de Lui-même, c'est-à-dire, avec l'essence et la substance du
Tout. Mais cela ne peut pas être car nous avons vu précédemment qu'on ne
pouvait rien soustraire au Tout et qu'on ne pouvait pas le diviser ; même s'il en
était ainsi, est-ce que la moindre particule de l'Univers pourrait ignorer son
propre être, Le Tout ? Le Tout ne pourrait pas perdre la connaissance de luimême,
pas plus qu'il ne pourrait devenir un atome, une force aveugle ou une
chose d'un degré inférieur de vie. Quelques hommes se sont imaginé que Le
Tout était Tout en réalité ; reconnaissant que, eux, les hommes, existaient, ils
en sont arrivés à cette conclusion que eux et Le Tout étaient identiques et ils
ont rempli l'atmosphère de leurs cris : "Je suis Dieu", au grand amusement de
la multitude et à la grande douleur des sages. L'atome s'écriant : "Je suis
Homme" serait modeste, en comparaison.
Qu'est-ce donc, en vérité, que l'Univers, si ce n'est pas Le Tout et s'il n'a
pas été créé par le Tout qui se serait fragmenté en plusieurs morceaux ? Que
peut-il être ? De quoi peut-il être fait ? Voilà la grande question. Examinons-la
soigneusement. Nous savons que le "Principe de Correspondance" (voyez la
première leçon) vient constamment à notre aide. Le vieil axiome hermétique
"Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas" peut nous rendre de grands
services dans la conjoncture où nous nous trouvons. Nous allons essayer de
donner une idée des opérations des plans supérieurs en examinant celle du
nôtre. Le Principe de Correspondance peut s'appliquer à ce problème aussi bien
qu'à d'autres.
Voyons ! Sur son propre plan de vie, comment l'homme fait-il pour créer ?
D'abord, il peut créer en faisant sortir quelque chose des matériaux qui
l'entourent. Il ne peut en être ainsi dans le plan supérieur, car il n'existe pas de
matériaux en dehors du Tout avec lesquels celui-ci puisse créer. Ensuite,
l'Homme peut procréer ou reproduire sa race par l'accouplement, qui est une
multiplication personnelle dite due transfert d'une portion de sa substance
intime à sa descendance. Il ne peut encore en être ainsi, car Le Tout ne peut
donner ou soustraire une partie de lui-même, de même qu'il ne peut se
reproduire ou se multiplier ; dans le premier cas, il y aurait. multiplication ou
addition Au Tout ; nous avons vu que ces deux choses étaient également
absurdes. N'existe-t-il pas une troisième manière que l'homme puisse employer
pour créer ? Sans doute. L'homme petit créer mentalement ! En agissant ainsi,
il n'utilise aucun matériel extérieur et il ne se reproduit pas lui-même ;
cependant son Esprit accomplit la Création Mentale.
D'après le Principe de Correspondance, nous sommes autorisés à penser
que le Tout a créé l'Univers Mentalement, par le même procédé que l'homme
crée des images mentales. C'est justement ici que la voix de la Raison s'accorde
avec la voix des Illuminés, comme leurs enseignements et leurs ouvrages l'ont
montré. Tels sont les enseignements des Sages. Tel était l'enseignement
d'Hermès.
Le Tout ne peut pas créer autrement que mentalement, sans utiliser des
matériaux (nous avons vu qu'il n'en existait pas autour de lui) et sans se
reproduire lui-même, ce qui est également impossible. Nous ne pouvons
échapper à cette conclusion de la Raison qui, ainsi que nous venons de le dire,
concorde avec les enseignements supérieurs des Illuminés. De même qu'il vous
est impossible, à vous, mon élève, de créer un Univers dans votre mentalité, de
même Le Tout peut créer l'Univers dans sa propre Mentalité. Mais, votre
Univers, à vous, est la création mentale d'un Esprit Fini, tandis que celui du
Tout est la création d'un Esprit Infini. Ils sont tous deux d'espèce semblable,
mais ils diffèrent infiniment en degré. Dans la suite, nous étudierons plus
complètement le processus de création et de manifestation. Mais, dès
maintenant, il faut imprimer fortement dans votre esprit ceci : L'Univers, et tout
ce qu'il contient, est une création mentale du Tout. Réellement, sans le moindre
doute, tout est Esprit !
"LE TOUT crée dans son Esprit Infini des Univers sans
nombre qui existent pendant des milliers de siècles ; et
cependant, pour LE TOUT, la création, l'évolution, le déclin
et la mort d'un million d'Univers ne paraît pas plus long
qu'un clignement de paupières."
"L'Esprit Infini DU TOUT est le sein des Univers."
Le Principe du Genre (voyez la première leçon et les chapitres qui vont
suivre) se manifeste sur tous les plans de vie, matériel, mental et spirituel.
Mais, comme nous l'avons déjà dit, "Genre" ne signifie pas "Sexe" ; le sexe
n'est qu'une manifestation matérielle du Genre. "Genre" signifie "se rapportant
à la génération ou à la création". Partout où quelque chose est créé, sur un plan
quelconque de la vie, le Principe du Genre doit se manifester. Et cela est vrai
également, même pour la création des Univers.
Surtout, n'allez pas vous empresser de conclure que nous enseignons qu'il
y a un Dieu ou un Créateur mâle ou femelle. Cette idée n'est qu'une altération
des anciens enseignements sur ce sujet. Le véritable enseignement nous
apprend que Le Tout en lui-même, est au-dessus du Genre, comme il est audessus
de n'importe quelle autre Loi, y compris celles du Temps et de l'Espace.
Il est la Loi d'où découlent les autres Lois et il ne leur est pas soumis. Mais
quand Le Tout se manifeste sur le plan de la génération et de la création, il agit
alors en concordance avec la Loi et le Principe, car il se meut sur un plan
inférieur de l'Existence. En conséquence, il manifeste le Principe du Genre,
sous des aspects Masculins et Féminins et cela, naturellement, sur le Plan
Mental.
Cette idée peut paraître renversante à ceux qui l'entendent pour la première
fois ; cependant chacun de vous l'a passivement acceptée dans ses relations
quotidiennes. Vous parlez constamment de la Paternité de Dieu, le Père Divin,
de la Maternité de la Nature, la Mère Universelle ; vous avez ainsi
instinctivement l'intuition du Principe du Genre dans l'Univers. Est-ce vrai ?
La doctrine hermétique n'implique pas une dualité réelle ; Le Tout est Un ;
les Deux Aspects qu'il possède quelquefois ne sont que des différences de
manifestation. L'idée directrice de l'enseignement est que le Principe Masculin
manifesté par Le Tout se tient, dans un sens, en dehors de la création mentale
actuelle de l'Univers. Il dirige sa Volonté sur le Principe Féminin, que nous
pouvons appeler "Nature", c'est ainsi que commence le travail actuel de
l'évolution de l'Univers, à partir de simples "centres d'activité" qui se trouvent
dans l'homme ; l'évolution progresse et devient de plus en plus élevée, tout
s'accordant pour établir convenablement et fortifier puissamment les Lois de la
Nature. Si vous préférez les anciennes images de la pensée, vous pouvez vous
représenter le Principe Masculin sous la forme de Dieu, le Père, et le Principe
Féminin sous la forme de la Nature, la Mère Universelle, du sein de laquelle
toutes les choses ont été créés. Cela n'est pas simplement une figure poétique
du langage ; c'est une véritable idée du processus actuel de la création de
l'Univers. Mais souvenez-vous toujours que Le Tout est Un et que c'est dans
son Esprit Infini que l'Univers a été créé et existe actuellement.
Appliquer la Loi de Correspondance à vous-même et à votre propre Esprit
pourra vous aider à acquérir des idées justes. Vous savez que cette partie de
vous-même que vous appelez "Je", reste à part et n'est qu'un simple témoin de
la création des Images mentales dans votre Esprit. La partie de votre esprit dans
laquelle s'accomplit la génération mentale peut s'appeler le "Moi" pour la
distinguer du "Je" qui reste témoin inactif et ne fait qu'examiner les pensées, les
idées et les images du "Moi". "Ce qui est en Haut est comme ce qui est en
Bas", souvenez-vous en bien ; les phénomènes qui se produisent sur un plan de
vie peuvent être employés à résoudre les mystères des plans supérieurs et
inférieurs.
Trouvez-vous surprenant que Vous, qui êtes un enfant, perceviez ce
respect instinctif pour Le Tout, sentiment que nous appelons "religion", ce
respect et cette déférence pour l'Esprit paternel ? Trouvez-vous surprenant que,
lorsque vous considérez les travaux et les merveilles de la Nature, vous soyez
saisi d'un sentiment violent qui a ses racines profondément enfoncées dans
votre être le plus intime ? C'est l'esprit Maternel que vous pressez tendrement
contre vous comme un enfant sur votre poitrine.
Ne commettez pas l'erreur de supposer que le petit monde que vous voyez
autour de vous, la Terre, qui n'est qu'un simple grain de sable dans l'Univers,
est l'Univers lui-même. Il y a des millions et des millions de mondes pareils qui
sont infiniment plus grands encore. Et il y a des millions et des millions de
semblables Univers qui existent au sein de l'Esprit Infini du Tout. Et même
dans notre petit système solaire, il existe des régions et des plans de vie de
beaucoup supérieurs aux nôtres et des êtres auprès desquels, pauvres mortels
aveugles, nous sommes comme ces animaux informes et gluants qui reposent
sur le lit de l'Océan. Il existe de ces êtres qui possèdent des pouvoirs et des
attributions bien supérieurs à ce que l'Homme a toujours rêvé de voir en la
possession des dieux. Et cependant ces êtres n'ont existé qu'une fois comme
vous, puis ils ont dégénéré ; vous deviendrez aussi puissants qu'eux, mais vous
vous perfectionnerez toujours et ne dégénérerez pas ; telle est la Destinée de
l'Homme, comme l'enseignent les Illuminés.
La Mort n'est pas réelle, même dans le sens Relatif du mot ; ce n'est que le
Berceau d'une nouvelle vie ; vous monterez plus haut, toujours plus haut, vers
des plans de vie plus élevés et toujours supérieurs. L'Univers est votre patrie ;
vous explorerez ses retraites les plus cachées avant la fin des Temps. Vous
habitez dans l'Esprit Infini du Tout ; vos possibilités et vos facultés sont
infinies à la fois dans le temps et dans l'espace. Quand viendra la fin du grand
Cycle des Siècles, quand Le Tout attirera de nouveau en lui la plus infime de
ses créations, vous partirez joyeusement, car vous serez alors capable de
comprendre cette vérité que vous allez être Un avec le Tout. Ainsi parlent les
Illuminés, ceux qui ont déjà bien avancé dans la Voie.
Pour l'instant, restez calmes et confiants ; vous êtes garantis et protégés par
le Pouvoir Infini de l'Esprit Paternel et Maternel.
"Au sein de l'Esprit Paternel et Maternel, les enfants mortels
sont chez eux."
"Il n'existe personne, dans l'Univers, qui soit sans Père, ni
Mère."


CHAPITRE VI
Le Divin paradoxe

"Les demi-initiés, reconnaissant la non-réalité relative de
l'Univers, s'imaginent qu'ils peuvent défier ses Lois ; ce sont
des sots insensés et présomptueux qui vont se briser contre
les écueils et que les éléments déchirent à cause de leur folie.
Le véritable initié, connaissant la nature de l'Univers, se sert
de la Loi contre les lois, du supérieur contre l'inférieur, et par
l'Art de l'Alchimie, il transmute les choses viles en des choses
précieuses ; c'est ainsi qu'il triomphe. La Maîtrise ne se
manifeste pas par des rêves anormaux, des visions et des
idées fantastiques, mais par l'utilisation des forces supérieures
contre les forces inférieures, en évitant les souffrances des
plans inférieurs en vibrant sur les plans supérieurs. La
Transmutation, non pas une négation présomptueuse est
l'épée du Maître."
Tel est le Paradoxe de l'Univers résultant du Principe de Polarité qui se
manifeste quand Le Tout commence à créer ; il faut le suivre ponctuellement,
car il établit la différence entre la demi-sagesse et la sagesse. Quant au Tout
infini, l'Univers, ses Lois, ses Pouvoirs, sa Vie, ses Phénomènes, sont comme
des choses encore à l'état de Méditation et de Rêve ; cependant pour tout ce
qu'il a de fini, l'Univers doit être considéré comme Réel ; la vie, l'action, la
Pensée, doivent être basées là-dessus sans oublier toutefois la compréhension
constante de la Vérité Supérieure. Tout, cependant, doit obéir à ses propres
Plans et à ses propres Lois. Si, Le Tout s'imaginait que l'Univers était vraiment
Réel, alors malheur à l'Univers, car il ne serait plus possible de passer de
l'inférieur au supérieur ; l'Univers deviendrait immobile et tout progrès serait
possible. Et si l'homme, par sa demi-sagesse agit, vit et pense en considérant
l'Univers comme un simple rêve semblable à ses propres rêves finis, cet
Univers devient véritablement ainsi pour lui ; et, comme un piéton mal éveillé,
il titube de tous côtés et marche dans un cercle, ne faisant aucun progrès, et
finalement se réveille en sursaut quand il tombe, se meurtrit et se blesse contre
les Lois Naturelles qu'il ignorait. Gardez constamment votre esprit dirigé vers
l'Etoile, mais que votre regard soit toujours dirigé sur vos pieds, sinon vous
tomberez dans la fange parce que vous regardez en l'air. Rappelez-vous bien le
divin Paradoxe. en même temps l'Univers est et n'est pas. N'oubliez jamais les
Deux Pôles de la Vérité, l'Absolu et le Relatif. Méfiez-vous des demi-Vérités.
Ce que les Hermétistes connaissent comme "la Loi du Paradoxe" n'est
qu'un aspect du Principe de Polarité. Les écritures hermétiques sont pleines de
références sur l'apparition du Paradoxe dans la considération des problèmes de
la Vie et de l'Etre. Les Maîtres préviennent constamment leurs élèves contre
l'erreur souvent commise d'oublier "l'autre côté" de toute question. Leurs
avertissements s'appliquent plus particulièrement aux problèmes de l'Absolu et
du Relatif, qui embarrassent tous les étudiants en philosophie, et qui font
penser et agir tant d'individus contrairement à ce que l'on appelle ordinairement
le "sens commun". Nous conseillons à tous les élèves d'être bien sûrs de saisir
le Divin Paradoxe de l'Absolu et du Relatif, sinon ils s'enliseront dans la fange
de la demi-Vérité. C'est dans ce but que * cette leçon en particulier a été écrite.
Lisez là avec soin ! La première pensée qui vient à l'esprit de celui qui a
compris la vérité que l'Univers est une Création Mentale Du Tout, est que
l'Univers et tout ce qu'il contient est une simple illusion, une irréalité ; et,
contre cette idée, son instinct se révolte. Mais, comme toutes les autres grandes
vérités, on doit considérer celle-ci à la fois du point de vue Absolu et du point
de vue Relatif. Du point de vue absolu, l'Univers comparé au Tout en lui-même
parait une illusion, un rêve, une fantasmagorie. Nous reconnaissons cela même
à notre point de vue ordinaire, car nous parlons du monde comme "un spectacle
changeant" qui va et vient, qui naît et meurt ; en effet, les éléments de
changement et d'impermanence, d'indéfini et d'insubstantiel, doivent toujours
se concilier avec l'idée d'un Univers créé, quand il s'oppose à l'idée Du Tout,
quelles que soient nos idées au sujet de la nature de l'un et de l'autre.
Philosophe, métaphysicien, savant et théologien, tous acceptent cette idée,
et on la retrouve dans toutes les formes des pensées philosophiques et des
conceptions religieuses, aussi bien que dans les théories des différentes écoles
de métaphysique et de théologie.
Ainsi les Enseignements hermétiques, ne prêchent pas l'insubstantialité de
l'Univers dans des termes plus énergiques que ceux qui vous sont familiers
bien que leur manière de présenter le sujet puisse paraître quelque peu
étonnante. Tout ce qui a un commencement et une fin doit être faux et irréel ;
l'Univers subit également la règle dans toutes les écoles de la pensée. Du point
de vue absolu il n'y a rien de réel que Le Tout, de quelque terme dont nous
puissions nous servir pour y penser ou pour discuter le sujet. Que l'Univers soit
créé de Matière ou qu'il soit une Création Mentale dans l'Esprit du Tout, il est
insubstantiel, non durable ; il est une chose de temps, d'espace et de
changement. Nous voudrions que vous compreniez parfaitement ce fait avant
d'établir votre jugement sur la conception hermétique de la nature Mentale de
l'Univers. Pensez un peu aux autres conceptions, quelles qu'elles soient, et vous
verrez que ce que nous avons dit est vrai pour la moindre d'entre elles.
Mais le point de vue Absolu nous montre seulement une face du tableau ;
l'autre face est le point de vue Relatif. La Vérité Absolue a été définie : "Les
chose& telles que l'Esprit de Dieu les connaît", tandis que la Vérité Relative a
été décrite : "Les choses telles que la plus haute raison de l'Homme les
comprend". Ainsi, pour Le Tout, l'Univers doit être irréel et illusoire ; il doit
être un simple rêve ou le résultat d'une méditation ; au contraire, pour les
esprits finis qui sont une partie de cet Univers et qui le contemplent à travers
leurs facultés mortelles, l'Univers est absolument vrai et doit être considéré
comme tel. En reconnaissant le point de vue Absolu, nous ne devons pas
commettre la faute d'ignorer ou de nier les faits et les phénomènes de l'Univers
tels qu'ils se présentent à nos facultés mortelles ; nous ne sommes pas Le Tout,
ne l'oubliez pas.
Nous reconnaissons tous que la Matière "existe" pour nos sens ; nous
faisons fausse route si nous ne le reconnaissons pas. Et cependant nos esprits
finis comprennent parfaitement ce dicton scientifique que la Matière n'existe
pas, si l'on se place au point de vue scientifique ; ce que nous appelons Matière
est considéré comme une agglomération d'atomes, lesquels atomes sont euxmêmes
un groupement d'unités de force appelés électrons ou "ions", vibrant
sans cesse et tournant constamment. Poussons une pierre avec le pied ; nous
percevons le contact ; elle nous semble parfaitement réelle, bien que nous
sachions ce qu'elle est vraiment. Mais souvenez-vous que notre pied qui perçoit
le contact par l'intermédiaire de notre cerveau est également de la matière,
constituée également d'électrons et que par conséquent c'est aussi de la matière
qui constitue notre cerveau. D'ailleurs si notre Esprit n'existait pas, nous
ignorerions à la fois l'existence du pied et de la pierre.
L'idéal que l'artiste ou le sculpteur tente de reproduire dans la pierre ou sur
la toile lui apparaît tout à fait réel. Il en est ainsi dans l'esprit de l'auteur ou du
tragédien des caractères qu'il s'efforce de décrire ou d'interpréter pour que
d'autres puissent les reconnaÎtre. Et s'il en est ainsi dans le cas de nos esprits
finis, quel devra être le degré de Réalité dans les Images Mentales créées dans
l'Esprit de l'Infini ? Oh, mes amis, pour les mortels, cet Univers de Mentalité
est bien réel en vérité ; c'est le seul que nous soyons destinés à connaître
jamais, bien que dans lui, nous passions d'un plan à un autre plan, d'un degré
supérieur à un degré supérieur encore. Pour le connaître plus complètement,
comme le prouve notre expérience actuelle, nous devons être Le Tout luimême.
Il est vrai que plus haut nous nous élevons dans l'échelle, plus près nous
approchons de "l'esprit du Père", plus apparente devient la nature illusoire des
choses finies, mais ce n'est que lorsque Le Tout nous rappellera à lui que ces
choses finies nous apparaîtront inexistantes.
Ainsi nous ne devons pas succomber à l'illusion. Maintenant que nous
reconnaissons la nature réelle de l'Univers, cherchons à comprendre ses lois
mentales et efforçons-nous de les utiliser dans le but d'obtenir le meilleur effet
possible pour notre progrès dans la vie, quand nous quitterons un plan pour
nous élever à un plan supérieur de l'être. Les Lois de l'Univers ne sont pas
moins des "Lois d'Acier" à cause de leur nature mentale. Tout excepté Le Tout
est régi par elles. Ce qui est dans l'Esprit infini du Tout n'est réel à un degré
inférieur que parce que la Réalité elle-même fait partie de la nature du Tout.
Ainsi ne vous croyez pas isolé ou abandonné nous faisons tous partie de
l'Esprit infini du Tout ; personne ne peut nous porter atteinte, nous n'avons
personne à craindre. Aucun Pouvoir en dehors du Tout ne peut nous influencer.
Nous trouverons tout un monde de confort et de sécurité dans cette réalisation
quand nous l'aurons acquise. "Dormons en paix, bercés dans le Lit de l'Abîme",
nous reposant avec sécurité dans le sein de l'Océan de l'Esprit Infini, qui est le
Tout. Dans le Tout "nous vivons et nous agissons vraiment".
La Matière n'est pas moins Matière pour nous, quand nous agissons sur le
plan physique, bien que nous sachions qu'elle est simplement formée d'un
agrégat "d'électrons", de particules de Force, vibrant avec rapidité et tournant
les unes autour des autres pour former des atomes, ceux-ci à leur tour vibrant et
tournant pour former des molécules, lesquelles, en s'assemblant, donnent des
volumineuses masses de Matière. La Matière n'est pas encore moins Matière,
quand nous poussons plus loin l'enquête et crue la Doctrine hermétique nous
enseigne que la "Force" dont les électrons ne sont que des unités est
simplement une manifestation de l'Esprit du Tout et, comme toutes les autres
choses dans l'Univers, est de nature purement Mentale. Quand nous sommes
sur le Plan Physique, nous devons reconnaître ses phénomènes ; nous pouvons
contrôler la Matière, comme tous les Maîtres le font à un plus ou moins haut
degré, mais nous devons le faire en utilisant les forces supérieures. C'est folie
de nier l'existence de la Matière sous son aspect relatif. Nous pouvons nier son
empire sur nous-même, à juste titre d'ailleurs, mais nous ne devons pas
l'ignorer dans son aspect relatif, aussi longtemps que nous agissons sur son
plan.
Les Lois de la Nature ne deviennent pas non plus moins constantes ou
moins effectives quand nous les connaissons pour de simples créations
mentales. Elles sont en pleine puissance sur les divers plans. Nous maîtrisons
toujours les lois inférieures en appliquant des lois supérieures et de cette
manière seulement. Mais il nous est impossible d'échapper à la Loi ou de nous
passer entièrement d'elle. Seul Le Tout peut échapper à la Loi, et cela parce que
le Tout est la Loi elle-même d'où dérivent toutes les autres Lois. Les maîtres les
plus avancés peuvent acquérir les pouvoirs attribués ordinairement aux dieux
des hommes ; il existe d'innombrables grades dans notre existence, dans la
grande hiérarchie de la vie ; le pouvoir qui leur est attribué peut dépasser celui
des Maîtres supérieurs et atteindre un degré insoupçonné des mortels ; mais,
même grands, les Maîtres, même les Etres supérieurs doivent obéir à la Loi et
rester Rien aux yeux du Tout. Ainsi, ces êtres supérieurs, dont les pouvoirs sont
plus considérables que ceux conférés par les hommes à leurs dieux, étant
dominés et assujettis à la Loi, imaginez-vous la présomption de l'homme
mortel, de notre race et de notre grade, quand il ose considérer les lois de la
Nature comme "irréelles", imaginaires et illusoires, parce qu'il est parvenu a
comprendre cette vérité que les Lois sont de nature Mentale et de simples
Créations Mentales du Tout. Ces lois que Le Tout considère comme des Lois
gouvernantes ne doivent pas être niées ou méprisées. Aussi longtemps que
l'Univers durera, il leur sera assujetti, car l'Univers existe en vertu de ces Lois
qui constituent sa charpente et qui le soutiennent.
Le Principe hermétique du Mentalisme, en basant la véritable nature de
l'Univers sur le principe que tout est Mental, ne modifie en rien les conceptions
scientifiques de l'Univers, de la Vie et de l'Evolution. En fait, la science
confirme seulement les Enseignements hermétiques. Ceux-ci enseignent
simplement que l'Univers est de nature "Mentale", pendant que la science
moderne a enseigné qu'il est "Matériel", et en dernière analyse, qu'il n'est autre
chose que de "l'Energie". La Doctrine hermétique ne fait pas fausse route en
acceptant le principe fondamental d'Herbert Spencer qui affirme l'existence
d'une "Energie Infinie et Eternelle, d'où dérivent toutes choses". En fait, les
hermétistes reconnaissent dans la philosophie de Spencer un exposé supérieur
des ouvrages des Lois Naturelles et ils considèrent le grand maître comme la
réincarnation d'un ancien philosophe qui habitait l'ancienne Egypte il y a des
milliers de siècles et qui, plus tard, s'était incarné dans le corps d'Héraclite, le
philosophe Grec qui vivait en l'an 500 avant Jésus-Christ. Ils estiment que son
idée de "l'Energie Eternelle et Infinie", s'accorde parfaitement avec la Doctrine
hermétique en ajoutant toutefois qu'elle est l'Energie de l'Esprit du Tout. Avec
la Maîtresse-Clef de la Philosophie hermétique, l'étudiant de Spencer sera
capable de s'ouvrir en des horizons philosophiques du grand philosophe
anglais, dont les travaux montrent nettement ses incarnations antérieures. Ses
enseignements concernant l'Evolution et le Rythme concordent parfaitement
avec les Enseignements hermétiques et en particulier avec le Principe du,
Rythme.
Les adeptes de l'Hermétisme n'ont donc besoin de retrancher aucune des
idées favorites de Spencer au sujet de l'Univers. Tout ce que nous leur
demandons, c'est de bien saisir le principe sous-jacent : "Le Tout est Esprit ;
l'Univers est Mental ; il est contenu dans, l'Esprit du Tout." Ils se rendront
compte que les six autres Principes s'accorderont bien avec leurs connaissances
scientifiques et leur serviront à résoudre des questions ténébreuses et à jeter la
lumière dans les endroits obscurs. Cela ne doit pas être de nature à nous
étonner, si nous comprenons l'influence qu'a eue la pensée hermétique sur la
Philosophie primitive de la Grèce qui a servi de base 'à toutes les théories
modernes de la science. L'acceptation du Premier Principe Hermétique, le
Principe du Mentalisme, est la seule grande différence qui existe entre la
Science Moderne et la Doctrine hermétique ; la Science, d'ailleurs, se
rapproche de plus en plus des positions Hermétiques dans la marche aveugle
qu'elle fait dans l'obscurité pour sortir du labyrinthe dans lequel elle s'est
égarée en cherchant la vérité.
Le but de cette leçon est de bien ancrer dans l'esprit des étudiants le fait
que, dans tous les cas, sans exception, l'Univers, ses lois et ses phénomènes en
ce qui concerne l'homme, sont réels, juste autant qu'ils le seraient avec les
hypothèses du Matérialisme ou les théories de l'Energie. Dans n'importe quelle
doctrine, l'Univers, sous son aspect extérieur, est changeant, transitoire et, par
suite, dépourvu de substantialité et de réalité. Mais, notez bien le deuxième
pôle de la vérité : avec les mêmes hypothèses, nous sommes contraints d'agir et
de vivre comme si les choses constamment changeantes étaient réelles et
substantielles. Il existe toutefois cette différence qu'anciennement le Pouvoir
Mental était ignoré comme Force Naturelle, et qu'actuellement, avec le
Principe du Mentalisme, il devient une Force Naturelle Supérieure. Cette seule
différence révolutionne entièrement la Vie de ceux qui comprennent le Principe
et les lois qui en résultent.
Ainsi, étudiants, tous autant que vous êtes, comprenez à connaître, à
utiliser et à appliquer les lois qui en découlent. Mais, comme le recommande le
Kybalion, ne succombez pas à la tentation du demi-sage qui se laisse
hypnotiser par l'irréalité apparente des choses ; celui-ci, en effet, erre de tous
côtés comme un individu vivant dans un monde de rêves, ignorant le travail
pratique et la vie réelle de l'homme ; finalement "il vient se briser contre les
écueils et se trouve déchiré par les éléments, à cause de sa folie". Suivez plutôt
l'exemple du sage, comme le recommande encore le Kybalion : "Utilisez les
Lois contre les Lois ; le supérieur contre l'inférieur ; et par l'Art de l'Alchimie,
transmutez les choses viles en des choses précieuses, c'est ainsi que vous
triompherez". Suivons donc les conseils du Kybalion ; évitons la demi-sagesse
qui n'est que folie, et qui ignore cette vérité que "La Maîtrise ne se manifeste
pas par des rêves, des visions anormales, ou des idées fantastiques, mais qu'elle
consiste à utiliser les forces supérieures contre les forces inférieures, à
échapper aux souffrances des plans inférieurs en vibrant sur les plans
supérieurs." Souvenez vous bien, étudiants, que "La Transmutation, non pas
une négation présomptueuse, est l'épée du maître." Les citations qui précèdent
sont du Kybalion, et doivent se fixer profondément dans la mémoire de tous les
adeptes.
Nous ne vivons pas dans un monde de rêves, mais dans un Univers qui, au
point de vue relatif, est réel en ce qui concerne notre vie et nos actions. Notre
rôle, est de ne pas nier son existence, mais de vivre, en utilisant les Lois pour
nous élever des degrés inférieurs aux degrés supérieurs, en faisant de notre
mieux pour toutes les circonstances quotidiennes, et en cherchant à réaliser,
dans la mesure du possible, notre idéal et nos idées les plus élevées. La
véritable signification de la Vie n'est pas connue des hommes sur ce plan de
l'existence, mais les grands auteurs, et nos propres intuitions nous enseignent
que nous ne commettrons aucune erreur en vivant du mieux qu'il nous est
possible et en réalisant de même la tendance Universelle. Nous sommes tous
sur la Voie, et le chemin conduit plus haut, toujours plus haut, malgré de
fréquents temps de repos.
Lisez le Message du Kybalion et suivez l'exemple du "sage", en évitant les
erreurs du "demi-sage" qui périt à cause de sa folie.


