Traduire/Translate

HOLLANDUS Traité de la Pierre de Chélidoine

*
Traité de la Pierre de Chélidoine

Johann Isaac Hollandus



RESUME DU TRAITE

Chapitre 1 : le bon moment pour récolter les plantes.

Chapitre 2 : il faut distiller la plante aussitôt après sa ré­colte sans la laver.

Chapitre 3 : la chélidoine est la meilleure des plantes - distillation de la plante - après distillation, faire une pâte avec le dis­tillât et les fèces.

Chapitre 4 : le broyage tue l'âme de la plante qui devient un corps mort. Il ne faut pas broyer les plantes.

Chapitre 5 : distillation de la plante fraîche (distillât et fèces)

Le 1er chapitre opératif. Avec fèces + distillât, on forme une pâte. Cette pâte + distillât restant en digestion 2 jours. cantation filtration ----> eau dorée
- les fèces subissent une série de solve/coaqula le but à atteindre étant de dissoudre le maximum de fèces (pour le solve, on utilise de l'eau ordi­naire distillée 2 ou 3 fois).
- l'eau ayant servi aux solve est ajoutée à l'eau dorée.

Chapitre 6 : Purification de N et de M de l'eau dorée au moyen de blancs d'oeufs.

Chapitre 7 : Résumé de la méthode. Les blancs d'oeufs abrége­raient la longueur des solve.

Chapitre 8 : distillation des fèces pour obtenir la masse con­tenant les 4 éléments et les 3 esprits.

Chapitre 9 : digression les esprits (couleur, goût, odeur) ne rapprochent pas le feu artificiel, leur destruction entraîne le départ des éléments et le corps est mort.

Chapitre 10 : traitement de toutes les fèces on obtient le sel ammoniac et l'huile combustible.

Chapitre 11 : rectification des fèces et du sel ammoniac

Chapitre 12 : fabrication de la pierre à partir des fèces recti­fiées.

- Digestion : 22 jours à 40°
- Calcination : 40 jours à 40°
- Calcination au feu de charbon

Chapitre 13 : Changement de règne de la pierre.



TRAITE

Comment faire la pierre végétale ou quintessence à partir des plantes vertes, semences, racines etc, desquelles l'eau des nuages est distillée.

Maintenant nous allons apprendre une nouvelle méthode de dis­tillation des plantes, desquelles l'eau des nuages est dis­tillée en premier. Dans cela nous comprenons toutes sortes de plantes desquelles on tire en premier l’eau des nuages. (La façon correcte de distiller est de chauffer la solution de la plante et la vapeur vient au-dessus et est refroidie par l'eau courante froide, alors la vapeur devient eau-de-vie ou alcool qui est inflammable).

Car, au cours de cette opération et dans les instructions relatives à celle-ci, on comprendra tout ce qu'on peut faire des plantes vertes et des racines. Après quoi l'enseignement portera sur toutes les espèces sèches, gommes, bois et tout ce qui est sec, chaque chose avec les instructions la concer­nant.

Chapitre I

D'abord mon enfant vous devez savoir que nous avons l'inten­tion de faire la pierre végétale à partir des plantes vertes, desquelles l'eau des nuages est distillée. Par-dessus tout, mon enfant vous devez savoir à quel moment il faut cueillir et stocker les plantes, quand elles sont les plus fortes pour en tirer la pierre. Sachez ensuite mon enfant que les herbes ont trois périodes ; la première quand elles commencent à pousser, elles sont alors comme l'enfant qui vient au monde, sans force ni puissance, humide et aqueux. Leur seconde pério­de est comme celle de l'homme de 25 ans. Il est dans la fleur de l'âge jusqu'à 40 ans. Il en est de même avec les plantes dans leur période de croissance, jusqu'à ce qu'elles commen­cent à fleurir et porter semences. Alors elles sont dans leur floraison jusqu'à ce que la semence devienne mûre.

La troisième période est comme celle de l'homme de 40 à 80 ans, quand toutes ses forces commencent à décliner. Il en est de même avec les plantes, quand la semence est mûre, l'herbe commence graduellement à disparaître et à faner jus­qu'à ce qu'elle retourne entièrement au néant.

