Traduire/Translate

URBIGER Circulation Mineure Urbigerienne.




CIRCULATION MINEURE URBIGERIENNE

CIRCULATUM MINUS URBIGERANUM


Circulation mineure Urbigerienne 
ou l'élixir philosophique végétal 
avec les trois voies certaines pour le préparer


Baron Urbiger (Urbigerus)

1690


A TOUS LES VRAIS AMANTS DE LA PHILOSOPHIE HERMETIQUE

Ayant dans nos précédents aphorismes clairement délivré des règles et instructions infaillibles, nécessaires pour la production de notre grand Elixir, notre Circulatum Majus, le seul vrai secret des vrais Adeptes, commandant tous les royaumes de la Nature, qui seront, nous n’en doutons pas, pas moins agréables à tous les autres amoureux des Sciences qu’à nos propres disciples ; et étant encore pleinement disposé à les informer : comment se conserver eux-mêmes et les autres en parfaite santé en empêchant tout désordre qui, autrement, leur adviendrait avant qu’ils puissent atteindre à l’accomplissement de leurs désirs . Nous avons pensé excellent de leur fournir de le même façon nos trois techniques différentes pour faire notre Elixir Végétal ou Circulatum Minus qui peut être préparé et conduit à sa plus grande perfection en l’espace d’un Mois Philosophique par tout artiste habile qui comprendra et suivra nos directives sûres. C’est pourquoi nous avons mis par écrit ici nos Aphorismes suivants où le travail entier est si évidemment démontré que personne, qui soit un tant soit peu versé en Chimie, ne peut tomber dans l’erreur. C’est pourquoi nous ne doutons nullement que tous ceux qui suivront avec une attention sincère et fidèle et examineront ces aphorismes sans détour se trouveront eux-mêmes obligés de louer Dieu Tout Puissant pour sa miséricorde infinie de nous avoir inspiré de leur ouvrir les yeux, car ils verront ce qui est requis pour leur santé présente et leur bonheur futur, deux choses que nous souhaitons cordialement à quiconque qui, devenant un vrai philosophe, aime sincèrement Dieu et son prochain.


CIRCULATUM MINUS URBIGERANUM
ou
L’ELIXIR PHILOSOPHIQUE DES VEGETAUX 
AVEC LES TROIS TECHNIQUES CERTAINES DE SA PREPARATION

I - Notre Circulatum Minus est seulement un Elixir Spécifique appartenant au Règne Végétal par lequel, sans aucun Feu ou toute autre préparation plus poussée des Végétaux, nous pouvons en un moment extraire leur véritable Essence, contenant leur Vertu, Qualité et Propriété ; ce qui est une grande curiosité chimique, en exécutant des prodiges de Physique et en démontrant quelques Travaux de la Nature.

II - Nous l’appelons Circulatum parce que, quoique souvent utilisé en quelque Extraction ou Expérience Chimique, il ne perd aucune de ses Qualités ou Propriétés, à savoir une particularité rattachée à l’Elixir Universel, appelé aussi Circulatum Majus car il commande dans les trois Règnes de la Nature, tondis que celui-ci, étant réduit à un seul Règne, est pour cette raison appelé Mineur.

III - Des Larmes indéterminées de Diane quand Apollon est apparu, après la séparation des trois Eléments, la Détermination, Digestion, et glorieuse Résurrection, nous pouvons, sans l’addition de tout autre objet créé, préparer notre Elixir déterminé, qui est le premier, le plus noble et le plus secret ouï des Philosophes.

IV - La caractéristique de nos Larmes de Diane consiste en leur parfaite et indissoluble union avec la Terre fixe végétale, philosophiquement préparée, purifiée, et spiritualisée, pour l’amour de laquelle elles sont obligées de quitter leur première Propriété Universelle et indéterminée, et d’être revêtues d’une autre déterminée et particulière propriété qui est requise pour notre Circulatum Minus.

V - Notre seconde façon de préparer notre élixir végétal consiste en une manipulation exacte d’une plante du plus noble degré, se tenant à part, ou soutenue par d’autres : après la préparation de laquelle, sa putréfaction, réduction en une huile, séparation des trois Principes avec leur purification, union et spiritualisation, l’ensemble doit être transformé en une Fontaine spirituelle éternelle, renouvelant toute plante qui sera plongée en elle.

