Traduire/Translate

LACTANCE Poème du Phénix (IIIème siècle)




 
 
LE POEME DU PHENIX

DE AVE PHOENICE
(Texte latin suivi du texte français)

Lucius Caecilius Firmianus, dit Lactance
c.250-c.325

 DE AVE PHOENICE
Est locus in primo oriente remotus 

qua patet aeterni maxima porta poli 
nec tantum aestiuos hyemisque propinquus ad ortus 
in quo sol uerno fundit ab axe diem. 
illic planicies tractus diffundit apertos 
nec tumulus crescit nec caua uallis hiat 
sed nostros montes: quorum iuga celsa putantur 
per bis sex ulnas eminet ille locus 
hic solis nemus est: et consitus arbore multa 
lucus perpetuae frondis honore uirens 
cum phaetontaeis flagrasset ab ignibus axis 
ille locus flammis inuiolatus erat 
et cum diluuium mersisset fluctibus orbem 
deucalionaeas exuperauit aquas. 
non hunc exangues morbi non aegra senectus 
nec mors crudelis nec metus asper adit 
nec scelus infandum nec opum uesana cupido 
aut metus aut ardens caedis amore furor. 
luctus acerbus abest et aegestas obsita pannis 
et curae in sontes et uiolenta fames. 
Non ibi tempestas nec uis horrida uenti 
nec rigido terram rore pruina tegit. 
nulla super campos tendit sua uellera nubes 
nec cadit ex alto timidus humor aquae. 
sed fons in medio est quem uiuum nomine dicunt 
perspicuus lucens dulcibus uber aquis. 
qui semel erumpens per singula tempora mensum 
duodecies undis irrigat omne nemus. 
hic genus arboreum procero stipite surgens 
non lapsura solo mitia poma gerit. 
hoc nemus hos lucos auis incolit unica phoenix 
unica sic uiuit morte refecta sua 
paret et obsequitur phoebei memoranda satelles 
hoc natura parens munus habere dedit. 
lutea cum primum surgens aurora rubescit 
cum primum rosea sidera luce fugat. 
ter quater illa pia immergit corpus in undas 
ter quater e uiuo gurgite libat aquam 
tollitur ac summo consedit in arboris altae 
uertice quae totum despicit una nemus 
et conuersa nouos Phoebi nascentis ad ortus 
expectat radios et iubar exoriens 
ast ubi sol pepulit fulgentis lumina portae 
et primum emicuit luminis aura leuis 
incipit illa sacri modulamina fundere cantus 
et mira lucem uoce ciere nouam. 
quam nec aedoniae uoces nec tibia possit 
musica cyrrhaeis assimilare modis 
sed neque dolor moriens imitare nosse putatur 
nec cylleneae fila canorae lyrae 
postquam Phoebus equs in aperta refudit Olympi 
atque orbem totum pertulit usque 
illa ter alarum alarum repetito uerbere plaudit 
non errabilibus nocte cieque sonis. 
atque eadem celeres etiam discriminat horas 
igniferumque caput ter uenerata silet 
antistes nemorum luce ueneranda sacerdos 
et sola arcanis conscia Phoebe tuis 
quae postquam uitae iam mille peregerit annos 
at se reddiderint tempora longa grauem. 
ut reparet lassum spatiis urgentibus euum 
assueti nemoris dulce cubile fugit. 
cumque renascendi studio loca sancta reliquit 
tunc petit hunc orbem mors ubi regna tenet 
dirigit in Syeriam celeres longaeua uolatus 
phoenicis nomen cui dedit ipsa uetus. 
secretosque petit deserta per auia lucos 
hic ubi per saltus silua remota latet 
tum legit aereo sublimem uertice palmam 
quae gratum phoenix ex aue nomen habet. 
quam nec dente potens animal perumpere possit 
lubricus aut serpens aut auis ulla rapax. 
tum uentos claudit pendentibus Aeolus antris 
ne uiolent flabris aera purpurum 
neu concreta notho per inania coeli. 
summoneat radios solis et obsit aui. 
construit inde sibi seu nidum siue sepulcrum 
nam perit ut uiuas se tamen ipsa creat 
colligit hinc succos et odores diuite silua 
quos legit Assyrus quos opulentus Arabs. 
quos aut Pygmeae gentes aut India carpit 
aut molli generat terra Sabaea sinu. 
cinama dehinc auramque procul spirantis amomi 