Chapitre II

Donc mon enfant, tu dois ramasser les plantes quand elles sont à maturité et que la semence commence à se former ou à mûrir. Car toutes les plantes viennent en graines et quel­quefois fleurissent en même temps. C'est pourquoi vous devez ramasser les plantes quand la plupart ont des semences, même si une partie d'entre elles sont encore en fleurs et n'ont pas encore de semences. Ramassez-les avec les feuilles, les fleurs, les racines, les graines, par temps clair quand le soleil brille au plus fort. Nettoyez-les sans les laver ni ajouter d'humidité dans votre hâte. Placez-les ainsi entières dans un pot, jusqu'au bord autant que vous le pourrez. Placez le chapiteau de l'alambic doucement sur le pot et mettez-le pot au bain. Démarrez la distillation immédiatement pour ne pas perdre les esprits sauvages qui s'échappent invisiblement. C'est pourquoi le Philosophe dit : "Prenez soin de préserver votre verdeur ; autrement vous travaillerez en vain".

Chapitre III

Jusqu'à maintenant mon enfant, je vous ai enseigné à quel mo­ment vous devez récolter les plantes. Maintenant nous allons voir à partir de quelle plante nous allons faire la pierre végétale. Je ne trouve pas de plante ordinaire autant estimée que la chélidoine. Certes, je suis en train de vous apprendre mon enfant qu'il y a 3 plantes qui ont la préséance sur les autres. Ce sont la chélidoine, Solaria et Lunaria. Toutes trois servent l'Art quand elles sont préparées et coagulent le mer­cure en vrai Or. Vous serez instruit de cela dans la pierre minérale. Je vous apprends mon enfant crue la plus noble des trois est la chélidoine, parce que les deux autres périssent en hiver tandis que la chélidoine reste verte et en fleur.

Ainsi toutes les plantes du monde se fanent et se sèchent quand il fait très chaud en été, mais la chélidoine reste toujours verte. Et même si elle se trouve sous la neige pen­dant l'hiver elle ne meurt pas. Par conséquent, elle n'est pas affectée par le froid ou le chaud, le sec ou l’humide. C’est la meilleure et la plus forte des trois.

Dieu a insufflé un tel pouvoir à cette plante que personne ne peut en rendre compte suffisamment. C'est pourquoi, mon enfant, nous devons tirer d'elle l'autre et, seconde pierre végétale, pour guérir tous les gens de toutes les maladies et leur faire passer leur vie en bonne santé jusqu'à leur dernière heure et en même temps coaguler le Mercure en Or fin.

Donc nous devons cueillir cette plante quand elle est dans sa première floraison. Nettovez-la et placez-la sans l'écraser dans 3 ou 4 pots propres. Placez le chapiteau de l'alam­bic sur eux et placez le dans le bain afin de tout distiller. Tirez d'elle toute son eau jusqu'à ce qu'elle soit assez sèche pour que vous puissiez la pulvériser. Frottez-la (les fèces) sur une pierre avec son eau, de sorte que vous puis­siez peindre avec elle. Placez-le (le mélange) dans un grand pot de pierre. Si vous avez rempli 4 ou 5 pots de chélidoine réunissez tout dans un grand pot de pierre. Vous devez débu­ter avec une grande quantité de plantes afin d'obtenir beau­coup de matière et beaucoup d'eau. Les plantes quand elles ne sont pas écrasées, occupent beaucoup de place.

Chapitre IV

Mon enfant, vous pouvez demander pourquoi ne pas broyer les plantes. Sachez que si on écrasait les herbes, une partie des 3 esprits s'envolerait, savoir, la couleur verte, une partie de leur saveur ou goût, et une partie de leur chaleur naturelle puisque les 3 esprits sont volatils ils ne peuvent supporter ni broyage, ni écrasement. C'est pourquoi vous per­driez en grande partie. Et ensuite votre travail serait gâché car vous travailleriez sur un corps mort qui aurait été pri­vé de son âme et de sa vie puisque la plante est mortifiée par son broyage.

Essayez cela : broyer une plante très finement dans un mortier. Elle perdra rapidement sa couleur verte et son humidité na­turelle tandis que la maison entière est pleine de l’odeur de la plante que vous aurez écrasée. L'odeur, toutefois, ne croît pas longtemps quand la nature de la plante a été brisée Elle est mortifiée de sorte que c'est comme si elle était détachée de la Nature et de l'influence céleste qui fait croître son parfum. Ni le ciel, ni les étoiles qui donnent ou ré­pandent leur influence sur elle ne peuvent plus l'aider, parce qu'elle a été entièrement brisée et donc ne peut rece­voir d'aide plus longtemps de quelque côté que ce soit. Par conséquent, les esprits volatils qui sont sa vie, son âme et sa quintessence la quittent. Donc ne faîtes subir aux plantes ni broyage, ni pilage, aussi peu qu'un homme aimerait être haché en pièces, parce que son âme qui est sa vie le quit­terait immédiatement. En conséquence, mon enfant, n'écrasez pas les plantes vertes mais faites comme vous en avez été instruit ci-dessus ; ne travaillez pas sur un corps mort comme cela a été suffisamment prouvé ci-dessus.

