Traduire/Translate

FM - Deuxième Grade du Rite d'Heredom de Kilwinning


Armes du Chapitre Rose-Croix  d'Heredom de Kilwinning
Paris 1786


RITE D'HEREDOM DE KILWINNING

DEUXIEME GRADE

EXCELLENT CHEVALIER ADEPTE

PRINCE DE LA R:.C:.
Prince de Mercy


Implanté à Rouen d'abord puis à Paris, en provenance d'Ecosse, le Rite de Heredom de Kilwinning a été pratiqué en France aux XVIIIè et XIXè siècles, largement adapté aux exigences ésotérisantes des Maçons continentaux. Ce rite alchimique est proche du Rite Ecossais Philosophique, comme on peut le deviner à la page 11 de l'annexe à l'article "Rituel de Rose-Croix du Rite Ecossais Philosophique". Sous le Premier Empire, Jean-Jacques-Régis de Cambacérès (1753-1824), Grand Maître adjoint du Grand Orient de France, Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil du Rite Ecossais Ancien et Accepté, Grand Maître des directoires écossais du Rite Ecossais Rectifié, Grand Maître du rite primitif de Narbonne, fut également Grand Maître du Rite Ecossais Philosophique et Grand Maître du Rite d’Heredom de Kilwinning.


"L’Ordre Heredom de Kilwinning, à l’origine rattaché à la Grande Loge Royale d’Édimbourg, aurait, selon la tradition, été fondé en 1314 à Kilwinning, une bourgade d’Écosse dans le comté d’Ayr, par le roi Robert 1er Bruce. Une autre tradition rapporte qu’une loge y fut fondée par des architectes Maçons venus de l’étranger pour édifier l’abbaye locale, fondée en 1140 par des moines français venus de Tiron, situé dans le département d’Eure et Loir.
Cette autorité, réelle, subsista jusqu’en 1736 et ce n’est qu’en 1808 que la loge de Kilwinning cessa de distribuer des Chartes. 
Cette Loge de Kilwinning est considérée comme « immémoriale » et porte le n°0 de la Grande Loge d’Écosse." (Commentaire recueilli sur le site web de la Grande Loge de France).

J'ajouterai que Heredom est une montagne mythique, en Ecosse, dont la Franc-Maçonnerie a fait une sorte de "centre du monde" symbolique. Certains auteurs (Shaun McDowell Linton par exemple) prétendent cependant avoir identifié géographiquement ce mont :    il s'agirait de Montgreenan, au Benslie Wood, en Ecosse (Nord 55°38'59"  Ouest 4°38'38" - 3 kms à l'est de Kilwinning). Ces auteurs, imaginatifs ou sérieux ?, avancent même avoir ainsi découvert, dans la même assiette, la localisation géographique du Saint-Graal... Autant savoir ... avec plus que de la précaution.



L.A.T.



DEUXIEME DEGRE EXC:.CHEVALIER ADEPTE PRINCE DE LA R:.C:.

DECORATION DU LABORATOIRE

Le laboratoire se nomme : ciel, il est tendu de vert et décoré de 9 colonnes dont une blanche et une rouge alternativement, il y aura à chaque colonne un bras portant 9 étoiles ce qui donnera le nombre 81, on peut réduire ce nombre à 27.

Il y aura au dessus de la tête du président qui se nommera Prince excellent ou très excellent un dais tricolore vert blanc et rouge. Devant lui sur une table est étendu un tapis de la même couleur, enfin sur cette table sera une statue de femme représentant la vérité, une flamme verticale de sa tête, elle tiendra un miroir de sa main gauche, sa droite sera élevée vers le cœur et elle tiendra de cette main un triangle d'or. Cette statue qui est le palladium du grade devra toujours être couverte d'un voile tricolore comme le tapis. Elle doit avoir 27 pouces de hauteur sans y comprendre le piédestal qui sera triangulaire et creux de manière qu'il puisse contenir dans un tiroir de la même forme un livre aussi triangulaire et couvert d'une enveloppe. Ce livre qui est celui de la vérité enferme l'explication de tous les emblèmes du grade tel qu'on le verra par la suite. Il y aura de plus sur la table un flèche longue de trois pieds, le bois en sera blanc et les ailes vertes et rouges et la pointe sera d'or.

HABILLEMENT DES CHEVALIERS ADEPTES

Le président est vêtu d'une tunique tricolore, il porte une couronne entourée de 9 pointes de flèches d'or. Il tient à la main une flèche qui lui sert de maillet et de la pointe de laquelle il frappe pour réclamer le silence.

L'habillement des autres chevaliers consiste en un tablier rouge, un triangle blanc et vert en garnit le milieu. Ils ont de plus ainsi que le président un cordon tricolore vert blanc et rouge en sautoir et à l'extrémité duquel est suspendu pour bijou un grand triangle équilatéral.

TITRES

Le Président se nomme Très Excellent et les surveillants premier et deuxième Excellents, tous les trois sont armés d'une flèche au lieu du maillet. Tous les FF:. indistinctement ont dans ce grade le titre d'Excellents. Outre les trois officiers il y a un secrétaire, un oratoire un frère examinateur/introducteur, un trésorier et un gardien sacré qui répond du palladium sur sa tête et enfin un frère sacrificateur.

OUVERTURE DU TROISIEME CIEL

Le T:. Excellent ayant le F:. gardien sacré à sa droite et le sacrificateur à sa gauche, tous les autres FF:. à leurs places respectives demande au premier excellent s'il n'y a point d'ignorants parmi les adeptes, à ces mots tous les FF:. font le signe et le premier excellent répond :

R : Ne savez-vous pas, T:. Excellent, qu'ils ne peuvent s'élever jusqu'à la voûte du troisième ciel.

Le T:. Excellent frappe alors un coup sur la table avec sa flèche par trois, cinq et sept. Les FF:. premier et deuxième Excellents répètent la batterie et le T:. Excellent dit :

Q : Quel âge avez-vous F:. premier Excellent ?

