Traduire/Translate

ANONYME La Seule Vraie Voie



La Seule Vraie Voie

Ou

Un Traité, Bon et Utile, Indication du Chemin de Vérité.

MUSAEUM HERMETICUM 1677.

La Seule Vraie Voie

Aimé ami et frère, sous le nom de cet Art glorieux doivent là être trouvés beaucoup d’enseignement faux qui est avancé par des pseudo-alchimistes, dont les écritures ne sont rien que l’imposture et la duperie et sont encore fortement estimées par les gens de la sorte plus simple. Ces charlatans incitent au dupe pour y gaspiller beaucoup d’argent et temps qui ne peut profiter à rien; car à moins qu’une chose soit bien commencé, il ne peut jamais porter à une bonne fin. Encore la plupart des hommes, qui, de nos jours, se sont consacrés à cet art glorifié de chimie, poursuivent un faux cours et sont des trompeurs ou trompés. Les trompeurs prennent conscience de leur ignorance propre et essayent de le voiler sous un style obscur et allégorique. Moins ils connaissent vraiment, plus pompeux et plus inintelligible deviennent leurs suppositions. Mais le lecteur, qui est rendu perplexe par leur style, peut au moins se consoler de l’assurance qu’il connaît autant de la question que les dites auteurs. Cette assurance doit servir pour une sorte de guide au labyrinthe infini de leurs fausses sublimations, calcinations, des distillations, des solutions, des coagulations, des putréfactions et des corruptions. Néanmoins, nous pouvons presque chaque jour voir des personnes idiotes dépensent toute sa substance entière sur ces expériences absurdes, étant incité pour faire ainsi par les pseudo-alchimistes susmentionnés, qui leur imposent avec un processus faux et les perversions imaginaires de Nature.
Avec ceux des expériences inutiles et inutiles les vrais Alchimistes n’auront rien pour faire. Ils suivent la méthode poursuivie par la Nature dans les veines de la terre, qui est très simple et n’inclut aucune solution, putréfactions, des coagulations, ou quoi que ce soit de la sorte qui peut la Nature, dans le cœur de la terre, où les métaux évoluent vraiment et reçoivent l’augmentation, quoi que ce soit à la transmission à tous ces instruments pseudo-alchimiques alambics, réplique, des fioles, circulatoires et alambics, des feux et d’autres matériels, comme la cire du cordonnier, le sel, le mercure l’arsenic, le soufre, et ainsi de suite ? Toutes ces choses peuvent-elles vraiment être nécessaires pour la croissance et augmenter des métaux ? Il est surprenant que n’importe quel non entièrement privé de ses sens peut dépenser beaucoup d’années dans l’étude d’alchimie et n’obtenir jamais au-delà de ceux des solutions idiotes et frivoles, des coagulations, des putréfactions, des distillations, tandis que la Nature est si simple et peu sophistiquée dans ses méthodes. Sûrement chaque vrai Artiste doit considérer ce tissu complexe d’opérations sans fondement comme la folie la plus simple et peut seulement se demander que les yeux d’entre ceux idiots dupent ne sont pas à ouverts, qu’ils peuvent voir quelque chose en plus de tels sophismes absurdes et lire quelque chose en plus de ceux des livres stupides et trompeurs. Il semble qu’ils sont si empêtrés dans leurs sophismes qu’ils ne peuvent jamais parvenir à la liberté de la vraie philosophie.
Mais laissez-moi vous dire que tant que vous aimez le mensonge et vous détournez de la philosophie raisonnable, vous ne trouverez jamais la voie juste. Je peux parler de mon expérience amère. J’ai aussi, travaillé dur pendant beaucoup d’années conformément à ces méthodes sophistiques et ait essayé d’atteindre le but désiré par la sublimation, la distillation, la calcination, la circulation, et ainsi de suite et modeler la Pierre de substances comme l’urine, le sel, atrament, l’alun, etc. J’ai essayé durement de le développer de cheveux, du vin, des oeufs, des os et toute façon d’herbes; d’arsenic, mercure et soufre et tous les minéraux et métaux. Je me suis efforcé de le mettre à jour au moyen d’aqua fortis et l’alcali. J’ai passé des nuits et des jours dans la dissolution, la coagulation, l’amalgamation et la précipitation. Mais de toutes ces choses je n’ai tiré ni bénéfice, ni joie. J’avais espéré beaucoup de la quintessence, mais il m’a déçu comme le reste.
