Traduire/Translate

CHEVREUL Résumé d'une histoire de la matière (1877) - 2ème partie


Michel-Eugène Chevreul en 1808

CHAPITRE II.
GEORGE-ERNEST STAHL.
1660 –1734.
195. On ne connaîtrait pas Stahl si l'on ignorait qu'il fut précédé de Becker, et qu'on n'eût pas lu attentivement les écrits de cet alchimiste, et principalement sa Physique souterraine. Si Becker fut considéré comme un homme de génie par un assez grand nombre de ses contemporains, je rappelle que Stahl contribua, sinon à faire sa réputation, du moins à la consolider par un jugement qui l'honore, mais exagéré évidemment. Une cause a contribué à cette exagération, c'est que Stahl, à mon sens, .ne connaissant que très-imparfaitement les écrits des anciens alchimistes, s'abstint de les examiner comparativement avec ceux de Becker, fait qui n'a pas lieu de surprendre, Stahl n'ayant jamais donné dans les chimères de l'alchimie.
196. Le premier fait qui s'est présenté à ma pensée, après l'étude à laquelle j'ai soumis Becker, est l'attention donnée par Stahl à la terre inflammable de cet auteur.
L'esprit de Stahl aperçut très-bien que la doctrine des deux natures de corps simples de Becker, la nature du fluide humide, comprenant l'eau et l'air, et la nature terreuse, comprenant les terres vitrifiable, inflammable et mercurielle, pas plus que les quatre éléments et les trois principes immédiats des métaux, le soufre, le mercure et le sel des alchimistes, n'expliquaient le phénomène moléculaire ou chimique le plus ordinaire, le feu artificiel. En effet, la chose principale sur laquelle se concentrait la pensée des alchimistes était le ferment doué de l'action caractéristique de convertir une matière en sa propre nature ; le point de départ des alchimistes était la pâte levée, ferment, qu'ils voyaient tous les jours convertir la pâte de farine qu'on vient de préparer en sa propre substance, et de là, pensaient-ils, la préparation de la pierre philosophale, ferment doué de la propriété, croyaient-ils, de convertir les métaux imparfaits, le plomb, l'étain, le cuivre et le fer en métaux parfaits, l'or ou l'argent ; et nous avons vu Becker, dont la foi en l'alchimie était parfaite, considérer, d'après la logique la plus sévère, le feu comme un ferment et la combustion comme une fermentation, le combustible se changeant en feu par le fait même qu'il brûlait !
197. Il y a loin, sans doute, des idées de Becker à une théorie chimique-telle que l'imagina Stahl, en expliquant d'abord la fermentation (1697), par un simple mouvement des molécules de la matière fermentescible, et en étendant la même théorie à la combustion.
Si Je crois être dans le vrai en montrant comment Stahl fut conduit, par l'étude de la Physique souterraine, à aller de la fermentation à la combustion, montrons maintenant comment la rectitude de son esprit, l'ayant préservé des chimères de l'alchimie, l'amena, tout en passant de la fermentation à la combustion, à des idées, inexactes sans doute, mais incontestablement scientifiques, et sous ce rapport fort différentes de celles de Becker et du reste des alchimistes.
198. Des études récentes m'ont offert Becker et Stahl sous des aspects bien divers, eu égard aux actes chimiques de la fermentation et de la combustion ; en outre, l'examen du phlogistique et de la théorie de la combustion de Lavoisier m'a donné à penser que les faits détaillés de ces études exigeaient, pour être clairement compris du lecteur, et, dès lors, avoir quelque valeur, d'être précédés de généralités propres à coordonner ces détails et à mettre en évidence quelques vérités nouvelles du ressort de l'histoire de la chimie.
PREMIÈRE SECTION,
CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES PRÉLIMINAIRES.
§1. 
A. Un point de l'histoire de la. matière qu'il ne faut pas perdre de vue, c'est que, depuis Geber jusque Becker inclusivement, l'alchimie fut stationnaire,. lorsqu'on en suit le développement jusqu'au théorie où la science des actions moléculaires au contact apparent, la chimie ; se montre au comble de la théorie et de la  pratique.
Effectivement, si Becker reproche à ses prédécesseurs leur impuissance à retirer leurs éléments des mixtes que ces éléments constituent, et de plus, le soufre, le mercure et le sel d'aucun des métaux qui en sont censés formés, Becker est passible du même reproche quand il s'agit de retirer d'aucun des métaux la terre vitrifiable, la terre inflammable et la terre mercurielle que Becker considère comme en étant les éléments.
Stahl ne fut point alchimiste  ; malgré son mérite incontestable d'avoir cherché à fonder une théorie sur la production artificielle du feu, le phlogistique, il ne créa qu'une hypothèse tout à fait conforme à son origine  ; et, en effet, à l'exemple de ses prédécesseurs, la simple observation lui paraissant suffisante dans l'interprétation des faits, explicitement il renonça au contrôle expérimental.
En. définitive :
Analyse et synthèse chimiques, nulles chez Tes alchimistes, Becker et Stahl.
Analyse et synthèse mentales, seules pratiquées par eux.
Résultat final :
Erreur, conséquence du vice de logique appelé pétition de principe.
§ II.
B. Des propositions, des observations, des objections, à diverses époques, s'élevèrent contre l'alchimie ; mais ce ne fut qu'à partir de 1717 que Newton signala une attraction moléculaire agissant au contact apparent des particules matérielles, atomes ou molécules, formant des agrégats lorsque les molécules étaient d'une même nature, simple ou composée, Y attraction alors était qualifiée de cohésion ; ou formant des combinaisons, lorsque les molécules unies étaient de nature différente  ; l'attraction en ce cas était qualifiée d'affinité. Empressons-nous d'ajouter qu'en 1718, Étienne-François Geoffroy fît connaître l'affinité élective. Black, en 1767 et 1766, fit des découvertes importantes sur la chaleur latente et les alcalis carbonates. Enfin, Bergmann, Scheele, Priestley et Henri Cavendish, tout en admettant le phlogistique, enrichirent la science de découvertes capitales, qui contribuèrent beaucoup à la formation de la première théorie chimique que Lavoisier devait fonder.
En définitive, grâce à la grande pensée de Newton, un pas immense fut fait relativement aux causes motrices des particules matérielles. Celles-ci cessèrent d'être uniquement mises en mouvement par des forces mécaniques agissant de l'extérieur, ou par des forces imaginaires agissant à l'intérieur, comme celles dont Aristote avait parlé.
On verra que Stahl a envisagé la mécanique chimique en cartésien, tandis que Lavoisier l'envisagera en newtonien.
DEUXIÈME SECTION.
CONSIDÉRATIONS SUR DES POINTS SPÉCIAUX.
§ I
Des éléments et des corps complexes selon Stahl.
199. Becker, à mon sens, le dernier des alchimistes dont les écrits aient une valeur réelle, a été l'occasion pour Stahl, incrédule en alchimie, de fonder l'hypothèse du phlogistique qualifiée souvent de première théorie chimique. Pour que le lecteur comprenne comment la terre inflammable, élément de la nouvelle alchimie de Becker, est devenue le phlogistique, il est nécessaire d'entrer dans quelques détails relatifs à des propositions qui appartiennent essentiellement aux connaissances alchimiques, et qu'il faut connaître avant d'exposer la grande œuvre de Lavoisier, si l'on veut en apprécier toute la grandeur.
200. Stahl avait adopté en principe la distinction de plusieurs ordres de composés, après avoir reconnu des corps simples qu'il considérait comme principes ou éléments. Il admettait avec Becker quatre ordres de composés :
Ier ordre. Les mixtes  ; des éléments unis ensemble :
2e ordre. Les composés proprement dits  ; mixtes unis ensemble ou avec un élément :
3e ordre. Les décomposés ; composé uni avec un mixte
4e ordre. Les surdécomposés  ; un décomposé uni avec un corps quelconque.
Il est vrai qu'à l'exemple de Becker, Stahl n'a fait aucune application scientifique précise de ces distinctions aux corps qu'il considérait comme complexes, et, pas plus que lui, il n'en donna le motif ; maïs on le trouve si l'on se rappelle les paroles de Geber que j'ai citées plus haut relativement à l'opinion des alchimistes pour qui le soufre, le mercure, et le sel (remplaçant l'arsenic de Geber) étaient formés, chacun, des quatre éléments, et tous les trois entrant dans la composition des métaux, manière de voir qui, dans le langage moderne, revient à dire qu'ils en étaient les principes immédiats, ainsi que je l'ai dit plusieurs fois. Geber ajoute, pour prévenir probablement la question de ceux qui demanderaient la preuve que' les quatre éléments entrent dans la composition du soufre, du mercure et du sel, qu'il y a impossibilité d'en séparer les quatre éléments, par la, raison que ceux-ci y sont mêlés par leurs parties les plus ténues (152).
