Traduire/Translate

RIPLEY Le Livre de Bréviaire


*


LE LIVRE DE BREVIAIRE
(The Book of Bosom)

de Monsieur George Ripley,

Canon de Bridlington.

Contenant

Avec le Raccourci philosophique dans la fabrication
du Mercure Philosophique et des Elixirs.
Londres,
Imprimé pour le tonnelier  William,
 au Pélican en Grande-Bretagne.
1683

 


Le Bréviaire de Monsieur George Ripley. Le travail de la totalité de la composition de la pierre philosophique, du grand élixir, et de la première solution du corps brut.
Prenez en premier lieu le poids de 30 livres de Sericon ou d'Antimoine, ce qui fera 21 livres de Gomme environ, à condition que ce soit bien dissout, et que le vinaigre soit très bon, et dissoudre chaque livre en un gallon de vinaigre deux fois distillé alors qu’il est encore froid, et tant qu’il est en dissolution dans un vaisseau de verre convenable, remuez-le avec un bâton propre très souvent chaque jour, plus ce sera souvent, meilleurs ce sera, et quand il est bien débarrassé de sa gangue au fond, filtrez alors la liqueur trois fois, que vous conserverez en la couvrant étroitement, et jetez les résidus, parce que ce sont des saletés superflues qui doivent être enlevées, et qui n’entrent pas dans le travail mais s'appellent « Terra damnata » (terre damné).
La fabrication de notre gomme ou Lyon vert.
Mettez alors toutes ces liqueurs froides ainsi filtrées dans un vaisseau de verre convenable, et placez-les au Bain-marie pour l'évaporation à une chaleur tempérée, cela fait, notre Sericon sera coagulé en forme d’une gomme verte appelée notre Lyon vert, laquelle gomme séchez bien, pourtant prenez garde de ne point brûler ses fleurs pour ne pas détruire sa verdeur.
L'extraction de notre Menstrum, ou sang de notre Lyon vert.
Extraire alors ladite gomme, et mettez-la dans une cornue de verre épais, très bien lutée, et placez-la dans votre four, et sous elle un premier feu tempéré, et par la suite vous verrez une eau faible passer, laissez-la s’épuiser ; mais quand vous verrez passer une fumée ou une vapeur blanche, alors mettez ainsi un récepteur de verre, qui doit avoir un ventre très grand, et la bouche pas plus large que ce qu’il faut pour s’adapter au cou de la cornue, de manière à ce qu’aucune fumée ne s’échappe du récepteur. Puis augmentez votre feu petit à petit jusqu'à ce que la fumée sortante soit rougeâtre, continuer alors le feu le plus grand, jusqu'à ce que passent des gouttes comme du sang et qu’il n’y ait plus de vapeur qui passent, et quand ce saignement sera terminé laissez refroidir ou diminuez le feu petit à petit, et quand toutes les choses seront froides, prenez alors le récepteur, et fermez-le très rapidement, que les esprits ne disparaissent pas, parce que cette liqueur s'appelle, notre liqueur bénie, laquelle liqueur, vous devez enfermer étroitement dans du verre pour après. Regardez alors dans le cou de la cornue, et là-dedans vous trouverez un duvet dur blanc, car c'est la Congélation d'une vapeur givrée qui s’est toute sublimée, recueille-la avec diligence et conserve-la soigneusement, car elle contient de grands secrets qui seront montrés ci-après, après que le grand travail soit fini.
La création de notre Base.
Sortez alors tous les résidus qui restent dans la cornue, et sont noirâtre comme la suie, ces résidus s'appellent notre dragon, de ces résidus, Calcinez une livre ou plus selon votre plaisir, dans un feu chaud et ardant dans un four de potiers ou de verriers, ou dans un four à vent jusqu'à ce qu’elles deviennent une chaux blanche, aussi blanche que la neige, laquelle chaux blanche vous conserverez bien, et propre, parce qu’elle s'appelle le fondement et la base du travail, et s'appellera maintenant Mars, et notre terre blanche fixe ou fer philosophique.
La calcination des résidus noirs appelé notre dragon noir.