Ainsi donc, frère aimé, laissez-moi vous conseiller de n’avoir aucun rapport avec les sublimations de soufre et le mercure, ou la solution de corps, ou la coagulation d’alcool, ou avec tous l’alambics, qui porte peu de bénéfice à l’art véritable. Tant que vous ne cherchez pas la vraie essence de Nature, vos travaux seront condamnés à l’échec donc, si vous désirez le succès, vous devez une fois pour toutes renoncer à votre allégeance à toutes ces vieilles méthodes et suivre les chemins de cette méthode qui c’est l’obéissance stricte à l’enseignement de Nature, méthode que la Nature elle-même poursuit dans les entrailles de la terre. Car vous voyez que la Nature utilise seulement une substance dans son travail de développement et de perfectionnement des métaux et que cette substance inclut tout ce qui est nécessaire. Maintenant, cette substance semble que ne nécessite aucun traitement spécial, sauf que de la digestion par la chaleur douce, qui doit être continuée jusqu’à ce qu’il a atteint son degré le plus haut possible de développement. Car ce chauffage simple les sophistes l’ont substitué par des solutions, des coagulations, des calcinations, des putréfactions, des sublimations et d’autres opérations fantastiques - qui sont seulement des noms différents pour la même chose; et ainsi ils ont multiplié par mille les difficultés de ce travail et provoqué la notion populaire que c’est une oeuvre la plus laborieuse, dangereuse et ruineuse. Cela ils ont simplement fait de la jalousie et la malice, et mettre d’autres hors de la voie juste et les impliquer dans la pauvreté et la ruine. Mais ils trouveront difficile de justifier leur conduite avant Dieu, qui a commandé que nous aimions nos voisins comme nous-mêmes. Car de la pure malice ils ont rendu la route de vérité infranchissable et ont rendu incompréhensible un procès naturel simple avec un langage si complexe et circonstancielle, que le travail d’amélioration des métaux apparaît comme une chose désespérant. Car quand vous chauffez, vous putréfiez aussi, et décomposez, comme vous pouvez voir par les changements qu’un grain de blé subit dans la terre sous l’influence de la pluie et du soleil; vous savez qu’il doit d’abord se pourri avant que la nouvelle vie peut apparaître. C’est ce procès qu’ils ont dénommé la putréfaction et la solution. Ainsi quand vous chauffez, vous sublimez aussi et à cette coction ils ont appliqué le terme sublimation et multiplication, et parce que l’homme simple pourrait se tromper plus facilement. De la même manière la coagulation a lieu dans le chauffage; car ils disent que la coagulation a lieu quand l’humidité est changée dans la nature de feu, afin d’être capable de résister à l’action de feu, sans évaporation, ou étant consommé. Et chauffer inclut aussi ce qu’ils appellent « la circulation », ou la conjonction, ou l’union de feu avec l’eau pour empêcher la combustion complète.
Ainsi vous voyez que celle qu’ils ont appelés par tant de noms est vraiment, un procès simple. La substance, qui est une, ils l’on décrit sous une grande variété d’appellations, pour empêcher les hommes de constater que, par la grâce de Dieu, peut les prévoir tant de bénédictions précieuses. En premier lieu ils l’appellent nôtre mercure, par lequel ils signifient l’humidité, qui commence à s’unir avec le feu et peut donc être comparé au mercure. De nouveau, ils utilisent l’expression, nôtre soufre, par lequel ils veulent dire le feu lui-même, que le mensonge a caché au-dessous de l’eau, ou l’humidité et est chauffée par l’eau à son degré le plus haut. Alors, ils appellent Hyle, ou la Première Substance, parce que toutes les choses sont d’abord produites de l’eau et le feu. D’autres noms, comme l’Arsenic, Orpiment, le Bismuth, ne sont pas utilisés par tous les Sages, mais seulement par des certains charlatans ignorants, de ce qui nous n’avons pas besoin de prendre le nouvel avis. Prenons-nous comme guide à la Nature : elle ne nous déroutera pas.