Chapitre V

Maintenant retournons à notre travail. Vous devez frotter tout ce qui est resté sur une pierre. Réunissez tout dans un grand pot (les fèces + le distillât) et (placez) ce der­nier au bain tiède. Versez dessus sa propre eau (le distilla non utilisé) et remuez bien avec une cuillère de bois. Ensuite placez un petit morceau de verre sur l'ouverture et laissez reposer 2 jours et 2 nuits. Remuez bien toutes les 4 ou 5 heures pour que l'eau puisse bien en tirer les éléments.

A la fin du second jour, enlevez le pot du bain et mettez-le de côté. Laissez-le reposer 3 ou 4 jours. Ensuite séparer le liquide (dans un pot propre) des fèces. C'est l'eau dorée. Bouchez-la et gardez-la bien. Après cela versez encore de l'eau sur les fèces et remuez bien. Il serait bon de sécher les fèces avant de verser l'eau sur elles. Maintenant placez-les à nouveau au bain pendant 2 jours et 2 nuits. Remuez à nouveau et couvrir. Puis laissez tout refroidir.

Faites comme auparavant verser l'eau sur la première eau dans le pot.

Prenez à nouveau de l'eau et versez-la sur les fèces. Faites cela aussi longtemps que les fèces colorent l'eau. Alors vous avez l’M et N de la terre, et vous avez fait pas mal de "lavures". Mais s'il arrivait que vous n'ayez pas assez d'eau, vous devez prendre l'eau ordinaire du bain dis­tillée 2 ou 3 fois, il est certain que pour tous les travaux végétaux la distillation est bonne quand il ne reste plus de fèces. Ceci est valable pour toutes les plantes vertes.

Cependant on ne peut distiller ou faire des extractions des herbes sèches avec l'eau, mais uniquement avec, "Aceto" dis­tillée. Donc, quand l'eau a été bien distillée des plantes, prenez en soin, profitez-en bien et extrayez les éléments avec l'eau ordinaire.

Chapitre VI

Et maintenant, mon enfant, retournons à notre travail, pour rectifier notre air et notre feu ensemble et les purifier de leurs fèces. Ainsi versez toute l'eau colorée dans un plat propre. Maintenant prenez le blanc de 40 à 50 oeufs, battez- les avec une cuillère de bois jusqu'à ce qu'il soit fluide comme l'eau. Versez-les dans l'eau colorée, battez-les deux ensemble pendant une demi-heure pour les bien mélan­ger. Placez la marmite sur le feu, laissez-la chauffer pro­gressivement et bouillir. Mais n'y touchez pas. Retirez-la du feu. Ayez à la main un grand sac de laine blanche. Ver­sez toute l'eau à l'intérieur, laissez-la couler goutte à goutte dans un pot de verre; quand elle ne s'égoutte plus, prenez de l'eau distillée et versez dans le sac sur le blanc d'oeuf coagulé. Laissez la couleur à travers les fèces afin de tirer les éléments des fèces. Faites cela aussi longtemps que les fèces donnent quelque couleur à l'eau. Alors vous avez tiré tous les éléments des fèces. Séchez les fèces dans une casserole et gardez-les. Elles doivent à nouveau être placées dans la retorte afin de tirer d'elles l'huile com­bustible et le sel ammoniac car il y a beaucoup de fèces dans le blanc d'oeuf.

Ensuite, prenez le liquide qui s'est écoulé à travers le sac, placez-le dans le bain, distillez-le au sec jusqu'à ce qu'il devienne poussière, et laissez-le reposer pendant 24 heures dans le bain chaud. Remuez-le de temps en temps avec une cuillère de bois et couvrez à nouveau l'embouchure avec un morceau de verre. Alors, sortez le bain et laissez-le repo­ser pendant trois ou quatre jours. Maintenant remuez-le dans le même sens et écumez-le par filtrage. Regardez si vous trouvez quelques fèces au fond. S'il n'y en a pas il est suf­fisamment clair. Cependant si vous trouvez quelques fèces il n'est pas assez clair et vous devez le clarifier comme précédemment.