R : Quatre vingt un an.

Q : Quelle heure est-il F:. deuxième Excellent ?

R : L'heure de le régénération.

Alors le T:. Excellent ôte sa couronne et dit :

R : L'harmonie règne, la matière attend, préparons nous à l'œuvre le troisième ciel est ouvert.

TABLEAU DU GRADE

Le tableau du grade doit être déroulé sur le troisième ciel même les jours ou il n'y a point de réception. Il doit contenir les figures suivantes dans une forme triangulaire :
1 un bûcher allumé
2 un bras armé d'un coutelas
3 un ange dans un nuage
4 une grande croix
5 une lance
6 une couronne d'épines
7 l'arche d'alliance
8 les tables de la loi
9 un encensoir
10 mercure avec les attributs
11 un réchaud avec un creuset
12 un lingot d'or
13 un cierge ardent
14 un globe tournant sur son axe
15 un triangle équilatéral en or

RECEPTION

Après que le néophyte a été proposé et accepté dans les formes voulues et qu'il est arrivé à des réflexions, le troisième ciel étant ouvert, le T:. Excellent ordonne au F:. purificateur de se porter à l'entrée du troisième ciel pour s'emparer du néophyte et au F:. examinateur/introducteur d'aller le chercher. Le néophyte ayant les yeux bandés et étant arrivé à l'entrée du troisième ciel, il frappe à la porte 12 coups et le T:. excellent dit :

Q : F:. excellent informez-vous des motifs qui peuvent porter un apprenti à venir troubler le grand œuvre.

Le premier excellent répète la demande que le deuxième excellent transmet au sacrificateur. Celui-ci entrouvre la porte et après avoir communiqué avec le F:. examinateur/introducteur, il dit :

R : T:. excellent, l'apprenti qui se présente voudrait s'élever jusqu'à cette région. Son nom est (NOM). Son âme est forte, son esprit éclairé et ses mains habiles. Le F:. examinateur en répond.

Le T:. excellent dit :

Q : Eh bien, je loue son zèle ; qu'il quitte l'atmosphère terrestre et soit introduit en ces lieux.

On ouvre la porte, le F:. examinateur fait entrer le néophyte qui se présente par les cinq pas du grade précédent.

Le T:. excellent dit :

Q : F:. sacrificateur emparez-vous du néophyte qui à l'audace de vouloir s'élever jusqu'à nous en rampant comme un vil reptile.

Le sacrificateur s'en empare.

Le T:. excellent dit :

Q : Je m'aperçois à votre tentative de la noble ambition qui vous anime mais dites-moi ce que signifie la marche irrégulière que vous avez adoptée pour vous présenter ici ?

Le récipiendaire répond :

R : C'est pour prouver que sans peine on ne peut parvenir à la vérité et que toutes les routes qui peuvent y conduire doivent être recherchées pourvu qu'elles ne nous éloignent pas des sentiers de l'équité.

Le T:. excellent dit :

Q : Nous allons juger si votre courage répond à votre audace. Qu'on lui prête des ailes et qu'il monte au ciel.

On fixe sur l'épaule du candidat deux ailes en forme de rames, on lui noue dans les mains les manches de ces ailes qui se croisent devant sa poitrine de sorte qu'il puisse les faire mouvoir aisément et le T:. excellent continue ainsi :

Q : Vous voilà prêt à entreprendre le voyage difficile et périlleux que vous voulez faire. Etes-vous toujours dans les mêmes intentions, chevalier ?

Le récipiendaire répond :

 R : Oui.

Le T:. excellent continue :

Q : Cela étant qu'on place le marchepied auprès de l'abîme et qu'on fasse le voyage.

On avance un gradin de 9 marches et haut de 5 pieds, on le place entre les FF:. premier et deuxième Excellents, les marches tournées du côté de la porte d'entrée et le T:. excellent dit :

Q : Sacrificateur, guidez le néophyte sur le marchepied d'où il doit prendre son vol vers la voûte céleste.

Quand le néophyte a monté les 9 degrés de ses ailes, le sacrificateur le laisse seul en lui disant tout bas d'attendre l'ordre du T:. excellent qui dit ensuite :

Q : Chevalier vous allez traverser une route que nous avons tous parcourue ; Elle n'est donc pas au dessus des forces humaines, car nous sommes hommes comme vous. Malgré que les ailes que l'on vous donne soient faites par un mécanicien des plus habiles, je vous préviens qu'elles vous seront d'un faible secours si vous n'êtes pas soutenu par des sentiments qui doivent vous animer. Ces sentiments précieux sont le désir ardent de s'instruire pour diriger ensuite vos connaissances vers un but digne de l'homme vertueux, le courage nécessaire pour vaincre les obstacles qui embarrassent le chemin de la vie et triompher des passions qui enchaînent les mortels et les détournent des grandes choses, enfin une confiance extrême dans votre projet qui doit être fondé sur la paix de votre conscience et la pureté de vos principes. Si telle est votre âme, si telles sont vos résolutions vous pouvez partir sans crainte. Il existe en vous une force d'ascension assez puissante pour vous élever sans danger au delà des régions où se trouve circonscrit l'atmosphère de notre planète. Ce temple n'a d'autre voûte que celle des cieux et nos regards comme nos vœux vous accompagnent ; mais si au contraire des vices honteux souillent votre âme, si votre énergie apparente n'est que de l'effronterie et votre prétendu courage une vaine ambition, gardez-vous de quitter ce marchepied qui vous sert encore d'appui, le moindre mouvement que vous ferez vous précipiterait dans une citerne profonde où vous trouveriez une mort inévitable.

Etes-vous toujours dans l'intention de faire votre voyage?

Le néophyte répond : oui.

Le T:. excellent poursuit ainsi :

Q : Le signal de départ sera 3 coups de main, au troisième vous vous élancez en l'air en agitant vos ailes et Dieu fera le reste. Vos réflexions sont-elles faites, êtes-vous prêt ?