Prenez alors tout le reste des résidus noirs susmentionnés ou dragon noir, et écrasez-les aussi finement que se pourra faire sur un marbre propre, ou tout autre pierre, et mettez sur l'un des côtés un charbon brûlant, et le feu glissera au travers les résidus en une demi-heure, et les calcinera jusqu’à une couleur citrine, très glorieuse à voir.
La solution de lesdits résidus.
Dissolvez alors ces résidus de couleur Citrine dans un bon vinaigre distillé, comme vous avez fait auparavant, et filtrez-les alors de même, trois fois, et après faites les évaporez jusqu’à une consistance de gomme, et tirez-le, ajouter alors plus de notre dissolvant, appelé maintenant, sang de dragon, et réitérez ce travail dans tous les points comme avant, jusqu'à ce que vous ayez changé tout ou la plupart des résidus en notre liqueur bénie, toutes ces liqueurs étant ajoutées à la première liqueur ou Menstrue, appelée le sang du Lyon vert, et placez toute cette liqueur dans un vaisseau de verre pendant quatorze jours à Putréfier, et ensuite procédez à la séparation des éléments, parce que maintenant nous avons tout le feu de la pierre en cette liqueur bénie, qui avant vivait cachée dans les résidus, lequel secret tous les philosophes cachent merveilleusement.
La séparation des éléments de quoi le premier est l'air, et est également comptée notre Feu-Eau, et notre eau attrayante.
Mettez alors tout le dit dissolvant putréfié dans un distillateur du verre fin de Venise adapté pour la quantité, mettez dessus le chapiteau, et luttez le distillateur avec un fin tissu de lin trempé dans du blanc d’œuf, et puis placez le tout au bain-marie, mettez un récepteur, qui doit être d'une grande longueur que l'esprit ne puisse s’exhaler vers l’extérieur, et avec une chaleur très tempérée, séparez les éléments les uns des autres, et alors l'élément Air passera en premier lieu, qui est une Huile.
Notre Eau-Feu ou l'Eau attractive ainsi faite.
Quand tout le premier élément est distillé, alors dans un autre distillateur adapté, rectifiez-le, c’est-à-dire distillez-le 7 fois de plus, et jusqu'à ce qu’il brûle un tissu de Lin propre trempé dedans, quand il est mis à la flamme, qui alors s'appelle notre eau ardente rectifiée, et s'appelle également notre eau attractive, qu’il faut conserver dans un récipient très (hermétiquement) étroitement fermé, autrement l'Esprit qui est très subtil s’échapperait. En rectifiant souvent l'eau ardente, là viendra l’AER en une huile blanche surnageant au-dessus de l'eau, et qui laissera derrière-elle une huile jaune qui avec un feu plus fort viendra également. Mettez un  peu de sublimé finement broyé dans un plat de fer, et au froid il se dissoudra en eau, et puis filtrez-le, et versez dessus une partie de l'eau ardente, et il attirera à lui-même tout le mercure en forme d’une huile verte surnageant, que vous séparerez et mettrez dans une cornue, et distillerez d'abord une eau, et après viendra une  épaisse huile verte qui est l'Huile du Mercure.
L'Humidité ou l'eau de la pierre.
Ensuite, extrayez alors, l'humidité ou l'eau de la pierre dans un autre récipient, laquelle liqueur sera très blanche, et extrayez-la ensuite avec un feu très doux de Bain, jusqu'à ce qu’il ne reste dans le fond du distillateur, qu’une substance huileuse épaisse comme de la poix, conservez cette eau dans un récipient en verre convenable hermétiquement clos. Notez que quand la liqueur devient blanche, vous devez brancher un autre récepteur, jusqu’à ce que tout cet élément soit passé, deux ou trois gouttes de cette huile liquide noire donné dans de l’eau de vie soigne tout les poisons intérieurs.
Notre Sang d’Homme est ainsi fait et rectifié.
Alors mettez notre eau ardente sur cette matière noire et liquide, remuez-les bien ensemble, et laissez-les ainsi bien couverts, pendant 3 heures alors décantez et filtrez, mettez-y dessus l'eau ardente fraîche et répétez cette opération 3 fois, et ensuite distillez-la encore avec un feu tempéré de Bain, et ainsi faites cela trois fois, et alors elle s'appellera le Sang de l’Homme rectifié, lequel les travailleurs dans les secrets de la nature recherchent, et ainsi les éléments sont exaltés dans la vertu de leur quintessence, à savoir l'Humidité qui est l'eau et l'air, laissez ce sang conservé pendant une saison.