Voilà l'aveu explicite de l'impuissance de l'analyse alchimique et la preuve que les alchimistes mettaient leur hypothèse principale en dehors de tout contrôle expérimental, conformément au principe de l'A priori le plus absolu.
201. Et des siècles après Geber, Stahl, en parlant des corps simples, des éléments, reconnaissant que la nature ne nous les offre point à l'état de pureté, isolés de tout autre corps, au lieu d'insister sur là nécessité de les bien connaître en les isolant de toute matière étrangère à leur nature, se contenta d'avoir reconnu l'impuissance de l'analyse chimique, pour arriver ensuite à la conclusion, qu'en réalité ils peuvent être conçus comme distincts par la pensée  ; conclusion émanée du même esprit que la proposition précédente.
202. Mais, si Stahl avait reconnu l'impuissance de l'analyse chimique de son temps, s'il avait reconnu l'impossibilité rappliquer la distinction des quatre ordres de composés de Becker, tout après l'avoir adoptée, il garda le silence sur l'idée qu'Avait publiée Newton en 1717, relative à l'attraction moléculaire au contact apparent., force à laquelle l'illustre savant anglais ramenait, et la cohésion des particules homogènes, et l'union des particules de nature diverse constituant un composé chimique : idée fortifiée l'année suivante (1718) par une table de rapports que publia Étienne-François Geoffroy. Certes, si Stahl eût fixé son attention sur ces écrits, il n'eût pas persévéré dans l'assimilation de la combustion à la fermentation, en Les considérant toutes les deux indistinctement comme des simplifications d'une matière composée produite par un pur mouvement mécanique dont la cause était externe  ; et Stahl, après avoir .dit instrumentum chymiae est motus, aurait cherché à voir .en quoi .consistait le repos qui succédait .au mouvement, soit que  ;ce mouvement donnât lieu à .une analyse., à des corps séparés, soit qu'il donnât lieu à une syinthese, .à un corps composé. Qu'il en eût été ainsi, Stahl aurait été conduit à la distinction que j'ai faite dans les actions chimiques de phénomènes passagers .et de phénomènes permanents y les premiers portent sur l'émission de la lumière., la chaleur, l'électricité, le .changement de volume la détonation, le froid, etc., et les seconds sur les propriétés des corps séparés ou combinés, comparées aux propriétés .que les corps présentaient avant l'action.
Voilà un exposé exact de faits coordonnés au point de vue historique  ; interprétons-les conformément aux principes critiques du ressort de la méthode a posteriori expérimentale.
203. Les alchimistes admettaient sans peine les quatre éléments dans tous les corps composés, mais leur attention se fixait incontestablement sur les métaux, de préférence à tous autres corps. Si en réalité les quatre éléments correspondaient aux quatre états d'agrégation moléculaire, leur théorie de la transmutation exigeait des rapports d'intimité plus grande entre les métaux qu'entre tous les autres corps non métalliques  ; de là l'idée de considérer le soufre, le mercure, le sel, comme des mixtes formés chacun de quatre éléments, et constituant à leur tour les métaux.
Ne perdons pas de vue que, dans l'impuissance où ils étaient de recourir à l'analyse chimique telle que nous la connaissons aujourd'hui, ils pensaient-être dans le vrai dès que leur attention s'était fixée sur une propriété ; de cette propriété qu'ils avaient observée dans un corps qui la manifestait au plus haut degré, ils concluaient la présence de ce corps dans toute matière qui la leur présentait.
a) Or, l'éclat et l'opacité, de tout temps, ont passé pour des propriétés caractéristiques des métaux. De là le rôle attribué au mercure par les alchimistes, et sa densité, le rapprochant de l'or, le métal par excellence, venait à l'appui de son excellence comme principe immédiat des métaux. Enfin son éclat, son opacité, cette liquidité qu'il possède dans une si grande étendue de l'échelle thermométrique, était encore un argument en faveur de sa présence dans les métaux que le feu liquéfiait.
b) Le soufre depuis longtemps avait attiré l'attention par sa combustibilité et sa volatilité  ; de là l'expression si ancienne de rapporter toute combustibilité au principe sulfureux, et cette manière de voir est reproduite dans les écrits de Becker, puisqu'il considère les expressions de principe sulfureux et de principe inflammable comme synonymes.
Mais le soufre avait bien une autre importance pour l'alchimiste : c'était sa couleur jaune, rappelant celle de l'or, du métal parfait, tandis qu'une extrême blancheur rappelait et le mercure et l'argent. Le soufre devait donc à sa couleur une puissance teignante qu'il ne partageait ni avec le mercure ni avec le sel, les deux autres principes immédiats des métaux.
c) Geber avait considéré l'arsenic comme le troisième principe immédiat des métaux, et cela surtout à cause de plusieurs propriétés analogues à celles du soufre. Mais n'oublions pas que la chimie de Geber consistait principalement dans les opérations du ressort de la voie sèche.
204. Il n'est donc point étonnant qu'au XVIe siècle, où les opérations chimiques du ressort de la voie humide étaient si fréquentes, où les corps sapides, solubles dans l'eau, d'une densité moyenne, avaient attiré l'attention, il n'est donc point étonnant, dis-je, que les alchimistes fussent conduits, surtout par les écrits d'Isaac le Hollandais et ceux qui portent le nom de Basile Valentin, à considérer le sel comme un principe immédiat des métaux qui devait remplacer L'arsenic.
L'homme qui contribua le plus, incontestablement, à donner au sel l'importance dont il a joui à partir d'Isaac le Hollandais et de Basile Valentin, est Paracelse, cet homme si habile pour appeler et fixer l'attention publique sur sa personne et ses écrits. Et n'oublions pas l'importance qu'il donnait à la quinte-essence de Raymond Lulle et de Rupescissa, en même temps qu'il appelait l'attention sur le sel, et qu'il introduisait dans la science le flegme et le caput mortuum, conséquence du but qu'il voulait atteindre en s'occupant des êtres vivants au point de vue de la médecine.
De nouvelles considérations et des détails historiques sur Stahl et sa doctrine sont d'une nécessité absolue pour apprécier au fond la grande différence qui sépare l'hypothèse du phlogistique de la découverte de la théorie de la combustion de Lavoisier.
205. Autant que je puis en juger par les éditions diverses des ouvrages de Stahl que j'ai consultées, s'il avait adopté d'abord sans changement la distinction des éléments de la matière de Becker, répartis en deux natures, la nature du fluide humide comprenant l'eau et l'air, la nature terreuse, comprenant la terre vitrifiable, la terre inflammable et la terre mercurielle, le temps modifia ses idées quant à la nature des éléments, comme on peut le voir, si l'on compare la zymotechnia fundamentalis, édition de 1710, avec les fundamenta chymiae de 1782.
Le nombre des éléments s'est accru, et la prépondérance des idées physiques sur les idées chimiques, qui, dès l'origine, distinguait ses opinions de celles de Becker, s'est prononcée davantage par les réflexions des dernières années de sa vie.
 Dans les actions moléculaires du domaine de la chimie, les phénomènes qui l'occupent le plus sont ceux que j'ai appelés passagers, afin de les distinguer de ceux que j'appelle permanents (202). Les premiers s'accomplissent pendant l'action, ce sont les changements de température, de volume, etc. ; les seconds se constatent après l'action, en comparant alors les propriétés des corps à celles qu'ils avaient avant l'action, soit qu'ils proviennent d'une analyse, soit qu'ils proviennent d'une combinaison, et c'est le cas le plus important. Or, toutes les personnes qui connaissent ma distribution des sciences du domaine de la philosophie naturelle verront que l'étude des premiers phénomènes est particulièrement l'objet de la physique, tandis que l'étude des seconds appartient essentiellement à la chimie.
§ II De l'éther et de l'eau pour Stahl.
206. C'est la pente des idées précédentes qui évidemment l'a conduit à admettre en dernier lieu deux fluides : l'éther (corps impondérable) et l'eau (corps pondérable).
I. Éther.
Il le considère comme le plus fluide et le plus actif des éléments.
Est-il en repos ? c'est le froid.
Est-il en mouvement modéré ? c'est la chaleur. Si le mouvement a une certaine vivacité et qu'il soit rectiligne, c'est la lumière.
II est l'intermédiaire de la chaleur et de la lumière que , nous rapportons au soleil, astre doué au plus haut degré de la faculté de le mettre en mouvement.
Stahl considère l'éther comme la partie la plus pure de l'atmosphère. La partie impure se compose de la vapeur d'eau et de toutes les exhalaisons du globe terrestre  ; et cette partie impure comprend des parties solides ou poussières excessivement divisées, parmi lesquelles Stahl reconnaît explicitement le phlogistique ; mais, s'il s'y trouve en mouvement, il ne produit que de la chaleur.