CHAPITRE VII
"Le Tout" dans Tout
"S'il est vrai que Tout est dans LE TOUT, il est également
vrai que LE TOUT est dans Tout. Celui qui comprend
parfaitement cette vérité possède déjà un grand savoir."

Que de gens ont entendu répéter souvent que leur Divinité, appelée de
différents noms, était "Tout dans Tout" et combien ont soupçonné la vérité
occulte cachée dans ces mots prononcés négligemment. Cette expression
commune est un souvenir de l'ancienne Maxime hermétique placée en tête (le
ce chapitre. Comme le dit le Kybalion : "Celui qui comprend parfaitement cette
vérité possède déjà un grand savoir". Ceci dit, tâchons de pénétrer cette vérité
dont la compréhension est si importante. Dans cette Maxime hermétique se
cache une des plus grandes vérités philosophiques, scientifiques et religieuses.
Nous vous avons déjà exposé la Doctrine hermétique concernant la Nature
Mentale de l'Univers et nous vous avons expliqué que "l'Univers est Mental et
est contenu dans l'Esprit du Tout." Comme le dit le Kybalion dans le passage
que nous avons donné précédemment : "Tout est dans le Tout". N'oubliez pas
non plus cette autre affirmation : "Il est également vrai que Le Tout est dans
Tout". Ces deux préceptes, en apparence contradictoires, peuvent se concilier
sous la Loi du Paradoxe. Ils constituent, d'ailleurs, un jugement hermétique
exact des rapports qui existent entre Le Tout et son Univers Mental. Nous
avons vu comment "Tout est dans le Tout" ; examinons maintenant l'autre
aspect du sujet.
La Doctrine hermétique enseigne que Le Tout est inhérent à l'Univers, qu'il
demeure dedans, et que chacune de ses parties, chacune de ses unités ou de ses
combinaisons est située à l'intérieur de l'Univers. Les Professeurs expliquent
fréquemment ce jugement en faisant intervenir le Principe de Correspondance.
Le Maître enseigne à l'adepte à se former une Image Mentale de quoi que ce
soit, d'une personne, d'une idée, d'une chose pouvant avoir une forme mentale ;
l'exemple favori est celui de l'auteur ou du tragédien qui se forme une idée des
caractères qu'il veut représenter, ou bien du peintre ou du sculpteur qui se
forme une image mentale de l'idéal qu'il veut exprimer à l'aide de son art. Dans
tous les cas, l'élève se rendra compte que lorsque l'image est formée, seule dans
son esprit, l'auteur, le tragédien, le peintre ou le sculpteur lui-même est
inhérent, est contenu tout entier dans l'image mentale elle-même. En d'autres
termes, toute la vertu, la vie et l'esprit de la réalité contenue dans l'image
mentale dérive de "l'esprit immanent" du penseur. Considérez avec attention ce
que nous venons de dire jusqu'à ce que vous saisissiez bien notre idée.
Pour prendre un exemple moderne, disons qu'Othello, Iage, Hamlet,
Richard III, existaient réellement dans l'esprit de Shakespeare au moment de
leur conception et de leur création. De plus, Shakespeare lui-même existait au
sein de chacun de ces caractères, leur donnant sa vitalité, son esprit et son
action. De qui est "l'esprit" des personnages que nous connaissons sous le nom
de Micawber, Oliver Twist, Uriah Heep (Personnages des romans de
Dickens) ? Est-ce celui de Dickens, ou chaque personnage que nous venons de
citer a-t-il son esprit personnel, indépendant de son créateur ? La Vénus de
Médicis, la Madone Sixtine, l'Apollon du Belvédère, ont-ils des esprits propres
et une réalité particulière ou représentent-ils le pouvoir spirituel et mental de
leurs créateurs ? La Loi du Paradoxe explique que ces deux choses sont à la
fois possibles, si on les considère de deux points de vue convenables.
Micawber est à la fois Micawber et Dickens. Et cependant, bien qu'on puisse
dire que Micawber est Dickens, on ne Peut dire que Dickens et Micawber
soient identiques. L'Homme, comme Micawber, peut s'écrier : "L'Esprit de
mon Créateur est inhérent en moi ; et cependant Je ne suis pas Lui !". Combien
cela est différent des demi-vérités choquantes répandues avec fracas par
quelques demi-sages, qui remplissent l'air de leurs cris rauques : "Je suis
Dieu !" Imaginez vous Micawber ou le sournois Uriah Heep, s'écriant : "Je suis
Dickens" ; on quelque lourdaud des ouvrages de Shakespeare s'écriant : "Je
suis Shakespeare !" Et Tout est dans le ver de terre et cependant le ver de terre
n'est pas Le Tout. Malgré tout, cette chose curieuse n'en existe pas moins : bien
que le ver de terre n'existe que comme une chose inférieure, créée et existant à
l'intérieur de l'Esprit du Tout, cependant Le Tout est immanent dans le ver de
terre et dans les moindres particules qui servirent à constituer le ver de terre.
Peut-il exister un plus grand mystère que celui du "Tout dans Le Tout ; et Le
Tout dans Tout ?"
L'élève comprendra, naturellement, que les quelques exemples que nous
venons de donner sont nécessairement imparfaits et insuffisants, car ils
représentent la création d'images mentales dans des esprits finis, tandis que
l'Univers est une création de l'Esprit Infini ; la différence qui existe entre les
deux pôles les sépare. C'est d'ailleurs une simple question de degré ; c'est
toujours le même Principe qui opère ; le Principe de Correspondance se
manifeste d'un côté et de l'autre. "Ce qui est en Haut est comme ce qui est en
Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut."
Plus l'Homme comprendra l'existence de l'Esprit Intime immanent à
l'intérieur de son être, plus haut et plus rapidement il s'élèvera dans l'échelle
spirituelle de la vie. C'est cela que signifie le développement spirituel, la
reconnaissance, la réalisation et la manifestation de l'Esprit à l'intérieur de
nous-même. Efforcez-vous de vous rappeler cette dernière définition, celle du
développement spirituel. Elle contient la Vérité de la Vraie Religion.
Il existe de nombreux plans de l'Etre, de nombreux plans supérieurs de
Vie. Tout dépend de l'avancement des individus sur l'échelle dont le barreau
inférieur est formé de la matière la plus grossière, et le barreau supérieur
seulement séparé de l'Esprit du Tout par une infime division.
Du haut en bas de cette échelle de la Vie, tout se meut. Tout le monde est
sur la voie qui conduit Au Tout. Tout progrès marque un Pas vers la Maison.
Tout a sa place en haut ou en bas, malgré les apparences contradictoires. Tel
est le Message des Illuminés.
La Doctrine hermétique concernant le processus de la Création Mentale de
l'Univers enseigne que au début du Cycle Créatif, Le Tout, dans son aspect
"d'Etre existant" projette sa volonté vers l'aspect de "Devenir" et le processus
de création commence. Elle explique que ce processus consiste à ralentir la
Vibration jusqu'à ce qu'un degré très bas d'oscillation soit atteint, auquel degré
se manifeste la forme de Matière la plus grossière possible. Cet état est appelé
le stade de l'Involution dans lequel Le Tout est impliqué et contenu. Les
hermétistes croient que cet état a une Correspondance, un rapport avec le
processus mental de l'artiste, de l'écrivain ou de l'inventeur qui se mélange si
intimement avec sa propre création mentale qu'il peut presque oublier sa propre
existence et qui, en tous cas, "vit dans sa création". Si au lieu de dire qu'il se
"mélange" avec sa création mentale, nous disons qu'il s'en "empare", nous
donnerons peut-être une meilleure idée de ce que nous voulons dire.
Ce stade Involontaire de la Création est quelquefois appelé "l'Effusion" de
"l'Energie Divine", de même que le stade "d'Evolution" est appelé "l'Infusion".
Le pôle extrême du processus Créatif est considéré comme le dernier sorti du
Tout, pendant que le commencement du retour en arrière du pendule du
Rythme, c'est le "Pas vers la Maison", idée que l'on retrouve dans tous les
enseignements hermétiques.
La Doctrine enseigne que pendant "l'Effusion", les vibrations deviennent
de moins en moins rapides jusqu'à ce que le mouvement de poussée finisse par
s'arrêter et que l'oscillation de retour commence. Mais il existe cette différence
que pendant le stade "d'Effusion", les forces créatives se manifestent d'une
façon compacte, comme un tout, tandis qu'au commencement du stade
"d'Evolution" ou "d'Infusion", c'est la Loi "d'Individualisation" qui agit, c'est-àdire
la tendance à séparer tout en Unités de Force, si bien que, finalement, ce
que laisse Le Tout comme énergie inindividualisée retourne à sa source sous la
forme d'Unités de Vie puissamment développées, avant atteint des échelons de
l'échelle de plus en plus élevés, grâce à l'Evolution Physique, Mentale et
Spirituelle.
Les anciens hermétistes se servaient du mot "Méditation" en parlant du
processus de la création mentale de l'Univers dans l'Esprit Du Tout ; ils
employaient aussi fréquemment le mot "Contemplation". Mais l'idée qui se
cache sous ces expressions paraît être celle du travail de l'Attention Divine.
"Attention" est un mot qui dérive d'une racine latine qui signifie "atteindre,
tendre vers" ; l'acte de l'Attention est donc réellement "la réalisation, la
tension" vers une énergie mentale ; examiner la signification étymologique du
mot "Attention" nous fait donc comprendre la véritable idée cachée des
hermétistes.
La doctrine hermétique, en ce qui concerne le processus d'Evolution, est la
suivante : Le Tout, ayant médité sur le commencement de la Création, ayant
ainsi établi les fondations matérielles de l'Univers, ayant pensé son existence,
se réveille graduellement ou sort de sa méditation ; en agissant ainsi, il fait se
manifester successivement et en bon ordre le processus de l'Evolution sur les
plans matériel, mental et spirituel. C'est ainsi que le mouvement vers le haut
commence ; tout va dans la direction de l'Esprit. La Matière devient moins
grossière ; les Unités s'assemblent pour donner naissance aux êtres ; les
combinaisons commencent à se former ; la Vie apparaît et se manifeste dans
des formes toujours supérieures et l'Esprit devient de plus en plus évident, de
plus en plus apparent, les vibrations augmentant constamment de rapidité. En
un mot, le processus entier de l'Evolution dans toutes ses phases, commence et
agit en concordance avec les Lois établies du. processus "d'Infusion". Pour
créer tout cela, il a fallu des éternités et des éternités du temps de l'Homme,
chaque éternité contenant d'innombrables millions d'années ; cependant les
Illuminés nous enseignent que la création complète d'un Univers, y compris
l'Involution et l'Evolution n'est pour Le Tout qu'un "clignement de paupières".
A la fin du cycle interminable des myriades de siècles, Le Tout cesse son
Attention, c'est-à-dire sa contemplation et sa Méditation vis-à-vis de l'Univers,
car le Grand Œuvre est terminé ; tout rentre dans Le Tout d'où il est sorti. Mais,
Mystère des Mystères, l'Esprit de toute âme, loin d'être annihilé, est infiniment
développé ; le Créateur et le Créé sont confondus. Tel est le récit des
Illuminés !
Ce que nous venons de dire de la "méditation" du Tout et de son "réveil de
cette méditation", n'est évidemment qu'une simple tentative de la part des
Professeurs pour décrire par un exemple fini le processus Infini. "Ce qui est en
Bas est comme ce qui est en Haut". Il n'existe qu'une différence de degré. Et de
même que le Tout abandonne sa méditation sur l'Univers, de même l'Homme,
quand en vient le moment, cesse d'agir sur le Plan Matériel, et se retire de plus
en plus dans l'Esprit Intime, qui est vraiment "le Divin Ego".
Il est une autre question que nous désirons étudier dans cette leçon et qui
se rapproche beaucoup du terrain Métaphysique de la spéculation, bien que
notre intention soit de montrer la futilité d'une telle spéculation. Nous voulons
parler de la pensée qui vient inévitablement à l'esprit de tous ceux qui se sont
aventurés à la recherche de la Vérité. La question est la suivante : "Pourquoi le
Tout a-t-il créé les Univers ?" On peut la poser de différentes manières mais
celle que nous venons de donner les résume toutes.
Les Hommes se sont efforcés de la résoudre, mais il n'existe pas encore de
réponse digne de ce nom. Quelques-uns se sont imaginé que Le Tout avait
quelque chose à gagner en créant les Univers ; cela est absurde ; que pourrait
en effet gagner Le Tout qui ne soit déjà en sa possession ? D'autres ont cherché
la réponse dans l'idée que Le Tout "voulait avoir quelque chose à aimer" ;
d'autres ont répondu qu'il créait par plaisir, par amusement ; ou parce "qu'il
était solitaire" ; ou bien encore pour manifester son pouvoir ; toutes
explications et idées puériles appartenant à la période enfantine de la pensée.
D'autres ont cherché à expliquer le mystère en assurant que Le Tout se
trouvait "contraint" de créer en vertu de sa propre "nature intérieure" et de son
"instinct créatif". Cette dernière idée est en avance sur les autres mais son point
faible est dans ce fait que Le Tout peut être "contraint" par quelque chose,
intérieur ou extérieur. Si sa "nature intérieure" ou son "instinct créatif"
obligeait Le Tout à faire quoi que ce soit, alors cette "nature intérieure", cet
"instinct créatif" serait l'Absolu au lieu du Tout ; une partie de l'explication
n'est donc pas satisfaisante. Et cependant Le Tout cirée, et manifeste ; il semble
même y trouver une sorte de satisfaction. Il est donc difficile d'échapper à la
conclusion qu'à quelque degré infini, il doit y avoir quelque chose dans
l'homme, qui correspond à une "nature intérieure" ou à un "instinct créatif", du
Désir Infini et de la Volonté correspondante. Le Tout ne peut agir s'il ne Veut
pas Agir ; et il ne Voudrait pas agir s'il ne Désirait pas le faire, de sa propre
volonté, D'autre part, il ne Désirerait pas Agir s'il n'en tirait pas une certaine
satisfaction. Toutes ces choses font partie d'une "Nature Intérieure" ; on peut
déduire leur existence de la Loi de Correspondance. Nous préférons cependant
penser que Le Tout agit en pleine liberté, soustrait à toute influence aussi bien
extérieure qu'intérieure. Tel est le problème qui se trouve à la racine de la
difficulté et la difficulté qui se trouve à la racine du problème.
En parlant strictement, il est impossible de dire que Le Tout ait une
"Raison" quelconque pour agir, car une "Raison" implique une "Cause" ; or Le
Tout est au-dessus de toute Cause et de tout Effet, sauf quand il Veut devenir
une Cause ; c'est alors que le Principe se manifeste. Ainsi, vous le voyez, la
matière est Impossible comme Le Tout est Inconnaissable. De même nous
disons simplement que Le Tout "est", de même nous sommes obligés de dire
que "Le Tout agit parce qu'il agit". Finalement, Le Tout est Toute Raison en
elle-même. Toute Loi en elle-même ; Toute Action en elle-même ; on peut
dire, sans crainte d'erreur, que Le Tout est Sa Propre Raison, sa propre Loi, ses
propres actions ; mieux encore, on peut dire que Le Tout, sa Raison, ses Actes,
sa Loi sont UN, tous ces mots ayant la même signification. L'avis de ceux qui
ont rédigé ces leçons, est qu'il faut chercher la réponse dans le Moi intérieur du
Tout, de même que pour le Secret de l'existence. La Loi de Correspondance à
notre avis, atteint seulement cet aspect du Tout que nous pouvons appeler
"L'Aspect du Devenir". Derrière cet aspect, se trouve "L'Aspect de l'Etre", dans
lequel toutes les Lois se perdent dans La Loi, tous les Principes se fondent dans
le Principe ; et Le Tout, Le Principe et l'Etre sont identiques, un et semblables.
Toute spéculation métaphysique sur ce point est donc futile. Nous avons
abordé franchement le sujet afin de montrer l'absurdité des réponses ordinaires
de la métaphysique et de la théologie.
Pour conclure, il peut être d'un certain intérêt pour nos élèves d'apprendre
que, tandis que les Enseignements hermétiques anciens et modernes ont tendu à
appliquer à la question le Principe de Correspondance, qui a fait conclure à
l'existence de la "Nature Intérieure", la légende nous rapporte qu'Hermès le
Grand, quand ses élèves les plus avancés lui posèrent la question, répondit en
pressant fortement ses lèvres les unes contre les autres et en ne laissant pas
échapper un seul mot ; il voulait dire évidemment qu'à cela il n'y avait pas de
réponse. Cependant, son intention peut avoir été d'appliquer cet axiome de la
philosophie : "Les lèvres de la Sagesse sont closes excepté aux oreilles de
l'Entendement", estimant que même ses élèves les plus avancés ne possédaient
pas encore un Entendement qui put leur permettre de recevoir l'Enseignement.
En tous cas, si Hermès possédait le Secret, il oublia de s'en départir et en ce qui
concerne l'Univers, les lèvres d'Hermès sont closes. Où le Grand Hermès
hésitait à parler, quel mortel oserait enseigner ?
En tous cas, souvenez-vous que quelle que soit la solution de ce problème,
s'il en existe vraiment une, il subsiste néanmoins cette vérité que : "S'il est vrai
que Tout est dans LE TOUT, il est également vrai que LE TOUT est dans
Tout". L'Enseignement sur ce point est énergique. Nous pouvons ajouter la
conclusion de la citation du Kybalion : "Celui qui comprend parfaitement cette
vérité possède déjà un grand savoir."