L'Huile ou le feu, ou la terre de la pierre.
Ensuite, mettez alors l'Humidité ou Eau sur la matière noire et molle ou terre de la pierre, laissez-les afin qu’ils soient bien mélangés ensemble, et distillez alors le tout jusqu'à ce qu’il reste dans le fond, une terre plus sèche et noire qui est la Terre de la pierre, conservez l'Huile avec l'Eau pour une saison, dans tous les cas fermez hermétiquement.
L’Eau Ardente.
Réduire alors cette terre noire en poudre, et mélangez-la avec le sang de l’homme, et ainsi laissez-les 3 heures, ensuite distillez-les sur des cendres, avec un bon feu, et réitérez ce travail 3 fois, et alors elle s'appellera l’Eau de feu rectifiée, et ainsi trois des éléments seront exaltés dans la vertu de la quintessence, à savoir, l'eau, l'air et le feu.
La Terre.
Alors calcinez la terre noire et sèche, dans un four de réverbère, jusqu'à ce qu’elle devienne une chaux blanche très fine.
L'eau de la vie qui est notre mercure et notre Lune.
Ensuite, mélangez avec cette chaux blanche de l'eau ardente, et distillez-les avec un feu fort tout comme avant, et calcinez encore la terre que reste au fond du distillateur, et distillez-les alors encore avec un feu fort comme avant, et calcinez-les encore, et distillez ainsi et calcinez 7 fois jusqu'à ce que toute la substance de la chaux se soit élevée vers le haut, ainsi avez-vous l'eau de vie rectifiée et rendue en effet plus spirituelle, et ainsi se trouvent les 4 éléments exaltés dans la vertu de leur quintessence. Cette eau dissoudra tous les corps et les putréfiera et les purgera, et c'est notre mercure et notre Lune, et celui qui pense qu'il y a une autre eau, est ignorant et imbécile, et ne sera jamais capable d’aboutir à cet effet.
Le  grand secret ou Particulier de Monsieur George Ripley, pour l'aide de ceux qui ont fait  le Mercure des Philosophes et dont la pauvreté les empêche pour procéder à l'élixir rouge ou blanc
Prenez de la Céruse ou Crème du plus fin Etain de Cornouailles, réduisez-la en fine chaux blanche, mettez la dans un alambic de verre adapté, et versez dessus une quantité convenable de notre mercure, qui est notre Lune parfaite, alors distillez le mercure de la chaux et ré-imbibez la avec, et re-distillez, et réitérez jusqu’à ce que la chaux devienne subtile et huileuse, et si subtile qu’elle coulera comme de la cire sur une lame de cuivre chauffé, sans s’évaporer, et changera le cuivre en fin argent, car la malléabilité et la  blancheur de l’étain sont enlevé par l’intermédiaire de notre mercure, puis fixées en lui, par la vertu duquel il se fait dur et propre et peut s’allier à des corps durs en fusion et est presque aussi malléable que le pur que l’argent. Ce travail est très rentable et facile à mener. Utilisez-le jusqu’à être riche, et je prie pour vous notre Seigneur, de vous laisser parvenir au grand Œuvre, et que son cœur soit disposé envers vous, selon la pratique que j’ai écrite et prouvée de la même façon. Pour cela, remerciez Dieu.
L'Huile qui est l'élément du Feu, et notre mercure rouge.
L'Humidité et l'Huile réservées ci-dessus seront distillées avec un feu tempéré de Bain, et l'Huile rouge qui restera au fond sera diligemment gardé dans un récipient en verre fermé hermétiquement, parce que c'est l'élément du Feu, et l'Eau sera encore rectifiée, et le même travail réitéré, jusqu'à ce qu’il ne reste plus de notre Lune rouge en elle.
Le travail de Putréfaction.