La constitution qu'il attribue à l'atmosphère, dans les derniers temps de sa vie, montre que l'âge, loin de l'avoir rapproché d'une théorie de la combustion fondée sur une combinaison de l'air ou d'une de ses parties seulement avec le combustible, l'en éloignait pour ainsi dire à toujours, puisqu'on définitive il refusait à l'air, ou plutôt à l'atmosphère, la propriété de s'unir à aucun corps, opinion déjà émise par van Helmont (108).
Il eût été désirable que Stahl se fût expliqué plus clairement relativement à l'élasticité qu'il reconnaît à l'air, à la vapeur de mercure et à la vapeur d'eau ; mais, quand on lit ses derniers ouvrages, on ne s'explique pas clairement le rôle précis et distinct qu'il attribue d'une part à l'air considéré indépendamment de l'éther, surtout quand, le considérant comme le plus subtil des fluides, il admet qu'il entre dans la composition des corps, tandis que l'air, moins subtil et moins actif, ne s'y combine pas, comme je le dirai dans un instant.
Stahl, après avoir parlé de l'éther et avoir amoindri beaucoup l'importance qu'il avait attribuée à l'air comme moteur dans la fermentation et dans la combustion, parle de l'eau, son second fluide.
II. Eau.
Elle est le médium et le véhicule de l'élément le plus inférieur, le plus dense, la terre, et de l'élément le plus éthéré, le céleste. Elle est le lien d'union et de conjonction de tous les éléments  ; il va jusqu'à dire qu'elle est la matière de tous les corps.
Stahl lui accorde donc une extrême importance dans la mixtion, en d'autres termes, dans la combinaison chimique. Elle entre, dit-il, dans la combinaison de tous les corps  ; il cite la Genèse, Thalès de Milet et van Helmont. Mais, en citant ce dernier, il est loin de refuser toute activité à l'eau dans les actions moléculaires ; il est muet sur sa conjonction avec les diverses archées qui, selon van Helmont, constitue la diversité de nos espèces chimiques (109).
Il lui accorde au contraire une extrême influence comme force élastique, expansive, quand elle se réduit en vapeur ; s'il considère le phlogistique en mouvement comme le feu, ensemble de chaleur et de lumière, c'est à l'expansion de la vapeur d'eau qu'il attribue la flamme lorsque celle-ci disperse les particules déliées du phlogistique dans l'espace.
Stahl, après avoir compté l'éther et l'eau comme deux éléments, et distingué quatre éléments terreux : la terre vitrifiable, la terre calcaire, la terre saline-vitrifiable, et enfin la terre inflammable ou le phlogistique, dit que les mixtes, objets de la chimie, sont formés de terre, d'eau et d'ÉTHER, et que d'eux émergent les principes principiés ou concrets qui concourent à la composition des corps. Stahl, tout en en comptant trois avec les alchimistes, le soufre, le sel et le mercure, distingue explicitement celui-ci des deux premiers par cette phrase : « Mercurius spectat vel ad setherem vel ad ipsam aquam. » II est entendu qu'il ne compte plus, avec Becker, la terre mercurielle parmi les éléments.
§ III.
Du phlogistique de Stahl et de la combustion selon, lui.
207. La combustion, pour Stahl, étant une analyse, la séparation totale ou partielle du phlogistique, le produit de la combustion était dès lors pour lui moins complexe que le corps brûlé ; dans sa pensée, le silicium, le calcium et le combustible dont la combustion produisait là terre qu'il nommait saline-vitrifiable, devaient être des composés de ces corps incombustibles, silice, chaux et terre vitrifiable-saline avec lé phlogistique ; et à ces Corps, qu'il comptait comme Corps simples déphlogistiqués, il fallait ajouter les peroxydes de tous les métaux et de tous les corps considérés aujourd'hui comme simples.
Cette conséquence de l'hypothèse du phlogistique était celle que beaucoup de phlogisticièns n'ont pas comprise, ou du moins exprimée : c'est qu'il devait y avoir autant d'éléments que de combustibles, appelés aujourd'hui métalloïdes & métaux, qui auraient été dépouillés par la combustion de la totalité de leur phlogistique.
Je ne puis trop insister sur cette opinion de Stahl, pour qui la combustion est la simplification d'une matière complexe formée de phlogistique et d'une matière incombustible quand elle en a été entièrement dépouillée. Comment concevoir avec Stahl que la lumière et la chaleur, phénomènes purement mécaniques dus au mouvement imprimé m. phlogistique par l'éther ou l'air, comment concevoir, dis-je, qu'il n'existe qu'un phlogistique lorsque nous voyons tous les corps qui conservent l'état solide ou liquide, comme la brique, par exemple, devenir incandescents dans un foyer?
Évidemment la terre inflammable, imaginée par Becker pour devenir l'aliment du feu qui le transforme, en sa qualité de ferment, en sa propre substance, est bien plus compréhensible.
§ IV.
De la fermentation et de la part que Stahl attribue a l'éther dans le phénomène.
208. Voilà, je crois, une interprétation des opinions de Stahl, aussi exacte que le permet la clarté de ses écrits, qui est loin d'être parfaite quand il s'agit d'écrits postérieurs destinés à ajouter quelque chose aux écrits antérieurs, et surtout encore quand il s'agit d'opinions nouvelles apportant quelques modifications à des idées anciennes  ; c'est alors qu'une critique consciencieuse est difficile. Quoi qu'il en soit, à mon sens, rien de plus intéressant dans l'étude biographique des hommes de génie dont l'invention porte sur une hypothèse sinon absolue, du moins eu égard à un nombre plus ou moins grand d'idées nouvelles, que de suivre les modifications que le temps apporte à leurs idées premières. Ainsi la grande préoccupation de Stahl n'est pas la combinaison des corps, mais l'observation des corps qui, agissant les uns sur les autres, développent des forces ; or, comme il n'a point fixé son attention sur les idées de Newton et d'Étienne-François Geoffroy relatives aux forces qui tiennent unis les particules, les molécules, les atomes de la matière, ce n'est point dans l'affinité élective qu'il cherchera une force douée de quelque influence dans les changements d'équilibre capables de modifier la constitution des corps dans des circonstances données. Il cherchera uniquement les causes des désunions, des décompositions, et il .s'occupera uniquement des forces qui mettent les molécules en mouvement. Sous ce rapport, rien de plus curieux que le rôle qu'il fait jouer à l'éther dans la fermentation ; mais, avant de parler de la manière de le considérer, ne perdons pas de vue les opinions de Stahl et de Becker sur la combustion afin de parler encore de la fermentation. Si Becker d'abord,  et Stahl ensuite, furent conduits à rapprocher la fermentation de la combustion, la différence était grande dans l'interprétation de chacun d'eux de ces actes moléculaires, comme nous venons de le rappeler.
Pour Becker, la transmutation d'un métal imparfait en métal parfait, comme la combustion, était l'acte en vertu duquel un corps appelé ferment en convertissait un autre en sa propre matière, soit un métal imparfait, soit un combustible.
Stahl, n'admettant point la réalité de la transmutation, expliquait la fermentation de la pâte et la fermentation des substances sucrées d'une manière toute physique, à savoir par un mouvement moléculaire, en vertu duquel une matière complexe se simplifiait en se réduisant en des corps moins complexes qu'elle.