Si vous prenez ceci pour devise, vous serez sûrement capables de parvenir à la première substance, dont toutes les substances métalliques sont produites. Mais avant que nous considérions cette question, il vous conviendra de comprendre pourquoi le Soleil, la Lune, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne, sont des métaux et ce qui est leur origine. En plus de la découverte d’une réponse à cette question, vous devez aussi tenir compte que toutes les choses créées sont divisées dans trois royaumes,, l’animal, le végétal et le minéral. Au premier appartiennent tous les êtres vivants qui ont la chair et le sang; au deuxième toutes les herbes, plantes et arbres; au troisième tous les métaux, des pierres et tout ce qui ne peut pas être brûlé.
Mais, quoique divisé dans trois classes, cependant toutes les choses, o mon frère, peuvent être rétrogradées à un Principe commun, dont ils tirent leur génération, ou la naissance. Par les variétés différentes de chaleur cette première substance est transmutée de façons diverses et assume des formes spécifiques différentes. Depuis, tout, la Nature est si simple, je vous conseille encore après avoir fait avec toutes ces folles sublimations, coagulations et putréfactions et les fables des vieilles femmes ridicules, de suivre simplement la Nature et ses méthodes peu sophistiquées : alors elle vous prendra par la main et vous guidera à la vraie substance. Puisque la seule méthode pour améliorer la Nature consiste dans le chauffage naturel des essences. Maintenant, cette Essence, mon ami, est la chose principale, sur laquelle dépend la question entière. Cette vérité simple, la foule d’alchimistes semble tout à fait incapable de comprendre et ainsi continuer à travailler dur, jour après jour, avec les substances qui n’ont aucun rapport avec la question. Ils pourraient aussi semer la corne, ou le bois, ou des pierres et s’attendre à une moisson de grains d’or. Le soleil et la lune ne peuvent pas être faits de toutes les substances, mais seulement de l’Essence naturelle dont toutes les choses sont formées, étant ensuite différenciées dans des substances diverses par les variétés différentes de chaleur. Ainsi la qualité spéciale de chaque chose individuelle vient par le degré de sa coction. Si, donc, si nous voulons exercer le vrai Art d’Alchimie, nous devons imiter la méthode par laquelle la Nature fait son travail dans les entrailles de la terre.
L’anciens ont parlé de plusieurs couleurs en connexion à ce procès, comme noir, blanc, citrin, rouge, vert, et ainsi de suite. Tout c’est simplement destiné pour vous dérouter de la route juste et vous tenir dans l’ignorance. Ces auteurs antiques ils prenaient des grands efforts pour obscurcir leur style avec une variété telle d’expressions allégoriques pour le rendre impossible pour le lecteur ordinaire de comprendre leur signification.
Donc, je vous exhorte à maintes reprises à ne pas les croire quand ils vous disent que vous devez avoir ou prendre une substance noire, ou que la substance devient noire, blanche et rouge au cours du processus chimique. La couleur noire leur a été suggérée par le fait que la substance ou l’essence se mélange d’abord avec un feu matériel brillant, par lequel un liquide est séparé de l’essence en forme d’une certaine vapeur noire. Cette vapeur noire l’anciens l’ont appelé le Corbeau Noir et l’essence ils l’ont dénommé la Tête du Corbeau. Cette séparation vous la devrez observer. De cela les anciens ont appris que la séparation de substances naturelles n’est rien qu’un défaut naturel du procès de chauffage. On pourrait faciliter cela, de nouveau, suggéré à eux la considération que ces essences qui avaient été imparfaitement chauffées par la Nature, d’une façon naturelle par le feu ordinaire et qu’ainsi les essences qui sont toujours combustibles et leurs liquides que les anciens ont désobligeamment appelé le mercure, étant noires quand ils sont séparés de l’essence, pourraient être perfectionnées par l’art et les essences prémunies la combustion par leur liquide et le liquide a rendu incapable de séparation de l’essence. Cela les anciens l’ont appelé « notre soufre ». Car après cette préparation l’essence n’est plus végétale ou animale, mais par la perfection de son chauffage c’est devenu une essence minérale et est donc appelée le soufre; l’essence n’est rien qu’un feu élémentaire et son liquide, qui est gardé contre la combustion, est le vrai air élémentaire et, parce que l’air est naturellement chaud et humide, il est appelé le mercure par ceux anciens jaloux. L’Air contient en soi la nature du feu et le feu élémentaire, de nouveau, contient dans lui la nature d’air : ainsi, par l’union de leurs éléments communs, une vraie amalgamation des deux peut avoir lieu. Tel sont le feu matériel et l’eau que nous voyons. Ces éléments matériels ne sont rien qu’une aide aux essences des éléments par lesquels ils peuvent être naturellement réduits au degré le plus haut de perfection. Cette gradation est la seule vraie Alchimie et il n’y a personne à côté de la pseudo-alchimie de nos charlatans modernes est le simple gaspillage de votre temps et votre argent.