Quand tous vos éléments sont ainsi séparés, prenez alors tous les résidus calcinés blancs réservés en premier, appelés Mars, et mettez-en suffisamment dans un récipient en verre de façon à le remplir à peine à sa moitié, et versez-y dessus autant de notre eau ardente rectifiée afin de recouvrir la chaux blanche, et cela fait, fermez aussitôt avec un chapiteau aveugle, et placez-le dans un endroit froid, jusqu'à ce que la chaux ait bu toute la liqueur, ce qu'il fera en 8 jours, puis imbibez-la encore avec la même quantité de semblable eau ardent (aqua ardens) laissez-la huit jours de plus, et réitérez ainsi le travail, de 8 jours en 8 jours, jusqu'à ce que la même chaux n’en boive plus ; mais reste encore liquide, alors scellez le haut du récipient en verre Hermétiquement et placez-le au Bain-marie avec une chaleur tempérée de Putréfaction.
La digestion de la pierre blanche.
Alors dans ce Bain tempéré laissez votre composé dans le récipient de verre sans le bouger l'espace de 150 jours entiers, et jusqu'à ce que la pierre dans le verre devienne la première reinette, et après vert blanchâtre, et après cela très blanche comme des yeux de poissons, qui est alors notre Soufre de Nature coulant, et n’est pas évaporée dans le feu, et notre pierre blanche est prête à être fermentée.
Autre particulier secret de monsieur George Ripley.
Prendre le Soufre de Nature ci-dessus, et projeter une quantité sur un plat de verre très chaud, et le verre prendra une couleur argentée, et cette couleur ne sera enlevée par aucun Art.
La digestion de la pierre rouge.
Sortez alors la pierre blanche et divisez-la en deux parties, et connaissez-en leur vrai poids de chaque moitié, une moitié est réservée pour le travail au blanc, l'autre moitié est mise dans le récipient en verre, et scellez-le  encore avec le sceau d’Hermès, et mettez-le récipient en cinération qui est un feu plus chaud, et laissez-le se là sans le bouger dans cette digestion, jusqu'à ce qu'elle deviennent rouge, et d'une couleur pourpre, ainsi vous aurez la pierre rouge également prête à être fermentée.
La préparation du ferment pour la Pierre Blanche.
Prenez alors de l'argent bien purgé de tous les Métaux, et autres impuretés qui peuvent lui être jointes, et dissolvez-le dans autant de notre Lune, qui est notre mercure, que la quantité de votre argent, et pas plus, aussi précisément que vous pouvez, et la placer bien couverte sur les cendres chaudes, et quand elle est complètement dissoute, la liqueur entière sera verte, puis rectifiez notre mercure encore deux fois ou trois fois de plus, de sorte qu'aucune quantité de notre mercure ne soit gardée en elle, puis scellez l'Huile de Lune, et vous la placerez au bain à putréfier, jusqu'à ce qu'elle montre toutes les couleurs, et au final viendra la blancheur cristalline, qui est alors le ferment des ferments blancs.
La fermentation de la Pierre Blanche.
Ensuite mettez cette moitié de Pierre Blanche réservée auparavant, pour le travail au blanc dans un flacon convenable en verre, et connaissant son poids, mettez autant du ferment de Lune mentionné ci-dessus dans le flacon en verre avec la pierre, comme peut en contenir la 4ème partie de ladite pierre, et dans ledit flacon en verre bien luté fixez-les ensemble, dans un vaisseau fixateur clos sous le feu, ce qui se fera bien en 2 ou 3 jours.
L’Incération de la Pierre Blanche.
Quand ils sont fixés ainsi ensemble, et deviennent une poudre très fine, faites l’incération, c'est-à-dire, imbibez la poudre fine avec l’Huile Blanche de notre pierre, qui est notre Lune en la versant dessus goutte-à-goutte, jusqu'à ce que la pierre soit huileuse, alors congelez-la, et imbibez-la encore, et de cette manière réitérez ce travail, jusqu'à ce que cette pierre devienne liquide dans le feu comme de la cire, quand elle est mise sur un plat chaud de cuivre et ne s'évapore pas, et congelez-la jusqu'à ce qu’elle soit dure, blanche et transparente comme le cristal, alors c’est une médecine du troisième degré, et la pierre blanche parfaite, transmutant tous les corps métalliques, et principalement cuivre et fer, en argent pur et parfait.
La préparation du ferment Rouge.