Or, précisément, c'est ce mouvement moléculaire, en vertu duquel se produisait la fermentation, que l'éther déterminait. Plus ténu, plus mobile, plus actif que l'air, il est pourtant, selon lui, considéré comme un élément des corps  ; et lorsqu'il s'agit de la fermentation, l'éther agit du dehors sur l'éther que contient la matière fermentescible en vertu d'une sorte de viscosité. Avant de faire intervenir l'éther dans la fermentation, il avait auparavant attribué un rôle analogue à l'air atmosphérique, et c'est plus tard qu'il parla, de l'éther de l'atmosphère agissant sur l'éther emprisonné dans le liquide fermentescible par une sorte de viscosité. Effectivement, Stahl avait commencé par admettre qu'aucune liqueur homogène n'était susceptible de fermenter  ; qu'elle devait être composée de particules salines, huileuses et terreuses, auxquelles il ajoute plus tard des particules acides et sulfureuses, et il attribue en outre les premiers mouvements à la ressemblance des parties. C'est sans doute le principe des semblables, mis si souvent en avant par Platon, qui le conduisit, l'éther une fois admis, à le reconnaître dans les liqueurs fermentescibles : « Motor autem principalis aether  est in particulis illis concentratus, subque harum viscosa  textura latitans, qui adjutus setheris motu calido externe  sese expandit, et claustra illa, quibus innexus fuerat,  perrumpere tentat (41)... »Enfin n'est-il pas remarquable que Stahl, au-dessus des chimères alchimiques, ait poussé si loin l'idée de la subtilité de la matière pour dire (42) : « Siquidem ipse lapis  sic dictus philosophorum nihil aliud est quam aurum  fermentatione metallica velut in spirifcum maxime agilém.  et penetrantem redactum. Quod tamen hujus loci non est démons trare. »Toujours le mouvement le choc et pénétration ! N'est-ce pas là un des exemples les plus clairs du retour d'un esprit supérieur sur des opinions qui n'ont jamais été les siennes  ; mais dans les méditations où il se complaît une occasion se présente, l'idée qui l'occupe a quelque. analogie avec telle autre qui n'a jamais été sienne, et l'association des deux idées, ainsi faite, s'exprime au grand étonnement de ceux qui ne voient qu'une inconséquence dont la cause leur échappe. 209. En disant plus haut (186) que Becker avait considéré le feu comme un ferment, et la combustion d'une chandelle comme une fermentation, j'ai émis la conjecture que ce rapprochement entre la combustion et la fermentation avait pu exercer quelque influence sur Stahl qui, à la fin du XVIIe siècle, avait publié un long travail sur la fermentation des liquides sucrés. On n'ignore pas que c'est postérieurement à ce travail qu'il examina la combustion et qu'il crut l'avoir expliquée en empruntant à Becker sa terre inflammable, qu'il appela phlogistique. Ma conjecture peut être vraie, mais ce serait se tromper étrangement si on me supposait l'intention d'établir la moindre analogie entre la manière de voir de Becker et celle de Stahl  ; loin de là : voici l'analogie : la combustion est pour le premier une fermentation, et le second admet une grande analogie entre la combustion et la fermentation mais cette analogie est toute différente de la manière dont Becker envisage les deux actes chimiques.
Évidemment Becker, appliquant l'hypothèse alchimique du ferment au feu et à la combustion, était plus près de la vérité que Stahl  ; car l'assimilation du combustible au feu n'était point en contradiction évidente avec la synthèse: tandis que pour Stahl, qui n'était point alchimiste, si la fermentation d'une liqueur sucrée présentait bien un cas de simplification dénature dans le corps complexe fermentescible, par là même c'était une erreur manifeste que de l'assimiler sl la. combustion, puisqu'il est démontré, grâce à Lavoisier, que cet acte chimique est une combinaison, une synthèse, et non, comme le croyait Stahl, une analyse, la séparation d'un prétendu corps, le phlogistique, d'avec une matière incombustible, matière simple quand elle avait perdu tout son phlogistique (203).
TROISIÈME SECTION.
RÉFLEXIONS SUR LA FERMENTATION.
210. Après avoir lu et relu les chapitres relatifs à Becker et à Stahl tels qu'ils sont rédigés, il m'a semblé qu'il manquait quelque chose à la parfaite clarté de quelques idées qui y sont exprimées, et que la lacune tenait au silence que j'ai gardé sur les sens si divers du mot fermentation ; sens qui, s'il est le même pour les anciens alchimistes et Becker, auteur de la nouvelle alchimie, est si différent pour Stahl et pour de nombreux savants qui s'en sont servis sans le définir, et cette diversité s'explique par l'analyse mentale, appliquée à la diversité des phénomènes ou des faits que peut comprendre le mot fermentation dont on a usé dans des cas fort divers comme s'il exprimait une seule idée. C'est avec bonheur, je l'avoue, que, profitant d'une nouvelle occasion de recourir à l'analyse et à la synthèse mentales, j'en parlerai avant tout avec l'intention de mettre en évidence une différence entre les opinions de Becker et de Stahl sur deux actes chimiques, la fermentation et la combustion, qui, jusqu'ici, n'a pas été signalée comme elle doit l'être quand il s'agit de prévenir toutes les objections.
§ I
Différence des opinions de Becker et de Stahl sur la fermentation et la combustion.
A. Un ferment, pour les anciens alchimistes et pour Becker, était un agent doué de la faculté de transmuer en sa propre substance une matière dite fermentescible. Ils citaient à l'appui de cette définition, et pour donner à tous une idée de leur prétendue science, l'alchimie, la préparation du pain, exemple on ne peut mieux choisi à une époque où il était préparé dans tous les ménages. Ainsi, disaient-ils, on prend du levain de pâte, c'est-à-dire de la pâte de farine de froment déjà levée, on la malaxe avec de la farine de froment et de l'eau, de manière à en former une pâte homogène, et ce mélange est levé au bout de quelques heures, tandis que la pâte sans levain, abandonnée à elle-même, ne l'eût été qu'au bout de quelques jours. Ils ajoutaient : Nous appelons pierre philosophale une préparation qui, vrai ferment, change les métaux vils en sa propre substance, qui tient une faible quantité d'or ou d'argent auquel l'art alchimique a donné la faculté de transmuer, soit en or, soit en argent, les métaux communs. Dans le deuxième tableau de l'atlas de ce résumé, on lit plusieurs noms d'alchimistes les plus distingués, assurant que la confection de la pierre philosophale consiste à donner la vie à l'or ou à l'argent qu'on a introduit à l'état mort dans la matière propre à constituer la pierre.
B. Il est visible que, conformément à l'idée que je viens de développer, rien n'était mieux raisonné que la qualification de ferment, donnée par Becker au feu, et de fermentation à la combustion d'une chandelle, car il n'y a pas d'objection possible à cette conclusion : la matière combustible n'entretient le feu qu'en se changeant elle-même en feu ; il est entendu que je suppose ï'alchimie une vérité.
C. Stahl n'était pas alchimiste ; la fermentation à laquelle il se livra au commencement de sa carrière n'était pas panification, mais la fermentation vineuse, dont la matière fermentescible est le sucre. Or le sucre se réduisant, comme on le sait aujourd'hui, pour la plus grande partie en alcool, en acide carbonique, et, comme M. Pasteur nous l'a appris dans ces derniers temps, en acide succinique et en glycérine, et aucun de ces produits n'étant doué de la propriété de faire fermenter le sucre, on ne peut dire que le produit de la fermentation vineuse soif identique au ferment cause de cette fermentation. Évidemment, pour un véritable alchimiste, la fermentation vineuse est donc fort différente de la fermentation panaire,
Stahl, étranger à l'alchimie, et, comme médecin, beaucoup plus porté à l'observation et à la spéculation qu'à l'expérience, était plus disposé par là même à envisager les phénomènes moléculaires au point de vue physique qu'au point de vue chimique, et .dès lors plus disposé à suivre les vues de Descartes que celles qui avaient été suivies, en 1717, par Newton, sur la force attractive .des molécules des corps au contact apparent.
II.
Trouble porté dans les esprits par la complication des faits divers compris dans la fermentation alcoolique des liquides sucrés.
D. L'histoire d'une des branches de la philosophie naturelle n'a d'importance pour les progrès de l'histoire de l'esprit humain qu'à la condition que les faits offerts à l'historien auront été par lui réduits, sinon à l'état de simplicité, du moins à l'état de moindre complexité permis par l'ensemble des connaissances humaines de l'époque où vit l'historien.
Or, la connaissance du monde de van Helmont, telle que l'offrent ses opinions, à savoir ses archées, son ferment immortel, ses ferments altérables, quoique précédant Becker et Stahl, ne peuvent donner lieu qu'à des interprétations dénuées de toute certitude, et c'est la raison pour laquelle nous nous en sommes abstenu de toute critique détaillée.
E. Il en est tout autrement d'une fermentation matérielle produite dans des circonstances déterminées, facile à reproduire en tout temps et en tous lieux, et susceptible d'être observée dans la succession du phénomène qu'elle présente jusqu'à ce qu'elle soit accomplie.
Dans de telles circonstances, l'analyse mentale peut simplifier des faits et soumettre chacun d'eux à des expériences propres à conduire l'historien critique à savoir s'il est dans la voie qui conduit à la vérité.
F. Observons, par exemple, la fermentation d'un liquide sucré, et les phénomènes suivants se manifesteront.
a) Il est limpide, sauf la levure nécessaire à la fermentation.
De fines bulles se produisent ; elles grossissent, gagnent la surface du liquide et se dégagent de son sein. Elles rappellent l'ébullition de l'eau placée sur le feu. Des bulles adhérentes à des parcelles de levure la soulevant, puis s'en détachant à la surface du liquide, les particules tombent au fond du liquide.
Quoique la température du lieu où le liquide fermente n'excède pas 18 à 25 degrés, sa température s'élève. Si un thermomètre plongé dans le liquide n'indique pas son échauffement et que la masse soit suffisante, le toucher de la masse suffira pour rendre l'échauffement évident.