Le néophyte répond : oui.

Le T:. excellent frappe 3 coups égaux et lents dans la main et au dernier le candidat doit s'élancer.

Observations : il y deux moyens d'arrêter le récipiendaire dans sa chute. Le premier est de lui passer sous les bras et devant la poitrine une forte sangle qu'on fixe solidement en lui plaçant les ailes. Cette sangle aboutit à une grosse corde attachée au plafond de manière que sa longueur retienne le candidat suspendu à un demi pied de terre. Le deuxième moyen et le plus simple est de faire tenir au dessous par les FF:. une couverture de laine qu'on doit tendre fortement pour que la chute du candidat ne la fasse pas enfoncer jusque sur le plancher. De cette manière il n'arrivera jamais d'accident. Après cette épreuve on le débarrassera des ailes et le T:. excellent lui dit :

Q : Chevalier, nous sommes contents de vous et la récompense que vous attendiez a suivi de prés une promesse. Je vous annonce que vous êtes maintenant dans l'espace du firmament où roulent les étoiles errantes. La distance énorme que vous avez parcourue sans vous en apercevoir doit sans doute vous étonner, mais vous ne devez voir encore qu'avec les yeux de la foi. Etes-vous disposé à subir de nouvelles épreuves et à vous élevez du premier ciel où vous vous trouvez jusqu'au deuxième ciel ?

Le candidat répond : oui.

Q : Qu'on lui fasse monter l'échelle mystérieuse pour qu'il puisse parvenir à ce séjour désiré.

On apporte au candidat une échelle à trois échelons et qui se tient debout d'elle même, on lui place le pied gauche sur le premier échelon et le sacrificateur lui dit d'attendre l'ordre que le T:. excellent donne en ces termes :

Q : Chevalier vous allez monter au deuxième ciel en suivant cette échelle mystérieuse. C'est ici que vous avez besoin de rassembler toutes vos forces et de conserver surtout une présence d'esprit qui vous sera plus utile que jamais. Rappelez-vous le nom des trois colonnes qui servent de base à l'édifice de tous Princes R+C et répétez le nom de l'une de ces colonnes à chaque échelon sur lequel vous allez monter.

Le récipiendaire doit dire en montant le premier échelon : FOI ; le deuxième échelon : ESPERANCE ; le troisième échelon : CHARITE puis le T:. excellent continue ainsi :

Q : Chevalier, vous ne vous sentez pas de courage d'aller plus avant, d'où vient que vous hésitez ?

Le néophyte répond qu'il ne trouve pas d'autre échelon.

Le T:. excellent dit :

Q : Homme insensé ! ces trois échelons que vous avez franchis par la puissance des trois vertus théologales ne sont-ils pas le symbole du nombre ternaire le plus sublime des nombres connus ? Eh ! quoi, pensiez-vous trouver un autre degré au dessus de la perfection ! Avancez votre main gauche et cherchez si vous ne trouvez rien au dessus de vous et vous vous convaincrez que vous êtes au terme du voyage.

Ici on approche une lumière de la main du néophyte qui recule précipitamment.

Le T:. excellent dit :

Q : Vous frémissez chevalier ! Ne craignez rien, la chaleur que vous avez sentie est celle que répandent les étoiles fixes. Vous êtes auprès de la région qui leur fut assignée par le suprême Arch:. du monde. Si vous avez reculé avec effroi c'est que vous n'êtes pas encore assez pur pour supporter l'atmosphère du deuxième ciel. Revenez donc de votre présomption et songez que sans notre aide vous ne pourriez jamais surmonter les obstacles qui vous environnent.

Faites boire au néophyte l'éther du deuxième ciel.

On lui donne un verre plein de mousse de savon blanc dont il ne peut avaler que quelques parcelles, on l'enlève ensuite de l'échelle pour le poser sur le plancher.

Le T:. excellent dit :

Q : L'effet de cette liqueur précieuse vient de se manifester en vous avec la rapidité de l'éclair vous voilà maintenant dégagé des parties impures qui tenaient à votre existence pendant votre séjour sur le globe terrestre. Votre corps devenu plus léger a requis la propriété de résister à l'action du feu, car vous êtes entouré de monde lumineux dont les rayons n'agissent plus sur vos sens. Apprenez que l'homme en tendant à la perfection se concentre pour ainsi dire sans son âme et reprend une nouvelle vie.

Chevalier, il ne vous reste qu'un pas à faire pour vous élever jusqu'au troisième ciel qui est le terme de votre voyage. Etes-vous prêt à tenter cette entreprise difficile ?

Le néophyte répond: oui.

Le T:. excellent dit :

Q : Songez que vous allez pénétrer dans la région des eaux sur-célestes, ne craignez vous point que ce pas difficile subit du chaud à l'humidité ne procure sur votre organisme un effet dangereux ?

Le néophyte répond : non.

Le T:. excellent dit :

Q : Je vois, chevalier que vous êtes enhardi par vos voyages et que la force morale l'emporte sur le sentiment physique.

Puisque les résolutions du candidat paraissent inébranlables F:. sacrificateur emparez-vous de lui plongez le dans le troisième élément nous verrons s'il ne succombe pas à l'épreuve de l'immersion.

Le F:. sacrificateur saisit le néophyte par le milieu du corps le balance pour l'éprouver et le remet sur les pieds.

Le T:. excellent dit :

Chevalier je loue votre persévérance dans le bien mais ne vous sentez-vous pas incommodé par les eaux qui vous environnent ?

Le néophyte répond : non.

Le T:. excellent dit :

Q : Cela doit être, vous ignorez assurément que les eaux supérieures ne mouillent point à cause de leur extrême raréfaction mais quand vous serez plus versé dans les hautes sciences, l'on vous apprendra à connaître les causes physiques des prodiges de la nature et nous sommes contents de vous. Chevalier, voulez-vous rétrograder ou avancer?