Ce serait une grande erreur pour vous supposer que vous pouvez tirer n’importe quelle connaissance réelle des écritures des Sages. Ils vous montrent seulement l’extérieur et cachent l’Essence interne. À vous ils offrent les choses, mais le plus excellent du blé ils le gardent pour eux. Ils vous montrent une voie qu’ils ne rêvent pas de pas. Je vous conseille, donc, dans l’avenir, de les éviter; ou vous enrichirez seulement les apothicaires tandis que vous, et votre famille vous plongerez dans la pauvreté la plus profonde; au lieu de gagner la panacée universelle, vous contracterez les maladies les plus dangereuses de constamment vous déplacer dans une atmosphère noire sulfureuse et pleine de fumée mercurielle et fétide avec la puanteur du bismuth et toute sorte de sels.
Il n’est vraiment étonnant qu’aucun des chercheurs après ce grand trésor, en désirant se soumettre à n’importe quelle quantité de travail et de la privation pour son amour, sembler capable de percevoir la leçon que l’échec constant s’efforce d’impressionner sur eux. Ce que, je vous prie, a ces milliers de personnes, qui ont essayé des solutions, coagulations, putréfactions, les amalgamations et des circulations, ont tiré profit par leur travail dur et agonisant ? Quel bon résultat ont-ils produit avec leurs eaux, solutions de métaux, le sang, des cheveux, des oeufs, le lait, le sucre et toute façon d’herbes ? Laissez-moi vous prier pour profiter par leur expérience déchirante et avoir fait avec la presque vraie Alchimie, qui apprend que la substance est apportée à la perfection et atteint l’exaltation de feu élémentaire, par sa lumière propre et liquide par lequel aussi les métaux imparfaits sont améliorés, parce que leur feu élémentaire n’a pas été correctement digéré par son liquide. Et pour la même raison le feu élémentaire ne peut pas rester, car le liquide est séparé de ce feu élémentaire par la chaleur du feu ordinaire et s’évapore en forme de fumée blanche. Le feu élémentaire, d’autre part, ne s’évapore pas, mais conserve avec sa terre et doit être brûlé avec cela, parce que son liquide de protection a disparu dans la fumée blanche. C’est dont cette blancheur laquelle les Anciens ont dit qu’elle vient après la couleur noire. Pour cette raison, ils vous recommandent de cela que vous devez le rendre noir avant que vous ne le rendez blanc. Nous commençons notre procès par la noirceur et transmutons la fumée noire, mais ne le prenons pas pour notre substance et la rendons blanc. Le dernier serait une supposition idiote et une imposture. Si vous voulez éviter ces malentendus, vous ne devez pas essayer l’étude de ce sujet jusqu’à ce que vous ayez une connaissance de ses opérations de la Nature et plus particulièrement des propriétés essentielles des métaux.
J’ai peur, mon Frère, que mon livre vous causera la pesanteur de cœur, au lieu de la joie, parce que je balaie là on est tombé le coup de toutes ces notions sophistiques et fausses qui vous étaient devenues si chères. Néanmoins, vous devez une fois pour toutes abandonner cette idée de votre cerveau jusqu’à ce que vous soyez profondément versés dans les mystères de cet Art et laissez ces absurdités enfantines à ceux qui tirent la richesse et le bénéfice d’eux. Parmi ces personnes, Adam de Bodenstein a tenu une place très distinguée; car il a écrit toute la façon de livres théosophiques prétendus et s’est vanté de ses pratiques dans l’Art alchimique, en lequel il était vraiment tout à fait ignorant. Encore au jour présent beaucoup de personnes croient qu’il (dont les expressions sont ceux d’un simple charlatan) avait une connaissance réelle de la vraie alchimie. Il est vrai que son non-sens ne peut pas pour un instant imposer à l’amorcé ; mais parmi l’aveugle (comme le proverbe dit) il est facile de gagner des avis d’or comme un bon escrimeur. Sur ce compte et comme Bodenstein n’est plus parmi la vie, j’écarterai le sujet, pour rien que ce qui est favorable devrait parler des morts et de l’absent. Cela je dirai, cependant, qu’il était bon Sophiste et un bon médecin; mais d’Alchimie il savait peu ou rien. Je ne devrais pas avoir dit beaucoup si je ne tenais pas vraiment beaucoup à avertir l’imprudent contre l’éblouissement par la splendeur de son nom et les empêcher d’être séduit sur par cela à leur ruine propre.
