Traduire/Translate

L.A.T. L'église Saint-Léonard de Zoutleeuw


Eglise Saint-Léonard de Zoutleeuw
Tour du Saint-Sacrement


L'Eglise Saint-Léonard de LEAU (Zoutleeuw)


Fondée au VIIème siècle par saint Remacle, Zoutleeuw (en français Léau) est une petite ville du Brabant flamand, en Belgique. Elle se singularise principalement par une Grand-Place dont quelques façades ne manquent pas d’intérêt, mais surtout par son église, dédiée à saint Léonard.

Cette église contient une série d'indices et symboles alchimiques…

Après avoir visité les lieux, le mercredi 21 septembre 2011, je me propose de vous faire part de quelques considérations personnelles sur le « dispositif alchimique » de cette église, assorties d’une série de photos qui donneront, je l’espère, un aperçu de l’ambiance générale. Je me limiterai à deux éléments :  le Marianum et la Tour du Sacrement. Il y a bien d’autres pièces d’art et de symboles alchimiques dans cette église, dont on ne saurait trop recommander la visite, mais une étude approfondie me mènerait ici trop loin.


Le Marianum

Dans la tapisserie de la Dame à la Licorne, à laquelle je consacre un article dans ce blog, le « pont » qui relie alchimiquement les symboles proposés, est la Lune. Dans l’église Saint-Léonard, c’est également la Lune qui opère la jonction révélatrice dans le foisonnement des symboles, Lune qui attire l’attention dès l’entrée.

L’astre nocturne, miroir de l’astre diurne, est l’intermédiaire-clé entre le macrocosme et le microcosme, entre les influences célestes et ce coin du cœur humain qui en est le réceptacle. Tout est dit, ou presque…

Suspendue à la voûte de la nef principale, une Vierge à l’Enfant sourit aux visiteurs, majestueuse, impressionnante. Cette sculpture en chêne polychrome datée de 1533 est en fait une Vierge à double face, représentée dans un ensemble symbolique que l’on appelle aussi « Marianum ». Le thème principal de cet ensemble, que l’on voit apparaître au cours du Moyen-Age, est ce passage de l’Apocalypse de Jean de Pathmos (Apocalypse 12) mettant en scène une femme qui pose le pied sur un croissant de lune, alors qu’elle est soumise à l’agression d’un dragon.  Le Marianum a cependant ceci de particulier :  cette scène est agrémentée de la présence du Christ-enfant et d’un collier de roses, ainsi que d’un nombre variable de rayons issant de la Vierge, et de quelques symboles, également variables, qui scandent le rosaire.

Le « Marianum » de l’église de Zoutleeuw n’est pas une pièce unique, quoique rare; on le retrouve, dans cette même région d’Europe, notamment dans les églises hollandaises de  Venray, Horst, Thorn et Neer, et dans les églises de Flandres à Neeroeteren et à Zoutleeuw.

Il y aurait beaucoup à dire de tous les éléments de cet ensemble, mais je n’en retiendrai que trois, qui, à Zoutleeuw,  signalent une « approche alchimique »…

En premier lieu, cette Vierge pose le pied sur un satan (dont les adeptes de notre Art n’auront aucune peine à déceler le sens), mais aussi sur un croissant de lune.

En second lieu, et en résonance directe avec cette lune émettrice de grands bienfaits, on voit au-dessus de cette Vierge le cœur du Christ, percé de la lance romaine. Romaine ou lunaire ?  Le cœur, dans le microcosme, dans le corps humain, est symboliquement solidaire du soleil, dans le macrocosme. Ses rayons se reflètent sur la lune, notre « miroir alchimique ». Après les opérations de l’Art, le cœur macrocosmique rejoint le cœur microcosmique…

En troisième lieu :  de cette Vierge émanent vingt-huit rayons (et ce nombre n’est pas constant d’un Marianum à l’autre). Chiffre du cycle lunaire. Ce qui, incidemment, nous rapproche des neuf étages de la Tour du Sacrement :  neuf, autre chiffre lunaire…

Posons un dernier regard sur les mains et les pieds qui entourent cette scène, figuration probable du corps humain tout entier, et passons à la Tour du Sacrement.