CHAPITRE VIII
Les Plans de Correspondance
"Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est
en Bas est comme ce qui est en Haut."

Le deuxième Grand Principe Hermétique implique cette vérité qu'il existe
une harmonie, un rapport, une correspondance entre les différents plans de
Manifestation de la Vie et de l'Etre. Cette affirmation est une vérité parce que
tout ce que contient l'Univers émane de la même source ; les mêmes lois, les
mêmes principes, les mêmes caractéristiques s'appliquent à chaque unité ou à
toute combinaison d'unités d'activité et chacune d'elle manifeste ses propres,
phénomènes sur son propre plan.
Pour la commodité de la pensée et de l'étude, la Philosophie hermétique
considère que l'Univers peut être divisé en trois grandes classes de phénomènes
connues comme les Trois Grands Plans ; ils s'appellent :
1. Le Grand Plan Physique.
2. Le Grand Plan Mental.
3. Le Grand Plan Spirituel.
Ces divisions sont plus ou moins artificielles on arbitraires car la vérité est
que chacune de ces trois divisions n'est qu'un degré supérieur de la grande
échelle de la Vie, le degré le plus bas étant évidemment la Matière et le plus
haut, l'Esprit. D'ailleurs, les différents Plans se fondent les uns dans les autres,
si bien qu'il n'est pas possible d'établir de division bien nette entre les
phénomènes supérieurs du Plan Physique et les phénomènes inférieurs du Plan
Mental, ou entre les phénomènes supérieurs du Plan 'Mental et les phénomènes
inférieurs du Plan Spirituel.
En un mot, les Trois Grands Plans peuvent être considérés comme trois
grands groupes de degrés dans les Manifestations de la Vie. Bien que le but de
ce petit ouvrage ne nous permette pas d'entrer dans une discussion détaillée et
dans une explication étendue de ces différents plans, il nous paraît utile
cependant d'en donner ici une description générale.
Nous pouvons d'abord étudier la question si souvent posée par le néophyte
qui désire être renseigné sur la signification du mot "Plan", terme dont on s'est
servi à satiété, mais que l'on a bien pauvrement expliqué dans les nombreux
ouvrages modernes sur l'Occultisme. La question est généralement posée
comme ceci : "Un Plan est-il un endroit ayant des dimensions, ou est-ce
simplement une condition ou un état ?" Nous répondons : "Non, ce n'est pas un
endroit mesurable ni une dimension ordinaire de l'espace ; c'est même plus
qu'un état ou une condition. Un Plan Peut être considéré comme un état ou une
condition susceptibles d'être mesurés". C'est paradoxal, direz-vous ?
Examinons la question en détail. Une "dimension", vous le savez, est "une
mesure en ligne droite, une chose se rapportant à une mesure", etc. Les
dimensions ordinaires de l'espace sont la longueur, la largeur et la hauteur ou
mieux la longueur, la largeur, la hauteur, l'épaisseur et la circonférence. Mais il
existe une autre dimension des "choses créées", une autre "mesure en ligne
droite" connue des occultistes et aussi des savants bien que ceux-ci ne lui
appliquent pas encore le mot "dimension" ; cette nouvelle mesure n'est autre
chose que la "Quatrième dimension", si connue et si exploitée et qui sert à
déterminer les différents degrés ou "plans".
Cette Quatrième Dimension peut être appelée "la Dimension de la
Vibration". C'est un fait bien connu de la science moderne aussi bien que des
hermétistes, qui ont incorporé dans le "Troisième Principe Hermétique", la
vérité que "tout est en mouvement ; tout vibre ; rien ne se repose". Depuis les
manifestations les plus élevées jusqu'aux manifestations les plus basses, tout
Vibre. Non seulement tout vibre à des vitesses différentes, mais tout vibre dans
des directions et des manières différentes. Les degrés du "taux" de vibration
constituent les degrés des mesures sur l'Echelle des Vibrations ; en d'autres
termes, ils constituent les degrés de la Quatrième Dimension. Ces degrés
constituent ce que les occultistes appellent les "Plans". Plus le taux de la
vibration est élevé, plus est élevé le Plan, et plus est élevée la manifestation de
Vie qui occupe ce Plan. Ainsi, bien qu'un Plan ne soit ni un "endroit", ni un
"état", ni une "condition", il possède cependant des qualités communes. Nous
insisterons plus longuement sur l'échelle des Vibrations dans nos prochaines
leçons, dans lesquelles nous étudierons le Principe hermétique des Vibrations.
Vous voudrez bien vous souvenir cependant, que les Trois Grands Plans ne
sont pas des divisions réelles des phénomènes de l'Univers, mais de simples
expressions arbitraires dont se servent les Hermétistes pour faciliter la pensée
et l'étude des divers degrés et des différentes formes d'activité et de vie
universelle. L'atome de matière, l'unité de force, l'esprit de l'homme et l'état
d'archange ne sont que les échelons différents de la même échelle ; ils sont tous
d'origine semblable, la seule différence qu'il y ait étant une différence de degré
et de taux de vibration ; toutes ces choses sont des créations Du Tout et existent
dans l'Esprit Infini Du Tout.
Les hermétistes subdivisent chacun des Trois Grands Plans en Sept Plans
Inférieurs ; chacun de ces derniers est aussi subdivisé en sept sous-plans ;
toutes ces divisions sont, naturellement, plus ou moins arbitraires, car elles se
confondent plus ou moins les unes dans les autres ; elles ne sont adoptées que
pour faciliter la pensée et l'étude scientifique.
Le Grand Plan Physique et ses Sept Plans Inférieurs est cette partie des
phénomènes de l'Univers qui contient tout ce qui se rapporte aux choses, aux
forces et aux manifestations physiques et matérielles. Il comprend toutes les
formes de ce que nous appelons Matière et toutes les formes de ce que nous
appelons Energie ou Force. Vous ne devez pas oublier que la Philosophie
hermétique ne reconnaît pas la Matière comme une "chose en elle-même", ou
comme possédant une existence séparée, même dans l'Esprit Du Tout. La
Doctrine enseigne que la Matière n'est qu'une forme d'Energie, c'est-à-dire, de
l'Energie possédant un taux inférieur de vibrations d'une certaine sorte. Par
suite, les hermétistes classent la Matière sous le titre d'Energie et lui donnent
trois des Sept Plans Inférieurs du Grand Plan Physique.
Ces Sept Plans Physiques Inférieurs sont les suivants :
1. Le Plan de la Matière (A)
2. Le Plan de la Matière (B)
3. Le Plan de la Matière (C)
4. Le Plan de la Substance Ethérée.
5. Le Plan de l'Energie (A)
6. Le Plan de l'Energie (B)
7. Le Plan de l'Energie (C)
Le Plan de la Matière (A) comprend les formes de Matières solides,
liquides et gazeuses telles qu'on les reconnaît généralement dans les ouvrages
classiques de Physique. Le Plan de la Matière (B) comprend certaines formes
de Matière plus élevées et plus subtiles que la science moderne vient seulement
de reconnaître ; ce sont les phénomènes de la Radio-activité de la Matière, dans
sa phase du Radium, etc., appartenant à la subdivision la plus basse de ce Plan
Inférieur. Le Plan de la Matière (C) comprend les formes de la Matière la plus
subtile et la plus ténue, dont les savants ordinaires ne soupçonnent pas encore
l'existence. Le Plan de la Substance éthérée comprend ce que la science appelle
"Ether", substance d'une ténuité et d'une élasticité extrêmes, occupant tout
l'Espace Universel et agissant comme milieu intermédiaire pour la transmission
des vagues d'énergie, telles que la lumière, la chaleur, l'électricité, etc. Cette
substance éthérée a un rapport étroit, établit une communication intime entre la
Matière et l'Energie, et elle partage la nature de chacune. La Doctrine
hermétique nous enseigne que ce plan possède sept subdivisions, comme,
d'ailleurs, tous les Plans Inférieurs, et que, en fait, il existe sept éthers au lieu
d'un seul.
Immédiatement après le Plan de la Substance éthérée, vient le Plan de
l'Energie (A), qui comprend les formes ordinaires de l'Energie connues de la
science ; ses sept sous-plans sont les suivants : la Chaleur, la Lumière, le
Magnétisme, l'Electricité, et l'Attraction comprenant la Gravitation, la
Cohésion, l'Affinité Chimique, et plusieurs autres formes d'énergie indiquées
par les expériences scientifiques mais qui ne sont pas encore classées et
auxquelles on n'a pas encore donne de nom. Le Plan de l'Energie (B) comprend
sept sous-plans de formes supérieures d'énergies que la science n'a pas encore
découvertes, mais auxquelles on a donné le nom de "Forces Naturelles
Délicates" et qui sont appelées à se manifester dans certaines formes de
phénomènes mentaux et grâce auxquelles ces phénomènes deviennent
possibles. Le Plan de l'Energie (C) comprend sept sous-plans d'énergie si
puissamment organisée qu'elle porte en elle beaucoup de caractères de la "vie",
mais qui n'est pas reconnue des hommes qui se trouvent sur le plan ordinaire
du développement et qui peut avoir seulement un intérêt sur le Plan Spirituel ;
une telle énergie est indispensable pour l'homme ordinaire et peut être
considérée presque comme le "pouvoir divin". Les êtres qui l'emploient sont
comme des "dieux" même comparés aux types humains supérieurs que nous
connaissons.
Le Grand Plan Mental comprend ces formes de "choses vivantes" que nous
rencontrons à chaque pas dans la vie ordinaire en même temps qu'un certain
nombre d'autres formes moins bien connues sauf des occultistes.
La classification des Sept Plans Mentaux Inférieurs est plus ou moins
satisfaisante et arbitraire, à moins d'être accompagnée d'explications détaillées
qui ne pourraient trouver leur place dans ce petit ouvrage. Nous allons
cependant les mentionner. Ce sont les suivants :
1. Le Plan de l'Esprit Minéral.
2. Le Plan de l'Esprit Elémentaire (A)
3. Le Plan de l'Esprit Végétal.
4. Le Plan de l'Esprit Elémentaire (B)
5. Le Plan de l'Esprit Animal.
6. Le Plan de l'Esprit Elémentaire (C)
7. Le Plan de l'Esprit Humain.
Le Plan de l'Esprit Minéral, comprend les "Etats ou conditions" des unités
ou entités, et de leurs groupements ou combinaisons, qui animent les formes
connues de nous sous le nom de "minéraux, produits chimiques", etc. Ces
entités ne doivent pas être confondues avec les molécules, les atomes et les
corpuscules eux-mêmes, ceux-ci étant simplement le corps matériel, la forme
de ces entités, de même que le corps humain n'est que sa forme matérielle et
non pas l'homme "lui-même". On peut appeler ces entités des "âmes" ; ce sont
des êtres vivants possédant un degré inférieur de développement, de vie et
d'esprit, mais un peu plus grand cependant que celui des unités de l' "énergie
vivante" qui comprend des subdivisions plus hautes du Plan Physique
supérieur. Les esprits ordinaires n'attribuent généralement pas un esprit, une
âme ou de la vie au royaume Minéral ; tous les occultistes au contraire
reconnaissent cette existence. La science moderne évolue rapidement et n'est
pas loin d'accepter le point de vue des hermétistes à ce sujet. Les molécules, les
atomes, les corpuscules ont leurs "amours et leurs haines", "leurs goûts et leurs
dégoûts", "leurs attractions et leurs répulsions", "leurs affinités et leurs nonaffinités",
quelques-uns des esprits scientifiques modernes les plus audacieux
ont exprimé l'opinion que le désir et la volonté, les émotions et les sentiments
des atomes n'ont avec ceux des hommes qu'une différence de degré. Nous
n'avons ni le temps ni l'espace pour soutenir ici cette thèse. Tous les occultistes
savent que c'est un fait, et d'autres se sont reportés pour en avoir confirmation
aux ouvrages scientifiques les plus récents. Ce plan contient également les sept
subdivisions usuelles.
Le Plan de l'Esprit Elémentaire (A) comprend l'état, la condition et le
degré de développement mental et vital d'une certaine classe d'entités inconnue
de l'homme ordinaire mais reconnue des occultistes. Ces entités sont invisibles
aux sens ordinaires de l'homme ; elles existent néanmoins et jouent leur rôle
dans le Drame de l'Univers. Leur degré d'intelligence est situé d'une part entre
celui des entités minérales et chimiques, et celui des entités du royaume végétal
d'autre part. Il y a aussi sept subdivisions à ce plan.
Le Plan de l'Esprit Végétal, dans ses sept subdivisions, comprend les états
et les conditions des entités faisant partie des royaumes du Monde Végétal dont
les phénomènes vitaux et mentaux sont compris parfaitement des individus
d'intelligence ordinaire, de nombreux ouvrages nouveaux et intéressants
concernant "l'Esprit et la Vie chez les Plantes" ayant été publiés pendant ces
dix dernières années. Les plantes ont de la vie, un esprit et une "âme" aussi
bien que les animaux, l'homme et le surhomme.
Le Plan de l'Esprit Elémentaire (B), dans ses sept subdivisions, comprend
les états et les conditions d'une sorte supérieure d'entités "élémentaires" ou
invisibles, jouant leur rôle dans le travail général de l'Univers ; leur esprit et
leur vie constituent une partie de l'échelle située entre le Plan de l'Esprit
Végétal et le Plan de l'Esprit Animal, les entités faisant à la fois partie de la
nature de ces deux derniers.
Le Plan de l'Esprit Animal dans ses sept subdivisions comprend les états et
les conditions des entités, des êtres et des âmes habitant les formes animales de
la vie qui nous sont familières à tous. Il n'est pas nécessaire d'entrer dans
beaucoup de détails au sujet de ce royaume, de ce plan de vie car le monde
animal nous est aussi familier que le nôtre.
Le Plan de l'Esprit Elémentaire (C) dans ses sept subdivisions, comprend
ces entités et ces êtres, invisibles comme le sont toutes ces formes
élémentaires, qui font partie et dans certaines combinaisons à un certain degré
à la fois de la nature de la vie animale et de la nature de la vie humaine. Au
point de vue intelligence, les formes supérieures sont à moitié humaines.
Le Plan de l'Esprit Humain, dans ses sept subdivisions, comprend ces
manifestations de vie et de mentalité qui sont communes à l'homme à des
degrés différents. Sous ce rapport, nous voulons mettre en lumière ce fait que
l'homme ordinaire d'aujourd'hui n'occupe que la quatrième subdivision du Plan
de l'Esprit Humain ; seuls les plus intelligents ont franchi la lisière de la
Cinquième subdivision. Il a fallu à notre race des millions d'années pour
atteindre cet état et il faudra an nombre d'années bien plus considérable encore
pour qu'elle atteigne la sixième et la septième subdivisions, et pour s'élever audessus
de cette dernière. Souvenez-vous qu'il y a eu d'autres races avant nous
qui ont franchi ces degrés et qui ont atteint ensuite des plans supérieurs. Notre
propre race est la cinquième qui a pris pied sur la Voie ; les retardataires de la
quatrième race se sont joints à la nôtre. Il existe quelques esprits avancés de
notre propre race qui se sont élevés au-dessus des masses et qui ont atteint la
sixième et la septième subdivision ; quelques-uns même les ont dépassées.
L'homme de la sixième subdivision sera "Le Sur-Homme" ; celui de la
Septième sera le "Super-Homme".
Dans notre étude des Sept Plans Mentaux Inférieurs nous avons
simplement fait allusion aux Trois Plans Elémentaires d'une manière générale.
Nous ne voulons pas entrer dans ce petit ouvrage dans des détails approfondis
sur ce sujet, car il n'appartient pas à cette partie de la philosophie générale et
des enseignements qui nous intéressent. Mais, dans le but de vous donner une
idée plus claire des rapports de ces plans avec ceux qui vous sont plus
familiers, nous pouvons vous dire que les Plans Elémentaires ont avec les Plans
de la. Mentalité et de la Vie Minérale, Végétale, Animale et Humaine, les
mêmes rapports qu'ont les touches noires du piano avec les touches blanches.
Les touches blanches sont suffisantes pour produire de la musique, mais il y a
certaines gammes, certaines mélodies et certaines harmonies dans lesquelles les
touches noires jouent leur rôle et dont leur présence est nécessaire. Les Plans
Elémentaires sont également nécessaires car ils servent à relier les conditions
de l'âme et les états mentaux d'un plan avec ceux des autres plans ; il en résulte
certaines formes nouvelles de développement ; ce fait donne au lecteur qui est
capable de "lire entre les lignes" une nouvelle lumière sur le processus de
I"Evolution et une nouvelle clef pour ouvrir la porte secrète des "sauts de la
vie" qui se produisent entre les divers royaumes. Les grands royaumes
Elémentaires sont pleinement reconnus par tous les occultistes et les ouvrages
ésotériques sont remplis de citations à leur sujet.
Si nous passons du Grand Plan Mental au Grand Plan Spirituel, qu'auronsnous
à dire ? Comment pourrons-nous expliquer ces états supérieurs de l'Etre,
de la Vie et de l'Esprit à des individus jusqu'ici incapables de saisir et de
comprendre les subdivisions supérieures du Plan de l'Esprit Humain ? La tâche
est lourde. Nous ne pouvons parler qu'en termes très généraux. Comment
pourrait-on dépeindre la Lumière à un aveugle de naissance, le sucre à un
homme qui n'aurait jamais goûté quelque chose de doux ; l'harmonie à
quelqu'un qui serait sourd de naissance ?
Tout ce que nous pouvons dire est que les Sept Plans Inférieurs du Grand
Plan Spirituel, chaque Plan Inférieur ayant ses sept subdivisions, comprennent
des Etres possédant de la Vie, de l'Esprit et des Formes aussi supérieures à
celles de l'Homme d'aujourd'hui que l'Homme est supérieur au ver de terre, aux
minéraux ou même à certaines formes d'Energie et de Matière. La Vie de ces
Etres surpasse tellement la nôtre qu'il nous est impossible d'en soupçonner les
détails ; leurs Esprits surpassent tellement les nôtres que, pour eux, nous
paraissons à peine "penser" et notre processus mental leur paraît à peine un
processus matériel ; la Matière dont leurs formes sont composées provient des
Plans Physiques Supérieurs plus encore on affirme que quelques-uns sont
"habillés de Pure Energie". Que peut-on dire de pareils êtres ?
Sur les Sept Plans Inférieurs du Grand Plan Spirituel existent des Etres
dont nous pouvons parler comme nous parlerions d'Anges, d'Archanges et de
demi-Dieux. Sur le plus bas des Plans Inférieurs habitent ces grandes âmes que
nous appelons les Maîtres et les Adeptes. Au-dessus d'eux, vient la Grande
Hiérarchie des Anges, inaccessible à la pensée de l'Homme ; ensuite viennent
ceux que, sans irrévérence, on peut appeler"Les Dieux" ; si haut qu'ils soient
placés sur l'échelle de l'Etre, leur intelligence et leur pouvoir se rapprochent
beaucoup des facultés que les races humaines attribuent à leurs conceptions de
la Divinité. Ces Individus sont supérieurs aux plus grands rêves de
1'imagination humaine ; seul, le mot "Divin" est susceptible de s'adresser à
eux. Un grand nombre de ces Etres, aussi bien que les Anges, prennent le plus
grand intérêt et jouent un rôle important dans les affaires de l'Univers. Ces
Divinités Invisibles et ces Auxiliaires Angéliques étendent librement et
puissamment leur influence dans le processus de l'Evolution et dans le Progrès
Cosmique. Leur intervention et leur assistance occasionnelle dans les affaires
humaines ont conduit aux innombrables légendes, aux croyances, aux religions
et aux traditions de la race, passée et présente. Ils ont super-imposé leur
connaissance et leur pouvoir sur le monde, sans un instant d'arrêt, tout cela
naturellement sous la domination de la Loi du Tout.
Et cependant, même les plus grands de ces Etres avancés n'existent que
comme des créations de l'Esprit Du Tout et vivent en lui, sujets au Processus
Cosmique et aux Lois Universelles. Ils sont toujours Mortels. Nous pouvons
les appeler des "dieux" si nous voulons, mais ils sont toujours les Frères Aînés
de la Race, les esprits avancés qui ont devancé leurs compagnons et qui ont
renoncé à l'extase de l'Absorption par Le Tout, dans le but d'aider leurs amis
dans leur voyage sur La Voie. Mais ils appartiennent à l'Univers et ils sont
sujets à ses conditions ; ils sont mortels et leur plan est situé immédiatement
au-dessous de celui de l'Esprit Absolu.
Seuls les hermétistes les plus avancés sont capables de saisir les
Enseignements secrets concernant l'état de l'existence et les pouvoirs qui se
manifestent sur les, Plans Spirituels. Ces phénomènes sont tellement supérieurs
à ceux des Plans Mentaux, que, si nous tentions de les décrire, il en résulterait
fatalement une confusion dans les idées. Seuls, ceux dont l'esprit a été
soigneusement entraîné à la Philosophie hermétique pendant de nombreuses
années, ceux qui ont conservé en eux le savoir précédemment acquis dans
d'autres incarnations, sont susceptibles de comprendre exactement la
signification de la Doctrine concernant ces Plans Spirituels. Un grand nombre
de ces Enseignements secrets sont considérés par les hermétistes comme trop
sacrés, trop importants et même trop dangereux pour être répandus dans le
grand publie. L'élève intelligent est capable de reconnaître ce que nous voulons
dire quand nous affirmons que le mot "Esprit", tel que l'utilisent les
hermétistes, signifie "Pouvoir Vivant", "Force Animée", "Essence Intime",
"Essence de Vie", etc., signification que l'on ne doit pas confondre avec celle
usuellement et communément employée de "religieux, ecclésiastique, spirituel,
éthéré, saint", etc., etc. Les occultistes utilisent le mot "Esprit" dans le sens de
"Principe Animant" ; ils y joignent l'idée de Pouvoir, d'Energie Vivante, de
Force Mystique, etc. Ils savent bien que ce qu'ils connaissent comme "Pouvoir
Spirituel" peut être employé aussi bien dans un but honorable que dans un but
mauvais, conformément au Principe de Polarité ; c'est un fait qui a été reconnu
par la majorité des religions ; elles l'ont bien montré dans leurs conceptions de
Satan, Belzébuth, le Diable, Lucifer, les Anges déchus, etc. C'est pourquoi les
connaissances de ces Plans ont été conservées par le Saint des Saints, dans la
Chambre Secrète du Temple, dans toutes les Confréries ésotériques et les
Ordres occultes. Mais, nous pouvons le dire ici, ceux qui ont acquis un pouvoir
spirituel puissant et qui l'ont employé pour le mal, ont un terrible destin en
perspective ; l'oscillation du pendule du Rythme les ramènera inévitablement
en arrière jusqu'au point extrême de l'existence Matérielle, d'où ils devront à
nouveau revenir sur leurs pas vers l'Esprit, suivre les détours fatigants de La
Voie, et endurer toujours la torture supplémentaire de se rappeler sans cesse les
grandeurs qu'ils ont connues et que leur ont fait perdre leurs mauvaises actions.
La légende des Anges Déchus a son origine dans les faits que nous venons
d'expliquer, tous les occultistes avancés le savent. La lutte pour un pouvoir
égoïste sur les Plans Spirituels a toujours comme conséquence inévitable une
perte de l'équilibre spirituel et une chute qui abaisse l'esprit égoïste autant qu'il
a été élevé. Cependant, même pour un esprit semblable, la possibilité d'un
retour existe ; il est obligé de faire le voyage en sens inverse, subissant ainsi la
punition terrible de l'invariable Loi.
Pour conclure nous voudrions encore vous rappeler que, suivant le
Principe de Correspondance qui contient cette vérité : "Ce qui est en Haut est
comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut",
chacun des Sept Principes Hermétiques est en pleine action sur tous les divers
plans Physique, Mental et Spirituel. Le Principe de la Substance Mentale
s'applique naturellement à tous les plans, car tous sont contenus dans l'Esprit
Du Tout. Le Principe de Correspondance se manifeste également dans tous car
il existe une correspondance, une harmonie et un rapport entre les divers plans.
Le Principe de Vibration se manifeste sur tous les plans ; en fait les différences
de Vibration comme nous l'avons expliqué. Le Principe de Polarité se
manifeste sur chaque plan, les Pôles extrêmes étant en apparence opposés et
contradictoires. Le Principe du Rythme se manifeste sur chaque Plan, le
mouvement des phénomènes ayant son flux et son reflux, son maximum et son
minimum, son arrivée et son retour. Le Principe de la Cause et de l'Effet se
manifeste aussi sur chaque Plan, tout Effet ayant sa Cause et toute Cause ayant
son Effet. Le Principe du Genre se manifeste encore sur chaque Plan, l'Energie
Créative étant toujours manifeste et opérant sous ses aspects Masculin et
Féminin.
"Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est
comme ce qui est en Haut". Cet axiome hermétique, vieux de plusieurs
millénaires, implique un des grands Principes des Phénomènes Universels.
Dans la suite de notre étude sur les Principes que nous n'avons pas encore
expliqués, nous verrons encore plus clairement la vérité de la nature universelle
de ce grand Principe de Correspondance.