Si, donc, vous êtes un amateur de la vérité, vous direz adieu à ces absurdités apparentes et vous confierez dorénavant aux conseils de la Nature seule ; soyez qu’elle vous mènera en avant sans hésiter au but désirable, même cette méthode par laquelle elle travaille à l’essence. De plus, elle n’exigera de vous ni beaucoup de travail, ni dépenses considérables. Tout cela est fait par un processus simple de chauffage, qui inclut la solution et la coagulation des corps et aussi la sublimation et la putréfaction. Mais quelques auteurs ont substitué à l’essence simple et vraie, un certain d’autre essence, avec laquelle ils ont trompé le monde entier et ont impliqué beaucoup de personnes dans des pertes considérables. Si leur conduite était droite et d’amour sera un jour décidé par le Grand Juge. Il serait meilleur de ne pas publier de telles écrits, depuis les déclarations fausses et les affirmations sans fond avec lesquelles ils essaiment, plongent tant de personnes crédules dans des pertes pénibles. Car s’il n’y avait pas tant de livres avancés par des auteurs ignorants, des milliers des personnes qui pataugent actuellement désespérément d’en la mer des connaissances livresques apparentes auraient été menées par la lumière de leurs intellects sans aide propres à la connaissance de ce secret précieux; ils sont empêchés, beaucoup de ces années, de voir la vérité plate par une masse énorme de non-sens imprimé qui commande leur révérence, parce qu’ils ne le comprennent pas. Les anciens ont vraiment en effet connu quelque chose de l’Art ; mais actuellement nous pouvons très bien nous passer de la phraséologie encombrante sous laquelle ils (le plus avec succès) ont essayé de voiler leur signification. Il peut seulement avoir tendance à la confusion d’enquiers honnête, qui est ainsi jeté du vrai parfum, à moins qu’en effet ils ne doivent venir pour être instruit par des Maîtres vivants.
Je moi-même ne peux pas me prononcer aussi simplement que j’ai, car le vœu me fait taire qui lie tous les maîtres de l’Art, la malédiction qui allume sur ceux qui violent le cachet sacré des secrets de Nature et la malédiction de tous les philosophes. Donc, je dois vous exhorter à maintes reprises à avoir confiance en vos observations propres plutôt que les écritures d’entre d’autres et prenez le Livre de Nature par le volume le plus favorisé de votre bibliothèque. Observez ses méthodes, non seulement dans la production de métaux, mais dans la procréation des fruits de la terre et leur croissance constante et développement, en hiver et l’été, au printemps et l’automne, par la pluie et la prospérité. Si vous aviez une connaissance saine des méthodes de Nature dans la production de l’embryon et la fleur et dans le mûrissage le fruit vert, vous seriez capables de mettre votre main aux germes que la Nature fournit dans les entrailles de la terre et révéler d’eux, ou leur substance, celui que vous tant de désir. Pardonnez-moi alors, mon Frère, car ainsi renversant sans cérémonie toutes vos vieilles convictions installées et chèrement chéries. Mon excuse doit être que je l’ai fait pour votre propre bien, comme vous n’apprendriez jamais autrement le vrai secret de transmuter des métaux. Vous pouvez croire et avoir confiance en moi, car je ne peux avoir aucun motif imaginable pour remplir le monde de dont le mensonge frais, Dieu sait c’est déjà assez plein, par l’intermédiaire des trompeurs sous mentionnés et leur désirant dupe, qui après la séduction par ces livres faux à la perte de toutes leurs marchandises temporelles, n’ont pas subi leurs yeux à être ouvert par leurs pertes et semblent incapable de trouver leur sortie de ce labyrinthe gigantesque de mensonge. Non, ils ont même pris sur eux pour écrire des livres et parler comme s’ils étaient les maîtres parfaits de l’Art et en avaient tiré le grand avantage, quoiqu’en réalité ils aient été apportés si bas pour être capables de se permettre des décoctions rien que malheureuses. Ils se sont dissous jusqu’à ce que leur fortune entière n’avait subi un processus de dissolution ; ils subliment jusqu’à tout leur or et argent s’étaient évaporés ; ils se sont putréfiés jusqu’à ce que leurs vêtements ne se sont délabrés sur leurs corps; et ils ont calciné jusqu’à ce que tout leur bois et charbon n’ont été consommés aux cendres et ils eux-mêmes ont été réduits à la pochette et le personnel.