congerit et mixto balsama cum folio. 
non casiae mitis non olentis uimen achanti 
nec thuris lachrymae utraque pinguis abest 
his addit teneras nardi pubentis aristas 
et sociat myrrhae pascua grata nimis 
protinus in strato corpus mutabile nido 
uitalique thoro membra quieta locat 
oreque dehinc succos membris circumque supraque 
iniicit exequiis immoritura suis 
tunc inter uarios animam commendat odores 
depositi tanti nec timet ulla finem. 
interea corpus genitali morte peremptum 
aestuat et flammas protulit ipse calor 
aereoque procul de lumine concipit ignem 
flagrat et ambustum soluitur in cinerem. 
hos uelut in massam cineres in morte coactos 
conflat et effectum seminis instar habet 
hinc animal primum sine membris fertur oriri 
sed fertur uermis lacteus esse color 
creuerit immensum subito cum tempore certo 
seque qui teretis colligit in speciem. 
inde reformatur qualis fuit ante figura 
et phoenix ruptis pullulat exuuiis. 
ac uelut agrestes cum filo ad saxa tenentur 
mutari pennae papilione solent. 
non illi cibus est nostro concessus in orbe 
nec cuiquam implumem pascere cura subest. 
ambrosio libat coelesti nectare rores 
stellifero teneri qui cecidere polo. 
hos legit his mediis alitur in odoribus ales 
donec maturam proferat effigiem. 
ast ubi primaeua coepit florere iuuenta 
euolat ad patria iam reditura domos. 
ante tamen proprio quicquid de corpore restat 
ossaque uel cineres exuuiasque suas. 
unguine balsameoque myrrhaque et thure soluto 
condit et in formam conglobat ore pio. 
quam pedibus gestans contendit solis ad ortus 
inque ara residens promit in aede sacra. 
mirandam sese prestat praebetque uehenti 
tantus ibi decor est tantus abundat honor. 
principio color est qualis sub sidere coeli 
mitia quae croceo punica grana legunt. 
qualis inest foliis quae fert agreste papauer 
cum pedes uestit sole rubente polus. 
hoc humeri pectusque decens uelamine fulgent. 
hoc caput hoc ceruix summaque terga nitent 
caudaque porrigitur fuluo distincta metallo 
in cuius maculis purpura mixta rubet. 
clarum inter pennas insigne desuper iris 
pingere ceu nubem desuper alta solet. 
albicat insignis mixto uiriditate smaragdo 
et puro cornu gemmea cuspis hiat. 
ingentes oculos credas geminosque hiacyntos 
quorum de medio lucida flamma micat. 
aequatur toto capiti radiata corona 
phoebei referens uerticis alta decus. 
crura tegunt squammeae flauo distincta metallo 
ast ungues roseus pingit honore color. 
effigies inter pauonis mixta figuram 
cernitur et mixtam phasidis inter auem 
magnifice terris Arabum quae gignitur ales. 
uix aequare potest seu fera seu fit auis. 
non tamen est tarda ut uolucres quae corpore magno 
incessus pigros per graue pondus habent. 
sed leuis et uelox regali plena decore 
talis in aspectu se praebet usque hominum. 
conuenit Aegyptus tanti ad miracula uisus 
et raram uolucrem turba salutat ouans. 
protinus isculpunt sacrato in marmore formam 
et signant titulo remque diemque nouo. 
contrahit in coetum sese genus omne uolantum. 
nec praedae memor est ulla nec ulla metus 
alitum stipata choro uolat illa per altum 
turbaque prosequitur munere laeta pio. 
sed postquam puri peruenit ad aetheris auras 
mox redit ista suis conditor ille locis. 
a fortunatae sortis finisque uolucrem 
cui de se nasci praestitit ipse deus! 
femina uel mas haec seu neutrum seu sit utrumque 
felix quae Veneris foedera nulla colit 
mors illi uenus est, sola est in morte uoluptas 
ut possit nasci appetit ante mori. 
ipsa sibi proles suus est pater et suus heres 
nutrix ipsa sui semper alumna sibi 
ipsa quidem sed non eadem quia et ipsa nec ipsa est 
aeternam uitam mortis adepta bono. 
  