Le néophyte répond : je veux avancer.

Le T:. excellent dit :

Q : Jouissez du fruit de vos travaux, le troisième ciel vous est ouvert.

A ces mots le T:. excellent tire un coup de pistolet, le F:. sacrificateur arrache le bandeau du récipiendaire et tous les FF:. font le signe.

Le T:. excellent dit :

Q : FF:. excellents remettez-vous. F:. sacrificateur faites faire au néophyte 3 fois le tour du triangle emblématique et qu'il remarque avec attention les 3 fois 5 figures qui sont tracées.

Le F:. sacrificateur obéit à l'ordre.

Le T:. excellent dit :

Q : Chevalier, vous êtes parvenu dans le troisième ciel, on a déroulé sous vos yeux le triangle qui contient 3 fois 5 figures sur lesquelles sont établis les principes du sublime grade des chevaliers adeptes princes de Mercy et l'on va vous révéler les mystères sacrés quelles renferment. Mais avant de vous révéler ces importants secrets nous exigeons de vous le serment de discrétion sur tout ce que vous avez appris et pourrez apprendre de nous. Faites ce serment.

Le candidat dit : je m'engage sous mes précédentes obligations à ne jamais découvrir les secrets qui m'ont été et me seront confiés.

Le T:. excellent dit alors :

Q : Nous recevons votre serment regardez écoutez méditez.

PREMIERE EXPLICATION DU TABLEAU


Vous voyez :

1° un bûcher allumé 2° un bras tenant un grand coutelas 3° un ange dans un nuage. Ces trois figures représentent le sacrifice d'Abraham, se soumettant aux ordres de l'éternel qui pour l'éprouver lui ordonna de sacrifier son fils unique. Ce sacrifice généreux est l'emblème de l'homme sage qui sans cesse doit se résigner aux secrets de la providence.

4° une grande croix 5° une lance 6° une couronne d'épines. Les trois figures vous rappellent la passion et la mort de J C un Dieu qui s'est fait homme et qui a souffert pour racheter les péchés, une mort ignominieuse est l'acte le plus sublime d'amour et de dévouement : le sacrifice est l'emblème d'un père généreux qui donne son sang pour sauver des enfants. Il est représenté dans le grade des Rose-Croix.

7° l'Arche d'alliance 8° les tables de la loi 9° un encensoir. Les trois figures rappellent la manifestation du seigneur à Moïse qui lui ordonna de construire l'arche d'alliance. Les tables de la loi renferment le précieux Décalogue qui est le principe de la religion et l'encensoir indique le culte du vrai Dieu dont Moïse devient le fondateur en instituant le grand prêtre Aaron chef du sacerdoce.

10° Mercure avec ses attributs 11° un creuset sur un réchaud 12° un lingot d'or. Ces trois figures représentent le principe de l'argent et le produit du grand œuvre.

13° un cierge ardent 14° un globe tournant sur son axe 15° un triangle équilatéral d'or. Les trois figures sont l'emblème du feu astral qui anime tout ce qui existe, du mouvement imprimé à l'univers or duquel résulte l'harmonie éternel et enfin du créateur de toutes les choses.

Chevalier, le bandeau matériel est tombé et vous commencez à lire dans nos mystères mais comme la science s'acquiert lentement de même vous ne pouvez avancer que pas à pas, nous vous guiderons. Nous exigeons de vous un autre serment, consentez-vous à le faire ?

Le néophyte répond: oui.

Q : Puisque c'est ainsi levez la main droite et répétez avec moi.

Je jure et promets par mon serment de M:. Maçon de ne jamais révéler à aucun mortel les mystères sublimes qui vont m'être confiés. (le néophyte répète ce serment).

Chevalier, le bandeau qui couvre votre esprit est déchiré, vous allez être initié. Prêtez toute votre attention à ce que vous allez entendre.

DEUXIEME EXPLICATION DU TABLEAU

1° un bûcher allumé 2° un bras armé d'un coutelas 3° un ange dans un nuage. Les trois figures relatives au sacrifice d'Abraham sont le type de la première alliance de Dieu avec les hommes dont le signe fut la circoncision.

4° une grande croix 5° une lance 6° une couronne d'épines. Ces trois instruments de la passion de J C doivent nous rappeler sans cesse la seconde alliance de Dieu avec son peuple.

7° l'arche d'alliance 8° les tables de la loi 9° un encensoir. Ces trois figures sont les gages de la troisième alliance que l'éternel fit avec les Israélites par l'entremise de Moïse dans le désert. La connaissance de ces figures nous donne droit au signe dont nous portons le masque.

Le T:. excellent lui fait voir le signe, ce signe qui est le second se nomme signe de caractère.

Q : Dés ce moment vous quittez le nom de chevalier pour celui de T:. Excellent par la triple alliance du sang de J C.

Portez maintenant vos regards sur le tableau et recevez T:. excellent l'explication des dernières figures.

10° la figure de mercure 11° un creuset et son réchaud 12° un lingot d'or. Mercure représente ici le mercure des philosophes, le réchaud et le creuset sont les instruments qui nous servent à décomposer et recomposer les éléments qui doivent enter dans la composition du grand œuvre et le lingot d'or est le résultat positif de nos opérations sublimes.