C’est le prix qu’ils ont gagné avec tout leur ennui. Laissez leur ruine être un avertissement à vous, mon Frère. Puisque leur alchimie au lieu de communiquer la santé, est suivi par la misère et la maladie; au lieu de transmuter le cuivre dans l’or, il change de l’or en cuivre et laiton. Considérez aussi combien des personnes ignorantes, comme des cordonniers, des tailleurs, des marchands de failli et des gardiens de taverne, feignez à une connaissance de cet Art et, après l’expérimentation échouée de quelques années dans le laboratoire, ils s’appellent de grands docteurs, annoncent dans la langue vantarde et indigeste leur pouvoir de guérir beaucoup de maladies et la promesse de montagnes de d’or. Ces promesses sont le vent vide et leur poison des médicaments, dont ils remplissent les cimetières et par l’abus effronté Dieu un jour les visiter avec la lourde punition. Mais je laisserai les magistrats et les geôliers pour qu’ils traitent avec ces charlatans d’escroquerie. Je parle d’eux seulement pour vous mettre sur votre garde. Si tant de personnes écrivent sur le sujet d’Alchimie, qui ne connaît rien du tout de la nature et de la génération de métaux, cela devient d’autant plus nécessaire pour vous, pour être prudent quels livres vous lisez et combien vous croyez.
Car je vous dis vraiment que tant que vous n’avez aucune connaissance réelle et fondamentale de la nature des métaux, vous ne pouvez pas faire beaucoup de progrès dans le vrai Art d’Alchimie, ou comprendre la transmutation naturelle de métaux. Vous devez saisir la signification de chaque direction avant que vous ne puissez le mettre dans l’effet, toujours la méfiance de celui que vous ne comprenez pas (c’est-à-dire, dans l’étude de cet art). Il y a beaucoup de voies fausses, mais il peut y avoir seulement celui qui est vrai et indique un procès qui n’exige pas beaucoup de mains, ou beaucoup de travail. Pour cette raison, l’ami, et aimé Frère, vous devez travailler dur dans la journée et la nuit obtenir une connaissance minutieuse des métaux et de leur nature essentielle. Alors vous serez capable de comprendre les exigences de l’art. Vous connaîtrez sans être dit ce qui est la vraie substance et la vraie méthode. Vous verrez l’inutilité totale de votre ancien travail et vous serez stupéfiés de votre ancienne cécité. Étudiez la nature de métaux et les causes de leur génération, car ils tirent leur naissance de la même source que toutes les autres choses créent.
Car comme par une chaleur l’enfant en bas âge est développé dans l’utérus de la mère de la graine du père et comme le poulet est apporté en avant de l’œuf par l’incubation naturelle de la poule, donc les métaux, aussi, sont développés dans une certaine sortie d’une certaine substance. Encore je ne dis pas, mon Frère, que le mercure et le soufre sont la première substance de métaux. Ces trompeurs de jonglerie vous ont dit ainsi; mais dans les veines de la terre, où les métaux grandissent, ne sont trouvés ni mercure, ni soufre. Donc, quand ils parlent de soufre, vous devez les comprendre pour vous rapporter au feu élémentaire et par le mercure vous devez comprendre le liquide. Etant couché dans un esprit semblable ils ont appelé le feu (élémentaire) « notre Soleil », et le liquide « notre Lune », ou l’âme de feu élémentaire et l’esprit liquide élémentaire, parce que ses substances élémentaires sont invisibles. L’âme est le feu invisible et l’esprit l’humidité invisible : Le feu essentiel extérieur et l’eau ils sont appelés ‘des corps’, parce qu’ils sont visibles et palpables. Ainsi, ils essayent de vous faire croire que ceux-ci sont des corps métalliques et que vous devez les dissoudre. Mais ne les laissez pas vous tromper. Soyez sur votre garde contre leurs tours malhonnêtes et des dispositifs rusés, par lesquels ils vous font expérimenter avec des corps métalliques, quand ils veulent dire vraiment l’essence métallique.