Chapitre VII

Mon enfant, vous devez savoir que pour toutes choses au mon­de, si on en tire leur eau par distillation au sec jusqu’à ce qu'elles tombent en poussière et qu'on les broie et porte à ébullition, et qu'ensuite on les frotte menu sur une pierre et qu'on verse dessus l'eau tirée d'elles ou toute autre eau distillée et qu'on les mette au bain, l'eau tire, P M et le N élémentaires. Cela devient rouge et cette couleur est contenue au plus profond de la verdeur qu'avait la plan­te. Et comme il coagule avec l'eau et est dissous, chaque fois il dépose ses fèces. Si cette opération est souvent ré­pétée, il se clarifiera finalement et se purifiera lui-même jusqu'à ce qu'il ne laisse plus de fèces. Cependant ceci est un long chemin. Mais, avec l'eau des oeufs, cela est plus court. Mais, en ce qui concerne les plantes vertes, qui après cueillette sont séchées au soleil et pulvérisées, si vous ver­sez sur elles toute l'eau distillée du monde, vous n'extrai­rez et colorieriez rien. Elles doivent être traitées avec le vinaigre distillé. Le vinaigre ne deviendra pas rouge mais jaunâtre dès que leur couleur verte passera qui était leur vie, âme et quintessence. La couleur jaune est obtenue des éléments qui sont encore en elles, mais les esprits sont par­tis pour la plupart, et c'est un corps mort. Bien qu'il puis­se dans leur intérieur rester quelque chose des éléments, cela ne vaut pas la peine de travailler avec elles. Donc no­tez bien ce que je dis.

Chapitre VIII

Maintenant reprenons notre travail. Quand vous ne trouvez plus de fèces au fond des pots, vous devez verser tous les liquides ensemble dans un pot de pierre. Placez-le dans un bain et distillez l'eau mais pas complètement de sorte que vous puissiez verser les fèces dans un vaisseau de verre ; autrement (si vous vouliez distiller toute l'eau) vous devriez casser le pot. Après placez le vaisseau dans un récipient avec du sable au-dessus du bassin rempli d'eau. Laissez l'eau bouillir et la matière s'évaporera jusqu'à ce qu'elle soit sèche. Alors retirez le vaisseau, brisez-le et votre matière est claire, sèche et rouge et vous avez votre P, N et M élémentaires. Et vous avez vos trois esprits dont j'ai parlé avant dans une masse rectifiée et coagulée mais non fixée. Placez-le dans un endroit sec jusqu'à ce que vous en ayez besoin.

Chapitre IX

Dans une telle voie, mon enfant, le feu élémentaire, l'eau élémentaire, l'air élémentaire, ensemble avec les 3 esprits doivent être tirés en une masse de la terre. Ils ne peuvent être tirés de la terre par aucune autre méthode au monde, puisque les 3 esprits susmentionnés demeurent dans une cha­leur naturelle et chauffent comme le août, la couleur et l’odeur.

Ces 3 (esprits) ne peuvent supporter la chaleur venant du feu. Si on voulait par distillation tirer  P, M et N, cela devrait être fait au moyen de la chaleur et du sec, des cendres et du sable. L'P, M et le N élémentaires ne s'élèvent pas au moyen du bain (marie) mais uniquement l'eau des nuages. Si on voulait par la distilla­tion retirer P, M et N élémentaires, on devrait le faire sans le feu puisque les 3 esprits susmentionnés ne peuvent supporter la chaleur du feu qu'on leur applique avec le feu. Ils se volatiseraient invisiblement, et alors vous seriez privé de leur âme, esprit et quintessence et vous auriez un corps mort. Néanmoins, vous auriez les 4 éléments ensemble, mais privés de leur âme et quintessence, qui gardent les éléments ensemble et les réunissent. Car quand ces 3 esprits sont séparés, les 4 éléments ne peuvent rester ensemble mais doivent se séparer l'un de l'autre. Ils com­mencent à se décomposer et mourir. Chaque élément retourne à sa nature, M à l'air, N au feu, Pà l'eau, O à la terre.