Peu à peu, les bulles de gaz diminuent, la température du liquide s'abaisse, des parties solides de levure venant d'être soulevées par le gaz carbonique se précipitent au fond du vase, et enfin tout arrive à l'état primitif de repos.
Voilà les phénomènes passagers.
b) Passons aux phénomènes permanents.
Le liquide, de sucré qu'il était au goût, est devenu vineux et très-légèrement acidulé.
Il retient une partie d'un gaz qui est de l'acide carbonique identique à celui qui s'est dégagé du liquide et qu'on a pu recueillir dans des cloches.
Il contient en outre l'alcool, qu'on peut en retirer par la distillation  ; c'était la quinte-essence de Raymond Lulle.
Enfin le résidu de la distillation du vin est de l'eau, du bitartrate de potasse, du tartrate de chaux, une matière azotée plus ou moins colorée, etc.
c) Les conséquences sont faciles à déduire des faits, ou phénomènes, tels que l'analyse mentale les présente, soit qu'on les envisage comme simplement passagers ou comme permanents.
Ainsi, sans feu, vous observez une ébullition dans un liquide, ou une effervescence, dégagement d'un gaz.
Sans feu, vous observez un liquide qui s'échauffe spontanément.
Un liquide éprouve des changements de propriétés, de saveur, d'odeur, etc., etc.
Eh bien, ces phénomènes, observés par des personnes étrangères à l'analyse mentale, sont confondus ensemble  ; il suffit qu'un seul de ces phénomènes éveille l'attention d'un observateur vulgaire, pour qu'il en trouve la cause dans la fermentation, et, afin de justifier ma proposition, je renverrai le lecteur à un ouvrage publié en 1681 par un docteur en médecine, Jean Pascal, sous le titre de :
La nouvelle découverte, et les admirables effets du ferment dans le corps humain, expliquez par des raisonnements très-solides.
Il y verra tous les phénomènes de la vie ramenés à des ferments.
Il est un second livre qui parut en 1708, à Rouen, sous le titre de : Réflexions sur la fermentation, sur la nature du feu, fondées sur des expériences nouvelles, par M. Bouvière, maître apoticaire.
G. Après avoir rappelé que Descartes a distingué la matière, relativement à son état de division, en matière subtile ou éthérée, en matière globuleuse et en matière rameuse, après avoir rappelé les quatre éléments des chimistes, Rouvière distingue quatre sortes de fermentation :
 1° Avec effervescence et chaleur, esprit de nitre, sous-carbonate de potasse, huile vitriol                      
2° Sans effervescence avec chaleur, eau

3° Avec feu et flamme, esprit de nitre, huile de girofle, huile de vitriol.
 4º Froide (effervescence vive), sel ammoniac.
Mais ce qui m'intéresse dans l'ouvrage de Rouvière, c'est l'explication qu'il donne du froid produit par le mélange de six. parties d'huile de vitriol avec une partie de chlorhydrate d'ammoniaque, tandis que les trois premières fermentations produisent de la chaleur.
Rouvière attribue la chaleur au mouvement circulaire de la matière subtile renfermée dans les pores d'une matière dont les parties sont plus ou moins adhérentes les unes aux autres, et qui, gênant ainsi direction rectiligne de la matière subtile, en obligent les parties à pirouetter sur leur axe, c'est-à-dire à prendre le mouvement circulaire, cause de la chaleur. L'idée de ce mouvement circulaire n'a-t-elle pas été puisée à la même source que le mouvement verti-cillaire du phlogistique de Stahl, cause de la lumière dans les actions chimiques ?
Maintenant, comment explique-t-il le froid produit par le mélange de six parties d'huile de vitriol et une de chlorhydrate d'ammoniaque? La cohésion étant nulle ou à peu près, la matière éthérée se meut en ligne droite et produit un froid analogue à l'air froid qui se meut dans le même sens.
Si ces explications ne sont pas moins que des pétitions de principe, il ne m'en semble pas moins très-probable que Stahl, Rouvière, inspirés des mêmes écrits, ceux de Descartes, ont été conduits à des explications exclusivement mécaniques.
Après ces considérations, rien de plus satisfaisant au point de vue de la clarté et de la précision des idées que le résumé offert aux yeux par le tableau 5 de l'atlas.
L'hypothèse du phlogistique y est exposée à la partie supérieure, et la théorie de la combustion de Lavoisier au-dessous.
Toutes les deux présentent (a) les phénomènes passagers, (6) les phénomènes permanents.
Je regarde cette distinction comme fondamentale, et c'est pour la rendre accessible à tous les esprits que j'ai cru utile d'aider l'intelligence au moyen des linéaments que la planche présente aux yeux.
Cette distinction des deux genres de phénomènes m'a servi cette année (1877) à faire comprendre l'extrême différence existant entre l'espèce chimique et l'espèce vivante, végétale ou animale ; je m'en suis servi avec bonheur pour montrer à tous combien Georges Cuvier avait raison lors-qu'en 1824, après avoir lu le chapitre de mes considérations sur le mot espèce, employé dans les branches diverses des sciences naturelles, il m'avait fait exprimer, par l'intermédiaire de son frère, M. Frédéric Cuvier, l'utilité qu'il y aurait pour la clarté des idées de réserver exclusivement le mot espèce aux êtres vivants.
§ III.
Quelques considérations historiques relatives à la manière dont on a envisagé, à diverses époques, la matière eu égard à la fermentation.
H. Il a été tant de fois question du mot fermentation dans cet ouvrage, et il est si souvent usité dans l'état actuel de beaucoup de connaissances, qu'il ne paraîtra pas inconvenant que, au terme de ma tâche, j'expose un résumé des sens divers qu'on lui a attribués depuis que les alchimistes en ont fait la base de leur prétendue science. Ce résumé est l'exposé des sens divers qu'on lui a attribués en se plaçant au point de vue de la chimie. Je distinguerai trois époques que me suscite l'ordre des matières de cet opuscule :
époque, antérieure à l'alchimie  ;         
2e époque, contemporaine à l'alchimie, en commençant à Geber et finissant à Becker et Stahl  ;
3e époque, contemporaine, commençant avec la théorie de la combustion de Lavoisier.
première epoque. – Antérieure à l'alchimie.
I. Je me garderai bien de faire un reproche aux philosophes grecs d'avoir attaché si peu d'importance à la connaissance des attributs de la matière. Dans leur ignorance de la science physico-chimique, et avec leur grand esprit réduit à la simple observation des effets ou phénomènes du monde, dans l'étude de la nature ils ne purent faire que ce qu'ils ont fait, une matière inerte dont le mouvement ne lui venait que du dehors par pression ou par choc, ou d'une substance interne d'origine divine.
Certainement ils connaissaient des phénomènes que des matières d'origine organique privées de vie leur présentaient, par exemple celui de la fermentation  ; ils connaissaient le ferment (ZYMH), cause motrice de la pâte de froment qu'on veut faire lever ; mais cette observation resta sans conséquence jusqu'à la seconde époque.
deuxième époque. – Alchimie.
J.- J'ai montré comment Y intérêt de la richesse imagina Val-chimie, et comment, quelques siècles après, elle s'étendit à la préparation des remèdes, des médecines, des élixirs, des arcanes, afin de venir en aide aux infirmités humaines. Évidemment ce fut la circonstance qui fixa l'attention des hommes sur une catégorie de phénomènes, dont la recherché des causes devait aboutir un jour à la science des actions moléculaires au contact apparent  ; la conséquence de ces faits, bien simples au point de vue de leur rapprochement, nous montre donc, sans hypothèse, l'importance des idées attachées aux mots ferment et fermentation. Mais plus grande est cette importance, et plus grande est la nécessité de définir ces mots primitifs, auxquels tant de considérations de tous genres se rattachent dans un temps donné, et auxquels tant d'autres se rattacheront plus tard. Or, comme je l'ai dit, ici l'analyse et la synthèse mentales interviennent en faveur du véritable progrès de l'esprit humain.
La première condition à remplir pour ne pas le compromettre, est de définir le sens des mots. Or, que nous a appris tout ce qui précède ? C'est que lés anciens alchimistes d'une part, et d'une autre part Becker, l'auteur d'une alchimie nouvelle, exprimaient par les mots ferment et fermentation les mêmes idées  ; tandis que Stahl, empruntant à Becker sa terre inflammable et lui donnant le nom de phlogistique, avait, du ferment et de la fermentation, et de la production du feu, des idées absolument différentes de celles de Becker.
Ainsi ferment, pour les alchimistes et pour Becker, corps actif dont le caractère est de changer un corps passif, fermentescible, en sa propre substance, et fermentation est l'acte par lequel cette transmutation s'accomplit.
Conséquence :
Le ferment de pâte change la pâte de farine en sa propre substance.