Prenez alors de même, de l'or très pur, d'abord purgé de tous autres métaux qui peuvent lui être joint, avec dix parts d'antimoine, et puis le dissolvez en notre mercure ou liqueur dissolvante, comme ci-dessus quand vous avez fait la Lune, et quand c’est parfaitement dissout, la liqueur sera de couleur citrine ; puis de manière semblable, rectifiez encore notre mercure ou liqueur dissolvante, et scellez alors toute l’Huile du ferment de l'or dans un récipient adapté, et placez la au Bain-marie à Putréfier, qui de même deviendra noire, et ne doit jamais être bougée durant la digestion, jusqu'à ce qu'elle devienne blanche, et ensuite sera replacée alors dans un feu plus fort sans ouvrir le récipient en verre, et puis gardez-la jusqu'à ce qu'elle change de couleur et devienne citrine, ce qui est aussi le ferment des ferments pour le travail au rouge.
La fermentation de la Pierre Rouge.
Ensuite avec l'autre moitié de la pierre avant la rubéfaction, la digestion, et réservée pour le travail au rouge, mettez autant de ferment d'or mentionné ci-dessus que la 4ème partie de ladite pierre peut en contenir, et puis fixez-les comme vous avez fait pour la Pierre au blanc, sous un feu dans un vaisseau fixateur ce qui sera très bien fait en deux ou trois jours.
Le travail d'Incération pour le rouge.
Quand ils sont ainsi fixés ensemble, et deviennent de ce fait une poudre très fine, incérez, c’est-à-dire imbibez-là, afin qu’elle boive l'Huile rouge de notre pierre, alors congelez-là encore, et imbibez-là encore, et congelez, réitérez ce travail souvent jusqu'à ce qu'il coule comme de la cire dans le feu ; mais ne s'évapore pas quand il est mis sur un plat chaud de cuivre, et puis congelez alors jusqu'à ce qu'il soit dur, transparent, rouge clair en couleur et comme un rubis ou un jacinthe, qui sont alors la médecine du troisième degré, et la pierre rouge parfaite, transmutant tous les corps, et particulièrement le mercure, le plomb et l’argent en or pur, comme celui qui provient de la mine. Ainsi avez-vous réalisé la fabrication de la pierre des philosophes, blanche ou rouge, qui est le grand secret des philosophes. Ces pierres doivent être gardées dans plusieurs flacons en verre, ou des boîtes dans un endroit chaud, ou au moins sec, comme vous conservez le sucre, car ce sont des substances tellement tendres et huileuse, qu’elles sont susceptibles de se dissoudre dans un endroit moite dont il faut les préserver comme je l’ai montré.
La multiplication ou l'augmentation de la Vertu et de la qualité des pierres blanches et rouges susmentionnées.
Si vous êtes prêt d’exalter votre médecine ou pierre en quantité ou en qualité, alors mettez votre pierre blanche ou rouge susmentionnée, ou une partie de chacune dans plusieurs flacons en verre adaptés à la quantité, fermez bien le flacon, alors accrochez-le sur un bain-marie vaporeux de sorte qu'il ne touche pas l'eau, en cette vapeur ou souffle chaud, la pierre qui a été déjà congelée dans le flacon en verre sera maintenant dissoute, puis congelez-la encore sur les cendres chaudes, et ainsi dissolvez encore et congelez, et ainsi réitérez ce travail de dissolution et de congélation jusqu'à ce qu'enfin la pierre dissoute dans le flacon en verre soit congelée, dès sa sortie hors du pot du Bain-marie, et sente l'air froid, sans utiliser aucune autre façon de congélation, et notez le nombre de fois dans ce travail que vous dissolvez et congelez votre médecine ou pierre, selon le nombre effectué il augmentera sa vertu de dix fois dans la projection, de sorte que si à la première once convertira 100 onces, après la deuxième solution, même conversion 1000, après les 10000 troisième conversion, ensuite la quatrième fois 100000, et après la cinquième 1000000 parties de n'importe quel métal imparfait en or et argent purs et vrais dans tous les examens autant que n'importe lequel de la Mine.
La manière de la projection.