Prenez par exemple un homme mort et dont la chaleur naturel­le est partie. Très tôt la couleur qui demeurait dans son sang, son odeur naturelle et son goût quittent tous trois l'homme ; ces 3 sont l'âme et maintiennent ensemble le corps en un seul être. Comprenez bien, mon enfant, que quand un en­fant est conçu dans la matrice de la mère au moyen de l'aide naturelle, par ce moyen un être humain est formé en 40 jours. Tous les membres sont préparés à la perfection par la cha­leur de nature que la mère a dans son sang. Car ces 3 esprits demeurent dans le sang comme dans une chaleur naturelle, qui est chaleur, odeur et goût. Avec l'aide la nature les membres de l'enfant sont formés du sang des femmes, comme il a plu à Dieu. Ainsi ces 3 esprits demeurent dans le sang des femmes et les membres de l'enfant sont formés avec l'aide de nature. Ainsi ces 3 esprits sont dans toutes les formes et membres de l'enfant, quoique d'une manière insignifiante ; car les petits membres d'un enfant, quand ses petites par­ties sent faites dans les 40 jours, sont au début aussi ten­dres et petits que s'ils étaient de petits hommes et la tête est comme une petite semence. De ce fait il ne peut y avoir beaucoup de ces esprits en eux.

Aussitôt que les membres sont formés, à l'instant môme Dieu infuse l'âme en eux, qui vient de sa suprême volonté, trou­vant miraculeusement son origine en lui. Nous ne parlerons pas de cela ici, parce que cela n'est pas notre sujet. L'âme a un être éternel sans commencement en Dieu. C'est pourquoi elle vient de Dieu. Et les petits membres n'ont pas été for­més que l'âme immédiatement vient dans l'être et vit clans le corps. Car si l'âme n'entre pas immédiatement en lui, les 3 esprits s'échappent de lui. C'est pourquoi les 3 esprits doivent d'abord être dans l'être humain avant que l'âme puis­se demeurer en lui, et les 3 esprits maintiennent te corps et l'âme ensemble. Aussi longtemps que ces 3 esprits sont dans le corps, l'âme reste aussi dans lui, et quand le corps devient plus grand, plus vieux, plus fort, ces J esprits deviennent progressivement plus grands, plus vieux, plus forts. Aussitôt que ces 3 esprits quittent le corps, l'âme doit immédiatement suivre et le quitter, car il n'y a pas d'endroit ou de lieu où elle peut se reposer.

Essayez ceci sur un homme dès qu'il est mort, coupez comme vous le voudrez, vous ne trouverez pas de sang en lui, ni chaleur, ni température, ni odeur mais puanteur. Néanmoins, ces 4 éléments sont dans le corps, par exemple, le feu, l'air, l'eau et la terre élémentaire mélangés avec les fèces puantes. Mais leur quintessence est partie, qui est ces 3 esprits, la chaleur, la couleur, l'air, l'odeur. Dieu les a parés - les 4 éléments - de ces 3 esprits et quand ces 3 esprits quittent les 4 éléments, ils ne peuvent rester ensemble plus longtemps mais doivent se séparer, parce qu'ils n'ont pas le médium qui les garde ensemble tous les quatre. Chacun retourne d'où il est venu et il ne reste plus rien que les fèces puantes.  Et si quelqu'un connaissait ce médium tous les travaux se poursuivraient plus facilement. Mais on ne remarque pas d'esprits qui puissent se maintenir avec le corps sans un médium qui garde ensemble corps et esprit. Mais on ne connaît pas un tel médium et on ne sait pas que les médiums doivent être les esprits qui sont très volatils et reposent dans les profondeurs de la matière. C'est un esprit inconnu à l'ignorant. Davantage de cela sera expli­qué dans la pierre minérale.

Comprenez aussi mon enfant ce que sont ces trois esprits, puisque si vous ne connaissez pas ces trois esprits et leur nature, vous ne pourrez progresser ni dans le règne végétal, ni dans le règne animal, ni dans le règne minéral mais vous traiterez un corps mort. C'est pourquoi les raisons citées on peut tirer ces trois esprits avec l'air et le feu, quand ils sont coagulés ensemble dans une masse, mais non d'une autre façon que celle que nous avons enseignée. Ne cherchez pas d'autres moyens ou vous perdrez les 3 esprits invisibles et vous aurez alors un corps mort. Comprenez parfaitement mes propos. Je parle ouvertement et non en paraboles de sor­te que vous ne puissiez être induits en erreur.