Le feu change le combustible en sa propre substance.
La pierre philosophale, tenant de l'or ou de l'argent, change les métaux imparfaits en or ou en argent.
Maintenant, qu'est-ce que la fermentation pour Stahl?
Une simplification, une décomposition d'une matière complexe opérée par une force purement mécanique.
La force mécanique vient de l'extérieur  ; elle agit mécaniquement pour mettre en vibration le corps qui fait partie de la matière fermentescible et qui a le plus d'analogie avec elle-même  ; de ce mouvement naît la chaleur du liquide fermentant.
Stahl commença par attribuer à l'air extérieur, au liquide fermentescible, la cause motrice de la fermentation  ; plus tard, l'éther fut cette cause, et il admit l'existence de l'éther dans la matière fermentescible même où il se trouvait retenu par la viscosité, et je ne crois pas être dans l'erreur en disant que si plus tard il attribua tant d'influence à l'éther, c'est qu'il avait posé antérieurement, en principe, que l'air ne s'unissait à aucun corps.
Tout était donc mécanique dans cette manière de voir de Stahl, et absolument différent des idées du ferment et de la fermentation des alchimistes, y compris Becker, l'auteur de la terre inflammable.
Stahl ne s'en tint pas là : poussant à l'extrême son idée de la simplification, il assimila à la fermentation sa théorie ou plutôt son hypothèse de la combustion. En considérant que tout combustible était formé de deux corps : un corps combustible et un corps incombustible, la combustion était donc, comme la fermentation, une simplification chimique, en d'autres termes, la séparation totale ou partielle du corps combustible (le phlogistique) d'avec le corps incombustible.
Dans l'origine, l'air n'intervenait dans la combustion qu'en communiquant un mouvement au phlogistique, corps dont les particules, essentiellement mobiles par leur division, devenaient en vertu de ce mouvement non-seulement chaleur, mais lumière, si le mouvement était suffisamment rapide et verticillaire. Plus tard Stahl admit que l'éther était capable de mettre en mouvement les particules phlogistiques, et, dans ses dernière écrits, il considéra le charbon pur comme le phlogistique.
Une fois ce contraste établi entre l'interprétation des mêmes faits relatifs à la fermentation et à la combustion, par les alchimistes et par Stahl, rappelons, sans sortir de la quatrième époque de l'histoire de la chimie, les idées des ferments appliquées à la médecine ou plutôt à la physiologie par le docteur Jean Pascal (1682), et les idées de Rouvière sur  la fermentation (en 1708), et l'on peut dire que les quatre fermentations qu'il distingue comportent un tel degré de généralité, qu'on peut dire qu'elles embrassent toute la chimie.
Quelle est la conséquence de cet état de choses? C'est que les ferments et les fermentations étaient alors si mal définis, relativement à l'ensemble des actions moléculaires telles qu'on les envisage aujourd'hui, qu'aux époques dont nous venons de parler la confusion ne pouvait être plus grande, tous les faits chimiques et les faits des êtres vivants étaient susceptibles de rentrer dans l'idée du ferment ou de s'y rattacher.
troisième époque.
Ferment et fermentation depuis Stahl.
K. Si le sujet que je traite n'avait pas l'importance que j'y attache, la pensée ne me serait jamais venue de parler, dans ce Résumé de l'histoire de la matière, du ferment et de la fermentation, après avoir exposé ce que Stahl en pensait ; mais lier le passé d'un sujet aussi vague qu'il est intéressant au présent a son importance scientifique.
L. Lavoisier a traité de la fermentation alcoolique du sucre, à un point de vue décidément chimique quand il a posé l'équation de ses éléments relativement à ceux de l'acide carbonique et de l'alcool produits de sa fermentation.
Quanta la théorie, à savoir le genre d'action exercé par le ferment (la levure de bière) sur le sucre, il n'en a pas parlé d'une manière explicite.
Fabroni eut l'heureuse idée d'attribuer le phénomène à l'action d'un principe azoté sur le sucre, mais en prononçant le nom de gluten pour être ce principe il se trompa. Fourcroy en fit la remarque.
Plus tard Thénard admit, conformément à l'opinion de Gay-Lussac, que tout, ou au moins 96, 183 parties de sucre pour 100, se transforment en 49, 38° d'alcool, et 46, 803 d'acide carbonique  ; et n'oublions pas qu'à cette époque on ignorait encore l'existence de l'acide succinique et de la glycérine dans les produits de la fermentation alcoolique. Thénard n'a point eu d'idée arrêtée sur le rôle du ferment.
M. Mais, le 12 de juin 1887, Cagnard-Latour communiqua à l'Académie un mémoire qui devait produire et qui produisit un grand effet sur les savants préoccupés de la fermentation.
La levure de bière, le ferment, n'était pas seulement, selon Gagnard-Latour, une matière d'origine organique, elle était vivante? un végétal! dont l'action sur le sucre était vitale ; la levure, sous l'influence du gaz oxygène qui commençait l'action, donnait ensuite naissance à des globules vivants qui, en agissant sur le sucre, produisaient de nouveaux globules  ; fils des premiers, ils continuaient leur action, en définitive, lorsque tout le sucre avait fermenté, de nouveaux globules pouvaient servir à provoquer de nouvelles fermentations. – Je crois avoir été l'interprète fidèle, dans l'exposé que je viens de faire, des idées de Cagnard-Latour, que Turpin, dont le talent comme dessinateur et micrographe fut apprécié de tous ses contemporains, adopta et dont il devint l'ardent propagateur.
Si Gagnard-Latour a raison, il aura montré que l'idée des alchimistes qui considéraient la pierre philosophale comme un ferment vivant n'était point déraisonnable en principe ; mais évidemment l'idée qu'ils attachaient à la pierre de transformer en sa propre substance une quantité indéfinie de métal imparfait différait de l'idée de Cagnard-Latour, puisqu'en définitive l'action du ferment, issu de la bière, s'il est vrai qu'il se développe aux dépens de la matière du sucre, ne s'en assimilait que des quantités excessivement faibles, et remarquons, dès à présent, que c'est là, le côté faible de l'opinion de Gagnard-Latour, puisque la cause qu'il assigne à la fermentation, pour être admise définitivement, exigerait des expériences propres à démontrer que la cause à laquelle on rapporte le phénomène est proportionnelle à l'effet produit.
N. Cette remarque explique 'comment l'esprit d'un certain nombre de savants, peu disposés à admettre l'opinion de Cagnard-Latour, attribuèrent une grande importance à deux découvertes importantes à tous égards, faites antérieurement.
La première, l'eau oxygénée, découverte par Thénard en 1818 ;
La seconde, l'inflammation du mélange tonnant, 1 volume de gaz oxygène et 2 volumes de gaz hydrogène par l'éponge de platine  ; découverte faite par Dôbereiner en 1828.
Ces découvertes fixaient d'autant plus vivement l'attention qu'on y réfléchissait davantage  ; en effet, Thénard montrait, entre autres faits, qu'un corps stable, le bioxyde de manganèse, par exemple, mis en contact avec l'eau oxygénée, la décomposait immédiatement à la température ordinaire ; d'une autre part, Döbereiner montrait qu'il suffisait du simple contact de l'éponge de platine à la température ordinaire pour enflammer immédiatement le mélange de gaz qui, abandonné à lui-même indéfiniment, ne changeait pas d'état.
Est-il étonnant qu'après ces deux exemples d'actions chimiques, le premier concernant l'analyse, et le second la synthèse, sans que les corps, agents de ces actes chimiques, présentassent des différences après l'action d'avec leurs propriétés antérieures, des savants aient été conduits à admettre des actions chimiques dites de présence, dans lesquelles un co,rps détermine un acte chimique d'analyse ou de synthèse sans paraître y prendre d'autre part que d'être présent, puisque ses propriétés paraissaient les mêmes après l'effet produit qu'auparavant?
Les actions de présence une fois admises comme causes .de décompositions et de combinaisons, des savants ont été conduits à les rapprocher de l'action des ferments. Vu l'insuffisance de l'attraction moléculaire pour expliquer cette dernière, Liébig a été un des premiers à reproduire, sans la citer, l'explication mécanique de Stahl, et, en m'entretenant de ce fait avec Mitscherlich, à Paris, il me dit qu'ignorant la théorie de Stahl, c'était lui, et non Liebig, qui avait eu l'idée d'expliquer la fermentation par une simple force motrice.