VI - La troisième manière commune consiste seulement en la conjonction d’un Sel Végétal fixe avec son propre Esprit volatil sulfureux, choses qui peuvent être aisément trouvées toutes préparées par tout vulgaire chimiste ; et puisque dans leur préparation le soufre le plus pur, contenant l’Esprit, a souffert par leur manipulation non philosophique, ils ne peuvent être inséparablement liés sans un médium sulfureux, par lequel l’Ame étant renforcée, le Corps et l’Esprit sont aussi à travers lui rendus capables de la plus parfaite union.

VII - Le Médium spécifique requis pour l’indissoluble union de ces deux Sujets est seulement une substance sulfureuse et bitumeuse extraite d’une plante vivante ou morte, qui peut être trouvée en diverses parties du monde, et qui est connue de toutes sortes d’hommes ; après avoir été séparée de ses parties féculentes à travers notre Menstrue Universelle, tous les Pores et Atomes du Sel végétal fixe, qui est extrêmement fortifié par ce passage, étant dilatés, cette substance est rendue capable de recevoir son propre Esprit et de s’unir elle-même avec lui.

VIII - Pour fortifier le Soufre et ouvrir les Pores du Sel, aucune autre méthode n’est requise sinon celle qui consiste à imbiber ce sel avec la substance bitumeuse sous une chaleur digestive modérée, identique à celle nécessaire à la couvaison des oeufs ; et au fur et à mesure que le sel s’assèche, l’imprégnation (imbibition) doit être répétée à plusieurs reprises, jusqu’à ce que vous le trouviez si pleinement saturé qu’il refuse d’imbiber davantage de matière.

IX - Dans le cours des imprégnations, la masse toute entière doit être remuée au moins neuf ou dix fois par jour avec une spatule ou quelque autre instrument de bois sec, par le mouvement répété duquel la matière bitumeuse reçoit un meilleur accès dans le Corps et perfectionne son opération le plus tôt.

X - Un grand soin doit être pris afin d’éviter qu’en la mise en oeuvre des Imprégnations aucune sorte de débris ou de poussière ne tombe en votre Matière. Pour s’en prémunir,  vous pouvez garder couvert votre récipient avec un carton ou toute autre couverture appropriée ; et que rien ne s’en approche qui aurait son propre Soufre intérieur car les Pores du Sel étant très dilatés et ouverts, il peut facilement se déterminer lui-même à tout autre sujet, et ainsi faire échouer votre entreprise.

XI - Si en trois aux quatre semaines de temps au plus tard, votre Sel fixe végétal ne manifeste pas sa pleine saturation, ce serait certainement vain pour vous d’aller plus loin, car vous pouvez être assuré que vous errez soit dans la notion du Sel ou du vrai médium sulfureux, soit dans la mise en oeuvre des Imprégnations.

XII - Quand vos imprégnations sont pleinement accomplies, votre Sel sera alors dans un état favorable pour recevoir son propre Esprit par lequel il est rendu volatil, spirituel, transparent, et merveilleusement pénétrant, entrant en un instant dans les Pores et particules de tout végétal et séparant en un bref moment sa véritable essence ou ses éléments.

XIII - Quoique le sel soit pleinement préparé pour la réception de son propre Esprit, cependant, à moins que vous n’observiez la juste proportion entre eux (à savoir que le volatil prédomine toujours sur le fixe) vous ne pourriez jamais faire quelqu’union parfaite entre ces deux sujets contraires en qualité mais non en nature.

XIV - Avant de commencer vos Distillations et Cohobations, après l’addition de votre Esprit végétal à son propre sel, une putréfaction de huit ou dix jours doit précéder, durant laquelle l’Esprit sulfureux, renforcé par la substance bitumeuse et trouvant son Sel prêt pour la conjonction avec elle, a le pouvoir d’entrer en ses Pores pour faciliter sa Volatilisation et son union.