13° le cierge ardent 14° le globe 15° le triangle équilatéral d'or. Vous démontrent -1° que le flambeau du génie doit éclairer nos travaux parce qu'il est le principe et l'aliment de la science -2° que les ouvrages faits à l'image de ceux qui sont sortis des mains du grand Architecte sont de toute éternité un globe n'ayant ni commencement ni fin -3° qu'il est 3 sortes d'or comme l'or astral, l'or élémentaire et l'or vulgaire représentés par un triangle équilatéral. Mais T:. excellent comme l'explication de ces dernières figures n'est pas assez claire pour satisfaire votre esprit je vais interroger devant vous un de nos illustres collaborateurs :

SYSTEME DU GRAND ŒUVRE PHILOSOPHIQUE

Q : F:. premier:. excellent, quelle est la première étude d'un philosophe ?
R : C'est la recherche des opérations de la nature.[1]
Q : Quel est le terme de la nature ?
R : Dieu, comme il en est le principe.[2]
Q : Que représente la lumière des maçons ?
R : Le souffle divin, le feu central et universel qui vivifie tout ce qui existe.[3]
Q : Quelle qualité doivent avoir les scrutateurs de la nature F:. deuxième excellent ?
R : Ils doivent être tels que la nature est elle même c'est à dire vrais, simples, patients et constants. Ce sont les caractères essentiels qui distinguent les bons maçons et lorsqu'on inspire de ces sentiments aux candidats dans les premières initiations, on les prépare d'avance à acquérir les qualités nécessaires pour la classe philosophique.[4]
Q : Quelle est la vraie et première matière des métaux ?
R : La première et la principale est une humidité de l'air mêlée avec un air chaud, adhérente à chaque chose pure et impure.[5]
Q : Comment les philosophes ont-ils nommé cette humidité ?
R : Mercure.[6]
Q : Quelle est la seconde matière ?
R : C'est la chaleur de la terre c'est à dire une chaleur sèche que les philosophes appellent soufre.[7]
Q : Quelle est la vie des métaux ?
R : Elle n'est autre chose que le feu lorsqu'ils sont encore couchés dans leur mine.[8]
Q : Quelle est leur mort.
R : Leur mort et leur vie ont un même principe puisqu'ils meurent également par le feu, mais un feu de fusion.[9]
Q : Les divers métaux connus ont-ils chacun des semences différentes ?
R : Ils ont tous la même semence mais le lieu de leur formation a été la cause de leur différence.[10]
Q : Premier excellent:. comment se forme l'or dans les entailles de la terre ?
R : Quand la première dont nous avons parlé est sublimée au centre de la terre et quelle passe dans les lieux chauds et purs où une certaine graisse de soufre adhère aux parois, alors cette vapeur, ce mercure des philosophes s'unit, se joint à cette graisse quelle sublime de nouveau en passant dans d'autres lieux nettoyés par la vapeur précédente et où la terre est plus subtile pure et humide, remplit les pores de cette terre, se joint à elle et c'est alors ce qui produit l'or.[11]
Q : Quel est l'objet de la recherche des philosophes ?
R : C'est la connaissance de l'art de perfectionner ce que la nature à laissé imparfait dans le règne minéral et d'arriver au trésor de la pierre philosophale.[12]
Q : Qu'est ce que cette pierre ?
R : La pierre philosophale n'est autre chose que l'humidité radicale des éléments parfaits purifiés et amenés à une souveraine fixité ce qui fait qu’elle produit de si grandse choses.[13]
Q : F:. deuxième excellent:., quelle route doit suivre le philosophe pour parvenir à la connaissance et à l'exécution de l'œuvre physique ?
R : La même chose que le grand Arch:. de l'univers:. a suivi pour la création du monde en observant comment la chaos se débrouille.[14]
Q : Combien y a t-il d'opérations dans notre œuvre ?
R : Il n'y en a qu'une seule qui se réduit à la sublimation qui n'est autre chose que l'élévation de la substance sèche par le moyen du feu avec adhérence à son propre vase.[15]
Q : Quand un philosophe peut-il entreprendre la confection du grand œuvre ?
R : Lorsqu'il saura par théorie tirer d'un corps dissous par le moyen d'un esprit crû un esprit digeste, lequel faudra derechef rejoindre à l'huile vitale.[16]
Q : F:. premier excellent:. expliquez-moi cette théorie clairement ?
R : En voici le procédé. Ce sera lorsque le philosophe saura par le moyen d'un menstrue végétable uni au minéral, dissoudre un troisième menstrue essentiel avec lesquels réunis, il faut laver la terre et l'exalter ensuite en quintessence céleste pour en composer leur soufre sulfureux, lequel dans un instant pénètre les corps et détruit leurs excréments.[17]
Q : Combien de sortes d'or distinguent les philosophes ?
R : Trois comme vous l'avez dit plus haut, l'or astral, l'or élémentaire et l'or vulgaire.[18]
Q : Qu'est ce que l'or astral ?
R : Il a son centre dans le soleil qui le communique à tous les êtres inférieurs. C'est une substance ignée qui reçoit une continuelle émanation des corpuscules solaires qui pénètrent tout ce qui est sensitif et végétal.[19]
Q : Est ce dans ce sens qu'il faut considérer le soleil peint aux tableau des premiers grades de l'ordre ?
R : Oui, T:. excellent:., toutes les autres interprétations sont des voiles pour déguiser au candidat les vérités philosophiques.[20]
Q : Qu'est ce que l'or élémentaire ?
R : C'est la plus pure et la plus fixe portion des éléments et de toutes les substances qui en sont composées de sorte que tous les corps compris dans les trois règnes contiennent dans leur centre un précieux grain de cet or élémentaire.[21]
Q : Expliquez-moi l'or vulgaire ?
R : C'est le plus beau métal que la nature puisse produire aussi parfait en soi qu'inaltérable.[22]
Q : Où trouve-t-on sa désignation aux symboles de l'art royal ?
R : Dans les trois bijoux principaux: l'équerre, le compas et le niveau.[23]
Q : De quelle espèce d'or est la pierre philosophale ?
R : De la seconde espèce comme étant la plus pure portion de tous les éléments métalliques après sa purification.[24]
Q : Où se trouve la matière que nous employons ?
R : Elle se trouve partout, mais il la faut chercher principalement dans la nature métallique où elle se trouve plus spécialement qu'ailleurs.[25]
Q : F:. deuxième:. excellent:., laquelle doit-on préférer à toute autre ?
R : On doit préférer la plus mûre, la plus propre et la plus facile à mettre en œuvre et surtout qu'elle ait une splendeur métallique.[26]
Q : F:. premier:. excellent:., tout est-il renfermé dans ce sujet ?
R : Oui T:. excellent:., mais il faut pourtant secourir la nature afin que l'ouvrage soit mieux et plutôt fait[27], cela par le moyen indiqué plus haut et en employant le soufre sulfureux dont nous avons expliqué l'origine. C'est par ce procédé qu'on extrait de la matière l'or pur philosophique.