Chapitre X

Maintenant, retournons à notre travail. Nous prenons toutes les fèces qui sont restées dans le pot et dans l'eau clari­fiée (décantée) où il y a aussi quelques fèces. Placez-les dans une grande retorte en terre bien émaillée à l'extérieur, comme je l'ai enseigné dans le travail du vin. Placez-la dans un fourneau de manière que le feu et les flammes puissent venir tout autour. Placez au bec de la retorte un pot de pierre presque plein d'eau distillée, lutez-le d'une ma­nière étanche. Donnez au début un petit feu, augmentez-le progressivement toutes les 3 heures, pendant 24 heures, jus­qu'à ce que la retorte chauffe tout autour. Laissez-le ainsi 6 heures. Pendant ce temps l'huile et le sel ammoniac vont passer. Laissez la refroidir.

Maintenant déplacez la retorte et versez tout dans un pot de terre bien émaillée. Laissez reposer pendant 3 ou 4 jours.

Maintenant l'huile combustible doit surnager au-dessus. Dé­placez-le soigneusement aussi adroitement que possible. Pla­cez le liquide dans un grand pot de terre et gardez-le ainsi jusqu'au moment où vous devrez le rectifier par solve coagula. Prenez l'huile combustible et placez-la dans un petit vais­seau dont j'ai parlé dans l'oeuvre du vin. Versez dessus de l'eau distillée bouillante et commencez à secouer comme si vous vouliez faire du beurre. Ceci a été expliqué dans l'oeu­vre du vin, où l'huile combustible est purifiée du sel ammoniac. C'est en tout une seule opération.

Quand l'huile est purifiée, placez-la dans un verre propre. Employez-la. Elle sert pour toutes les douleurs qui viennent du froid et de l'humide, pour oindre tous les membres estro­piés et dans la paralysie. Après cela prenez l'eau dans la­quelle l'huile combustible a été purifiée et l'eau de laquel­le on l'a retirée (écumée). Placez le tout au bain pour le coaguler et pour laisser les fèces décanter et pouvoir être extraites par filtration, comme cela a été enseigné dans l'oeuvre du vin, pour rectifier le sel ammoniac. Quand votre sel ammoniac est bien rectifié et bien sec, aussi blanc que neige, gardez-le dans un endroit sec.

Chapitre XI

Après cela prenez toutes les fèces qui sont restées dans la retorte et aussi celles de la rectification. Mettez-les en­semble au feu de réverbère comme il a été enseigné dans l'oeuvre du vin, jusqu'à ce qu'elles deviennent blanchies comme neige. Alors rectifiez-les à nouveau avec l'eau distillée en versant l'eau dessus et laissez-la reposer. Après laissez les fèces tomber au fond, retirez-les par filtrage et coagulez-les à nouveau. Faites comme il a été enseiqné dans l'oeu­vre du vin, jusqu'à ce que votre terre soit blanche comme nei­ge.

Maintenant prenez la terre blanche et dissolvez-la dans votre eau rectifiée. Placez votre sel ammoniac dans la même eau, et tirez l'eau jusqu'à ce qu'il soit sec au point de tomber en poussière. Placez le alors dans l'oeuf pour le calciner dans le fourneau secret et faites comme ci-dessus. Quand tout a été calciné, dissolvez-le dans votre eau rectifiée. Laissez les fèces tomber au fond, retirez-les par filtration, coagulez et faites comme avant jusqu’à ce qu'il ne reste plus de fèces. Après cela coagulez votre eau, feu, air et terre élémentaires. Alors vous avez rectifié votre masse des fèces extérieures et intérieures et aussi votre sel ammoniac. Ils sont maintenant préparés pour tirer d'eux la pierre végétale.

Chapitre XII

Après cela prenez un grand réceptacle comme il a été dit dans l'oeuvre du vin. Mettez à l'intérieur votre sel ammoniac, l'eau, l'air, le feu et la terre élémentaires avec leurs trois esprits. Versez dessus un peu d'eau rectifiée qui a été tirée d'eux, de sorte qu'il puisse dissoudre correctement et pas plus. Placez-les dans un creuset avec des cendres tamisées. Couvrez le verre (le creuset ?) avec un petit morceau de ver­re avec un poids sur lui. Pendant 22 jours, donnez lui la chaleur comme le soleil au milieu de l'été.

