Traduire/Translate

SEDIR Théorie alchimique de la Création.


Paul Sédir


THEORIE ALCHIMIQUE DE LA CREATION


Paul Sédir

(Yvon Le Loup)


Outre les nombreux hiéroglyphes et figures symboliques dont les alchimistes ont parsemé leurs livres, nous avons la bonne fortune de posséder la source d’où ils ont tiré leur science et leur art : c'est la Table d'Émeraude. Sans nous attarder à discuter l'âge et l'authenticité de ce monument, nous allons en reproduire tout ce qui a trait au sujet de notre étude, et nous compléterons cette citation par quelques brefs commentaires.

La meilleure version française de ce vieux texte est celle qu’en a donné le très savant et très regretté marquis de Guaita dans son dernier livre, la Clé de la Magie Noire; en voici les extraits, d'après la version latine de Henri Khunrath :

"Il est vrai (en principe), il est certain (en théorie), il est réel (en application) : Que ce qui est en bas (le monde physique et matériel) est comme ce qui est en haut (analogue et proportionnel au monde spirituel et intelligible) et ce qui est en haut comme ce qui est en bas (réciprocité complémentaire) pour l'accomplissement des miracles de la chose unique (loi suprême en vertu de quoi se parfont les harmonies de la création universelle en son unité).

"Et, de même que toutes choses se sont faites d'un seul (accomplies, réalisées, en vertu d'un seul principe), par la médiation d'un seul (par le ministère d'un seul agent), ainsi toutes choses sont nées de cette même unique chose, par adaptation (ou par une sorte de copulation).

"Le Soleil (condensateur de l'irradiation positive ou de la Lumière au rouge, od) est son père (élément producteur actif de cet agent) ; la Lune (miroir de la réverbération négative ou de la Lumière au bleu, ob) est sa mère ; le vent (atmosphère éthérique ambulatoire) l'a porté dans son ventre (lui a servi ou lui sert de véhicule). La terre (envisagée comme type des centres de condensation matérielle) est sa nourrice (l’athanor de son élaboration).

"C'est là le père (élément producteur) de l'universel Télesme (perfection, but final à atteindre) du Monde entier (de l'Univers vivant).

"Sa puissance (force d'extériorisation créatrice, le fleuve Phishôn de Moïse) est entière (parfaite, accomplie ; intégralement déployée jusqu'au total épanouissement). Quand elle s'est métamorphosée (mot à mot : quand elle s'est tournée) en Terre (Aretz de Moïse, substance condensée et spécifiée, forme ultime de l’extériorisation créatrice, matière sensible)."

Six cents pages plus loin, le même auteur va nous fournir d'autres éclaircissements : "Comme toutes les écoles d'Occultisme,les alchimistes enseignaient, avons-nous dit, l'unité de la substance sous la multiplicité des apparences phénoménales.

La matière sensible, diverse et multiforme, n'était pour eux qu'une illusion plus ou moins durable, prolongée en divers modes convertibles : les transmutations, dans leur système, consistaient au passage d'un de ces modes à l'autre. Ils connaissaient trois principes générateurs des choses manifestées et quatre éléments de manifestation.

Soufre, Mercure et Sel : ainsi dénommaient-ils leurs trois principes;  le Feu, l' Air, l'Eau et la Terre : tels étaient les emblèmes de leurs quatre éléments.

Soufre, Mercure et Sel correspondaient à ce qu'ils nommaient encore : feu inné, humide radical et base essentielle des corps. Traduisons :

- le soufre principe de la forme ;
- le mercure, principe de la substantiation
- et le sel, principe mixte de la manifestation objective.

Le Soufre-principe sera donc, suivant le dire naïf d'un ancien alchimiste: "le feu céleste qui s'introduisant dans les semences inférieures, suscite et fait paroistre la forme intérieure du plus profond de la matière, avec tout son ornement et son équipage; et voilà comment la génération se fait par le moyen de ce feu céleste, et comme toutes choses élémentaires icy-bas en dépendent, comme de leur vraye source et origine."

Ce vieil auteur n'est pas moins explicite quand il définit le Mercure-principe : "L'humide radical de toutes choses qu'en chymie on appelle Mercure, c'est la substance humide, première née en la semence de toutes choses ; sur laquelle le feu naturel ou souphre vital agit pour en pousser les formes musses et cachées dans le trésor de son abysme. J'appelle abysme, les vertus et propriétez de cet esprit de vie qu'il a presque infinies, pour tirer de soy-mesme toutes sortes de formes."

Le Sel-principe, dit encore Pierre-Jean Fabre, est le siège fondamental de toute la nature en général et en particulier ; c'est le point et le centre où toutes les vertus et propriétés célestes et élémentaires aboutissent et se terminent ... Principe de la corporification, qui est le nœud et le lien des autres deux souphre et mercure et leur donne corps, et par ainsi les fait paroistre visiblement aux yeux d'un chascun."

Ainsi donc, ajoute Guaita, "les trois Principes dans leur signification universelle, ne sont ni les corps vulgairement dénommés soufre, mercure et sel, ni aucune substance analogue, qui tombe sous nos sens. Il faut y voir les trois aspects complémentaires d'une même essence, générative des choses matérielles ; les trois termes de polarisation du virtuel occulte sur le point de se manifester, en passant de puissance en acte.

Conçus dans leur synthèse opératoire, les Principes représentent à eux trois l'énergie réalisatrice des corps. Envisagés séparément, ils se réduisent à de pures abstractions, car ils n'existent que les uns par les autres.

Ainsi, pour nous résumer, les Alchimistes, et je comprends sous ce terme aussi bien les philosophes du feu nés en Europe que ceux de l'Inde, du Tibet ou de la Chine, reconnaissent l'existence, dans l'acte de création, des principes suivants, déterminés par voie d'analogie expérimentale :

1. Le feu, principe fermentatif et vivifiant, chaleur latente incommensurable, cause première, qui règne sur tout, par tout et dans tout. Cet agent universel est le soufre.
2. Une essence essentiante, principe de l'humide, des ténèbres, de la passivité, de la matière et de la putréfaction. C'est le Mercure formé d'air et d'eau.
3. Un effet procédant de la réaction des deux précédents, aboutissant à l'animation de la matière et au développement des trois périodes de ses cycles innombrables. C'est le sel formé de Terre ; le moyen de toute copulation, l'état fermentatif où aboutissent la Génération et la Putréfaction.

Ainsi en toute chose se trouve le quaternaire suivant : le Principe, fin et complément de toute production, aussi bien dans l'ordre des univers que dans celui des pierres. L'Agent, source de toute existence, émanée du précédent. Le Moyen, source de tous les mixtes, par l'interaction de la matière et de la forme.

Le Patient, résumé et lien commun, champ d'action des trois premiers termes.

Ces quatre Modes se retrouvent aussi bien dans le principe des choses, que dans leur constitution, leur engendrement, de sorte que l'on peut tout résumer par le tableau suivant :
               

PRINCIPE
ENGENDREMENT
CONSTITUTION
ELEMENTS
QUALITES
DES CHOSES
DES CHOSES
DES CHOSES
PERE
Principe (effet)
Génération
Chaleur incréée
Feu
Chaud
FILS
Agent
Putréfaction
Semence
Air
Humide
ESPRIT
Moyen
Fermentation
Sperme enveloppe
Terre
Sec
VIERGE
Patient
Chaos
Humide radical
Eau
Froid