Après cette explication du système du grand œuvre, le Très Excellent adresse au récipiendaire le discourt suivant :

Vous voyez T:. excellent par ce léger aperçu de notre théorie que la transmutation des métaux nous est connue, il est temps que vous aperceviez le but et l'objet de tous nos travaux. Nous tenons des philosophes qui nous ont précédés l'important secret de composer de l'or, mais le danger qu'entraîne cette connaissance admirable nous oblige à travailler sans cesse aux moyens de nous défier de nous même. Dans peu de jours, d'une étude suivie et en devenant le témoin secret de nos opérations vous ne manquerez pas à coopérer à ce que nous appelons le grand œuvre, vous deviendrez chimiste habile et vous ferez de l'or.

Il est une chose importante à vous révéler c'est qu'aucun de nous n'a le droit de détourner la moindre parcelle de ce métal précieux. Si les philosophes qui m'entourent ne prenaient pas la sagesse pour guide de leurs actions, ils s'approprieraient de suite l'or qu'ils confectionneraient et se procureraient toutes les jouissances que donne la richesse. Qu'en résulterait-il ? que le public, le gouvernement même serait intéressé à connaître la source de tant de bien et qu'enfin l'imprudent compromettrait et causerait infailliblement notre perte. Pour prévenir tous les malheurs voici la marche régulière que nous avons adoptée. Tout l'or sorti de notre laboratoire où vous avez été introduit nous le déposons dans une caisse artistiquement faite et qui contient pour environ trois millions en lingots. La lenteur de nos opérations et les précautions que nous devons prendre afin d'écarter tout soupçon exige de nous trois ans de travail pour que nous puissions remplir cette caisse. Quand cette valeur numérique est complète, le plus ancien d'entre nous qui est chargé durant trois années des fonctions dont je suis dépositaire emporte cette caisse et nous dit un éternel adieu après avoir prononcé un serment terrible et va jouir dans une contrée lointaine des fruits de son travail, de ses études et de sa discrétion.

Tous les trois ans nous perdons un de nos collaborateurs qui est remplacé dans notre sein par un nouveau F:.. Jugez maintenant de l'importance de nos travaux et du bonheur qui vous attend si la mort ne vous surprend point avant que votre tour soit venu de participer à nos richesses.

Je vous félicite T:. excellent d'y avoir été appelé par vos connaissances et par vos vertus. Comme ce jour fortuné peut arrivé plutôt qu'on n'ose l'espérer et que nous devons tout prévoir, il faut d'après nos règlements auxquels rien ne peut être changé que vous répondiez à trois questions majeures qui vont vous être faites. Réfléchissez bien avant de parler et songez que vos réponses nous donneront la mesure de votre prudence et de votre discrétion.

QUESTIONS MAJEURES

1° Quel pays choisirez-vous pour vous retirer lorsque vous nous quitterez avec vos trésors, de la Russie, de l'Angleterre, ou des Etats-unis d'Amérique les seuls où il vous soit permis d'aller d'après les portions du globe assignés à chacun de nous ?

Le récipiendaire répond.

2° Quels moyens prendrez-vous pour emporter votre argent sans danger et quelles précautions seront les vôtres pour changer votre or contre des pièces de cours, en évitant qu'on ne puisse nuire à notre tranquillité.

Le récipiendaire répond.

3° Quel usage ferez-vous des trois millions que vous posséderez, quand vous les aurez réduits par échange en monnaie de cours.

Le récipiendaire ayant répondu, le T:. excellent peut lui faire des objections pour s'assurer de la solidité des réponses, ensuite il dit :

Q : Enfin T:. excellent, vous avez surmonté d'une manière victorieuse tous les obstacles qui s'opposent à votre réception. Vous voilà parvenu à ce degré d'élévation qu'exigeait Salomon le plus sage des rois de ceux qui l'aidaient à confectionner le grand œuvre. Mais ce n'est pas tout, T:. excellent, le bandeau matériel et le bandeau de l'esprit n'existe plus pour vous et pourtant un troisième bandeau, celui qui intercepte le flambeau de la vérité dont les rayons doivent éclairer votre âme n'est pas encore déchiré. Réunissez toutes vos puissances morales pour le retour pénible que vous allez faire sur vous même, car vous en avez besoin.

Q : F:. gardien sacré apportez-nous le palladium.

Le F:. gardien apporte la statue de la vérité couverte de son voile.

Q : Découvrez cet emblème immortel de nos travaux.

Le F:. gardien ôte le voile tricolore.

Q : Connaissez-vous cette figure aux attributs qui l'environnent ?

Le néophyte répond: oui.

Q : Quel est son nom ?

Il répond : la vérité.

Q : C'est elle, T:. excellent; vous devez comprendre ce que signifie sa présence. Rappelez-vous que jusqu'à ce moment la vérité n'est pas sortie de notre bouche, ainsi tout ce que vous avez vu ce que vous avez entendu au lieu d'émaner de cette déesse resplendissante, vous a été ouvert sous le voile de l'allégorie, mais ce voile épais, ce bandeau de l'âme va tomber. Prononcez avec moi votre troisième et dernière obligation.

On fait mettre le candidat un genou à terre la main droite levée du coté de la statue.

