Traduire/Translate

"FULCANELLI" Finis Gloriae Mundi (1999).



« Finis Gloriae Mundi »
De Juan de Valdés Leal
1672



« FULCANELLI »

FINIS GLORIAE MUNDI

1999



Il faudra bien écrire quelques mots à propos de cette « triste plaisanterie »…

Fort opportunément parue en 1999,  l’année du centenaire de la naissance d’Eugène Canseliet, cette apparition littéraire soi-disant alchimique, laisse stupéfait.

On aurait bien aimé que Fulcanelli se manifestât à nouveau, afin de rêver plus fort encore aux promesses de vie éternelle…

Cette parution qui introduit la démagogie dans notre Science hermétique, va bien dans ce sens.

Lamentable !  Et l’on comprend mal comment certains noms connus ont pu s’associer à cette flambardise. Mais laissons-les deviser entre eux de leurs impécuniosités intellectuelles ou, peut-être aussi,  de leur goût du lucre.

Entre une tendance « à la Robert Charroux » fort bien exploitée et une tendance « à la  René Guénon » fort mal digérée, le tout assaisonné de quelques perspectives scientifiques « à la Jacques Bergier », ce texte nous permet d’assister à un délire fort imaginatif, qui rime ici aussi avec piège pour naïfs, dont on serait bien en mal d'extraire la moindre indication - je dis bien la moindre - laissant supposer la présence d'un Adepte de la vraie Science hermétique.

Fulcanelli, le vrai,  n’a rien à voir avec tout cela.

Pour un peu, on croirait lire un écologiste devenu fou, inspiré par les poisons des gaz d’échappements d’une société malade et finissante… Mais l’auteur de cet opuscule dérisoire n’est absolument pas fou. Il est, au contraire, très intelligent.

Restons-en là. Je ne m’en inquiéterai pas d’un mot de plus…


L.A.T.