Puisque c'est très compliqué de fondre un millième de millième de part de n'importe quel corps, vous ferez ainsi la projection : Prenez 100 onces de mercure d'abord lavées avec du sel, et du Vinaigre, et mettez-le dans un creuset, et placez-le au-dessus du feu, et quand ce corps commencent à devenir comme de la cire chaude, mettez dedans une once de votre élixir ou la médecine préparée comme je vous l’ai enseigné, sur ces cent parts de mercure nettoyé, et tout ledit mercure deviendra médecine, projetez une once de cette médecine sur encore 100 onces de l'autre mercure lavé, et il sera tout également converti en médecine, projetez encore 3 fois une once de ce mercure congelé, sur encore 100 onces de mercure lavé, et tout sera converti en médecine, pour la 4ème fois 1 once de ce dernier mercure congelé, sur encore 100 onces de l'autre mercure lavé, et tout cela sera convertis en or ou argent, selon que votre pierre a été préparée, au blanc ou au rouge, félicitez-en Dieu.
Particulier du grand travail qui a sauvé la moitié du travail et du labeur indiqué par  M. George Ripley.
Le dépôt blanc givré ou la poudre dont je vous ai parlé au commencement, est trouvée dans le cou de la cornue, après l’extraction du Menstrues, est comme un sublimé, et c’est le Soufre parfait de la Nature, et donc n’a pas besoin ni de Putréfaction ni de digestion au blanc, de ce soufre prenez-en la moitié, ou le tout si vous le voulez, et prenez autant de ferment de Lune, lequel est le Ferment des ferments qui peut contenir la 4ème partie dudit soufre, les sceller les deux ensemble dans un vase et les fixer ensemble sous le feu dans un vaisseau fixateur, ce qui sera bien fait en trois jours, et quand ils sont devenus une fine poudre blanche, alors Incérez-les, c'est-à-dire, imbibez-les avec l'Huile blanche de notre pierre, qui est notre mercure, congelez, et imbibez et réitérez ce travail, et dans tous les points faites comme vous avez fait dans le travail au blanc, comme avec le Grand Elixir, parce que ce soufre est de la même nature, et vous aurez ainsi votre travail au blanc parfaitement fait, et la pierre en moitié moins de temps, et avec la moitié du travail ; ce qui est non seulement un bijou précieux, mais un grand secret aussi.
Autre Raccourci du travail au rouge fait par le soufre mentionné ci-dessus.
Prenez une moitié ou la totalité de ce soufre de nature, et dissolvez-la une fois avec notre mercure rouge, congelez encore, et alors la sceller dans le Vase et placez-le en Cinération (sur cendres) jusqu'à ce qu'il soit complètement digéré, et jusqu'à ce qu’il s’habille de sa couleur pourpre ou Chariot ardent, mettez dedans autant de ferment du Soleil, quand il est le ferment des ferments, et jusqu’à ce qu’il puisse contenir la 4ème partie dudit soufre, fixez-les alors ensemble au feu dans un vaisseau à fixer, qui sera bien fait en 3 jours, et quand ils sont devenu en poudre rouge très fine, alors incérez, c’est-à-dire, imbibez-la avec l'huile rouge de notre pierre, qui est notre mercure rouge et Lune rouge, et le Feu de la pierre, et continuez en faisant dans tous les points comme dans le grand travail susmentionné jusqu'à ce que la pierre soit dure, transparente en couleurs comme un rubis ou Jacinthe entrant dans le feu, et ne s'évaporant pas, Ainsi avez-vous avec moins de travail et de dépenses d'heure, la Pierre  Rouge parfaite, pour laquelle remerciez Dieu. C'est le jardin plaisant et savoureux des philosophes, qui apporte la douce senteur des roses blanches et rouges, aboutissement de tout le travail des philosophes, ne contenant rien en lui de superflu ou diminué, enseignant à faire infiniment d'or ou d'argent selon que la médecine a été préparée, ayant aussi la Vertu de guérir également toute les peines et les maladies procédant aussi bien de causes froides que chaudes, grâce à la subtilité de sa nature, au-dessus de toutes les médecines des docteurs, car elle renforce la santé, fortifie ce qui est faible, et donne au vieux l’apparence de la jeunesse,  chasse tout souci, et ôte le venin du cœur, elle assouplie les artères et les jointures, dissout toute chose dans les poumons, nettoie le sang, purge les vaisseaux, et les garde propres, et si une maladie dure depuis un mois, elle la soigne en un jour, et si depuis un an, elle la soigne en 12 jours, et si le problème est très vieux, elle le soigne en un mois. Pour conclure, quiconque possède cette médecine, possède un incomparable trésor au-dessus de tous les trésors du monde, et Dieu soit loué .

*   *   *