CHAPITRE IX
La Vibration
"Rien ne repose ; tout remue ; tout vibre."

Le Troisième grand Principe Hermétique, le Principe de Vibration,
implique la vérité que le Mouvement se manifeste partout dans l'Univers, que
rien n'est à l'état de repos, que tout remue, vibre et tourne en rond. Ce Principe
hermétique était reconnu par quelques-uns des premiers philosophes grecs qui
l'introduisirent dans leurs systèmes. Mais, pendant de nombreux siècles tous les
penseurs, sauf les penseurs hermétistes le perdirent de vue. Au dix-neuvième
siècle, la science physique découvrit à nouveau la vérité et les découvertes
scientifiques du vingtième siècle ont apporté de nouvelles preuves de
l'exactitude de cette doctrine hermétique, vieille de plusieurs siècles.
Les enseignements hermétiques disent que non seulement tout est en état
de mouvement perpétuel et de vibration constante, mais encore que les
"différences" qui existent entre les diverses manifestations du pouvoir universel
sont dues entièrement à la diversité du mode et de la période des vibrations.
Mieux encore, Le Tout, en lui-même, manifeste une vibration constante d'un
degré si intense et d'un mouvement si rapide qu'il peut être pratiquement
considéré comme à l'état de repos ; les professeurs l'expliquent en attirant
l'attention des élèves sur le fait que même sur le. plan physique, un objet qui se
meut avec rapidité, une roue qui tourne par exemple, paraît être à l'état de
repos. Les enseignements préconisent l'idée que l'Esprit se trouve à une
extrémité d'un Pôle de la Vibration des formes de Matière extrêmement
grossières se trouvant à l'autre Pôle. Entre ces deux Pôles, il y a des millions et
des millions de modes et de périodes différents de vibration.
La Science Moderne a prouvé que tout ce que nous appelons Matière et
Energie n'est qu'un "mode de mouvement vibratoire", et quelques-uns des
savants les plus avancés se rallient rapidement à l'opinion des occultistes qui
affirment que les phénomènes de l'Ame ne sont de même que des modes de
vibration ou de mouvement. Voyons ce que nous dit la science sur la question
des vibrations dans la matière et dans l'énergie.
D'abord, la science enseigne que toute matière manifeste à un degré
quelconque, les vibrations résultant de la température. Qu'un objet soit froid ou
chaud, ces deux conditions n'étant que des degrés différents de la même chose,
il manifeste certaines vibrations caloriques et, à ce point de vue, il se trouve en
mouvement à l'état de vibration. Toutes les particules de Matière sont douées
de mouvements circulaires, depuis les corpuscules jusqu'aux soleils. Les
planètes exécutent leur révolution autour des soleils, et beaucoup d'entre elles
tournent sur leurs axes. Les soleils se meuvent autour de points centraux plus
grands ; ceux-ci sont considérés comme se mouvant autour de points encore
plus grands, et ainsi de suite, à l'infini. Les molécules dont sont composées les
sortes particulières de Matière sont dans un état constant de vibration et de
mouvement les unes autour des autres et les unes contre les autres. Les
molécules sont composées d'Atomes qui, de même, se trouvent dans un état
constant de vibration et de mouvement. Les atomes sont composés de
corpuscules, quelquefois appelés "électrons", "ions", etc., qui sont également
dans un état de mouvement accéléré, tournant les uns autour des autres, et
manifestant un état et un mode de vibration excessivement rapide. Nous
voyons donc que, conformément au Principe Hermétique de la Vibration,
toutes les formes de Matière manifestent de la Vibration.
Il en est ainsi pour les diverses formes d'Energie. La science nous enseigne
que la Lumière, la Chaleur, le Magnétisme et l'Electricité ne sont que des
formes de mouvement vibratoire émanant très probablement de l'Ether. La
science n'essaye pas encore d'expliquer la nature du phénomène connu sous le
nom de Cohésion, qui est le principe de l'Attraction Moléculaire, ni l'Affinité
Chimique qui est le principe de l'Attraction Atomique, ni la Gravitation, le plus
grand de ces trois mystères, qui est le principe de l'attraction, par lequel toute
particule ou foute masse de Matière est intimement liée à toute autre masse ou
à toute autre particule. Ces trois formes d'Energie ne sont pas encore comprises
par la science ; cependant les écrivains penchent fortement vers l'opinion
qu'elles sont également des manifestations d'une forme quelconque d'énergie
vibratoire, fait que les hermétistes connaissaient et qu'ils ont enseigné il y a un
nombre considérable d'années.
L'Ether Universel, dont la science affirme l'existence sans que sa nature
soit bien clairement comprise, est considéré par les hermétistes comme une
manifestation supérieure de ce que l'on appelle à tort matière ; mais ils
entendent une Matière ayant atteint un degré supérieur de vibration ; ils
l'appellent "La Substance Ethérée". Ils enseignent que cette Substance Ethérée
est d'une ténuité et d'une élasticité extrêmes et qu'elle remplit tout l'espace
universel, servant de milieu de transmission aux ondes d'énergie vibratoire,
telles que la chaleur, la lumière, l'électricité, le magnétisme, etc. La Doctrine
nous dit que la Substance Ethérée n'est qu'un maillon qui sert à relier entre elles
les formes d'énergie vibratoire connues d'une part sous le nom de "Matière" et
d'autre part sous le nom de "Energie ou Force" ; elle nous enseigne aussi qu'elle
manifeste un certain degré de vibration, d'amplitude et de période qui lui sont
tout à fait propres.
Les savants, pour montrer ce qui se produit quand on augmente la période
des vibrations, émettent l'hypothèse d'une roue, d'une toupie ou d'un cylindre
fonctionnant avec une grande rapidité. Cette expérience suppose que la roue, la
toupie ou. le cylindre tourne d'abord à une faible vitesse ; dans ce qui va suivre
pour faciliter l'exposé, nous appellerons cette chose qui tourne "l'objet".
Supposons donc que l'objet tourne lentement. Il est possible de le distinguer
facilement, mais aucun son musical résultant de sa rotation ne vient frapper
notre oreille. Augmentons progressivement la vitesse. En quelques instants, sa
rotation devient si rapide qu'un bruit léger, une note basse peut être entendu.
Puis, au fur et à mesure que l'objet tourne plus rapidement, la note s'élève dans
l'échelle musicale. En augmentant encore la rapidité du mouvement, on peut
distinguer la note immédiatement supérieure. Ainsi, les unes après les autres,
toutes les notes de la gamme apparaissent de plus en plus aiguës au fur et à
mesure que la rapidité du mouvement s'accroît. Finalement, quand la rotation a
atteint une certaine vitesse, la dernière note perceptible aux oreilles humaines
est atteinte et le cri aigu, perçant s'éteint et le silence suit. L'objet ne laisse plus
entendre aucun son ni aucun bruit, la rapidité du mouvement étant si grande,
les vibrations étant si rapides que l'oreille humaine ne peut plus les enregistrer.
A ce moment, on commence à percevoir un accroissement de chaleur. Puis au
bout d'un certain temps, l'œil voit l'objet devenir d'une couleur rouge sombre.
Si la rapidité devient encore plus grande, le rouge devient plus brillant. Puis, la
vitesse augmentant, le rouge devient orange. L'orange devient jaune. Puis
apparaissent successivement les teintes verte, bleu indigo et enfin violette.
Finalement, le violet s'évanouit et toute couleur disparaît, l'œil humain n'étant
plus capable de les enregistrer. Mais il existe des radiations invisibles qui
émanent de l'objet, parmi lesquelles certaines sont employées en photographie.
C'est alors que commencent à se manifester les radiations particulières connues
sous le nom de "Rayons X", etc., quand la constitution physique de l'objet
commence à se modifier. L'électricité et le magnétisme se manifestent quand
l'amplitude suffisante de vibration est atteinte.
Quand l'objet acquiert un certain degré de vibration, ses molécules se
désagrègent et se décomposent en ses propres éléments originaux et en ses
propres atomes. Les atomes, obéissant au Principe de la Vibration, se séparent
alors et redonnent les innombrables corpuscules dont ils étaient composés.
Finalement, les corpuscules eux-mêmes disparaissent et on peut dire que l'objet
est formé de Substance Ethérée. La science n'ose pas pousser l'hypothèse plus
loin, mais les hermétistes enseignent que si la rapidité des vibrations était
encore augmentée, l'objet atteindrait les degrés divers de la manifestation, puis
manifesterait les différents stades mentaux ; ensuite, il poursuivrait sa route
vers l'Esprit jusqu'à ce qu'il finisse par réintégrer Le Tout qui est l'Esprit
Absolu. Mais "l'objet" aurait cessé d'être "objet" longtemps avant d'atteindre le
stade de la Substance Ethérée ; cependant l'hypothèse est correcte en ce sens
qu'elle montre quel serait l'effet obtenu si on augmentait constamment le taux
et le mode de la vibration. De l'hypothèse que nous venons d'énoncer, il faut se
rappeler ceci : au moment où "l'objet" émet des vibrations lumineuses,
calorifiques, etc., il n'est pas décomposé en ces formes d'énergie, qui sont
placées bien plus haut sur l'échelle ; il a simplement atteint un degré de
vibration tel que ses formes d'énergie sont libérées en quelque sorte de
l'influence des molécules, des atomes ou des corpuscules, qui suivant le cas
cherchaient à les retenir. Ces formes d'énergie, bien qu'infiniment supérieures à
la matière dans l'échelle, sont emprisonnées et confinées dans les combinaisons
matérielles ; elles prennent des formes matérielles ; ainsi, elles s'emprisonnent,
s'enferment dans leurs créations matérielles ; cela est vrai pour toutes sortes de
créations ; la force créative s'enferme toujours dans ce qu'elle a créé.
Les Enseignements hermétiques vont plus loin que ceux de la science
moderne. ils affirment que toutes les manifestations de pensée, d'émotion, de
raison, de volonté, de désir, ou de tout autre état ou condition mentale, sont
accompagnées de vibrations dont une partie est extériorisée au dehors et tend à
influencer par "induction" l'esprit des autres individus. C'est le principe qui
produit les phénomènes de "télépsychie", d'influence mentale et toutes les
autres formes de l'action et du pouvoir d'un esprit sur un autre esprit, que le
grand public commence à connaître parfaitement à cause de l'immense
dissémination de connaissance occulte que font à notre époque les différentes
écoles et les nombreux maîtres.
Toute pensée, toute émotion et tout état mental a son taux correspondant et
son mode de vibration. Grâce à un effort de volonté de l'individu ou de
plusieurs individus, ces états mentaux peuvent être reproduits, de même qu'il
est possible de reproduire un son musical en faisant vibrer un instrument de
musique d'une certaine manière, de même qu'on peut reproduire une couleur en
faisant vibrer "l'objet" de tout à l'heure. Par la connaissance du principe de
vibration appliqué aux Phénomènes Mentaux, on peut polariser son esprit et lui
faire posséder le degré de vibration désiré ; on obtient ainsi un contrôle parfait
de ses états mentaux, de son caractère, etc. Par le même procédé on peut
influencer l'esprit des autres et produire en eux les états mentaux voulus. En un
mot, on devient capable de produire sur le Plan Mental ce que la science
produit sur le Plan Physique, c'est-à-dire, des "Vibrations à Volonté".
Naturellement ce pouvoir ne peut s'acquérir que par une instruction, des
exercices et une pratique convenable de la science de la Transmutation Mentale
qui est une des branches de l'Art hermétique.
Que l'élève réfléchisse à ce que nous avons dit et il verra que le Principe de
Vibration existe sous tous les merveilleux phénomènes manifestés par les
Maîtres et les Adeptes, qui sont capables apparemment de laisser de côté les
Lois de la Nature mais qui, en réalité, ne font qu'utiliser une loi pour se
défendre contre une autre, un principe pour détruire l'effet des autres, et qui
obtiennent leurs résultats étonnants en changeant les vibrations des objets
matériels et des formes d'énergie et accomplissent ainsi ce que l'on appelle
communément des "miracles".
Comme un des anciens écrivains hermétistes l'a dit avec raison : "Celui qui
comprend le Principe de Vibration a saisi le sceptre du Pouvoir".