  



POEME SUR LE PHENIX

II est, en Orient, un site fortuné 

Où du ciel éternel s'ouvre la porte immense. 
Le Soleil en ce lieu, se lève non l'hiver, 
Ni l'été, mais aux jours lumineux du printemps. 
Un plateau déploie là ses plaines découvertes : 
Nul tertre n'y surgit, nul vallon ne s'y creuse, 
Mais les monts de chez nous, que nous jugeons si hauts 
De deux fois six coudées ce plateau les dépasse. 
Quand l'univers flambait, brûlé par Phaéton, 
Ce lieu seul demeurait à l'abri de ces flammes ; 
Et lorsque le déluge eut recouvert le monde, 
Il émergea des eaux deucalionéennes. 
Là verdoie le bosquet du Soleil et, plein d'arbres, 
Un bois sacré que pare un feuillage immortel, 
On n'y voit point venir les pâles maladies, 
Ni la triste vieillesse et la mort sans merci, 
Ni la crainte ou le meurtre et l'âpre amour du gain. 
On n'y connut jamais Vénus et ses fureurs ; 
Là, nul deuil douloureux, point de noire indigence, 
Ni les amers soucis, ni la faim criminelle. 
Là, jamais de tempête et jamais d'ouragan, 
Jamais de gel couvrant de givre blanc la terre; 
Point de nuage sombre étendant sa toison, 
Point d'averse tombant de la voûte du ciel. 
Mais au centre jaillit une source d'eau vive, 
Limpide et toujours calme, abondante en eaux douces, 
Qui, débordant soudain au cours de chaque mois, 
Inonde le bosquet douze fois par année. 
Là des arbres dressés sur leurs fûts élancés, 
Portent des fruits bien mûrs qui ne tombent jamais. 
Dans ces bois vit l'oiseau unique, le phénix 
Unique, mais toujours recréé par sa mort 
Illustre satellite, il sert Phébus son maître, 
Fonction qu'il reçut de la Nature-Mère. 
C'est lui qui marque aussi les heures qui s'envolent, 
Nuit et jour, par des sons qui ne trompent jamais. 
Il est prêtre des bois et gardien du bosquet, 
Et le seul qui connaisse, ô Phébus, tes arcanes. 
Lorsqu'il a parcouru les mille ans de sa vie, 
Que sa longue existence a rendu lourd son corps, 
Afin de recréer son ère déclinante, 
Délaissant le séjour de son heureux bosquet, 
Anxieux de renaître, il quitte ces lieux saints 
Et gagne notre monde où la mort est maîtresse. 
Vif en dépit des ans, il s’envole en Syrie 
Qui reçut de l'oiseau son nom de  Phénicie. 
Survolant les déserts, il atteint la forêt 
Qui cache en ses ravins un bois plein de  mystère. 
Lors il élit, dressant sa cime, un haut palmier 
A qui l'oiseau donna son nom grec de Phoinix. 
Nul animal méchant ne se glisse en ses branches, 
Ni les serpents luisants ni les oiseaux rapaces. 
Eole alors enferme en ses outres les vents, 
De peur qu'à leur contact l'air pur ne se ternisse, 
Et qu'un nuage, au ciel, formé par le Notus, 
Ne masque le soleil et ne nuise à l'oiseau. 
Celui-ci se construit son nid ou son sépulcre. 
Car s'il meurt, c'est pour vivre, et c'est lui qui se crée. 
Il va chercher alors dans la riche forêt 
Les parfums d’Arabie et les sucs d'Assyrie, 
Ceux qui viennent de l'Inde et ceux que le Pygmée 
Cueille dans son pays et ceux de la Sabée : 
Le cinname et l'amome au souffle parfumé, 
Il les assemble avec les feuilles balsamiques ; 
La casse a l'odeur douce et l'acanthe embaumée, 
Et les larmes d'encens tombant en lourdes gouttes, 
Il les joint aux épis encore tendres du nard, 
Avec la panacée et l'essence de myrrhe. 
Il installe en ce nid son corps qui va changer, 
Et sur ce lit de vie il se livre au repos. 
Au premier rougeoiement de l'aurore naissante 
Dont les rayons rosés font pâlir les étoiles, 
Douze fois il se plonge en une onde sacrée, 
Douze fois il répand l'eau vive autour de lui. 
Il s'enlève et s'installe au sommet du grand arbre 
Qui domine à lui seul le bosquet tout entier, 
Et, tourné vers Phébus et ses aubes nouvelles, 
Il attend ses rayons et l'astre qui se lève. 
Puis, lorsque le soleil heurte le seuil splendide 
Et que point le reflet de la prime lumière, 
L'oiseau commence alors un chant religieux, 
Appelant par sa voix les nouvelles clartés. 
Ni Philomèle, ni la flûte harmonieuse 
De leurs sons cirrhéens n'égalent ses accents ; 
Ni le cygne mourant, ni les cordes sonores 