TROISIEME OBLIGATION

Je jure sur tout ce que j'ai de plus sacré sur mon honneur et sur la vérité de ne jamais dire, écrire ou communiquer de quelque manière que ce soit les secrets du Sublime:. grade d'excellent:. chevalier Adepte Prince de la R+C de Mercy, de n'avouer à personne, même au risque de ma vie, ni comment ni par qui m'a été conféré ce grade à moins que celui ou ceux de qui je l'ai reçu ne m'en donnent la permission expresse. Que Jehovah me contienne jusqu'à la mort.

Le T:. excellent continue ainsi :

Q : T:. excellent votre troisième bandeau est tombé ; la vérité va parler.

A ces mots le T:. excellent s'approche de la statue fait le premier signe et prend dans le piedestral le livre sacré dont il donne lecture :

LIVRE DE LA VERITE

Mortel, apprend à te connaître ! tout ce qui flatte ton orgueil ou ta cupidité, te séduit aussitôt ; reviens à ton erreur. Comment as-tu pu croire que des philosophes, des amis de la sagesse consacrent leur vie à chercher un métal méprisable et qui donne tant de maux. La pierre philosophale existe, veux-tu la posséder ? veux-tu jouir de tous les biens qu'elle procure, rappelles toi tes fautes passées, songes au bien que tu as fait. Mets dans une juste balance le bien et le mal, tu verras que la somme de tels penchants vicieux, de tes erreurs l'emporte sur celle de tes bienfaits et de tes vertus. Formes d'après cet examen la noble résolution de changer de conduite. Jures toi solennellement dans ton cœur d'éviter de mal faire et de chercher à faire le bien.

Pénètre-toi de l'importance de l'engagement que tu contractes à la face du ciel, alors tu peux marcher sans crainte dans le chemin de la vie. Si tu éprouves des contrariétés, si le malheur te poursuit, si des revers inattendus t'accablent, que ton cœur reste ferme au milieu de la tempête, comme un rocher battu par les vagues. Offres tes souffrances à l'éternel qui d'un regard embrasse l'univers et exige que tu sortes de ton erreur. Ne portes pas les yeux sur l'homme opulent car tu ne songerais qu'à l'éclat qui l'entoure et tu ne remarquerais pas les soucis qui le rongent, les remords qui peut-être le déchirent, mais jettes les yeux sur cette classe infortunée qui inonde le sein des villes. Réfléchis, appesantis-toi sur les privations qu'elle éprouve, les misères qu'elle ressent ! Pense au sort cruel qui lui est assigné sans compensation, sans espérance d'adoucissement ! Frémis et si tu n'as pas un cœur de tigre, tu ne t'attendriras plus sur tes peines, tu te résigneras.

La force de supporter sa destinée, le courage de se plier à sa condition, d'en être satisfait, la paix de l'âme qui naît d'une conscience pure et une confiance sans bornes en la justice du Souverain:. arbitre des mondes, voilà la pierre philosophale. Alors ton âme stoïque planera au dessus des misères humaines qui ne pourront plus l'atteindre. Non qu'elle devienne insensible aux chagrins, fuite nécessaire des biens qui nous attachent à la vie, mais elle sera calme, inébranlable au sein de l'activité en quelque sorte dans l'avenir pour goûter la récompense réservée à la vertu.

T:. excellent j'aime à penser que la pureté de ces principes sont d'accord avec votre cœur.

TROISIEME EXPLICATION DU TABLEAU

1° Le bûcher allumé est celui où Jacques Molay et son malheureux compagnon expirèrent dans les tourments
 foi résignation héroïque
2° Le bras armé d'un coutelas est les cieux
 crimes impunis douleurs vengeance
3° L'ange dans un nuage est le génie des grandes choses qui s'élève dans les cieux
 liberté enthousiasme gloire
4° La lance est l'arme des chevaliers qui suivaient Godefroi de Bouillon dans la Palestine
 noblesse valeur origine des templiers
5° La croix est l'étendard des héros de la terre sainte qui rappelle les plus grands souvenirs
 tribulations humilité
6° La couronne d'épines écarte la main du téméraire la douleur est prise du plaisir
 sacrifice martyre triomphe
7° L'arche d'alliance annonce la manifestation d'un Dieu qui se dépouille en quelque sorte de son immensité pour habiter parmi les hommes
 David religieux alliance divinité
8° Les tables de la loi gouvernent les peuples d'une morale sublime émanée d'une intelligence céleste
 religion décalogue justice
9° L'encensoir indique le culte dont s'instruisent les prêtres de la sagesse
 sacerdoce cérémonie imagination
10° Le mercure avec ses attributs représente Ménès l'un des premiers rois d'Egypte
 empire art protection
11° Le réchaud surmonté d'un creuset nous rappelle qu'ainsi que les métaux s'épurent par la fusion, l'âme est régénérée par la prière
 purification doctrine instruction
12° Le lingot d'or est le mobile des actions humaines que la force de la raison réduit à sa juste valeur
 corruption ambition prudence
13° Le flambeau ardent est l'emblème de la vérité qui doit éclairer nos actions dans le chemin difficile de la vie
 lumière force sûreté
14° Le globe tournant sur son axe nous avertit que les mondes jetés dans l'espace sont soumis dans leur révolution à une puissance invisible
 éternité force centripète harmonie
15° Le triangle équilatéral d'or est la figure la plus parfaite sous laquelle l'aspect de la divinité frappe nos yeux
 delta trinité ternaire

Le T:. excellent fait approcher le candidat de l'autel lui fait poser un genou à terre et le constitue chevalier Adepte très excellent Prince de Mercy en frappant 15 coups, 3, 5 et 7 sur sa flèche avec une autre flèche et en lui posant le cordon et le tablier il lui dit :

Q : T:. excellent je vous habille du vêtement tricolore qui caractérise notre grade. Soyez digne de le porter. Recevez maintenant les signes, paroles et attouchements.

Il lui donne et lui dit d'aller se faire reconnaître. Cela fait il dit :

Q : Applaudissons T:. excellents à l'heureuse acquisition que nous venons de faire.

On applaudit.