CHAPITRE X
La Polarité
"Tout est Double ; toute chose possède des pôles ; tout a deux
extrêmes ; semblable et dissemblable ont la même
signification ; les Pôles opposés ont une nature identique
mais des degrés différents ; les extrêmes se touchent ; toutes
les vérités ne sont pas des demi vérités ; tous les paradoxes
peuvent être conciliés."

Le Quatrième Grand Principe Hermétique, le Principe de Polarité,
implique cette vérité que toutes les choses qui se manifestent ont "deux côtés",
"deux aspects", "deux pôles", "deux extrêmes", avec un nombre considérable
de degrés qui les séparent. Les vieux paradoxes qui ont toujours rendu perplexe
l'esprit des hommes, s'expliquent si l'on comprend bien ce Principe. L'homme a
toujours eu connaissance de quelque chose se rapprochant de ce Principe et il
s'est efforcé de l'exprimer par des dictons, des maximes et des aphorismes
comme les suivants : "Tout est et n'est pas en même temps", "toutes les vérités
ne sont que des demi-vérités", "toute vérité est à moitié fausse", "il y a deux
côtés à toute chose", "toute médaille a son revers", etc., etc.
Les Enseignements hermétiques affirment que la différence qui existe
entre deux choses qui paraissent diamétralement opposées n'est qu'une
différence de degré. Ils enseignent que "deux extrêmes peuvent se concilier",
que "la thèse et l'antithèse sont identiques en nature, mais différentes en
degrés", et que "la réconciliation universelle des pôles opposés" peut s'effectuer
grâce à la connaissance du Principe de Polarité. Les maîtres estiment que des
exemples de la manifestation de ce principe peuvent résulter d'un examen de la
nature réelle de toute chose. Ils commencent par montrer que l'Esprit et la
Matière ne sont que deux pôles de la même chose, et que les plans
intermédiaires ne sont que des degrés de vibration. Ils montrent que Le Tout et
Quelques-uns sont une seule et même chose et qu'il existe seulement une
simple différence dans le degré de la Manifestation Mentale. Ainsi La Loi et les
Lois sont les deux pôles opposés d'une même chose. Il en est de même du
Principe et des Principes, de l'Esprit Infini et des esprits finis.
Puis, passant au Plan Physique, ils démontrent le Principe et prouvant que
le Chaud et le Froid sont de nature identique, la seule différence étant une
différence de degrés. Le thermomètre montre des degrés différents de
température, le pôle inférieur s'appelant le "froid" et le supérieur le "chaud".
Entre ces deux pôles il y a de nombreux degrés de "chaud" et de "froid" ; vous
pouvez leur donner l'un ou l'autre nom sans vous départir de la vérité. Dans
deux degrés, le supérieur est toujours "plus chaud" que l'inférieur qui est
toujours "plus froid". Il n'y a pas de démarcation absolue ; il n'y a qu'une
différence de degrés. Il n'y a pas d'endroit sur le thermomètre ou le chaud finit
et ou le froid commence. Il n'y a que des vibrations supérieures et inférieures.
Les termes "haut" et "bas", eux-mêmes, que nous sommes obligés d'employer
ne sont que les pôles d'une même chose ; les mots sont relatifs. Il en est de
même avec "est et ouest" ; faites le tour du monde dans la direction de l'est et
vous atteindrez un point qui est l'ouest par rapport à votre point de départ.
Allez dans la direction du Nord et il arrivera un moment où vous irez dans la
direction du Sud ou vice-versa.
Lumière et Obscurité sont deux pôles d'une même chose entre lesquels il y
a de nombreux degrés. Il en est de même pour l'échelle musicale ; partant de
"Do" si vous montez la gamme, vous obtiendrez un autre "Do" et ainsi de
suite ; la différence entre deux, "Do" consécutifs est toujours la même et
comporte constamment le même nombre de degrés. Il en est encore de même
de l'échelle des couleurs ; des vibrations supérieures et inférieures constituent
la seule différence entre l'ultraviolet et l'infrarouge. Les mots Long et Court
sont relatifs. De même pour Calme et Bruyant, Facile et Difficile. Tranchant et
Emoussé, suivent la même loi. Positif et Négatif sont les deux pôles d'une
même chose séparés par d'innombrables degrés.
Bon et Mauvais ou Bien et Mal suivant les termes employés, ne sont pas
absolus ; nous appelons une extrémité de l'échelle Bon et l'autre extrémité
Mauvais. Une chose est "moins bonne" que la chose qui lui est immédiatement
supérieure dans l'échelle ; par contre cette chose "moins bonne" est "meilleure"
que celle qui lui est immédiatement inférieure, et ainsi de suite, le "plus ou
moins" étant réglé par la position sur l'échelle.
Il en est absolument de même sur le Plan Mental. L'Amour et la Haine sont
généralement considérés comme des sentiments diamétralement opposés,
entièrement différents, inconciliables. Mais si nous appliquons le Principe de
Polarité, nous nous rendons compte qu'un Amour Absolu ou une Haine
Absolue, n'existent pas ; ces deux sentiments ne sont pas nettement séparés par
une ligne de démarcation. Ils ne sont que des mots appliqués aux deux pôles de
la même chose. Si nous commençons à un point quelconque de l'échelle et que
nous la montions, nous trouvons û plus d'amour" ou "moins de haine" ; si nous
la descendons nous trouvons "plus de haine" ou "moins d'amour" ; cela est vrai
quelque soit le point d'où nous partions. Il y a des degrés d'Amour et de Haine
et il arrive un moment ou l'un et l'autre sont si faibles qu'il est difficile de les
distinguer. Le Courage et la Peur suivent la même règle. Partout il y a deux
Extrêmes. Où vous trouvez une chose vous trouvez son opposé : ce sont les
deux pôles.
C'est ce fait qui permet aux hermétistes de transmuter un état mental en un
autre, grâce à la Polarisation. Les choses qui appartiennent à des classes
différentes ne peuvent pas être changées les unes en les autres, mais celles
d'une même classe peuvent l'être, c'est-à-dire que leur polarité peut être
modifiée. Ainsi l'Amour ne devient jamais l'Est ou l'Ouest, ni le Rouge ou le
Violet, mais il peut se transformer et se transforme souvent en Haine ; de
même, d'ailleurs, la Haine peut se transformer en Amour, grâce à un
changement de Polarité. Le Courage peut se transformer en Peur et vice-versa.
Les choses difficiles peuvent être rendues faciles. Les choses émoussées
peuvent être rendues tranchantes. Les choses Chaudes peuvent devenir Froides.
Et ainsi de suite, la transmutation s'accomplissant constamment entre choses de
la même classe mais possédant des degrés différents. Prenez le cas d'un homme
Craintif. En élevant ses vibrations mentales sur l'échelle Crainte-Courage, il
peut acquérir un degré supérieur de Courage et d'Intrépidité. De même
l'individu mou, inerte, peut se changer en un homme Actif, Energique,
simplement en se polarisant suivant la qualité désirée.
L'élève qui est si familier avec les différents procédés que les nombreuses
écoles de la Science Mentale emploient pour modifier les états mentaux de
ceux qui suivent leurs enseignements, peut très bien ne pas comprendre
parfaitement le Principe de tous ces changements. Cependant, quand on a bien
compris le Principe de Polarité, - car il est évident que les changements
mentaux sont occasionnés par un changement de polarité, par un simple
glissement sur la même échelle, - il est beaucoup plus facile de saisir
entièrement la question. Ce changement n'est pas une transmutation d'une
chose en une autre chose entièrement différente ; ce n'est qu'une modification
de degré dans la même chose, ce qui est une différence fort importante. Par
exemple, si nous empruntons une analogie avec le Plan Physique, il est
impossible de changer la Chaleur en Bruit ou en Hauteur, mais on peut
transmuter le Chaud en Froid, simplement en modifiant la période des
vibrations. Par le même procédé, l'Amour et la Haine peuvent se transmuter
mutuellement, de même que le Courage et la Peur. Mais on ne peut transmuter
la Peur en Amour pas plus qu'on ne peut transmuter le Courage en Haine. Les
états mentaux appartiennent à d'innombrables classes et chacune de ces classes
possède ses pôles opposés, entre lesquels une transmutation est possible.
L'élève reconnaîtra facilement que dans les états mentaux, aussi bien que
dans les phénomènes du Plan Physique, on peut classer les deux pôles
respectivement en Pôle Positif et Pôle Négatif. Ainsi l'Amour est Positif par
rapport à la Haine ; le Courage par rapport à la Peur ; l'Activité par rapport à la
non-Activité, etc., etc. On remarquera également que, même ceux qui ne sont
pas familiers avec le Principe de la Vibration se rendent compte que le Pôle
Positif semble d'un degré supérieur au Pôle Négatif et qu'il le domine. La
Nature tend à accorder l'activité dominante au Pôle Positif.
En plus du changement de pôles des états mentaux d'un individu par l'art
de la Polarisation, le phénomène de l'Influence Mentale, dans ses nombreuses
phases, nous montre que le principe peut s'étendre de manière à embrasser le
phénomène de l'influence d'un esprit sur un autre esprit, phénomènes dont on a
tant parlé et sur lequel on a tant écrit. Quand nous comprenons bien que
l'Induction Mentale est possible, c'est-à-dire que des états mentaux peuvent
provenir d'autres états mentaux par "induction", il nous est possible de voir
comment un certain taux de vibration, la polarisation d'un certain état mental,
peut être communiquée à un autre individu et comment sa polarité dans cette
classe d'états mentaux peut être changée. C'est grâce à l'application de ce
principe que les merveilleux résultats des "traitements mentaux" peuvent être
obtenus. Ainsi, supposons qu'une personne soit triste, mélancolique et
craintive. Un médecin de l'esprit qui est capable, à l'aide d'une volonté bien
entraînée, de donner à son esprit les vibrations qu'il veut, et par suite d'obtenir
la polarisation voulue pour son propre cas, produit un état mental semblable
chez un autre individu par induction ; il en résulte que les vibrations
augmentent d'intensité et de rapidité et que l'individu se polarise vers
l'extrémité Positive de l'échelle au lieu de se polariser vers l'extrémité
Négative ; sa Crainte et toutes ses autres émotions négatives se transforment en
Courage et en d'autres états mentaux positifs. Une étude peu approfondie vous
montrera que ces changements mentaux se font presque tous grâce à la
Polarisation ; le changement étant un changement de degré et non pas de
classe.
La connaissance de l'existence de ce grand Principe hermétique permettra
à l'étudiant de mieux comprendre ses propres états mentaux et ceux des autres.
Il verra que ces états sont tous des questions de degré, et, par suite, il deviendra
capable d'élever ou d'abaisser ses vibrations à volonté, de modifier sa polarité
et ainsi d'être Maître de ses états mentaux au lieu d'être leur servant et leur
esclave. Par cette connaissance il sera capable d'aider intelligemment ses
compagnons et de changer leur polarité par l'emploi des méthodes appropriées.
Nous conseillons à tous les élèves de bien se familiariser avec ce principe de
Polarité ; le comprendre correctement jettera la lumière sur bien des sujets
obscurs.


CHAPITRE XI
Le Rythme
"Tout s'écoule, au dedans et au dehors ; toute chose a sa
durée ; tout évolue puis dégénère ; le balancement du pendule
se manifeste dans tout ; la mesure de son oscillation à droite
est semblable à la mesure de son oscillation à gauche ; le
rythme est constant."

Le cinquième grand Principe hermétique, le Principe du Rythme, implique
la vérité que dans tout se manifeste un mouvement mesuré, un mouvement
d'allée et venue, un flux et un reflux, un balancement en avant et en arrière, un
mouvement semblable à celui d'un pendule, un phénomène comparable à celui
de la marée entre les deux pôles qui existent sur les plans physique, mental et
spirituel. Le Principe du Rythme se relie étroitement au Principe de Polarité
que nous avons décrit dans le précédent chapitre. Le Rythme se manifeste entre
les deux pôles dont le Principe de Polarité a montré l'existence. Cela ne peut
pas dire cependant que le pendule du Rythme oseille jusqu'à l'extrémité des
pôles ; cela n'arrive que très rarement ; en fait il est difficile dans la majorité
des cas d'établir la place des pôles Extrêmes. Mais l'oscillation se fait toujours
d'abord "vers" un pôle et ensuite vers l'autre.
Il y a toujours une action et une réaction, une avance et une retraite, une
élévation et un abaissement dans tous les phénomènes de l'univers. Ce Principe
se manifeste partout, dans les soleils, les mondes, les hommes, les animaux, les
plantes, les minéraux, les forces, l'énergie, l'âme, la matière et même dans
l'Esprit. Il se manifeste dans la création et dans la destruction des mondes, dans
la grandeur et la chute des nations, dans l'histoire de la vie de toutes choses et
enfin dans les états mentaux de l'Homme.
Commençons par les manifestations de l'Esprit Du Tout ; on notera qu'il y
a toujours l'Effusion et l'Infusion, "l'Aspiration et l'Inspiration de Brahmâ"
comme disent les Brahmines. Les Univers sont créés ; une fois atteint leur
point extrême inférieur de matérialité, ils commencent leur oscillation vers le
haut. Les soleils sont formés, ils atteignent leur maximum de pouvoir puis le
processus de régression commence et au bout de plusieurs milliers de siècles ils
deviennent des masses inertes de matière, attendant une nouvelle impulsion qui
remette en activité leur énergie intérieure et qui sera le début d'un nouveau
cycle de vie solaire. Il en est ainsi pour tous les mondes ; ils sont nés, ils ont
vécu et ils sont morts ; quand ils revivent ils ne font que renaÎtre. Il en est de
même de toutes les choses qui ont une forme quelconque ; elles oscillent de
l'action à la réaction, de la naissance à la mort, de l'activité à l'inactivité, puis
elles recommencent. Il en est ainsi de toutes les choses vivantes, elles naissent,
grandissent, meurent, puis renaissent. Il en est ainsi de tous les grands
mouvements des philosophies, des croyances, des habitudes, des
gouvernements, des nations : naissance, croissance, maturité, décadence, mort
puis renaissance. L'oscillation du pendule est toujours évidente.
La nuit succède au jour ; le jour succède à la nuit. Le pendule oscille de
l'Eté à l'Hiver puis de l'Hiver à l'Eté. Les corpuscules, les atomes, les molécules
et les masses de matière quelles qu'elles soient, oscillent dans le cercle de leur
nature. Un repos absolu n'existe pas, pas plus qu'un arrêt complet de tout
mouvement ; or tous les mouvements sont soumis au Rythme. Le principe est
d'une application universelle. Il peut s'adapter à toute question, à tout
phénomène faisant partie d'un des nombreux plans de vie. Il peut s'appliquer à
n'importe quelle phase de l'activité humaine. L'oscillation Rythmique se fait
toujours d'un pôle à l'autre. Le Pendule Universel est toujours en mouvement.
La Marée de la Vie monte et descend, conformément à la Loi.
La science moderne comprend bien le Principe du Rythme ; appliqué aux
choses matérielles elle le considère comme une loi universelle. Mais les
hermétistes l'étendent beaucoup plus loin ; ils savent que ses manifestations et
son influence exercent une action sur l'activité mentale de l'Homme ; ils savent
qu'il faut compter avec lui dans la succession éperdue des états d'esprit, des
sentiments et des autres changements curieux et surprenants que nous
remarquons en nous-mêmes. Mais les hermétistes, en étudiant les effets de ce
Principe ont appris en même temps la manière d'éviter par la Transmutation
quelques-unes de ses activités.
Les Maîtres ont découvert depuis bien longtemps que si le principe du
Rythme était invariable et toujours évident dans les phénomènes mentaux, il
avait cependant deux plans de manifestation en ce qui concerne les
phénomènes. Ils ont découvert qu'il y avait deux plans généraux de
Conscience, le plan Inférieur et le plan Supérieur ; la compréhension de ce fait
leur a permis d'atteindre le plan supérieur et d'échapper ainsi à l'oscillation du
pendule Rythmique qui se manifestait sur le plan inférieur. En d'autres termes,
l'oscillation du pendule se produisait sur le Plan Inconscient et le plan
Conscient n'était pas affecté. Ils appellent cette loi la Loi de Neutralisation. Elle
consiste dans l'élévation du Moi au-dessus des vibrations du Plan Inconscient
de l'activité mentale, afin que le battement négatif du pendule ne se manifeste
pas consciemment et que le Plan Conscient ne soit pas affecté.
S'élever au-dessus d'une chose ou la laisser passer devant soi revient au
même. Le Maître hermétique ou l'élève avancé se polarise lui-même au pôle
désiré et, comme s'il "refusait" de participer à l'oscillation de retour ou, si vous
préférez, comme s'il "niait" son influence sur lui, il se maintient ferme dans sa
position polarisée et oblige le pendule mental à exécuter son oscillation de
retour dans le plan inconscient. Tous les individus qui ont atteint un certain
degré de maîtrise personnelle agissent plus ou moins inconsciemment et, en ne
se laissant pas affecter par leurs états mentaux négatifs et par l'état de leurs
esprits, ils appliquent la Loi de Neutralisation. Cependant, le Maître profite de
cette loi à un degré bien plus élevé encore ; par l'emploi de sa Volonté il atteint
une Fermeté Mentale presque incroyable de la part de ceux qui se laissent
balancer, tirer en avant puis en arrière par le pendule mental des sentiments.
L'importance de ce que nous venons de dire sera appréciée de toute
personne pensante qui comprend ce que sont les états d'esprit, les sentiments et
les émotions de la grande majorité des gens qui nous entourent et voit combien
peu sont maîtres d'eux-mêmes. Si vous vous arrêtez et que vous vouliez
réfléchir un instant, vous comprendrez à quel point ces oscillations Rythmiques
vous ont affecté pendant votre vie, comment toute période d'Enthousiasme a
été suivie d'un sentiment opposé, d'un état de Dépression profonde. De même
vos moments de Courage ont été suivis de moments égaux de Crainte. Il en a
toujours été ainsi de la grande majorité des individus ; ils se sont constamment
laissés envahir par les hauts et les bas de leurs sentiments mais ils n'ont jamais
soupçonné la cause ou la raison de ce phénomène mental, Celui qui aura
parfaitement compris les agissements de ce Principe aura acquis la clef de la
Maîtrise de ces oscillations rythmiques des sentiments ; celle-ci lui permettra
de mieux se connaître lui-même et lui épargnera d'être tiraillé par ces flux et
ces reflux successifs. La Volonté est supérieure à la manifestation consciente
de ce Principe, bien que le Principe lui-même soit indestructible. Nous pouvons
échapper à ses effets, mais le Principe n'en exerce pas moins son action pour
cela. Le pendule ne cesse pas un instant ses oscillations ; nous pouvons
seulement éviter d'être emporté avec lui.
Il existe d'autres détails sur la manière d'opérer du Principe du Rythme
dont nous désirons parler en cet endroit. Il se mêle à ses opérations une loi qui
est connue sous le nom de Loi de Compensation. Une des nombreuses
significations du mot "Compenser" est "Contre-balancer", qui est le sens dans
lequel les Hermétistes l'emploient. C'est à cette Loi de Compensation que le
Kybalion fait allusion quand il dit : "La mesure de l'oscillation à droite est
semblable à la mesure de l'oscillation à gauche ; le rythme est constant."
La Loi de Compensation nous explique que l'oscillation dans une direction
détermine l'oscillation dans la direction opposée ou vers le pôle opposé ; l'une
balance, ou mieux, contre-balance l'autre. Nous voyons de nombreux exemples
de cette Loi sur le Plan Physique. Le pendule de l'horloge parcourt une certaine
distance à droite, puis il parcourt une égale distance à gauche. Les saisons se
contrebalancent l'une l'autre de la même manière. Les marées suivent la même
loi. C'est encore la même Loi qui se manifeste dans tous les phénomènes du
Rythme. Si le pendule n'a qu'une faible oscillation dans une direction, il n'aura
qu'une oscillation faible dans la direction opposée ; au contraire, une longue
oscillation à droite signifie invariablement une longue oscillation à gauche. Un
objet projeté à une certaine hauteur a une distance égale à parcourir à son
retour. La force avec laquelle un projectile est envoyé à une hauteur d'un
kilomètre est reproduite exactement quand ce projectile retombe sur la terre.
Cette Loi est constante sur le Plan Physique comme vous vous en rendrez
compte si vous vous reportez aux auteurs les plus compétents.
Mais les Hermétistes vont beaucoup plus loin. Ils enseignent que tout état
mental humain est également sujet à cette Loi. L'homme qui s'amuse
profondément, est sujet à souffrir profondément ; de même celui qui ne ressent
qu'une peine légère est incapable de percevoir une grande joie. Le porc souffre
peu mentalement mais il n'a que peu de satisfaction mentales ; il est compensé.
D'autre part il existe d'autres animaux qui sont profondément heureux, mais
dont l'organisme et le tempérament nerveux sont l'occasion de très grandes
souffrances. Il en est de même en ce qui concerne l'Homme. Il y a des
tempéraments qui ressentent seulement de faibles degrés de plaisir mais en
même temps de faibles degrés de souffrance ; il en est d'autres, au contraire,
qui sont susceptibles de percevoir les joies les plus intenses mais en même
temps les plus vives douleurs. La règle est que, dans chaque individu, les
capacités pour le plaisir et la peine sont balancées. La Loi de Compensation
agit donc pleinement ici.
Les Hermétistes vont encore bien plus loin. Ils enseignent que tout
individu avant d'être capable de ressentir un degré quelconque de plaisir, doit
avoir oscillé d'une quantité proportionnelle vers le pôle opposé de ce sentiment.
Ils affirment que le Négatif précède le Positif à ce sujet, c'est-à-dire qu'un
individu, s'il éprouve un certain degré de plaisir, n'est nullement obligé de "le
rembourser" avec un degré correspondant de souffrance ; au contraire suivant
la loi de Compensation, le plaisir est l'oscillation Rythmique succédant à une
souffrance subie soit dans la vie présente, soit dans une incarnation antérieure.
Cela jette une nouvelle Lumière sur les Problème de la Souffrance.
Les Hermétistes considèrent que les vies successives forment une chaîne
ininterrompue et que la vie actuelle d'un individu n'en est qu'un chaînon ; c'est
ainsi que l'oscillation rythmique est comprise ; elle n'aurait aucune signification
si la vérité de la réincarnation n'était pas admise.
Les Hermétistes affirment que le Maître ou l'élève avancé est capable, à un
degré considérable, d'éviter l'oscillation vers la Souffrance, grâce au procédé de
Neutralisation, dont nous avons parlé plus haut. En s'élevant sur le plan
supérieur du Moi, bien des choses qui arrivent à ceux qui habitent sur le plan
inférieur peuvent être évitées.
La Loi de Compensation joue un rôle important dans la vie des hommes et
des femmes. On remarquera qu'un individu "paye" généralement tout ce qu'il
possède ou tout ce qu'il acquiert. S'il possède une chose, une autre lui fait
défaut ; la balance est en équilibre. Personne ne peut en même temps
"conserver son argent et avoir son morceau de gâteau." Tout a son bon et son
mauvais côté. Les choses qu'un individu gagne sont toujours payées par les
choses qu'un individu perd. Le riche possède beaucoup de choses qui manquent
au pauvre, mais le pauvre possède souvent des choses que le riche ne peut
avoir. Le millionnaire peut avoir un faible pour les festins et la fortune
nécessaire pour se payer le luxe et apporter les mets délicats sur sa table, mais
il peut lui manquer l'appétit pour les goûter avec délices ; il peut envier l'appétit
et la bonne digestion du laboureur qui n'a pas la fortune ni les goûts du
millionnaire et qui se trouve plus heureux de sa nourriture simple que ne le
serait le millionnaire même si son appétit n'était pas usé, ni sa digestion
fatiguée ; les coutumes, les habitudes et les inclinations diffèrent. Il en est ainsi
dans la vie. La Loi de Compensation est toujours en action, cherchant à
balancer et à contre-balancer et atteignant toujours son but, même si plusieurs
vies sont nécessaires pour que le Pendule du Rythme exécute son oscillation de
retour.