Laissez-le refroidir, placez-les dans l'oeuf et placez-les dans un creuset dans des cendres tamisées. Laissez-les s'éva­porer par une douce chaleur jusqu'à tout soit sec, ce que vous pourrez vérifier avec un couteau placé dans l'orifice. Regardez si une vapeur se forme sur lui. Si il n'a pas d'hu­midité sur lui (le couteau), il est sec. Mais afin d'en être plus sûr, laissez-le 3 ou 4 jours à la chaleur. Ensuite, fer­mez le creuset avec le lute secret d'Hermès et maintenez-le dans le fourneau secret pendant 40 jours. Chauffez-le à la chaleur du soleil en été ou un peu plus chaud. Après le 40ème jour laissez refroidir.

Cassez le verre, (le creuset), récupérez la poudre, placez-la dans un creuset de verre de Venise. Placez-le sur des charbons chauds. La poudre doit fondre comme de la cire. Versez-la dans un petit récipient en verre préalablement graissé avec de l'huile. Quand elle est froide, elle devient dure comme la pierre, claire comme un cristal, rouge comme un rubis et transparente. C'est la seconde pierre végétale qui guérit toutes les maladies et infirmités du monde. Si vous en prenez chaque jour le poids d'un grain de blé, vous ver­rez merveille après merveille en peu de jours.

Chapitre XIII

De plus, si vous désirez achever ce qui (la pierre) coagule le mercure en or véritable, réduisez votre pierre en poudre et placez-la dans un récipient en verre très épais. Ensuite prenez de l'or fin qui a été cémenté et dissous dans l'eau forte, qui doit être faite de parties égales de sel ammoniac et de salpêtre. Dissolvez un poids d'or éqal au poids de la pierre. Quand il est dissous, distillez à sec l'eau forte et préparer la chaux d'or, de sorte qu'elle puisse se dissoudre dans de la bonne Aqua Vitae. Alors elle se teindra d'une belle couleur jaune.

Versez ce qui est clair, et versez à nouveau de l'Aqua Vitae sur elle (la chaux d'or) jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de teinture. Mettez-la de côté. Ce qui est au fond est le sel de l'eau forte qui n'est pas dissous dans l'Aqua Vitae rectifiée. Ensuite, évaporez de l'or l'Aqua Vitae rectifiée, dissolvez-le à nouveau avec de l' Aqua Vitae nouvelle. Décantez-la et séparez-la des fèces et continuez ainsi jus­qu'à ce qu'il n'y ait plus de fèces au fond. Gardez les, fèces quelque part.

Dissolvez et coagulez l'or jusqu'à ce qu'il ne se coagulera plus. Alors il est préparé. Ou quand il est dis­sous pour la première fois dans l'eau forte, comme je l'ai dit avant, versez dessus une grande quantité d'eau ordinaire fraî­che. Placez votre récipient sur le feu, laissez-le bouillir pendant une heure, ensuite mettez-le de côté et laissez-le décanter pondant 3 ou 4 jours.

Retirez le liquide en inclinant le récipient d'un côté ou par filtration, après cela versez votre poudre dans un plat en verre sur des cendres chaudes. Quand elle est sè­che, versez-la dans une retorte telle que vous la voyez ici. Versez dessus de l'Aqua Vitae bien rectifiée, fermez l'embou­chure par un bouchon ou placez un petit chapiteau dessus. Placez un réceptacle au bec, lutez, et chauffez à la chaleur du soleil en été. Alors votre or se dissoudra gentiment. La quantité d'Aqua Vitae qui s'élève de lui, versez-la à nouveau sur lui à travers la bosse du chapiteau dans laquelle il y aura un trou avec un petit entonnoir de verre. Laissez reposer 8 ou 10 jours et votre Aqua Vitae deviendra joliment jaune doré.

Mais si tout n'a pas encore été dissous : de sorte que de la poudre reste encore au fond, continuez à verser de l'Aqua Vitae nouvelle par-dessus la poudre. Placez à nouveau le chapiteau dessus et faites comme avant jusqu'à ce que tout l'or soit dissous dans l'Aqua Vitae. Ensuite prenez l'or dis­sous et 1' .qua itae et versez-les sur la pierre végétale que vous avez pulvérisée. Placez-les dans une retorte en verre et mettez la retorte dans un creuset contenant des cendres tamisées et donnez une chaleur douce comme celle du soleil en été. Alors votre poudre de la pierre sera dans l'Aqua Vitae avec votre or dissous. Quand vous verrez que tout est dissous vous donnerez un feu plus fort de sorte que l'eau de vie distille. Ce sera une longue opération parce que la pierre et l'or coagulent en eux-mêmes l'aqua Vitae et la gar­dent.