XV - Si après six ou sept Distillations et Cohobations du Distillat sur le Résidu vous ne trouvez pas que votre Esprit soit extrêmement aigre et que le Résidu restant soit insipide, ce sera un signe évident que vous avez failli dons la véritable connaissance de l’Esprit végétal qui, étant excessivement volatil, a en sa nature le pouvoir de volatiliser son propre Corps et de s’unir lui-même inséparablement avec lui, le trouvant capable de sa réception.

XVI - Il faut observer que dans la progression de votre distillation le médium sulfureux ne s’élève pas du tout car c’est un vrai médium qui intervient pour unir le Corps avec l’Esprit avant la spiritualisation du Corps, et sans son concours aucune union parfaite de ces deux sujets ne peut être attendue ; ainsi, au contraire, dans le cours du travail, sa participation serait hautement désavantageuse pour eux et renverserait complètement votre opération.

XVII - L’ascension du médium sulfureux quand l’Esprit commence à se déplacer sur son propre Corps pour s’unir lui-même inséparablement, signifie de façon évidente et certaine que vous n’avez pas réglé votre feu comme vous le deviez et que, au lieu de donner une chaleur douce et vaporeuse pour faciliter l’union, vous avez donné une chaleur violente qui l’a détruit.

XVIII - Quand notre Sel est conduit à sa parfaite spiritualisation et réelle union avec son propre esprit volatil, alors vous avez votre Circulatum Minus ou Elixir végétal ou Menstrue avec lequel vous serez capable d’effectuer des prodiges dans le règne végétal en séparant en un moment non seulement leurs principes ou éléments, mais aussi en une seule et même opération le pur de l’impur.

XIX - Si, dans votre Elixir végétal, vous mettez tout végétal vert coupé en morceaux, il se putréfiera en moins d’un quart d’heure sans aucune chaleur extérieure et il se précipitera lui-même dans le fond comme mort (ce qui n’est rien sinon la terre damnée), et sur le haut flottera une huile jaune contenant le Sel et le Soufre ; l’Elixir devient de la couleur de la plante puisqu’il contient son esprit végétal. Si cela ne se passe pas, c’est un signe que vos opérations n’ont pas été philosophiques.

XX - Une seule goutte de cette huile jaune donnée dans des malaises selon la vertu et la qualité attribuées à la plante tous les matins et soirs dans un verre de vin soignera infailliblement et insensiblement ces désordres, et renforcera les esprits vitaux pour purifier le sang en cas de malaise ou d’infection.

XXI - Si vous mettez du corail dans cette Menstrue, vous verrez une expérience admirable. Quoique ses Pores soient plus compacts que ceux de tout autre végétal, il transmet en un instant son Esprit interne dans le Menstrue et, envoyant son Ame et son Corps comme une Huile rouge sang vers le haut, il tombera à la fin comme un excrément gris.

XXII - Ce Menstrue végétal dissout non seulement toutes sortes de résines ou toutes autres sortes de substances du règne végétal, mais aussi toutes sortes d’huiles ou de bases provenant des arbres, séparant leur véritable essence par laquelle vous pouvez accomplir des choses merveilleuses aussi bien sur les corps vivants que les morts, qu’elle préserve pour l’éternité sans ouverture ou préparation ultérieures.

XXIII - Si de la myrrhe, de l’aloès ou du safran, chacun en quantités égales, sont mis dons ce Menstrue, le véritable Elixir Proprietatis (ainsi que le nomme Paracelse), qui est un excellent cordial et qui a une aussi grande efficacité et vertu que l’Elixir Universel lui-même, en soignant tous les désordres curables, nagera présentement ou sommet, et son Caput Mortuum se séparera de lui-même dans le fond.

XXIV - Quoique ce Menstrue soit spécifique aux végétaux, il tirera en un moment Ia teinture des métaux et des minéraux, mais il ne séparera pas tous leurs principes, n’étant pas le Menstrue approprié pour de telles opérations. Bien que de tels soufres soient hautement balsamiques et pour les poumons et la rate, notre Elixir dépasse de bien loin de telles préparations que nous indiquons seulement comme curieuses expériences chimiques.