Ils désignent des matériels divers et des substances, malgré lesquelles il y a seulement une vraie substance et une vraie méthode. Reste à savoir que leurs solutions, coagulations, sublimations, calcinations et putréfactions, ne représentent pas la méthode de la Nature dans le cœur de la terre, où les métaux grandissent. Puisque la Nature pieuse chauffe seulement le feu élémentaire qui est ainsi amélioré et fixé par son liquide; ce dernier est change aussi, par les degrés divers de chaleur, dans tous les objets divers qui composent les trois royaumes naturels et bien que maintenant il soit différencié dans des corps si différent que des végétaux, des animaux et des minéraux, cependant ils ont tous à son origine une substance commune, tous ont une racine, que l’Anciens ont nommé la première Question ou Hyle. Mais il est vraiment que pour caché le feu élémentaire, avec son liquide, que l’Anciens ont appelé le liquide, racine, humidité radicale, ou humide radical, parce que c’est la racine de toutes les choses crées.
Ce liquide, avec son feu, est différencié dans des sortes diverses des corps naturels, par les degrés divers de chaleur, ou ‘coction’, qui a lieu dans eux. Une chose est plus parfaitement chauffée dans son feu élémentaire par son liquide, qu’un autre. La nature végétale est dans lequel la coction est la moindre partie parfait. Donc son essence est facilement brûlée et son liquide facilement séparé de son feu élémentaire, par le feu commun.
La coction de l’animal est presque aussi imparfait que celui de la substance végétale : puisque son essence est facilement brûlée. La coction des substances minérales est la plus parfaite de tous, parce que dans eux le liquide métallique est plus étroitement uni (par coction) à son feu élémentaire. De là les métaux sont plus capables de résister au feu commun que les substances végétaux et animaux. Quand un métal est placé dans le feu, il ne brûle pas avec une flamme brillante comme le bois; parce que le liquide du bois n’est pas si complètement joint (par coction) à son essence, comme le liquide des métaux est à son essence. L’union du liquide avec l’essence n’est pas métallique, mais végétal, pour lequel raison le dernier est consommé avec une fumée noire, quand, par un degré plus haut de coction, le végétal a été transmuté dans une essence métallique, il ne donne plus une fumée noire dans le feu commun, mais une fumée blanche, comme vous pouvez voir quand des métaux imparfaits sont fondus dans le feu. C’est pourquoi l’Anciens ont dit que vous devez d’abord rendre la substance noire avant que vous ne le rendiez blanc, c’est-à-dire, il doit d’abord donner une fumée noire avant qu’il ne s’épuise un blanc. De nouveau ils disent : Vous devez d’abord le rendre blanc avant que vous ne le rendiez rouge. Faire rouge doit faire parfait, parce qu’or et l’argent ont été rendus parfaits par coction, leur essence étant entièrement unie à leur liquide et changés dans le feu pur.
Ne subissez pas alors, pour vous rejeté votre garde, par la phraséologie obscure des Anciens. Si vous étudiez à fond la nature fondamentale simple des métaux, vous saurez ce que leurs expressions énigmatiques signifient et ne ferez-vous pas, comme certains modernes, conclure de leurs écrits que vous devez prendre une certaine substance et le dissoudre jusqu’à ce que cela devienne noir, alors épurez de nouveau et calcinez-le avant que la noirceur ne disparaisse et il commence à devenir blanc; et après cela, augmentent encore une fois le feu et calcinent, avec beaucoup de travail jusqu’à ce que la substance devienne rouge. Une telle interprétation des paroles des Anciens peut seulement se suggérer aux personnes entièrement ignorantes de la nature des substances métalliques; en effet, les Ancients ont écrit comme ils ont fait seulement pour cacher leur signification réelle de tous, sauf des étudiants proches à la Nature. À cette fin ils étaient dans l’habitude constante d’employer les termes « le mercure » et « le soufre ». Et bien que l’essence métallique est la vraie substance qui, par coction naturelle, doit être élevée du plus bas à l’étape la plus haute de développement et bien que la signification des Anciens soit assez intelligible à l’amorcé, cependant l’ignorant ne peut cueillir de leur langue pas plus que le fait que la substance doit être prise des métaux. Mais où ils doivent l’obtenir et comment ils doivent l’apporter à la perfection ?