La Tour du Sacrement

Cette tour, datée de 1552, haute de ses neuf étages et de son socle en trois sections, c’est-à-dire près de dix-huit mètres, évoque à travers divers épisodes bibliques, l’évolution spirituelle de l’être humain. La perception de cette évolution est évidemment chrétienne… Mais qu’est-ce que cela aurait à voir avec l’alchimie ? 

Le christianisme n’a jamais lancé le moindre anathème à l’encontre de l’alchimie. Il fut même un temps où il considérait Hermès Trismégiste comme l’un de ses prophètes, annonciateur de la parole christique, comme on peut le voir dans la cathédrale de Sienne. C’est que le christianisme, malgré ses dogmes et ses diktats, n’est pas autre chose qu’une énième application de l’Art Royal.

Il y a accolé une morale qui lui est propre, et dont on peut se départir, mais son fondement est alchimique. Certes, les nombreux prédicateurs et autres fanatiques qu’il compte dans ses rangs ont obscurci le message initial, mais il n’en reste pas moins que le Christ, « au cœur percé d’une lance », représente l’Adepte au sens fort du terme.

Fulcanelli, dans son « Mystère des Cathédrales », ne le nie pas, tout au contraire. Si l’on veut bien se reporter aux écrits de Julien Champagne, alias Fulcanelli, on saura désormais que l’Eglise « sait »… ou du moins, savait.

(Une digression s’impose ici :  la Franc-Maçonnerie, avec sa légende d’Hiram, répètera à sa façon le même message).

L’évolution spirituelle de l’être humain telle que décrite dans la Tour du Sacrement, et donc dans la Bible, est parsemée de faits plus ou moins historiques ou plus ou moins légendaires qui ne facilitent pas la perception des éléments alchimiques auxquels nous nous intéressons ici. Sauf à considérer, naïvement, que chaque événement décrit dans la Bible est,  presque magiquement, une pièce du puzzle alchimique, il reste malaisé de faire la part des choses.

C’est sur cette mise en garde que j’entreprends la description, sommaire car discrétion oblige, de ces neuf étages de la Tour du Sacrement :

Le 1er étage, soutien et base des huit autres, est formé de quatre « colonnes » :  Melchisédec, Moïse, Aaron, David. Pourquoi eux ?  Pourquoi pas Abraham, ou Salomon, voire, pourquoi pas,  Zorobabel ? 

Melchisédec, ou Melki-Tsedeq, c’est-à-dire « roi de justice », est sans doute, malgré son côté très discret, et moins connu, l’homme-clé de la tradition hébraïque, et donc, par effets successifs, de la tradition chrétienne. Quand Abram, devenu plus tard Abraham, quitte Ur, capitale de Sumer, pour émigrer vers la Palestine, il ne représente pas encore la tradition hébraïque. Mais lorsqu’il rencontre Melchisédec – dont l’Ancien Testament ne nous dit rien ou presque, mais d’autres écrits existent qui le définissent plus clairement -, il devient le « porteur du flambeau »,  le premier guide de la tradition hébraïque. Abram fait allégeance à Melchisédec, comme si ce dernier était, en quelque sorte, un initiateur. Porteur de quelle tradition ?  Représentant de quelle « obédience » ? 

Moïse, Aaron et David sont quant à eux les « transmetteurs » et les « protecteurs » de l’Alliance, alliance entre Yahvé et le peuple juif. Cette alliance sera concrétisée, devenant « visible », par la fameuse Arche. Qui, de temps en d’autres, sera « fixée » par Salomon entre les murs du temple qu’il fera bâtir à Jérusalem, vers 950 avant l’ère chrétienne, sous la supervision d’un personnage, Hiram, dont la Franc-Maçonnerie fera plus tard son « prophète »… ou plutôt, son initiateur.

Au même étage, se retrouvent les cinq scènes de la Création et de la Chute:  la création d'Eve, l'arbre de la Connaissance, le Péché originel, l'expulsion du paradis, puis Caïn tuant Abel.

Au 2ème étage, quatre figures symboliques évoquent la Sagesse, la Clémence, la Vigilance et la Justice. Un lion issant des vagues l’agrémente, ainsi qu’un calice, et un blason aux trois marteaux et trois roses. Les trois marteaux, proches des trois clous que le bourreau romain enfonça dans les avant-bras et les pieds du Christ, se retrouvent ailleurs, et notamment dans les armoiries de Charles Martel, comme on peut le voir souvent à Martel, la « ville aux sept tours », dans le Quercy français.