O. Les choses en étaient là, quand, de 1856 à 1869, M. Pasteur fit faire un grand pas à l'étude de la fermentation en démontrant, par des expériences incontestables, que le sucre, par la fermentation alcoolique, ne se réduit pas uniquement en gaz acide carbonique et en alcool, mais encore en acide succinique et en glycérine. Aussitôt que cette découverte me fut connue, j'en parlai avec le plus grand éloge, non qu'elle m'étonnât de la part de son auteur, mais sachant autant que personne les difficultés inhérentes à l'analyse immédiate organique, et le peu d'attrait du public actuel pour les travaux qui la concernent, j'éprouvais quelque étonnement de voir M. Pasteur s'y livrer après les succès que des recherches antérieures, sur des sujets différents, lui avaient valus  ; et pourtant, à mon sens, les travaux d'analyse immédiate organique sont d'une nécessité indispensable à l'avancement de la physiologie animale et végétale, et, dès lors, d'une utilité incontestable aux progrès des sciences médicales et agricoles. C'est fort de cette conviction et de mon amour pour les progrès de la connaissance de l'histoire des êtres vivants, que je me plais à dire la valeur que j'attache au Mémoire de M. Pasteur sur la fermentation considéré en lui-même, et, conséquemment, abstraction faite des opinions que des adversaires peuvent opposer aux siennes.
Par exemple, quand un chimiste distingué prescrivait de déduire la proportion du sucre de la quantité d'acide carbonique ou d'alcool que ce sucre produirait par la fermentation, je combattais ce procédé, tout aussi bien que celui qui consistait à déduire la proportion du sucre cristallisable mêlé de son eau-mère colorée du degré d'intensité de cette couleur. Grâce à M. Pasteur, je sais maintenant que mon opposition au premier procédé était fondée.
Je ne puis que trouver bien, dans le Mémoire sur la fermentation, l'histoire des travaux antérieurs aux siens  ; l'extrême clarté de la description de ses expériences, condition excellente pour tous ceux qui veulent les répéter ;
enfin, rien de plus net que la manière dont il les interprète et que la franchise avec laquelle il avoue les cas où il s'abstient encore de conclure absolument.
M. Pasteur, en montrant qu'il y a du gaz acide carbonique dont la production est liée essentiellement à la formation de l'acide succinique et de la glycérine, énonce une proposition qui, si elle n'est pas admise, oblige à dire pourquoi.
II en est de même encore de celle-ci : une portion des éléments du sucre, en se fixant à la matière des globules, produit de la cellulose (ligneux), tandis qu'une autre portion des éléments, se fixant à une autre portion de la matière des globules, forme une matière grasse.
N'est-ce pas une belle expérience, que la fermentation produite dans de l'eau sucrée à laquelle on a ajouté du tartrate droit d'ammoniaque, de la cendre de levure tenant des phosphates, et gros comme la tête d'une épingle de globules de levure humide ? fermentation dans laquelle on observe la formation de globules qui ne peuvent tenir leur matière albumineuse et phosphatée que de l'ammoniaque du tartrate, et des phosphates des cendres.
Une dernière proposition, avancée par M. Pasteur, donne beaucoup à penser : c'est que, dans une fermentation où la levure a été employée en grand excès, après la disparition du sucre, une fermentation toute différente de la première lui succède : de l'alcool et du gaz acide carbonique se produisent, mais cette fois, ce serait la levure elle-même qui serait la source de ces deux derniers  ; les globules, pour vivre, absorberaient ce qui leur convient d'une portion de la levure même, et le reste de cette portion constituerait de l'alcool et du gaz acide carbonique.
N'importerait-il pas de rechercher si ces deux derniers produits ne proviendraient pas d'une production antérieure de matière sucrée, laquelle proviendrait de la levure?
P. M. Frémy date le point de départ de ses travaux sur la fermentation de 1841, année d'un travail sur le ferment lactique qu'il fit en commun avec M. Boutron. Il compte autant de ferments que de fermentations. Il n'admet pas que. la fermentation alcoolique, ou toute autre soit un acte vital, il repousse donc l'opinion de Cagnard-Latour et celle de M.. Pasteur.
Les ferments produits par les êtres vivants, plantes et animaux, sont de simples agents chimiques, dépourvus de toute vitalité  ; ils donnent, dit M. Frémy, de la mobilité ceux corps organiques ; ils les dédoublent, et déterminent avec le concours de Pair leur décomposition finale.
La fermentation, dit M. Frémy, est donc le phénomène de décomposition qui s'accomplit par faction des ferments, son résultat final, est de rendre à l'atmosphère et au sol- les éléments qui constituaient les organismes sous une forme qui convient à l'assimilation végétale.
La fermentation, en produisant ce grand phénomène de rotation organique, en rendant comme le fait la combustion à Pair et au sol les éléments utiles à la végétation, peut être assimilée à la combustion.                               
M. Frémy ajoute qu'il admet que tous les corps organiques sont fermentescibles comme ils sont combustibles... et que la combustion lente est un acte de fermentation produit avec l'intervention de l'oxygène atmosphérique.
M. Frémy admet encore une fermentation intercellulaire qui s'établit dans les cellules les plus profondes des végétaux.
Enfin, s'il admet que des spores puissent donner lieu à des moisissures lorsqu'ils tombent de l'atmosphère sur des surfaces convenables à leur germination, il se refuse à admettre qu'aucune poussière capable de développer une fermentation tombe de l'air pour agir sur des matières fermentescibles.
P. La diversité des opinions concernant les mots ferment et fermentation, que la revue que je viens de passer met en évidence fera sentir au lecteur que mon intention n'a jamais été de m'ériger en juge de ces opinions, mais seulement de montrer à tous la nécessité que des personnes désireuses de prendre part à des débats qui se rattacheraient à ce genre de recherches expliquent désormais clairement, et avant tout, le sens qu'elles attachent aux mots ferments et fermentation.
Car les chimistes qui, se reportant aux années 1818 et 1828, ont connu la décomposition de l'eau oxygénée par le bioxyde de manganèse et l'inflammation de l'hydrogène, mêlé d'oxygène, en contact avec l'éponge de platine, sentant que ces phénomènes échappaient aux idées qu'on avait alors de l'affinité chimique, ont été conduits par là même à voir qu'il en était de même des fermentations. Une conséquence de cet état de choses a donc été de les rapporter à une force de catalyse ou d'action de présence ou à un acte vital ; telle est la question restreinte qui a été traitée par Berzelius, Liébig, Mitscherlich, Cagnard-Latour et Pasteur.
Évidemment, la question au point de vue où se place M. Frémy est tout autre ; car c'est plus que la chimie organique que comprend les fermentations, et ici, sans sortir de mon sujet, c'est-à-dire sans me livrer à aucune discussion, que M. Frémy me permette la remarque que des recherches restreintes par la définition précédente sont indispensables à la solution des questions pareillement restreintes  ; car des généralités trop vastes se prêtent moins au progrès du vrai que des recherches détaillées et toujours circonscrites à un sujet préalablement défini rigoureusement, ce n'est que de ces résultats détaillés et précis que l'on peut déduire des généralités qui, démontrées vraies, deviennent les principes de la science,
M. Frémy, en considérant la combustion comme une fermentation, se rencontre avec Becker (184, 189, 209) ; certes, du point de vue auquel j'ai envisagé un résumé de l'histoire de la matière, il n'est pas sans intérêt de montrer la grande différence existant entre Becker et Stahl : Becker, inventeur de la nouvelle alchimie, comptant parmi les corps simples une terre inflammable, et Stahl faisant de celle-ci son phlogistique, parlent sans doute de la fermentation et de la combustion, mais ils les expliquent d'une manière bien différente : dès lors, l'auteur d'un Résumé de l'histoire de la matière, dont la fin de l'oeuvre est l'histoire de la première théorie chimique, celle de la combustion, ne peut trop insister sur les deux faits suivants.
Premier fait. Si Becker a conservé la base de l'ancienne alchimie en considérant la pierre philosophale comme un ferment capable de changer les métaux imparfaits en sa propre substance, il a tiré de cette opinion la conséquence bien juste que le feu est un puissant ferment et la combustion une fermentation, puisque le combustible devient feu.
C'est l'opinion que professe M. Fremy.
Deuxième fait. Stahl ayant commencé ses recherches par la fermentation des liquides sucrés, sans s'expliquer sur la base de l'ancienne alchimie, a envisagé la fermentation tout autrement que Becker, puisque selon lui elle n'est qu'une simplification de la matière produite par une force purement mécanique ou physique.
Abstraction faite de la cause, M. Frémy dit avec Stahl la  fermentation est une simplification de la matière.
CONCLUSION.
L'analyse et la synthèse mentales ont mis ainsi en évidence l'extrême différence existant entre Becker et Stahl  ; différence expliquant à son tour l'intervalle immense qui sépare l'hypothèse du phlogistique reposant uniquement sur une prétendue simplification de la matière opérée uniquement par une force purement mécanique, de la première base scientifique des actions moléculaires au contact apparent, reposant sur des faits incontestables, grâce au génie de Lavoisier'!