L’essence métallique ne peut pas être séparée des métaux imparfaits sans préjudice; car s’il est séparé avec le feu le liquide doit s’évaporer et l’essence (avec sa terre) être consommé. Vous ne serez capables non plus de séparer l’essence des métaux imparfaits au moyen d’aqua fortis, l’arsenic, aqua vitae, ou l’alcali, sans blesser l’essence et son liquide par l’humidité étrangère : car la nature métallique ne peut porter aucune substance étrangère et n’importe quelle humidité étrangère se combine avec le liquide métallique, il perd sa qualité appropriée et est entièrement corrompu. L’essence métallique des métaux parfaits vous ne le peut pas obtenir en forme séparée; car leur feu liquide et élémentaire est soudé ensemble par un procès si parfait de coction et si étroitement uni avec leur terre, que ni le feu ni l’eau peuvent être utilisées pour les séparer, voyant que le feu n’a aucun pouvoir sur eux et aucune humidité étrangère ne peut se combiner avec le liquide des métaux parfaits, sans les corrompre. Tout votre travail sera en vain : la coction a fait son travail si bien vous ne serez jamais capable de le détruire.
De là, les Anciens on dit qu’il n’y avait aucun soufre dans les métaux et de là aussi ils ont appelé le liquide métallique, mercure. Mais les noms ne changent pas les faits : le fait est que le feu élémentaire doit être uni à son liquide élémentaire par coction naturel afin qu’ils deviennent indivisibles. Car le liquide protège le feu contre la combustion, pour tant qu’il reste fixé & incombustible dans le feu commun. Cette substance perfectionnée les Anciens l’ont bien appelé l’Élixir, ou le feu qui a subi un procès de coction parfait : pour celle qui auparavant était brut et cru est « cuisiné », ou digéré par le procès de coction. Cet élément des métaux de base que par cause de son imperfection à été cassé et désagrégé par le feu, a été digéré et perfectionné par la chaleur naturelle.
Pour cette raison vous ne devez pas avoir rancune au travail requise pour l’exécution appropriée de ce chauffage que demande le procès, d’observation qui inclut la purification, la sublimation, la dissolution et toutes les autres procédures chimiques énumérées par les alchimistes anciens. Tout ceux-ci que vous pouvez sans risque écarter comme inutile de votre esprit, sans perte de temps, puisqu’ils peuvent vous causer troublement. J’écris cette remontrance fidèle pour vous avertir à maintes reprises et pour prendre garde de ces pièges avec lesquels l’obscurité dédaigneuse des Anciens a si abondamment investi le chemin d’enquirer naïf. J’ai aussi désiré vous suggérer la vraie substance et une vraie méthode et avoir partout dans essayé pour m’exprimer dans un style aussi libre de l’obscurité allégorique tant que possible. Je me suis rappelé de vos errances dans le désert impraticable et vous ai mis de la façon juste. Maintenant vous devez prier Dieu Tout-puissant pour vous donner le caractère philosophique réel et ouvrir vos yeux aux faits de la nature. Ainsi seul vous serez capables d’atteindre le but désiré.

FIN
alchimie spirituelle amour arithmosophie astrologie sidérale astrologie tropicale bible cabale phonétique carrés magiques celtisme chamanisme ésotérisme franc-maçonnerie gnose gnosticisme gps gsm hermétisme hindouisme illuminisme kabbale lampe à sel magie magnétisme mazdéisme new age numérologie occultisme pa-koua phytothérapie plantes médicinales quintessence reiki rose-croix runes santé sciences occuptes solve et coagula spagyrie taoïsme tarot théosophie théurgie transmutation vitriol yang yi-king yin