De la lyre d'Hermès ne pourraient l'imiter. 
Mais après que Phébus à lâché ses coursiers, 
Et que, toujours montant, il dévoile son disque, 
En son honneur l'oiseau par trois fois bat des ailes, 
Saluant le soleil par trois fois, il se tait. 
Ensuite, de son bec, il répand sur ses membres 
Les sucs dont les parfums embaumeront sa mort 
Parmi tant de senteurs, enfin, il rend l'esprit ; 
Sans crainte, il leur confie un si noble dépôt. 
Son corps, pourtant, ravi par une mort vitale, 
S'échauffe et sa chaleur fait jaillit une flamme. 
Un rayon de l'éther à son tour vient l'atteindre : 
Il s'embrase et bientôt il est réduit en cendres. 
Ces cendres, la nature, en les rendant humides, 
Les condense, y insuffle un germe, les féconde. 
On prétend qu'il en sort une larve sans membres 
Et que cet embryon a la couleur du lait. 
Il croît dans son sommeil pendant un temps fixé 
Puis, en se ramassant, prend la forme d'un œuf. 
Comme on voit se changer l'agreste chrysalide 
Suspendue à son fil, en un beau papillon, 
Ainsi l'oiseau reprend sa figure première 
Et, brisant son cocon, redevient le phénix. 
Il n'est point d'aliment pour lui dans notre monde ; 
Jeune, nul n'est commis au soin de le nourrir. 
Il goûte du nectar l'ondée ambrosiaque 
Que fait tomber vers lui le ciel peuplé d’étoiles. 
Tels sont, dans les parfums, les seuls mets que l'oiseau 
Absorbe en attendant son entière croissance. 
Mais quand pour lui fleurit la prime adolescence, 
Il s'envole à nouveau vers son propre pays, 
Non sans avoir formé, des restes paternels, 
Des os et de la cendre et des autres reliques, 
Un globe que d'un bec filial il enrobe 
Dans un onguent de myrrhe et de baume et d'encens. 
Dans sa serre il l'emporte en Héliopolis. 
Il l'offre sur l'autel du sanctuaire auguste. 
Il requiert les regards et les tributs de tous, 
Tant il a de splendeur, tant est grand son prestige ! 
Sa couleur écarlate est celle que l'été 
Donne en ses plus beaux jours aux grenades bien mûres, 
Celle que Flore prête aux pavots des campagnes, 
Quand, sous les deux vermeils, elle entr'ouvre sa robe. 
Tout ce rouge ennoblit sa gorge et sa poitrine 
Et recouvre sa tête et sa nuque et son dos. 
Il déploie, relevée de fauves reflets d'or, 
Une queue où rougeoient des moires empourprés. 
Iris a diapré les plumes de ses ailes 
Ainsi qu'un arc-en-ciel qui colore un nuage. 
D'un blanc étincelant aux reflets d'émeraude, 
Son bec est à la fois ivoire et diamant. 
Ses yeux sont grands, brillants comme deux améthystes, 
Dont le centre projette une flamme éclatante 
Epousant les contours de sa tête nouvelle, 
Son nimbe radié reproduit le soleil. 
La pourpre tyrienne a teint deux fois ses pattes ; 
Ses serres ont l'éclat ardent du vermillon. 
En sa figure on croit voir et celle du paon 
Et celle de l'oiseau qui vit aux bords du Phase. 
Par sa taille il égale, oiseau ou mammifère, 
L'échassier colossal des déserts d'Arabie. 
Pourtant, il n'est point lent comme ces volatiles 
Qui, lourds de leur grand corps, marchent à petits pas ; 
Mais, alerte et léger, plein de grandeur royale, 
Tel l'oiseau se présente aux regards des mortels. 
Toute l'Egypte accourt pour voir cette merveille, 
Et la foule Joyeuse acclame l'oiseau rare. 
Dans le marbre sacré l'on sculpte son image 
Et l'on grave à nouveau le jour de sa venue. 
Tous les êtres ailés forment une assemblée 
D’où l'amour du massacre et la peur sont bannis. 
Entouré de ce chœur d'oiseaux, il prend l'essor, 
Et la foule l'escorte, heureuse et recueillie. 
Mais quand ils ont atteint les plaines éthérées, 
La cohorte revient ; lui, regagne son gîte. 
Ô destin fortuné ! Ô trépas bienheureux 
Que Dieu donne à l'oiseau pour naître de soi-même ! 
Qu'il soit mâle ou femelle ou bien ni l'un ni l'autre, 
Heureux être, ignorant les liens de Vénus ! 
Sa Vénus, c'est la mort ; la mort, son seul amour ; 
Afin de pouvoir naître, il aspire à mourir 
Il est son propre fils, son héritier, son père. 
Il est tout à la fois nourricier et nourri ; 
II est lui et non lui, le même et non le même, 
Conquérant par la mort une vie éternelle.