Traduire/Translate

WIRTH Le Livre de Thot (1889)





L E   L I V R E   D E   T H O T


Oswald Wirth


1889


Oswald Wirth est sans doute – avec René Guénon (bien que leurs opinions fussent souvent divergentes) – l’un des acteurs principaux du « redressement symbolique » de la Franc-Maçonnerie française au cours de la première moitié du XXème siècle.

Dans le registre maçonnique, on connaît de Wirth « La Franc-maçonnerie rendue intelligible à ses adeptes, en  trois tomes (Apprenti-Compagnon-Maître) ».

En liaison avec le symbolisme maçonnique, Wirth traitera de l’alchimie dans « Le symbolisme hermétique dans ses rapports avec l'Alchimie et la Franc-maçonnerie ».

Il aborde l’alchimie d’une manière plus générale dans « Propos sur l’alchimie », dans « Théories et symboles de la philosophie hermétique », dans ses préfaces au « Serpent vert » de Goethe et au « Grand livre de la Nature ou l’Apocalypse philosophique et hermétique »…

… Mais aussi dans son œuvre sans doute la plus connue, « Le Tarot des Imagiers du Moyen-Age », où il étudie les aspects kabbalistique, maçonnique, magique, astrologique, divinatoire bien sûr, et enfin alchimique, des 22 lames majeures du tarot traditionnel.

Avec cette étude, parue en 1926, il nous livre, dessinée par ses soins, une nouvelle version des 22 lames majeures du tarot. Ce « Tarot de Wirth » connaîtra un succès important, tant pour ses qualités graphiques que pour son contenu symbolique.

Les connaisseurs de ce « Tarot de Wirth » apprendront peut-être ici que la version que l’on peut actuellement acquérir et qui est en tout cas la plus répandue, a été revue en 1966 (23 ans après la mort de Wirth) et est précédée de trois autres versions, datées de 1889, 1926 donc, et 1927 (voir annexes I, II et III).

Ce qui singularise ces différentes versions, c’est leurs « différences ». Le présent article a pour objet de présenter la version originale de 1889, dite « Livre de Thot », éditée à cent exemplaires, dessinée par Wirth sous les indications de Stanislas de Guaïta (dont il fut d’ailleurs le secrétaire et le disciple),.

Le graphisme de cette première version de 1889 est moins achevé que celui des versions ultérieures, mais ce qui en est surtout frappant, ce sont les « différences » symboliques qu’elle présente par rapport aux éditions ultérieures. En voici quelques exemples :
        
- Le Bateleur :  trois deniers sur la table, dont l'un frappé du Sceau de Salomon, au lieu d’un seul denier dans la version contemporaine (et disparition du Sceau de Salomon)
- La Papesse :  absence du Yin-Yang sur le livre tenu par la Papesse
- L’Amoureux :  bandeau sur les yeux de l’angelot, supprimé dans les versions ultérieures
- Le Pendu :  inversion des couleurs de l’habit du Pendu
- Le Diable :  inversion des mentions Solve et Coagula sur les bras du Diable
- La Maison-Dieu :  titre de la lame 
- Etc.

Un grand nombre de ces différences se manifeste au niveau de la distribution des couleurs, et principalement les couleurs des habits des personnages.

On conçoit bien qu’en matière de symbolisme alchimique – bien présent dans le tarot de Wirth-, des différences parfois importantes, des inversions, d’une version à l’autre de l’œuvre réalisée par un même auteur, sont intrigantes…

On trouvera ci-dessous  les 22 lames du « Livre de Thot », dessinées en 1889 par Oswald Wirth. A leur suite, l'annexe II proposant la version de 1927 du Tarot de Wirth pourra être consultée pour comparaison. 


L.A.T.


LE LIVRE DE THOT

Oswald Wirth


1889



























ANNEXE I

Le Bateleur dans les quatre versions du Tarot de Wirth


Version de 1889

Version de 1926

Version de 1927

Version de 1966



ANNEXE II

Version de 1927 des lames majeures du Tarot de Wirth, attachées au « Tarot des Imagiers du Moyen-Age ».

Cette version est identique à la version de 1966 en ce qui concerne les symboles et les couleurs. Seule exception :  l’encadrement des lames est constitué de symboles phéniciens qui disparaîtront dans la version de 1966.

Comparée à la version de 1889 du « Livre de Thot » présentée plus haut, elle permet d’observer l’évolution (les changements) du symbolisme et des couleurs.



























ANNEXE III

Version de 1966 des lames majeures du Tarot de Wirth, attachées au « Tarot des Imagiers du Moyen-Age ».