XXV -Puisque ce Menstrue végétal est éternel, vous devez observer que vous ne perdez rien de sa quantité ou de sa qualité en le séparant de l’Huile et de l’Esprit du végétal, ce qui est fait par une douce distillation ou Bain-marie, le récipient étant très bien luté et séché auparavant. Le Menstrue, surnageant avec le Flegme du végétal duquel il doit être séparé, par une distillation au bain-marie pour des usages ultérieurs, laisse son Huile au sommet, unie avec son propre Esprit qui disparaîtra facilement avec une quelconque chaleur commune, ne laissant rien derrière lui, ce qui est la preuve de sa Spiritualisation, Purification et Régénération, qu’il a reçues du Menstrue.

XXVI - De votre huile ou essence de votre végétal ainsi préparé, ou par toute autre manière philosophique (ainsi que nous l’avons précisé dans notre seconde façon de faire l’Elixir) si vous savez le putréfier naturellement sans aucun feu et en séparer tous nos principes, les purifiants et les unissant ensemble inséparablement, étant tous deux rendus spirituels et transparents, vous aurez alors à partir de cette seconde régénération le plus grand Arcane dans le Monde, en ce qui concerne les végétaux aussi bien que pour les minéraux et les métaux, exception faite de l’or et de l’argent.

XXVII - Si cette essence régénérée est déterminée avec votre première matière, elle sera alors dans la capacité radicale de dissoudre toutes sortes de métaux et de minéraux, et principalement l’Or, lequel est dissous imperceptiblement en elle comme la glace dans l’eau commune, et l’or commun vulgaire ne peut plus jamais être séparé, que ce soit par distillation ou digestion. Après une digestion philosophique et une séparation des trois principes avec leur purification, union et digestion puis troisième régénération, vous pouvez préparer la grande médecine des médecins, d’égale vertu et qualité sur les corps humains que le grand Elixir et, avec notre simple mercure, sur les métaux et les minéraux.

XXVIII - La façon de déterminer ce Menstrue régénéré avec votre matière première doit être effectuée par son amalgamation avec elle, par laquelle le menstrue végétal tirant toutes ses qualités et propriétés et les unissant avec les siennes propres, est rendu capable des mêmes vertus et propriétés, comme notre mercure simple dissolvant et volatilisant tout objet créé qui viendra à son contact.

XXIX – Quelques-uns sont d'avis que les deux Elixirs peuvent être produits à partir de plusieurs objets déterminés comme les excréments humains, la rosée (qu'ils appellent Eau des nuages), etc… et aussi que le Grand Elixir peut être préparé à partir de celle-là ou de toute autre Menstrue végétal régénéré ; mais puisque nous savons que de tels Menstrues, qu'ils appellent leur Mercure Philosophal, et bien qu'ils puissent dissoudre et volatiliser les métaux, cependant ne peuvent améliorer aucun d’entre eux car leur dissolution et volatilisation ne sont ni naturelles ni philosophiques, nous pensons avec de bonnes raisons que toutes ces opinions ne sont que de fausses suppositions et des notions imaginaires et non fondées.

XXX - Nous, avec notre divin maître Hermès, affirmons solennellement que le Dieu Tout Puissant ayant, après avoir créé toutes les choses, commandé à chacune d'entre elles de procréer à partir de son propre genre, nos élixirs ne doivent pas être produits par des moyens sophistiqués, ainsi que nous l’avons fait clairement apparaître dans les aphorismes précédents et présents dans lesquels nous avons donné ample instruction pour la préparation de l'Elixir Universel à partir de notre matière indéterminée, et le spécifique à partir de la racine des végétaux.

XXXI - En dehors de la véritable affection et charité que nous avons pour tous les amoureux de l'Art, nous avertissons quiconque qui désirera préparer l'un de nos Elixirs, de suivre seulement nos règles infaillibles, étant la somme de l'entière pratique et théorie d'après les philosophes véritables, et sans critiquer les autres, car quelques-uns ayant enseigné le sujet à partir de on-dit, d'autres à partir de lectures, et très peu à partir de leur propre pratique, ils peuvent facilement s'en laisser imposer et illusionner par tout pseudo-chimiste ou prétendu adepte.