INSTRUCTIONS

Q : Etes-vous chevalier Adepte Prince de la R+C vu de Mercy ?
R : J'ai vu la grande lumière (le delta) et suis comme vous T:. excellent par la triple alliance de J:.C dont vous et moi portons la marque.
Q : Quelle est cette triple alliance ?
R : Celle que l'éternel fit avec Abraham par la circoncision, celle qu'il fit avec son peuple (heliham) dans le désert par l'entremise de Moïse et celle qu'il fit avec les hommes par la mort et la passion de J C son cher fils.
Q : Combien avez-vous de mots ?
R : Six dont un de passe, deux profanes, deux sacrés et un sublime.
Q : Dites-moi les deux mots profanes.
R : GABON GIBLIN.
Q : que signifie le premier mot ?
R : Maître excellent qui est le nom d'un écossais.
Q : Que signifie le second ?
R : C'est le nom de la chambre du troisième ciel qui n'était ouverte qu'à ceux qui avaient la science infinie et qui aidèrent Salomon à la confection du grand œuvre.
Q : Dites-moi les deux mots sacrés.
R : JEHOVAH JAKIN.
Q : Que signifient ces deux mots ?
R : Un Dieu seul éternel et souverain maître de toutes choses.
Q : Dites-moi le mot sublime.
R : EDUL.
Q : Que signifie ce mot ?
R : C'est un mot chaldéen qui veut dire fais ce que tu voudrais qu'il te fut fait.
Q : Quel est le signe ?
R : Il y en a trois :
-          Le premier qu'on nomme d'entrée est de porter la main droite au dessus de ses yeux en forme de triangle comme si on voulait se garantir d'une trop forte lumière ou pour se garantir de la lumière du delta.
-          Le deuxième qui est celui de caractère est de former un triangle avec les deux pouces et les deux index et le porter sur le ventre.
-      Le troisième est celui d'appel ou de secours, il se fait en croisant les deux bras au dessus de sa tête, les mains tendues et la paume tournée en dehors. Celui-ci ne se donne qu'en loge ou dans les besoins pressants en disant : à moi les enfants de la veuve.
Q : Quel est l'attouchement ?
R : C'est de prendre avec les deux mains les épaules de celui qui examine et les presser un peu à trois reprises en prononçant les mots: Gomez ou Gomel.
Q : Quel est l'ordre ?
R : debout la main droite appuyée sur la hanche.
Q : quel est la marche ?
R : Trois pas égaux en partant toujours du pied gauche et en assemblant chaque fois les deux talons les pointes des pieds ouvertes en équerre.
Q : Quelle est la batterie ?
R : 3 5 7.
Q : Quel est le devoir ?
R : Il se fait par 9 fois 9 ce qui fait le nombre 81.
Q : Que âge avez-vous ?
R : 81 ans.
Q : Quelle heure est –il ?
R : L'heure de la régénération.

EXPLICATION DU DEVOIR

Le nombre 3 étant le plus parfait aux yeux des maçons on a dû remarquer que tout se faisait par 3 dans ce grade sublime. Or le devoir qui se compose de ce nombre conduit son cube par les progressions suivantes: 3 fois 3 font 9, 9 fois 9 font 81. Comprends tout ce qui figure par 3 dans ce grade :
1 3 ciels
2 3 couleurs
3 3 fois 3 colonnes
4 3 fois 3 étoiles par colonnes
5 3 pointes à la flèche
6 3 fois 3 flèches à la couronne
7 3 voyages
8 3 échelons à l'échelle
9 3 fois 3 marches au gradin du premier voyage
10 3 vertus théologales
11 3 coups de main
12 3 fois le tour du tableau
13 3 fois 5 figures du tableau
14 3 explications de tableau
15 3 serments
16 3 mots allégoriques à chaque figure de la dernière explication
 du tableau
17 3 bandeaux, le matériel, celui de l'esprit et celui de l'âme
18 3 alliances ou la triple alliance
19 3 espèces d'or
20 3 explications de ces 3 espèces voilées dans les premiers grades
21 3 millions promis
22 3 ans de travaux indiqués
23 3 pas dans la marche
24 3 pressions dans l'attouchement
25 3 signes
26 3 mots profanes
27 3 mots sacrés
TOTAL: 81

FERMETURE DES TRAVAUX

Les travaux se ferment comme il s'ouvrent.

Avant que d'applaudir le T:. excellent remet le livre de la vérité à sa place et l'on prête le serment du silence les mains tournées vers le palladium que le gardien sacré couvre de son voile.

ORDRE DES BANQUETS

L'ordre des banquets sera le même que dans tout autre grade pour les santés et la discipline.

Il n'y a de changement que dans la dénomination des objets qui composent le service de table comme il suit :
1° Faire un banquet se dira : travailler au grand œuvre
2° La bouteille se dira : navette
3° Le vin se dira : encens
4° Le verre se dira : encensoir
5° Les liqueurs se diront : esprit
6° L'eau se dira : sagesse
7° Le couteau se dira : flèche
8° Le pain se dira : pierre philosophale
9° Les mets se diront : métaux
10° Les plats et assiettes se diront : creuset
11° La nappe se dira : étendard
12° La serviette se dira : voile



[1] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 1)
[2] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 2)
[3] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Réponse N° 9). Réponse dans Tschoudy pour la représentation de l’étoile flamboyante.
[4] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 10)
[5] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 22)
[6] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 23)
[7] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 25)
[8] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 33)
[9] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 34)
[10] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 38)
[11] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 39)
[12] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 63)
[13] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 64)
[14] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 69)
[15] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 93)
[16] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 96)
[17] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 97)
[18] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 111)
[19] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 112)
[20] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 113)
[21] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 114)
[22] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 116)
[23] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 117)
[24] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 118)
[25] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 158)
[26] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 159)
[27] Extrait du catéchisme d’apprenti philosophe de Tschoudy (Question et Réponse N° 160)