CHAPITRE XII
La Causalité
"Toute Cause a son effet ; tout effet a sa cause ; tout arrive
conformément à la Loi ; la Chance n'est qu'un nom donné à la
Loi méconnue ; il y a de nombreux plans de causation, mais
rien n'échappe à la Loi.

Le Sixième Grand Principe hermétique, le Principe de la Cause et de
l'Effet, implique la vérité que la Loi régit tout l'Univers, que rien n'arrive au
hasard, que le Hasard n'est qu'un mot pour désigner une cause existante non
reconnue et non comprise, que tout phénomène est continu, sans aucune
exception.
Le Principe de la Cause et de l'Effet se retrouve sous n'importe quelle
pensée scientifique, ancienne et moderne ; il a été formulé par les Professeurs
Hermétiques, dès les premiers jours. S'il y a eu des discussions nombreuses et
variées entre les différentes écoles de la pensée, elles ont toujours eu
principalement pour sujet les détails de l'opération du Principe et plus souvent
encore elles n'ont été que des discussions de mots. Le Principe sous-jacent de
la Cause et de l'Effet a été considéré comme pratiquement exact par tous les
penseurs dignes de ce nom. Penser autrement serait éliminer les phénomènes
de l'univers du domaine de la Loi et de l'Ordre, et les reléguer au contrôle de
cette chose imaginaire que les hommes appellent le "Hasard".
Un peu d'attention montrera à chacun qu'en réalité un pur Hasard n'existe
pas. Webster le définit comme suit : "Un agent supposé ou un mode d'activité
autre qu'une force, qu'une loi ou qu'un objet ; l'opération ou l'activité d'un tel
agent ; son effet supposé ; un fait ; une chose fortuite ; un accident", etc. Mais
un peu de réflexion vous montrera qu'il ne peut exister un agent tel que le
"Hasard", dans le sens de quelque chose d'extérieur à la Loi, de quelque chose
d'extérieur à la Cause et à l'Effet. Comment pourrait-il exister une chose,
agissant dans l'univers phénoménal et indépendante de ses lois, dépourvue
d'ordre et de continuité ? Une telle chose serait entièrement indépendante de la
direction ordonnée de l'univers et par conséquent elle lui serait supérieure.
Nous ne pouvons pas nous imaginer une chose située hors Du Tout qui serait
extérieure à la Loi et cela simplement parce que Le Tout est la Loi en ellemême.
Il n'existe pas dans l'univers un endroit où puisse se loger une chose
extérieure et indépendante de la Loi. Son existence rendrait in-effectives toutes
les Lois Naturelles et plongerait l'univers dans une illégalité et un désordre
chaotiques.
Un examen attentif montrera que ce que nous appelons "Hasard" est
simplement un mot destiné à exprimer des causes obscures, des causes que
nous ne pouvons percevoir, des causes que nous ne pouvons comprendre. Le
mot Hasard dérive d'un mot signifiant "tombé" ; dans le sens de la chute d'un
dé par exemple ; l'idée de la chute du dé et beaucoup d'autres faits semblables à
attribuer à une cause quelconque. C'est le sens dans lequel le mot est
généralement employé. Mais quand on étudie soigneusement la question, on
voit que dans la chute du dé, il n'y a nul hasard. Toutes les fois qu'un dé tombe
et amène un certain nombre, il obéit à une loi aussi infaillible que celle qui
gouverne la révolution des planètes autour du soleil. Derrière la chute du dé, il
existe des causes, tout un assemblage de causes qui s'étendent bien plus loin
que l'esprit ne peut les suivre. La position du dé dans le cornet, la quantité
d'énergie musculaire dépensée pour le renverser, la nature de la table, etc., etc.,
sont toutes des causes dont l'effet peut être constaté. Mais derrière ces causes
visibles il y a des chaînes de causes invisibles dont chacune exerce une
influence sur le nombre qu'amènera le dé dans sa chute.
Si un dé est jeté un grand nombre de fois de suite, on s'apercevra que les
nombres amenés seront à peu près égaux, c'est-à-dire qu'il y aura un nombre
sensiblement égal de 1, de 2, de 3, etc. Lancez en l'air une pièce de deux sous ;
il peut y avoir soit "pile" soit "face" ; mais recommencez la même opération un
nombre suffisant de fois ; vous vous rendrez compte qu'approximativement, il
est arrivé autant de fois "pile" que "face". C'est ainsi qu'opère la Loi de la
Moyenne. La simple chiquenaude destinée à lancer la pièce de deux sous en
l'air tombe sous le coup de la Loi de la Cause et de l'Effet ; si nous étions
capables de pénétrer les causes invisibles, nous verrions clairement qu'il était
matériellement impossible au dé de tomber d'une manière différente qu'il ne l'a
fait, les circonstances et le moment étant les mêmes, naturellement. Les mêmes
causes étant données, les mêmes résultats devront nécessairement suivre. Tout
événement a sa "cause", son "pourquoi". Rien n'arrive jamais sans une cause ou
mieux sans une succession de causes.
Quelque confusion est née dans l'esprit des personnes qui ont étudié ce
Principe, parce qu'elles étaient incapables d'expliquer comment une chose
pouvait être cause d'une autre, c'est-à-dire pouvait être créatrice de la seconde
chose. En réalité, jamais une "chose" ne cause ou ne "crée" une autre "chose".
La Cause et l'Effet intéressent simplement les "événements". Un "événement"
est "ce qui vient, ce qui arrive, ce qui se produit, comme résultat ou comme
conséquence de quelque événement précèdent. Un "événement" ne crée pas un
autre événement ; il en constitue un maillon dans la grande chaîne ordonnée
des événements sortie de l'énergie créative Du Tout. Il y a une continuité entre
tous les événements précédents, conséquents et subséquents. Il existe toujours
un rapport entre tout événement qui s'est produit il y a quelques instants et un
événement qui le suit, Une pierre se détache du sommet d'une montagne et
vient traverser le toit d'une cabane située dans la vallée au-dessous. A première
vue, nous sommes tentés de considérer cela comme un effet du hasard ; mais
quand nous examinons plus en détail le cas, nous nous rendons compte qu'il y a
une grande suite de causes derrière cet événement. D'abord, il y a la pluie qui a
détrempé le terrain qui supportait la pierre et qui a permis à celle-ci de tomber ;
derrière la pluie, il y a l'influence du soleil, d'autres pluies, etc., qui ont
désagrégé graduellement le rocher et en ont séparé ce morceau de pierre ; par
derrière encore, il y a les causes qui ont conduit à la formation de la montagne,
son émergement du sol grâce aux convulsions de la nature et ainsi de suite à
l'infini. Ainsi, nous pourrions chercher les causes qui ont produit la pluie ; nous
pourrions étudier les causes de l'existence de la toiture de la petite cabane. En
un mot, nous finirions par être mêlés à tout un imbroglio de causes et d'effets
dont nous ne demanderions qu'à sortir.
De même qu'un homme a deux parents, quatre grands parents, huit grandsgrands-
parents, seize grands-grands-grands-parents et ainsi de suite jusqu'à ce
que le calcul de quarante générations amène le nombre des ancêtres à plusieurs
millions, de même le nombre de causes qui se, trouvent derrière l'événement ou
le phénomène le plus minime, par exemple le passage d'un petit morceau de
suie devant votre oeil, devient excessivement élevé. Ce n'est pas une tâche
aisée de tracer l'histoire de ce morceau de suie depuis les jours primitifs de
l'histoire du monde où il formait une partie d'un tronc d'arbre massif qui fut
plus tard converti en charbon, et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'il soit devenu le
morceau de suie qui passe devant vos yeux destiné à d'autres aventures
innombrables. Une longue suite d'événements de causes et d'effets l'a conduit à
sa condition présente ; le dernier événement n'est qu'un maillon de la chaîne
des événements qui produiront encore d'autres événements dans des centaines
d'années. Quelques faits causés par ce simple morceau de suie sont l'écriture de
ces lignes qui a obligé le typographe et le correcteur des épreuves à accomplir
un certain travail, et qui éveillera certaines pensées dans votre esprit et dans
celui des autres, lequel à son tour en influencera d'autres et ainsi de suite, tout
cela à cause du passage d'un infime morceau de suie. Ce que nous venons de
dire montre bien la relativité et l'association des choses et ce fait plus profond
"qu'il n'y a ni grandes ni petites choses dans l'Esprit qui a tout créé."
Arrêtez-vous et réfléchissez un instant. Si un certain homme n'avait pas
rencontré une certaine femme dans la période obscure de l'Age de Pierre, vous
qui lisez ces lignes, vous ne seriez pas ici en ce moment.
Et si le même couple ne s'était pas rencontré, peut-être nous, qui écrivons
ces lignes, ne serions-nous pas ici. L'acte d'écrire, de notre part, et l'acte de lire,
de la vôtre, influenceront non seulement les vies respectives de chacun de nous,
mais pourront avoir une influence directe ou indirecte sur un grand nombre
d'individus actuellement vivants ou qui vivront dans les âges à venir. Toute
pensée que nous avons, tout acte que nous accomplissons, a ses résultats directs
et indirects qui tiennent leur place dans la grande chaîne de la Cause et de
l'Effet.
Dans cet ouvrage, pour diverses raisons, nous ne voulons pas parler
longuement du Libre Arbitre et du Déterminisme. Parmi ces nombreuses
raisons une des principales est qu'aucun côté de la controverse n'est
entièrement exact ; en fait les deux théories sont partiellement vraies si l'on s'en
rapporte aux Enseignements hermétiques. Le Principe de Polarité montre que
toutes deux ne sont que des demi-Vérités, les pôles opposés de la Vérité. La
Doctrine enseigne qu'un homme peut être jà la fois Libre ou Lié par une
nécessité quelconque ; tout dépend du sens des mots et de la hauteur de la
Vérité d'où la question est examinée. Les anciens écrivains examinaient le sujet
comme il suit : "Plus la création est éloignée du Centre, plus elle est
déterminée ; plus elle se rapproche du Centre plus elle est près de la Liberté."
La grande majorité des gens est plus ou moins esclave de l'hérédité, de
l'entourage, etc., et ne possède la Liberté que dans une faible mesure. Les
individus sont maniés par les opinions, les habitudes et les pensées du monde
extérieur et aussi par leurs émotions, leurs sentiments et leurs états d'esprit, etc.
Ils ne manifestent rien qui soit digne du nom de Maîtrise. Ils repoussent
d'ailleurs avec indignation cette affirmation, disant : "Certainement je suis libre
d'agir et de faire comme il me plaît ; je fais toujours ce que je veux" ; mais ils
oublient d'expliquer d'où surgissent leurs "comme il plaît" et leurs "ce que je
veux". Qu'est-ce qui leur fait "préférer" une chose à une autre ? Qu'est-ce qui
les fait "vouloir" ceci et non pas cela ? N'y a-t-il pas un "pourquoi" à leur "bon
plaisir" et à leur "volonté" ? Le Maître peut changer ses "bons plaisirs" et ses
"volontés" en d'autres sentiments situés à l'extrémité opposée du pôle mental. Il
est capable de "vouloir vouloir", au lieu de vouloir parce qu'un sentiment
quelconque, un état d'esprit, une émotion, ou une suggestion environnante
éveille en lui un désir ou une tendance à agir ainsi.
La grande majorité des gens se laissent conduire comme la pierre qui roule
sur la montagne, obéissant à leur entourage, aux influences extérieures et à
leurs états d'esprit intimes, à leurs désirs, etc., pour ne pas parler des désirs et
des volontés des individus plus forts qu'eux-mêmes, de l'hérédité, de la
suggestion qu'ils rencontrent à chaque pas, les menant sans la moindre
résistance et sans la moindre opposition de Volonté. Mus comme des pions sur
l'échiquier de la
vie, ils jouent leur rôle et sont mis de côté quand la partie est finie. Mais
les Maîtres, connaissant les règles du jeu, s'élèvent au-dessus du plan de vie
matériel et se mettant en contact avec les pouvoirs supérieurs de la nature, ils
dominent leurs propres inclinations, leur caractère, leurs qualités et leurs
défauts, leur polarité, aussi bien que tout ce qui les entoure, ils deviennent ainsi
les joueurs dans la grande partie au lieu d'être les pions ; ils sont les Causes au
lieu d'être les Effets. Les Maîtres n'échappent pas à la Causalité des plans
supérieurs, mais ils s'assimilent leurs lois ; ainsi, ils dominent les circonstances
sur les plans inférieurs. Ils forment une partie consciente de la Loi, au lieu d'en
être des instruments inconscients. Pendant qu'ils Servent sur le Plan Supérieur,
ils sont Maîtres sur le Plan Matériel.
Qu'il s'agisse des plans supérieurs ou des plans inférieurs, la Loi est
constamment en action. Le Hasard n'existe pas. La déesse aveugle est abolie
par la Raison. Nous sommes capables, maintenant, de voir avec des yeux
rendus clairvoyants par le savoir, que tout est gouverné par LA LOI
Universelle, que la quantité innombrable de lois n'est qu'une manifestation de
la Seule Grande Loi, de la Loi qui est Le Tout. C'est une vérité que pas un
moineau n'existe insoupçonné de l'Esprit Du Tout, que même les cheveux qui
se trouvent sur notre tête sont comptés exactement, comme l'ont dit les
écritures. Rien n'existe en dehors de la Loi, rien n'arrive en opposition avec
elle. Surtout ne commettez pas l'erreur de supposer que l'Homme n'est qu'un
automate aveugle ; loin de là. Les Enseignements hermétiques nous disent que
l'homme peut se servir de la Loi pour maîtriser les lois et que la volonté
supérieure prévaut toujours contre la volonté inférieure jusqu'au moment où
elle atteint l'état par lequel elle cherche refuge dans la Loi elle-même et par
lequel elle oblige les lois phénoménales à s'incliner. Saisissez-vous bien la
signification intime de tout cela ?


CHAPITRE XIII
Le Genre
"Il y a un genre en toutes choses ; tout a ses Principes
Masculin et Féminin ; le Genre se manifeste sur tous les
plans."