Au 3ème étage, les Quatre Evangélistes avec leurs attributs ne manquent pas de rappeler l’importance des Quatre Eléments… L’Eau, la Terre, le Feu et l’Air, participent à la démonstration et à la réalisation alchimique, infiniment proches des Eléments de la Magie qui œuvre sur des bases identiques à l’Alchimie, mais souvent pour des buts différents (on en prendra mieux conscience en consultant « Dogme et Rituel de la Haute-Magie » d’Eliphas Lévi, ouvrage alchimique autant que magique). Ces Quatre Evangélistes encadrent  la rencontre d'Abraham et Melchisédech (dont j’ai déjà souligné l’importance), la Dernière Cène et la Manne du Désert.

Au 4ème étage, supportés par de petits temples ronds, sont la Foi, l'Espérance, l'Amour et la Charité. Ce sont les Trois Vertus Théologales, Foi, Espérance et Charité, cette dernière se dédoublant pour mettre en avant l'Amour.

Au 5ème étage, les Pères de l'Eglise occidentale:  Augustin, Grégoire, Jérôme et Ambroise, sont entourés d'évêques et d'autorités spirituelles qui proposent à notre sagacité le mystère de l'Eucharistie. Mais ici, ne nous leurrons pas :  si le mystère de l’Eucharistie est bien alchimique, il n’en va pas forcément toujours de même pour les explications qu’en donnent dans leurs écrits nos quatre patriarches.

Au 6ème étage, quatre statues couronnées figurent… des rois peut-être, des martyrs couronnés de la Grâce, peut-on savoir…Certains ont évoqué les Quatuor Coronati… C’est en tout cas l’un des énigmes de cette Tour. Est-ce alchimique, historique, moral ?

Au 7ème étage, six prophètes et légistes… Nous approchons de la « réalisation », et, forcément, le mystère est ici à la fois dense et indirect…

Au 8ème étage, six anges encadrent l'Enfant Jésus enseignant (tout comme six anges entourent la Vierge du Marianum de cette église). Ce qui nous renvoie au Temple de Jérusalem. Après une longue pérégrination dans le désert, l’Arche d’Alliance est enfin placée en un lieu fixe :  le Temple de Salomon, le premier temple de Jérusalem, dont la légende maçonnique s’emparera pour consolider sa présence… Ce temple est détruit, l’Arche disparaît, on le reconstruit, sous les œuvres de Zorobabel, second temple à Jérusalem… On en fait la réfection sous Hérode… et c’est là que Jésus enseigne. Il y aurait trop à dire, trop longuement, pour expliquer toutes ces interactions entre l’Alchimie et le Temple… Je me contenterai de signaler les indices, que les chercheurs retrouveront sans peine dans l’énorme documentation que nous offrent les medias contemporains.

Au 9ème étage, la Vierge, toujours aussi lunaire, est couronnée… Elle est surmontée d’un pélican qui s’ouvre la poitrine pour nourrir ses petits. Symbole du Christ offrant son sang pour sauver l'humanité, mais aussi autre réalité, moins immédiatement accessible.

On pourra aussi souligner que cette tour symbolise l’athanor, le fourneau alchimique, ou, en termes plus simples, le corps humain, tout comme d’ailleurs le fait la Maison-Dieu du Tarot. Où se trouve le cœur de ce corps ?

Plusieurs dizaines d’autres sculptures s’assortissent à cet ensemble. C’est à la fois beau, historique, symbolique, légendaire… J’en termine ici avec cette description fort sommaire, fort incomplète, mais qui comporte déjà quelques aperçus très directs sur le mystère alchimique, et qu’il y aura lieu de parachever dans des écrits ultérieurs.

Saint Léonard lui-même n’est pas en reste. Voici ce que nous en dit la Légende dorée de Jacques de Voragine :