*



Virtus unita fortior : « La vertu unie est plus forte »
Nil sine vobis : « Rien sans vous »
Per Nos omnia : « Par nous, toutes choses »
Pulchritudine tua captus sum : « Je suis captif de ta beauté »,
Ulterus te vinciam : « Je te vaincrai toutefois plus tard.
Regeneratio tua in mea potentia : « Ta Régénération est en mon pouvoir. »
Per te vivam : « Par toi, eau vive, je vivrai. »

   
POST-FACE 

CONTENANT UNE EXPLICATION DE LA FIGURE, PRETEXTE AUX APHORISMES D’URBIGER

Ayant enseigné dans nos cent un aphorismes de façon ouverte et perspicace toutes les difficultés, et enseigné si amplement la théorie et la pratique du Mystère Hermétique dans sa totalité, que n'importe quel ingénieux amoureux de la Chymie pourra non seulement comprendre les écrits les plus abstraits des Philosophes, mais aussi effectuer toute vraie expérience, sur laquelle on compte pour le progrès de notre Art Céleste ; et étant portés à croire, que certains n’étant pas nos disciples, peuvent peut-être rencontrer certaines Figures Philosophiques, dont il pourraient ne pas saisir la signification facilement, nous avons jugé très approprié, de mettre en couverture de notre petit livre, cette figure, laquelle, est un Abrégé parfait de tous les Emblèmes Philosophiques, le reste pouvant être compris sans grande difficulté.

Maintenant, étant donné que notre Figure, représentant mystiquement toutes nos Matières et Opérations, ne peut qu’admettre de nombreuses et diverses interprétations, que nous devons établir ici, nos aphorismes (ou elles [les interprétations] sont déjà livrés, et dont ce serait une nouvelle répétition) seraient tout à fait inutiles et insignifiants : nous avons donc estimé d'abord très superflu de donner toute illustration.  Mais notre désir étant avant tout de faire tout le bien que nous pouvons au public, nous avons, après réflexion, décidé de fournir avec la plus grand brièveté l'explication suivante pour la meilleure compréhension à la fois de notre Figure et de nos aphorismes.

L'arbre présente la devise, Virtus Unita Fortior : laquelle, étant lue du côté du serpent, représentant par la Demi-Lune sur sa Tête la Planète sous l’influence de laquelle il est né, se réfère à lui d’après sa devise particulière qui signifie que, si vous le prenez seul, il ne peut rien faire ou très peu en notre Art, car il demande l’assistance des autres.

Par le Dragon Vert on doit comprendre notre première Matière indéterminée, comprenant tous nos principes, (comme cela est démontré par la Demi-Lune sur sa tête, le soleil dans son corps ; et la croix sur sa queue) et dénotant par sa devise, qu'elle peut effectuer le travail dans sa totalité sans être mélangé avec quoi que ce soit d’autre créé ou préparé artificiellement : ce qui est notre première voie. Mais notre Dragon, lorsqu’il copule avec notre Serpent, est forcé de se soumettre à elle (le serpent comme étant de nature féminine), avilissant son être indéterminé pour la production de notre deuxième voie. Apollon avec le soleil sur sa tête, et Diane avec la Demi-lune, s'embrassant, montrent notre troisième voie, et la suite de notre première et seconde.

Le fleuve, dans lequel ils descendent, signifie l'état en lequel ils doivent être réduits, avant qu'ils puissent être en mesure de renaître, et avant qu'ils ne puissent être amenés à une parfaite Spiritualisation et union, dans n'importe laquelle de nos trois voies. Apollon et Diane, sortant du fleuve dans un corps merveilleux, Diane ayant tout obtenu, représentent la fin des travaux d’Hercule, et le commencement de leur Conjonction, et par leur direction, allant placer leurs pieds sur la terre ferme, où elle doit semer les fruits nobles pour le procréation, on doit comprendre la suite de leur conjonction, jusqu'à ce qu'ils soient pleinement unis et perfectionnés. Dans cet arrangement également, de même qu'en nos aphorismes, sont mystiquement exhibés tous les principaux points de foi et religion, contenus dans les volumes de l’ancien et du nouveau testament : d'où il apparaît manifestement, que la contemplation de la nature mène vraiment à la compréhension de ces vérités merveilleuses, par lesquels nous pouvons compter atteindre la joie de cette immortalité bénie, vers laquelle tous nos efforts doivent être dirigés, comme le véritable aboutissement de notre création.



FIN