Quand vous en aurez tiré une certaine quantité, ver­sez-la à nouveau à travers la tête au moyen d'un entonnoir, fixez le réceptacle à nouveau, lutez et distillez à nouveau. Chaque fois que vous le retirez (le chapiteau) vous devez aug­menter le feu, car plus vous en verser dessus, plus il en reste dans la pierre, de sorte qu'elle ne vient plus. Alors la pierre est fixée douce et délicieuse. Elle a converti l'Aqua Vitae et la nature avec l'or. Tant qu'elle est chaude, versez-la dans un petit moule. Elle coagulera immédiatement.

Après cela, vous devez à nouveau la pulvériser et la placer dans l'oeuf scellé. Placez-le dans le fourneau se­cret pour 21 ou 31 jours. Mettez le feu dessous de la force du soleil en mars. Vous ne devez pas donner trop de chaleur parce qu'elle fondrait au feu, puisqu'elle fond avec peu de chaleur. Si elle devait fondre dans l'oeuf, l'or dans l'Aqua Vitae serait calciné ou distillé avec elle (le texte de Yale dit "l'or et l'aqua vitae ne seraient pas calcinés avec elle (la pierre) et cependant l'or et l'aqua vitae ne seraient pas en calcinés.)

Alors (à la fin du 31° jour) retirer l’œuf et brisez-le. Prenez un grand récipient de verre, placez la poudre de votre pierre à l'intérieur ; versez dessus une grande quantité d'eau ordinaire rectifiée ; placez-le sur les cendres ou au bain, peu importe. Aussitôt qu'elle sera chaude, elle se dissoudra. Quand elle est dissoute, retirez immédiatement le feu du fourneau. Placez le récipient de verre dans un creuset et les fèces de l'aqua vitae et de l'or tomberont au fond. Car il n'y a pas dans la nature de chose aussi pure qu'elle n'aie au plus profond de sa nature une huile combustible et des fèces impures. Et elles ne peuvent être tirées d'elle, à moins que son corps ne soit d'abord mortifié et tué, ce qu'il veut dire qu'il ne peut plus devenir un corps à nouveau. Après cela, elle doit être calcinée dans le fourneau secret, chacune selon sa nature, l'une avec plus de chaleur, l'autre avec moins, la 3° avec une chaleur douce, la 4° avec une chaleur tiède, avant que les fèces les plus profondes puissent être tirées au dehors. Et dans la pierre il ne doit y avoir aucune fèce ni à l'intérieur ni à l'extérieur. C'est pourquoi l'or doit être placé à l'intérieur du fourneau secret avec l'aqua vitae afin d'être calcinés si l'on veut enlever leurs fèces les plus profondes.

De cette façon, les fèces sont tirées de l'or et séparées de son corps et sont tombées au fond du récipient. Quand il est resté ainsi 4 ou 5 jours pour décanter, vider le soigneusement par filtration dans un autre récipient. A nouveau versez de l'aqua vitae rectifiée sur les fèces qui restent dans le récipient, remuez bien, laissez reposer et asséchez-les comme avant. Continuez en faisant cela jusqu'à ce que les fèces ne colorent plus l'eau. Alors vous avez toute la poudre de la pierre sans fèce. Coagulez votre pierre sur des cendres chaudes dans un vaisseau ouvert. Ou si vous sou­haitez, conservez l'eau, asséchez-la avec un chapiteau. Quand la pierre est sèche, fondez-la et versez-la dans un petit moule en verre. Ainsi votre pierre est prête pour coaguler le mercure en or fin.

Mon enfant, vous devez savoir que la chélidoine ainsi préparée coagulera et fixera le mercure en or véritable. Il en sera de même pour la lunaria et la solaria si elles sont préparées de cette manière et non d'une autre façon. Croyez-vous que l'art se trouve dans les plantes ou autres choses (à l'exception de l'or et l'argent). Ne laissez pas de telles pensées se lever en vous, ou vous, avec beaucoup de fous, vous vous tromperez grandement. Ne cherchez pas dans une chose ce qui n'est pas en elle ; dans la pierre minérale je vous enseignerai plus.

Mon enfant vous devez savoir que de cette façon on peut tirer une pierre végétale de  toutes les plantes vertes. En addition, il y aura des instructions pour la fabrication d'une autre pierre végétale pour guérir toutes les maladies du monde. A la troisième opération, on travaillera avec le sucre, duquel on peut tirer une noble pierre végétale.