Léonard veut dire odeur du peuple, de Leos, peuple, et nardus, nard, herbe odoriférante, parce que l’odeur d'une bonne renommée attirait le peuple à lui. Léonard peut encore venir de Legens ardua, qui choisit les lieux escarpés, ou bien il vient de Lion. Or, le lion possède quatre qualités : 1° La force qui, selon Isidore, réside dans sa poitrine et dans sa tète. De même, saint Léonard posséda la force dans son coeur, en mettant un frein aux mauvaises pensées, et dans la tête, par la contemplation infatigable des choses d'en haut. 2° Il possède la sagacité en deux circonstances, savoir en dormant les yeux ouverts et en effaçant les traces de ses pieds quand il  s'enfuit. De même, Léonard veilla par l’action du travail ; en veillant, il dormit dans le repos de la contemplation, et il détruisit en soi les traces de toute affection mondaine. 3° Il possède une grande puissance dans sa vois, au moyen de laquelle il ressuscite au bout de trois jours son lionceau qui vient mort-né, et son rugissement fait arrêter court toutes les bêtes. De même, Léonard ressuscita une infinité de personnes mortes dans le péché, et il fixa dans la pratique des bonnes oeuvres beaucoup de morts qui vivaient en bêtes. 4° Il est craintif au fond du coeur, car, d'après Isidore, il craint le bruit des roues et le feu. De même, Léonard posséda la crainte qui lui fit éviter le bruit des tracas du monde, c'est pour cela qu'il s'enfuit au désert; il craignit le feu de la cupidité terrestre: voilà pourquoi il méprisa tous les trésors qu'on lui offrit.

A propos de la tête de saint Léonard… on sait que la tête est dévolue symboliquement à la lune.

Zoutleeuw, en français Léau, signifie, en traduction littérale, Sel-Lion. Je ne m’associerai pas forcément aux diverses interprétations historiques que l’ont a données de l’étymologie de ce nom. Son aspect symbolique est suffisant.

Une dernière chose encore, avant d’en finir :  le retable de saint Léonard, dans le transept sud de l’église, nous montre, à sa gauche, la légende de Longinius, l’officier romain qui transperça le flan du Christ avec sa lance… Le symbolisme alchimique fonctionne « en boucle » dans cette église, si l’on veut bien me permettre cette expression fort moderne.

N’allez pas à Zoutleeuw n’importe quand et n’importe comment. Les visites ont lieu à certaines heures, certains jours, et cela n’est pas constant au cours de l’année. Le « ticket d’entrée » ne représente pas du tout une grosse dépense, et l’accueil, si je me réfère du moins à celui qui m’a été réservé, est absolument charmant. Si vous ne maîtrisez pas la langue flamande, je pense qu’en y insistant un peu, votre hôte ou votre hôtesse se fera un plaisir de tout tenter  pour vous faire partager son enthousiasme de manière compréhensible.


Photos et annexe suivent.  

L.A.T.


*



Tour du Sacrement
Détails



Tour du Sacrement
Saint Jean l'Evangéliste



Tour du Sacrement
Rencontre d'Abram et de Melchisédec



Tour du Sacrement
La Charité



Le Marianum



La Chaire de Vérité 



Retable
Saint Georges terrassant le dragon, 
entouré de saint Jacques le Mineur et de saint Philippe



Retable
Saint Léonard



Croix en surplomb de l'autel
Symboles des Quatre Evangélistes



Tour du Sacrement
Vue d'ensemble



L'église Saint-Léonard de Zoutleeuw


*

ANNEXE

"Il importe donc de retenir que le soleil est le destructeur par excellence de toutes les substances trop jeunes, trop faibles pour résister à son pouvoir igné. Et cela est si réel qu’on a basé sur cette action spéciale une méthode thérapeutique pour la guérison d’affections externes, la cicatrisation rapide de plaies et blessures. C’est le pouvoir mortel de l’astre sur les cellules microbiennes d’abord, et les cellules organiques ensuite, qui a permis d’instituer le traitement photothérapique.

Et maintenant, travaillez de jour si bon vous semble ; mais ne nous accusez pas si vos efforts n’aboutissent jamais qu’à l’insuccès. Nous savons, quant à nous, que la déesse Isis est la mère de toutes choses, qu’elle les porte toutes dans son sein, et qu’elle seule est la dispensatrice de la Révélation et de l’Initiation. Profanes qui avez des yeux pour ne point voir et des oreilles pour ne point entendre, à qui donc adresserez-vous vos prières ?

Ignorez-vous qu’on ne parvient à Jésus que par l’intercession de sa Mère, sancta Maria ora pro nobis ? Et la Vierge est figurée, pour votre instruction, les pieds posés sur le croissant lunairetoujours vêtue de bleu, couleur symbolique de l’astre des nuits. Nous pourrions dire beaucoup plus, mais nous estimons avoir assez parlé."

FULCANELLI :  Le Mystère des cathédrales, Amiens


*