Le Septième grand Principe hermétique, le Principe du Genre, implique la
vérité que le Genre se manifeste dans toute chose, que les principes Masculin et
Féminin sont toujours présents et actifs dans toutes les phases d'un phénomène,
sur n'importe quel plan de vie. A cet endroit, nous croyons utile d'attirer votre
attention sur le fait que le Genre dans son sens hermétique et le Sexe dans le
sens ordinaire du mot, ne sont nullement la même chose.
Le mot "Genre" dérive d'une racine latine signifiant "engendrer, procréer,
faire naître, créer, produire". Un moment d'attention vous montrera que ce mot
a une signification plus large et plus générale que le mot "Sexe,", ce dernier se
rapportant aux distinctions physiques existant entre les choses vivantes, mâles
et femelles. Le Sexe est simplement une manifestation du genre sur un certain
plan du Grand Plan Physique, le plan de la vie organique. Nous voudrions
imprimer cette différence dans votre esprit car quelques écrivains, qui ont
acquis seulement une connaissance superficielle de la Philosophie hermétique,
ont cherché à identifier ce Septième Principe Hermétique, avec les théories et
les enseignements étranges, fantaisistes et souvent répréhensibles concernant le
Sexe.
Le but du Genre est seulement de créer, de produire, d'engendrer etc., et
ses manifestations sont visibles. sur n'importe quel plan de la vie phénoménale.
Il y a quelques difficultés à produire des preuves scientifiques à ce sujet parce
que la science n'a pas encore reconnu ce Principe comme étant d'une
application universelle. Cependant quelques preuves proviennent de sources
scientifiques. D'abord nous trouvons une manifestation très nette du Principe
du Genre parmi les corpuscules, les ions et les électrons qui constituent la base
de la matière ainsi que le reconnaît la. science, et qui, en se combinant d'une
certaine manière donnent naissance à l'Atome, lequel, il n'y a pas bien
longtemps encore, était considéré comme un et indivisible.
Le dernier mot de la science est que l'atome est composé d'une multitude
de corpuscules, d'électrons et d'ions, (ces divers noms étant appliqués par
plusieurs auteurs compétents), tournant les uns autour des autres et pourvus de
vibrations de très haute intensité. Mais la science ajoute que la formation de
l'atome est due en réalité au groupement de corpuscules négatifs autour de
corpuscules positifs ; les corpuscules positifs semblent donc exercer une
certaine influence sur les corpuscules négatifs, obligeant ceux-ci à exécuter
certaines combinaisons et à "créer", à "engendrer" un atome. Cela va de pair
avec les Enseignements hermétiques les plus anciens qui ont toujours identifié
le principe Masculin du Genre avec le pôle électrique "Positif", et le principe
Féminin avec le pôle "Négatif".
Maintenant, un mot concernant cette identification l'esprit public s'est
formé une impression entièrement erronée sur les qualités de ce qu'on appelle
pôle "Négatif" de la Matière électrisée ou magnétisée. Les mots Positif et
Négatif sont appliqués à ces phénomènes par la science d'une manière tout à
fait fausse. Le mot Positif signifie quelque chose de réel et de puissant,
comparé à une faiblesse ou à une irréalité Négative. Rien n'est plus éloigné de
la réalité en ce qui concerne les phénomènes électriques. Ce qu'on appelle le
pôle Négatif de la pile est en réalité le pôle dans lequel et par lequel la
génération et la production de nouvelles formes d'énergie se manifeste. Il n'y a
rien de "négatif". Les auteurs scientifiques les plus compétents se servent
maintenant du mot "Cathode" au lieu de "Pôle négatif", Cathode venant d'une
racine grecque signifiant "descente, voie de génération", etc. De 'la Cathode
sort l'essaim d'électrons et de corpuscules ; du même pôle émergent ces
merveilleux "rayons cathodiques" qui ont révolutionné les conceptions
scientifiques durant les dix dernières années. La Cathode est la Mère de tous
les étranges phénomènes qui ont rendu inutiles les vieux ouvrages de physique
et qui ont fait reléguer de nombreuses théories acceptées depuis longtemps
dans le domaine de la spéculation scientifique. La Cathode, ou Pôle Négatif,
est le Principe Maternel des Phénomènes Electriques et des formes de matière
les plus délicates connues de la science jusqu'à ce jour. Vous voyez donc que
nous avons raison de refuser d'utiliser le mot "Négatif" pour le sujet qui nous
occupe et d'insister pour qu'on substitue à l'ancienne expression le mot
"Féminin". Les faits que nous voyons chaque jour nous conduisent à cette
conclusion sans avoir besoin de nous reporter à la Doctrine hermétique. Nous
nous servirons donc du mot "Féminin" à la place de "Négatif" en parlant de ce
pôle d'activité.
Les derniers, enseignements scientifiques affirment que les corpuscules ou
les électrons créatifs sont Féminins ; la science dit "qu'ils sont composés
d'électricité négative" ; nous, nous disons qu'ils sont composés d'énergie
Féminine. Un corpuscule Féminin se détache ou plus exactement quitte un
corpuscule Masculin et entreprend une nouvelle carrière. Il recherche
activement une union avec un corpuscule Masculin, étant porté à cela par
l'impulsion naturelle de créer des formes nouvelles de Matière et d'Energie. Un
auteur connu va plus loin encore et affirme "qu'il cherche immédiatement cette
conjugaison de sa propre volonté" etc. Ce détachement, cette union constituent
la base de la plus grande partie des activités du monde chimique. Quand le
corpuscule Féminin s'unit au corpuscule Masculin, un certain processus
commence. Les particules Féminines se mettent à vibrer sous l'influence de
l'énergie Masculine et tournent avec rapidité autour des corpuscules Masculins.
Il en résulte la naissance d'un nouvel atome. Ce nouvel atome est donc en
réalité composé d'électrons ou corpuscules Masculins et Féminins ; mais quand
l'union est accomplie, l'atome est une chose séparée possédant des propriétés
spéciales et ne manifestant plus les propriétés de l'électricité libre. Le processus
du détachement ou de la séparation des électrons Féminins s'appelle
"ionisation". Ces électrons ou corpuscules sont les travailleurs les plus actifs du
grand champ de la nature. De leur union et de leurs combinaisons. sortent les
divers phénomènes de lumière, de chaleur, d'électricité, de magnétisme,
d'attraction, de répulsion, d'affinité chimique, de non-affinité chimique, et tous
les autres phénomènes de même nature. Cela est dû à l'opération du Principe du
Genre sur le plan de l'Energie.
Le rôle du principe Masculin semble être de diriger vers le principe
Féminin une certaine énergie inhérente, et de mettre ainsi en activité le
processus créatif. Mais le principe Féminin est toujours celui qui accomplit le
travail actif créateur ; il en est ainsi sur tous les plans. Et cependant l'un ou
l'autre principe isolé est incapable de créer sans l'assistance de l'autre. Dans
quelques formes de vie, les deux principes sont combinés dans un même
organisme. Tout, dans le monde organique manifeste les deux genres ; la forme
Masculine est toujours présente dans la forme Féminine, et vice-versa. La
Doctrine hermétique insiste beaucoup sur l'opération des deux principes du
Genre dans la production et dans la manifestation des différentes formes
d'énergie, mais nous ne croyons pas utile d'entrer dans beaucoup de détails à ce
sujet, parce que nous sommes incapables de confirmer ces vérités à l'aide de
preuves scientifiques, pour cette raison que la science n'a pas encore
approfondi suffisamment la question. Mais l'exemple que nous avons donné de
l'activité des électrons et des corpuscules vous montrera que la science est sur
la bonne voie et vous donnera aussi une idée générale des premiers principes.
Quelques éminents investigateurs scientifiques ont annoncé qu'ils
croyaient que dans la formation du cristal, on devait trouver quelque chose
correspondant à "l'activité sexuelle" ; ce nouveau fait montre bien dans quelle
direction soufflent les vents de la science. Chaque année apportera de
nouveaux faits qui viendront prouver l'exactitude du Principe hermétique du
Genre. On s'apercevra que le Genre opère et se manifeste constamment dans le
champ de la matière inorganique et dans le champ de l'énergie et de la force.
L'Electricité est généralement considérée aujourd'hui comme le "quelque
chose" dans lequel toutes les autres formes d'énergie semblent se fondre et se
dissoudre. La "Théorie Electrique de l'Univers" est la doctrine scientifique la
plus moderne ; elle devient de plus en plus populaire et ceux qui l'acceptent
deviennent de plus en plus nombreux. Il résulte de ce que nous avons dit que, si
nous sommes capables de découvrir dans les phénomènes électriques, même à
la source de leurs manifestations, l'évidence claire et nette de la présence du
Genre et de son activité, nous avons raison de vous demander de croire que la
science finira par découvrir les preuves de l'existence, dans tous les
phénomènes universels, de ce grand Principe hermétique, le Principe du Genre.
Il n'est pas utile de vous importuner avec les phénomènes si connu de
"l'attraction et de la répulsion" des atomes, de l'affinité chimique, des "amours
et des haines" des particules atomiques, de l'attraction et de la cohésion entre
les molécules de matière. Ces faits sont trop connus pour nécessiter de notre
part des commentaires étendus. Mais vous êtes-vous jamais douté que tous ces
faits étaient des manifestations du Principe du Genre ? Avez-vous jamais pensé
que ces phénomènes étaient symétriques aux phénomènes des électrons et des
corpuscules ? Vous avez sans doute souvent constaté la modération de la
Doctrine hermétique, cependant elle affirme que même la Loi de la
Gravitation, cette étrange attraction par laquelle toutes les particules et tous les
corps de matière tendent dans l'univers les uns vers les autres, est aussi une
manifestation du Principe du Genre ; dans ce cas, il opère en attirant les
énergies Masculines vers les énergies Féminines et vice-versa. Nous ne
pouvons actuellement vous donner des preuves scientifiques de ce fait ; mais
examinez les phénomènes dans la lumière que la Doctrine hermétique répand
sur le sujet, et voyez si vous n'avez pas une hypothèse incomparablement
meilleure que n'importe quelle autre, fournie par la science physique. Essayez
pour tous les phénomènes matériels et vous verrez le Principe du Genre
toujours en évidence.
Passons maintenant à l'étude de l'opération de ce Principe sur le Plan
Mental. De nombreux faits intéressants attendent d'être étudiés.


CHAPITRE XIV
Le Genre Mental

Les étudiants en psychologie qui ont suivi la direction moderne de la
pensée dans les phénomènes mentaux sont frappés par la persistance de l'idée
d'un esprit double qui s'est manifestée puissamment dans les dix ou quinze
dernières années et qui a donné naissance à un grand nombre de théories
plausibles concernant la nature et la constitution de ces "deux esprits".
Thomson J. Hudson s'est acquis une grande popularité en 1893 en avançant sa
théorie bien connue de "l'esprit subjectif et de l'esprit objectif" qu'il affirmait
exister conjointement dans chaque individu. D'autres auteurs se sont attiré une
attention au moins égale avec leurs théories concernant "l'esprit conscient et
subconscient", "l'esprit volontaire et involontaire", "l'esprit actif et l'esprit
passif", etc., etc. Les théories de ces différents philosophes diffèrent les unes
des autres, mais il subsiste cependant dans tout le principe de la "dualité de
l'esprit."
L'étudiant en Philosophie hermétique est tenté de sourire quand il lit ou
quand il entend parler de ces "théories nouvelles" au sujet de la dualité de
l'esprit, chaque école se confinant avec ténacité dans ses propres idées et
proclamant toujours partout avoir "découvert la vérité". L'étudiant se reporte
aux pages de l'histoire occulte et, tout au commencement des Enseignements
secrets il retrouve des références à l'Ancienne doctrine hermétique du Principe
du Genre sur le Plan Mental, la manifestation du Genre Mental. En examinant
tout cela avec attention, il se rend compte que la philosophie ancienne avait
connaissance du phénomène de la "dualité de l'esprit" et en tenait compte dans
sa théorie du Genre Mental. Cette idée du Genre Mental peut être expliquée en
quelques mots aux étudiants qui sont familiarisés avec les théories modernes
qui y font allusion. Le Principe Masculin de l'Esprit correspond à ce qu'on
appelle l'Esprit Objectif, l'Esprit Conscient, l'Esprit Volontaire, l'Esprit Actif,
etc. Le Principe Féminin de l'Esprit correspond à ce qu'on appelle l'Esprit
Subjectif, l'Esprit Subconscient, l'Esprit Involontaire, l'Esprit Passif, etc.
Naturellement, les Enseignements hermétiques n'acceptent pas les nombreuses
théories modernes concernant la nature des deux phases de l'esprit, de même
qu'ils n'admettent pas un grand nombre de faits attribués à ses deux aspects
respectifs, quelques-unes de ces théories et de ces affirmations étant très
superficielles et incapables de fournir des expériences et des démonstrations
concluantes. Nous insistons surtout sur les ressemblances de ces diverses
théories dans le but de permettre à l'étudiant d'assimiler ses connaissances
précédemment acquises avec les enseignements de la Philosophie hermétique.
Les élèves de Hudson remarquèrent ce jugement qui se trouve au
commencement de son deuxième, chapitre de "La Loi des Phénomènes
Psychiques" et que voici : "Le jargon mystique des philosophes hermétiques
découvre la même idée générale", c'est-à-dire la dualité de l'esprit. Si le
Docteur Hudson avait pris le temps et la peine de déchiffrer un peu du jargon
mystique des philosophes hermétiques", il aurait pu acquérir beaucoup de
lumière au sujet de la "dualité de l'esprit", mais, alors, sans doute, son très
intéressant ouvrage n'aurait pas été écrit. Voyons maintenant ce que nous
disent les Enseignements hermétiques concernant le Genre Mental.
Les Professeurs hermétiques commencent leur enseignement à ce sujet en
priant les élèves d'examiner le rapport de leur conscience au sujet de leur Moi.
L'étudiant est prié de diriger son attention sur le Moi qui se trouve dans chaque
individu. Il est amené à constater que sa conscience lui montre d'abord
l'existence du Moi ; il en conclut : "Je suis". Au premier abord, cette
affirmation semble le dernier mot de la conscience, mais un examen plus
attentif découvre le fait que ce "Je suis" peut être divisé en deux parties
distinctes, en deux aspects qui, bien que travaillant en union et en conjugaison
intime, peuvent cependant être séparés.
Tandis qu'au premier abord, il semble n'exister qu'un "Je", une étude plus
profonde à plus attentive révèle l'existence d'un "Je" et d'un "Moi". Ces deux
frères mentaux diffèrent dans leur nature et dans leurs caractéristiques
réciproques ; l'examen de leur nature et des phénomènes qui émanent de la
même volonté pourra jeter une grande lumière sur bien des problèmes de
l'influence mentale.
Commençons par considérer le "Moi" qui est fréquemment confondu avec
le "Je" par l'élève, tant qu'il n'a pas poussé son enquête jusque dans le dédale de
la conscience. Un homme considère son Etre, sous son aspect du "Moi" comme
composé de certains sentiments, de certains goûts, de dégoûts, d'habitudes, de
tics et de caractéristiques particulières, qui contribuent tous à former sa
personnalité ou le "Moi" que lui-même et ses compagnons connaissent. Il sait
que les sentiments et les émotions changent, qu'ils naissent et meurent, qu'ils
sont sujets au Principe de Polarité qui le porte d'un sentiment extrême au
sentiment contraire. Il considère que son "Moi" n'est autre chose qu'une
certaine connaissance qu'il a acquise et qui forme ainsi une partie de lui-même.
C'est cela le "Moi" d'un homme.
Mais nous sommes allés trop vite. On peut dire. que le "Moi" de beaucoup
d'individus consiste surtout dans la conscience du corps et de ses appétits
physiques. Leur conscience étant imbue de la nature de leur corps, leur vie est
donc pratiquement dirigée dans ce sens. Quelques hommes vont même jusqu'à
penser que leur "machine physique" est une partie de leur "Moi" ; ils la
considèrent comme une partie d'eux-mêmes. Un auteur humoriste a écrit avec
beaucoup de vérité que "l'homme est formé de trois choses essentielles : l'âme,
le corps et les habits". Ces individus ainsi "habillés" perdraient leur
personnalité si, par hasard, des sauvages venaient à les dépouiller de leurs
vêtements après un naufrage par exemple. Mais, même ceux qui ne sont pas
aussi étroitement butés dans cette idée de "vêtements", croient fermement que
leur enveloppe physique fait partie de leur "Moi" et même est ce "Moi" luimême.
Ils ne conçoivent pas un "Moi" indépendant de leur corps. Leur esprit
leur paraît être pratiquement une "chose appartenant" à leur corps, ce qui est
d'ailleurs vrai dans un grand nombre de cas.
Mais au fur et à mesure qu'un homme s'élève sur l'échelle de la conscience,
il devient capable de séparer l'idée du "Moi" de l'idée du corps ; il pense que
son enveloppe physique "appartient" à la partie mentale qui se trouve en lui.
Mais, même à ce moment, il peut encore identifier entièrement ce "Moi" avec
les états mentaux, les sentiments qu'il sait exister en lui. Il peut encore
considérer ces états internes identiques avec lui-même, au lieu de les considérer
simplement comme des "choses" produites par une petite partie de sa mentalité
et existant à l'intérieur de lui, mais n'étant pas cependant "lui-même". Il voit
qu'il peut changer ces états intérieurs de sentiments par un effort de la volonté
et qu'il peut produire un sentiment ou un état d'une nature exactement opposée ;
cependant, il se rend compte que c'est toujours le même "Moi" qui existe. Ainsi
au bout d'un certain temps, il devient capable de mettre de côté ses divers états
mentaux, ses émotions, ses sentiments, ses habitudes, ses qualités, ses
caractéristiques et toutes les autres choses mentales qui lui appartiennent ; il
devient capable de les considérer comme faisant partie de cette collection de
curiosités et de choses encombrantes qu'on appelle le "Non-Moi". Cela
nécessite une grande concentration mentale et un pouvoir d'analyse
considérable de la part de l'élève. Cependant, le travail est possible pour
l'adepte ; même ceux qui ne sont pas aussi avancés sont susceptible de voir, en
imagination, comment ce processus peut s'accomplir.
Une fois que l'élève, comme nous venons de le dire, a fini de mettre de
côté comme faisant du non-moi les sentiments qui habitent son esprit, il
s'aperçoit qu'il est en possession consciente d'un Etre qu'il peut considérer sous
le double aspect du "Moi" et du "Je". Le "Moi" sera perçu comme une Chose
Mentale dans laquelle les pensées, les idées, les émotions, les sentiments et les
autres états mentaux peuvent être produits. Il peut être considéré comme le
"sein mental", c'est ainsi que les anciens l'appelaient, capable d'enfanter les fils
mentaux. Il apparaît à la conscience comme un "Moi" doué du pouvoir latent
de créer et d'engendrer une progéniture mentale de n'importe quelle nature. Ses
pouvoirs d'énergie créative sont énormes. Et encore, il semble qu'il reçoive
quelque forme d'énergie soit de son compagnon, le "Je", soit d'autres "Je"
extérieurs à lui pour être capable de réaliser matériellement ses créations
mentales. Il résulte de cela qu'il se constitue une capacité énorme de travail
mental et d'habileté créatrice.
Mais l'étudiant se rend vite compte qu'il ne trouve pas seulement cela dans
sa conscience intime. Il trouve qu'il existe une Chose mentale qui est capable
de Vouloir que le "Moi" agisse dans une direction créatrice et qui est également
capable de se tenir en dehors de la création mentale et de se comporter vis-à-vis
d'elle comme un spectateur. Cette partie de lui-même, il est porté à l'appeler
"Je". Il peut se reposer à volonté sur sa connaissance. Il trouve dans ce "Je",
non pas une faculté d'engendrer et de créer activement, dans le sens du
processus graduel ordinaire des opérations mentales, mais une faculté de
projeter une énergie du "Je" Vers le "Moi", une faculté de "vouloir" que la
création mentale commence et suive régulièrement son cours. Il s'aperçoit
également que le "Je" est capable de rester neutre, de rester témoin inactif des
créations et des générations mentales du "Moi". Ce double aspect de l'esprit se
trouve dans tout individu. Le "Je" représente le Principe Masculin du Genre
Mental ; le "Moi" représente le Principe Féminin. Le "Je" est l'aspect de l'Etre ;
le "Moi" est l'Aspect du Devenir. Vous remarquerez que le Principe de
Correspondance opère sur ce plan de la même manière qu'il opère sur le grand
plan sur lequel la création des Univers s'accomplit. Les deux plans sont de
nature semblable, bien qu'ils soient profondément différents en degrés. "Ce qui
est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui
est en Haut."
Ces différents aspects de l'esprit, les Principes Masculin et Féminin, le "Je"
et le "Moi", considérés en liaison avec les phénomènes psychiques et mentaux,
bien connus donnent la maîtresse-clef qui permet de pénétrer jusqu'aux régions
inconnues et profondément obscures de l'opération et de la manifestation
mentale. Le principe du Genre Mental montre la vérité qui se cache dans le
vaste champ des phénomènes de l'influence mentale.
Le Principe Féminin tend constamment à recevoir des impressions, tandis
que le Principe Masculin tend à les donner et à les exprimer. Le Principe
Féminin travaille à engendrer des pensées, des idées nouvelles, il assume le
travail de l'imagination. Le Principe Masculin se contente d'assumer le travail
de la "Volonté", dans ses diverses phases. Et même, privé de l'aide active de la
Volonté du Principe Masculin, le Principe Féminin est apte là engendrer des
images mentales qui sont le résultat d'impressions reçues du dehors, au lieu de
produire des créations mentales originales.
Les individus qui sont capables d'accorder une attention continue et de
penser constamment à un sujet, emploient les deux Principes mentaux, le
Principe Féminin pour le travail d'une génération mentale active et la Volonté
Masculine pour stimuler et pour renforcer la portion créative de l'esprit. La
grande majorité des individus n'emploient en réalité le Principe Masculin que
faiblement ; ils se contentent de vivre conformément aux pensées et aux idées
envoyées dans leur "Moi" par le "Je" de l'esprit des autres individus. Mais notre
intention n'est pas d'insister longuement sur cette partie du sujet que l'on peut
étudier dans n'importe quel bon ouvrage de psychologie, avec la clef que nous
avons donnée en ce qui concerne le Genre Mental.
Celui qui étudie les phénomènes psychiques est instruit des merveilleux
phénomènes classés sous le nom de Télépsychie, de Transmission de pensée,
d'Influence Mentale, de Suggestion, d'Hypnotisme, etc. Un grand nombre de
gens ont cherché une explication de ces différentes phases de phénomènes dans
les théories des divers professeurs qui préconisent la "dualité de l'esprit". Ils
ont raison dans une certaine mesure, car il y a très nettement dans ces
phénomènes une manifestation de deux phases distinctes d'activité mentale.
Mais, si ces élèves considéraient cette "dualité de l'esprit" à la lumière des
Enseignements hermétiques concernant les Vibrations et le Genre Mental, ils
verraient que la clef qu'ils recherchent depuis longtemps se trouve à portée de
leur main.
Dans le phénomène de la Télépsychie, on voit comment l'Energie
Vibratoire du Principe Masculin est projetée vers le Principe Féminin d'un
autre individu et comment ce dernier s'empare du germe de pensée et lui
permet de se développer jusqu'à maturité complète. La Suggestion et
l'Hypnotisme opèrent de la même manière. Le Principe Masculin de l'individu
qui donne la suggestion dirige un courant d'Energie Vibratoire ou de Pouvoir
de Volonté vers le Principe Féminin de l'autre individu et celui-ci l'accepte, la
fait sienne, puis agit et pense en conséquence. Une idée ainsi logée dans l'esprit
d'une autre personne croît et se développe et finit par être considérée comme le
véritable fils mental de l'individu, tandis qu'en réalité elle est comme l'œuf du
coucou placée dans le nid du moineau où il détruit la véritable descendance et
fait sa maison du nid de son hôte. La méthode normale consiste à coordonner et
à faire agir harmonieusement dans l'esprit de l'individu les principes Masculin
et Féminin en liaison étroite l'un avec l'autre. Malheureusement, chez la grande
majorité des gens, le Principe Masculin est paresseux, la quantité de Pouvoir de
Volonté est trop faible ; il en résulte que ces individus se laissent entièrement
mener par les esprits et la volonté des autres personnes à qui ils permettent de
penser et de vouloir à leur place. Comment des actes ou des pensées originales
peuvent-elles être accomplies par ces individus paresseux ? La plupart des gens
n'est-elle pas un écho, une simple ombre de ceux qui ont une volonté et un
esprit plus puissants qu'eux ? Le mal est que les personnes paresseuses agissent
toujours avec la conscience du "Moi" ; ils ne comprennent pas l'existence d'une
chose telle que le "Je". Elles sont polarisées dans le Principe Féminin de
l'Esprit et le Principe Masculin, dans lequel se loge la Volonté, reste inactif et
n'est pas employé.
Les hommes et les femmes vraiment puissants utilisent invariablement le
Principe Masculin de la Volonté, et c'est à ce fait qu'ils doivent matériellement
leur force. Au lieu de vivre sur les impressions créées dans leur esprit par celui
des autres, ils dominent leur propre esprit par leur Volonté ce qui leur permet
d'obtenir les images mentales qu'ils désirent et même de dominer par le même
procédé l'esprit des autres individus. Regardez les gens puissants ; voyez
comment ils font pour implanter leurs pensées dans l'esprit des ioules,
obligeant celles-ci à entretenir des idées conformes là leurs désirs et à leurs
volontés. C'est pour cette raison que ces foules se laissent mener comme des
troupeaux, ne manifestant jamais une pensée originale et ne se servant même
pas de leur propre pouvoir d'activité mentale.
On peut voir le Genre Mental se manifester autour de nous à toute heure de
notre vie. Les individus magnétiques sont ceux qui sont capables d'utiliser le
Principe Masculin pour imprimer leurs idées chez les autres personnes.
L'acteur qui fait pleurer, rire ou crier les spectateurs à volonté, se sert de ce
Principe. Il en est de même de l'orateur applaudi, de l'homme d'Etat, du
prédicateur, de l'écrivain ou de tout autre individu susceptible d'attirer
l'attention du grand publie. L'influence particulière exercée par certaines
personnes sur leur entourage est due à la manifestation du Genre Mental,
employé dans la direction Vibratoire, comme nous l'avons déjà dit. Dans ce
principe gît le secret du magnétisme, de l'influence personnelle, de la
fascination, etc., en même temps que le secret de tous les phénomènes
généralement groupés sous le nom d'Hypnotisme.
L'élève qui s'est familiarisé avec les phénomènes usuellement appelés
phénomènes "psychiques" aura découvert le rôle important joué dans ces
phénomènes par cette force que, la science a appelée la "Suggestion", mot par
lequel on veut dire le procédé ou la méthode par laquelle une idée est
transférée, imprimée dans l'esprit d'un autre individu, obligeant cet autre esprit
à agir conformément à la volonté de celui qui donne la suggestion. Une
compréhension correcte de la Suggestion est nécessairement indispensable
pour saisir intelligemment les divers phénomènes psychiques qui en découlent.
Mais ce qui est encore plus nécessaire pour l'étudiant, c'est une connaissance
exacte de la Vibration et du Genre Mental, car, le Principe entier de la
Suggestion dépend du principe du Genre Mental et du principe de Vibration.
Les Hypnotiseurs et ceux qui professent la Suggestion ont l'habitude
d'expliquer que c'est l'esprit "objectif ou volontaire" qui fait l'impression
mentale, la suggestion sur l'esprit "subjectif ou involontaire." Mais ils ne
décrivent pas le processus ou ne nous donnent pas d'exemple bien net de nature
à nous faire comprendre clairement cette idée. Si vous étudiez le sujet à la
lumière des Enseignements hermétiques, vous serez capable de voir que la
stimulation du Principe Féminin par l'Energie Vibratoire du Principe Masculin
est tout à fait conforme aux lois universelles de la nature et que le monde
naturel nous montre d'innombrables exemples tendant à bien faire comprendre
le Principe. En fait, les Enseignements hermétiques montrent que la création de
l'Univers suit la même loi et que, dans toute manifestation créatrice, que ce soit
sur les plans physique, spirituel ou mental, c'est toujours le Principe du Genre,
c'est-à-dire la manifestation des Principes Masculin et Féminin, qui opère. "Ce
qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce
qui est en Haut". Mieux encore, une fois que le principe du Genre Mental est
parfaitement compris, les divers phénomènes de la Psychologie deviennent de
suite susceptibles d'être classés et étudiés intelligemment, au lieu de rester
profondément obscurs. Pratiquement, le Principe "travaille activement", parce
qu'il est basé sur les lois universelles et immuables de la vie.
Nous ne ferons pas une discussion ni une description détaillée des divers
phénomènes de l'influence ou de l'activité mentales. De nombreux ouvrages,
dont quelques-uns sont excellents, ont été écrits sur cette question dans ces
dernières années. L'élève peut se reporter à ces ouvrages (Se reporter, pour
développements, aux deux ouvrages de M. Henri Durville : Cours de
Magnétisme personnel et la Science secrète.) ; en utilisant la théorie du Genre
Mental, il sera capable de sortir victorieux du chaos de théories et
d'enseignements contraires ; il pourra, s'il se sent les dispositions nécessaires,
devenir lui-même un maître de la question. Notre but n'est pas de faire un récit
détaillé des phénomènes psychiques, mais de donner à l'étudiant une clef qui
lui permette d'ouvrir les innombrables portes qui ferment le Temple de la
Connaissance qu'il désire explorer.
Nous espérons que, dans cette étude des enseignements du Kybalion, on
trouvera les éclaircissements susceptibles de résoudre de, nombreuses
difficultés embarrassantes, une maîtresse-clef capable d'ouvrir de nombreuses
portes. Tandis qu'il est d'usage d'entrer dans des détails approfondis sur les
innombrables phases des phénomènes psychiques et de la science mentale,
nous avons préféré placer dans les mains de nos élèves les moyens d'aborder
avec succès n'importe quel sujet susceptible de les intéresser. Avec l'aide du
Kybalion, tout individu peut entreprendre n'importe quel ouvrage occulte, la
vieille Lumière de l'Egypte éclairant de nombreuses pages obscures et de
nombreux sujets impénétrables. Tel est le but de cet ouvrage. Nous n'avons pas
expliqué une philosophie nouvelle ; nous avons fourni les grandes lignes d'un
enseignement mondial, destinées à rendre plus clairs les enseignements des
autres philosophies ; elles serviront comme Grand Conciliateur des différentes
théories et des doctrines opposées.


CHAPITRE XV
Axiomes hermétiques
"Posséder le Savoir, si on ne le manifeste pas et si on ne
l'exprime pas dans ses Actes est comme la thésaurisation d'un
précieux métal, une chose vaine et folle. Le Savoir, comme la
Santé est destiné à Servir. La Loi de l'Utilisation est
Universelle, celui qui la viole souffre parce qu'il s'oppose aux
forces naturelles."

Les Enseignements hermétiques, s'ils ont toujours été soigneusement tenus
secrets par leurs fortunés possesseurs, pour des raisons que nous avons déjà
dites, n'étaient pas destinés à être constamment conservés et tenus secrets. La
Loi de l'Utilisation fait partie des Enseignements comme vous pouvez le voir
en vous reportant à la citation que nous venons de donner et qui l'affirme avec
une grande netteté. Le Savoir sans Utilisation et sans Expression est une chose
vaine, ne conférant aucun bien à celui qui le possède et à la race toute entière.
Méfiez-vous de l'Avarice Mentale et mettez en Action ce que vous avez appris.
Etudiez les Axiomes et les Aphorismes, mais ne manquez pas de les pratiquer.
Nous donnons ci-dessous quelques-uns des Axiomes hermétiques les plus
importants du Kybalion chacun suivis de quelques commentaires. Faites-les
vôtres et pratiquez les ; ils ne seront pas réellement vôtres si vous ne les utilisez
pas.
"Pour changer votre état d'esprit ou vos états mentaux,
modifiez votre vibration."
Tout individu peut changer ses vibrations mentales par un effort de
Volonté, en fixant son Attention sur l'état désirable. La Volonté dirige
l'Attention et l'Attention modifie la Vibration. Cultivez l'Art de l'Attention, à
l'aide de la Volonté, et vous avez trouvé le secret de la Maîtrise des Sentiments
et des Etats Mentaux.
"Pour détruire une mauvaise période de vibration, mettez en
activité le Principe de Polarité et concentrez votre pensée sur
le pôle opposé de celui que vous voulez annihiler. Tuez
l'indésirable en modifiant sa Polarité."
Cette formule hermétique est une des plus importantes de la doctrine. Elle
est basée sur de véritables principes scientifiques. Nous avons montré qu'un
état mental et son état contraire n'étaient que les deux pôles d'une même chose
et que par la Transmutation Mentale, la polarité pouvait être renversée. Ce
principe est connu des psychologues modernes qui l'appliquent pour supprimer
les mauvaises habitudes en conseillant à l'étudiant de se concentrer fortement
sur la qualité opposée. Si vous êtes Peureux, ne perdez pas votre temps à
essayer de supprimer en vous la Peur ; développez le Courage et la Peur
disparaîtra. Quelques auteurs ont exprimé cette idée avec plus de force en
utilisant l'exemple de la chambre noire. Vous ne devez pas essayer d'enlever
l'obscurité d'une pièce, vous n'avez qu'à ouvrir les volets et l'obscurité, envahie
par la Lumière, disparaît. Pour supprimer une qualité Négative, concentrez
votre pensée sur le Pôle Positif de cette même qualité et les vibrations, de
Négatives qu'elles étaient deviendront Positives, jusqu'à ce que vous finissiez
par être polarisés sur le pôle Positif au lieu de l'être sur le pôle Négatif. Le
contraire est également vrai, comme beaucoup de gens ont pu s'en apercevoir à
leurs dépens, quand ils se laissent vibrer trop, souvent sur le pôle Négatif des
choses. En modifiant votre polarité, vous pouvez maîtriser vos sentiments,
changer vos états mentaux, remanier vos dispositions et construire votre
caractère.
Une grande partie de la Maîtrise Mentale des Hermétistes avancés est due
à cette application de la Polarité qui constitue un des plus importants aspects de
la Transmutation Mentale. Souvenez-vous bien de l'axiome hermétique que
nous avons déjà cité et qui dit :
"L'Esprit, aussi bien que les métaux et les éléments, peut être
transmuté d'état à état, de degré à degré, de condition à
condition, de pôle à pôle, de vibration à vibration."
La Maîtrise de la Polarisation est la maîtrise des principes fondamentaux
de la Transmutation Mentale ou de l'Alchimie Mentale, car, si un individu
n'acquiert pas l'Art de changer sa propre polarité, il sera incapable d'influencer
son entourage. Une compréhension parfaite de ce Principe permettra à tout
individu de changer sa Polarité Personnelle aussi bien que celle des autres, s'il
veut bien consacrer le temps, le soin, l'étude et la pratique nécessaires pour se
rendre maître de l'Art. Le Principe est vrai, mais les résultats obtenus
dépendent uniquement de la patience et de la pratique de l'élève.
"Le Rythme peut être neutralisé par une application correcte
de l'Art de la Polarisation."
Comme nous l'avons expliqué dans les précédents chapitres les
Hermétistes affirment que le Principe du Rythme se manifeste aussi bien sur le
Plan Mental que sur le Plan Physique et que la succession désordonnée des
sentiments, des états d'esprit, des émotions et des autres états mentaux est due
au mouvement d'allée et venue du pendule mental qui nous entraîne d'une
extrémité d'un sentiment à l'autre.
Les Hermétistes enseignent également que la Loi de Neutralisation permet,
dans une très large mesure, de maîtriser consciemment les opérations du
Rythme. Comme nous l'avons expliqué, il existe un Plan Supérieur de
Conscience, de même qu'il existe un Plan Inférieur ; le Maître, en s'élevant
graduellement jusqu'au Plan Supérieur oblige l'oscillation du pendule mental à
se manifester sur le Plan Inférieur ; pendant ce temps, lui, qui a atteint le Plan
Supérieur, échappe à la conscience de l'oscillation de retour du pendule. Ce
résultat s'obtient en se polarisant sur le Moi Supérieur et en atteignant ainsi les
vibrations mentales du Moi situées bien au-dessus du plan ordinaire de
conscience. C'est la même chose de s'élever au-dessus d'une chose ou de la
laisser passer devant soi. Les Hermétistes avancés se polarisent au pôle Positif
de leur Etre, au pôle du "Je suis" au lieu du pôle de la personnalité, en refusant,
en "niant" l'opération du Rythme, ils s'élèvent au dessus du plan de la
conscience et en restant fermement établis dans leur Jugement de l'Etre, ils
permettent au pendule de revenir en arrière sur le Plan inférieur sans modifier
leur polarité. Cela peut être accompli par tous ceux qui ont atteint un degré
quelconque de Maîtrise personnelle, qu'ils comprennent ou non la Loi. De tels
individus "refusent" simplement d'être attirés en arrière par le pendule des
sentiments et des émotions ; en affirmant sans répit leur supériorité, ils restent
polarisés au Pôle Positif. Naturellement, le Maître bénéficie de tout cela à un
degré bien plus considérable parce qu'il comprend la loi, parce qu'il sait qu'il la
détruit en lui en opposant des lois supérieures et parce que, grâce à sa Volonté,
il atteint un degré de Poids et de Solidité Mentale presque incroyables pour
ceux qui se laissent balancer en avant puis en arrière par le pendule mental des
états d'esprit et des sentiments.
N'oubliez pas cependant, qu'en réalité, vous ne détruisez pas le Principe du
Rythme qui est indestructible. Vous ne faites que maîtriser une loi en lui en
opposant une autre et en maintenant ainsi l'équilibre. Les lois du poids et du
contre-poids opèrent aussi bien sur le plan mental que sur le plan physique ;
une compréhension parfaite de ces lois permet à quiconque de sembler les
maîtriser, tandis qu'en réalité, il ne fait que les contre-balancer.
"Rien n'échappe au Principe de la Cause et de effet ; mais il
existe plusieurs Plans de Causalité et tout individu peut
utiliser les lois des Plans Supérieurs pour maîtriser les Lois
des Plans Inférieurs."
En comprenant bien la pratique de la Polarisation, l'Hermétiste s'élève sur
un plan supérieur de Causalité et contre-balance ainsi les lois des plans
inférieurs. En s'élevant au-dessus du plan ordinaire des Causes, il devient, là un
certain degré, une Cause au lieu d'être "Causé". En étant capable de maîtriser
ses états d'esprit et ses sentiments et en pouvant neutraliser le Rythme, comme
nous l'avons déjà expliqué, il est capable d'échapper à une grande partie des
opérations du principe de la Cause et de l'Effet sur le plan ordinaire. Les, foules
se laissent conduire ; elles obéissent à leur entourage ; les volontés et les désirs
des autres sont plus puissants que les leurs ; elles subissent les suggestions de
ceux qui les entourent et toutes les causes extérieures qui essayent de les faire
mouvoir sur l'échiquier de la vie comme de simples pions. En s'élevant audessus
des causes susceptibles de l'influencer, l'Hermétiste avancé atteint un
plan supérieur d'action mentale ; et en dominant ses états d'esprit, ses émotions,
ses tendances et ses sentiments, il crée en lui-même un nouveau caractère, de
nouvelles qualités et de nouveaux pouvoirs, grâce auxquels il peut dominer son
entourage ordinaire et devenir ainsi pratiquement Joueur au lieu d'être simple
Pion. De tels individus jouent consciemment le jeu de la vie au lieu d'être
conduits de ci, de là par les pouvoirs et les volontés plus fortes. Ils utilisent le
Principe de la Cause et de l'Effet au lieu d'être utilisés par lui. Naturellement,
même les plus grands Maîtres sont sujets au Principe, car il ne se manifeste pas
moins sur les plans supérieurs ; mais sur les plans inférieurs d'activité, ils sont
Maîtres au lieu d'être Esclaves. Comme le dit le Kybalion :
"Le sage sert sur le plan supérieur mais est servi sur le plan
inférieur. Il obéît aux lois venant d'en haut, mais sur son
propre plan et sur les plans inférieurs, il est maître et donne
des ordres. D'ailleurs en agissant ainsi, il constitue une
partie du Principe au lieu de s'y opposer. Le sage fait partie
de la Loi ; en comprenant bien ses mouvements il l'utilise au
lieu d'en être l'esclave aveugle. Le sage, par rapport à
l'homme ordinaire peut être comparé au nageur habile,
allant et venant de tous côtés ; par rapport à la bûche qui est
emportée de tous côtés ; cependant le nageur et la bûche, le
sage et l'imbécile sont également sujets à la loi. Celui qui
comprend cette vérité est bien dans la voie de la maîtrise."
Pour conclure appelons encore votre attention sur l'axiome hermétique
suivant :
"La Vraie Transmutation Hermétique est un Art Mental."
Dans cet axiome les Hermétistes enseignent que le grand travail
d'influencer un entourage est accompli à l'aide du Pouvoir Mental. L'Univers
étant complètement mental, il en résulte qu'il ne peut être conduit que par la
Mentalité. Dans cette vérité on peut trouver l'explication de tous les
phénomènes et la manifestation de tous les divers pouvoirs mentaux qui ont
tant attiré l'attention et qui ont été si étudié au début du vingtième siècle. On
retrouve constamment sous les enseignements des divers cultes et des
différentes écoles le principe de la Substance Mentale de l'Univers. Si l'Univers
est Mental dans sa nature substantielle, il s'ensuit nécessairement que la
Transmutation Mentale doit changer les conditions et les phénomènes de
l'Univers. Si l'Univers est Mental, l'Esprit doit être le pouvoir le plus
considérable qui agit dans ses phénomènes. Si cette vérité était bien comprise
on verrait la véritable nature de ce qu'on a coutume d'appeler des "miracles."
"LE TOUT est ESPRIT ; l'Univers est Mental."