Que mon cher confrère M. Frémy me permette de lui demander si, du point de vue élevé où il s'est placé, il pense que Becker et Stahl aient envisagé la fermentation et la combustion de la même manière ?
IVe CHAPITRE COMPLÉMENTAIRE
RELATIF A DES ALCHIMISTES ET A DES CHIMISTES QUI ONT VÉCU DANS LES XVII ET XVIIIe SIÈCLES.
210 bis. Dans une histoire scientifique, deux principes sont à observer : le principe de l'association des idées avant tout, puis le principe chronologique.
C'est conformément au premier que je n'ai compris dans la 4e Époque que J. Becker et G.-E. Stahl à cause de l'étroite liaison de l'œuvre alchimique du premier avec l'hypothèse du phlogistique du second  ; c'est la préférence du premier principe sur celui de ï'observation chronologique dont la conséquence est qu'une époque commence dans la seconde moitié du XVIIe siècle avec Becker, finit au XVIIIe en 1734, et ne comprend que deux noms.
En 1666, l'Académie des sciences de Paris fut fondée» et, quelques années à peine écoulées, l'Académie sentit le besoin de travailler à des Mémoires pour servir à l'histoire des plantes ; ils parurent avec un second titre général : Protêt de [histoire des plantes. Dodart fut chargé de la rédaction de cette publication  ; il en parut une édition in-folio en 1676. Une seconde édition in-douze, revue et corrigée, fut publiée en 1679. Dodart, rédacteur, la donne comme l'œuvre de l'Académie, en citant particulièrement les noms de Claude Perrault, de Galois, de Mariotte, du Clos, Borel et Bourdelin pour la chimie, et de Marchand pour la botanique proprement dite.
Je cite cet ouvrage qui, à mon sens-, fut jugé trop sévèrement, car il renferme des vues exposées par Dodart vraiment remarquables pour le temps, et notons qu'à cette époque il était impossible de faire mieux. Les lecteurs curieux de savoir quelques détails les trouveront dans un article au. Journal des savants de février i858. Je termine par la remarque que Dodart avait commencé à écrire avant la publication de la Physique souterraine.
Je vais donner quelques noms contemporains de la 4me Époque qui commence dans la dernière moitié du XVIIe siècle avec la publication des écrits de Becker et se termine au XVIIIe siècle, 1734.                      
Jacques Lemort, né en 1650, mort en 1718. Il n'est connu que par des compilations.
Guillaume Homberg (1652-1715), né à Batavia  ; il mourut à Paris. Il avait épousé la fille de Dodart, dont je viens de parler.
Observateur très-distingué, du petit nombre des esprits originaux, il passait pour n'être pas indifférent à la transmutation des métaux. Il découvrit l'acide borique qui, comme je l'ai reconnu il y a longtemps, a dans plusieurs de ses réactions le caractère d'une base salifiable.
Comme Robert Boyle et Kunckel, il a le mérite d'avoir retiré le phosphore de l'urine d'après des renseignements incomplets du procédé de Brande.
Conrad Barchusen (1666-1723). 11 découvrit l'acide succinique, professa la chimie en Hollande en même temps que Boerhaave  ; il était alchimiste.
Jean Juncker (1679-1759) publia en 1730 un Conspecttis chimias theorico-practicae in formant tabularum, etc., conformément aux opinions de Becker et de Stahl. Cet ouvrage n'est pas sans mérite. Enfin je finirai par le nom d'un Suédois, homme de science distingué, principalement comme métallurgiste, qui finit par jouer un rôle d'illuminé très-bizarre dans le XVIIIe siècle :
Emmanuel Swedenborg (1688 à 1772).
CINQUIÈME ÉPOQUE.
DEPUIS L'HYPOTHÈSE DU PHLOGISTIQUE EXCLUSIVEMENT JUSQU'À LA THÉORIE DE LA COMBUSTION DE LAVOISIER INCLUSIVEMENT.
CHIMISTES
A Boerhaave. C. de la Garay. Beccaria. Venel.
B stahliens.
a) Allemands.
M. Pott.
A.-S. Margraff.
b) Suédois.
Bergmann. Scheele.
c) Français.
G. Rouelle. H.-M. Rouelle. Macquer.
d) Anglais.
Priestley.
Henri Gavendish.
G NEWTONIENS.
s. Newton.
E.-F. Geoffroy.
J. Black.
Wenzel.
Richter.
Lavoisier.
Jean Rey, né dans le seizième siècle, mort en 1645. Jean Mayow (1648-1679). Étienne Haies (1677-1761).
A. CHIMISTES.
BOERHAAVE (HERMAN)
DE LEYDE. l668–1738.
211. A ce nom se rattache une des gloires les plus grandes comme les plus pures qui aient honoré les savants, dont la vie fut consacré à la fois au professorat et à la pratique de la médecine. Né à Leyde, huit années après Stahl, il mourut quatre ans après lui Auteur d'un traité de chimie générale aussi remarquable par le bon sens, par l'intérêt et le choix des détails, la simplicité et la beauté de la forme, que peut l'être un ouvrage dont l'auteur n'a jamais pratiqué la chimie expérimentale. Après cette dernière remarque, le plus bel éloge qu'on puisse faire du livre, c'est de le dire digne de la gloire de l'auteur.
CLAUDE-TOUSSAINT MAROT, COMTE DE LA GARAYE.
1676–1766.
212. Quoique le comte de la Garaye n'eût pas la prétention d'être savant, il eut des opinions si justes sur les inconvénients de la distillation sèche à laquelle on soumettait les matières organiques pour en retirer leurs principes, qu'il insista sur la nécessité de remploi des dissolvants incapables de les altérer, et lui-même soumit beaucoup de matières médicales à l'action de l'eau, pour en extraire la matière qu'il considérait comme active et qu'il en retirait sans altération. Cette vue était si juste que J'ai cru devoir en Faire mention dans ce résumé.
JAGQUES-BARTHÉLEMY BECCARI.
1692 – 1766.
213. Une conséquence de la mention du comte de la Garaye est celle du Père Beccari, qui, en 1728, fit connaître la préparation du gluten en malaxant la pâte de la farine du froment sous un filet d'eau  ; et ce qui recommande cette découverte, c'est que le Père Beccari signala le gluten comme un principe qui donnait de l'ammoniaque à la distillation, et, en l'assimilant'aux matières animales, il n'hésita pas à en recommander la propriété nutritive. Si le mérite d'avoir fait cette observation pouvait être rehaussé par quelque considération, j'ajouterais qu'elle fut absolument méconnue de la part de Parmentier lorsqu'il s'occupa de la matière nutritive de la pomme de terre, et cependant, si celle-ci est d'un bon usage comme aliment, il est impossible de l'assimiler comme telle à la farine de froment qui lui est bien supérieure.
VENEL. 1723 –1775.
314. Si je fais mention de Venel, comme je le ferai de Macquer, élève de Rouelle, c'est à cause de l'importance que j'accorde à la distinction de l'analyse immédiate organique d'avec l'analyse élémentaire, et conséquemment à la distinction des espèces chimiques complexes dont les éléments ont été réunis sous l'influence des organes des corps vivants, de sorte que ces espèces chimiques complexes, principes immédiats des êtres vivants, ne font pas partie du monde inorganique  ; or, cette distinction est parfaitement exposée dans un Essai sur l'analyse des végétaux, imprimé dans le IIe volume du Recueil des Savants étrangers de î Académie des sciences, 1752.
B CHIMISTES STAHLIENS.
a) ALLEMANDS.
JEAN-HENRI POTT.
1692– 1777.
215. Pott a publié un grand nombre d'écrits, dont le plus grand nombre ont été traduits en français, à savoir quatre volumes de Dissertations chimiques traduits par Demachy, et deux volumes de Lithogéognosie qui l'ont été par le baron d'Holbach. On a joint au premier volume un Essai d'observations chimiques et physiques sur les propriétés et les effets de la lumière et du feu.
Pott a donc beaucoup écrit, mais le traducteur de ses Dissertations Demachy, l'a trop loué ; car il s'en faut de beaucoup que sa réputation soit égale aux louanges que son traducteur lui a prodiguées.
Pott était un partisan de la doctrine du phlogistique  ; aussi, dans son Essai sur la lumière et le feu, se proclame-t-il disciple de Stahl.
Ses expériences sur la vitrification et sur la cuisson des terres ont été, dit-on, utiles à la manufacture royale de porcelaine de Berlin.
Pott était loin d'être un homme calme  ; dans plusieurs circonstances il a dépassé toutes les bornes de la critique  ; c'est surtout avec le premier médecin de Frédéric, Eller, qu'il se porta à une violence qui n'est plus de la critique. Je rappellerai que Eller travailla beaucoup sur les globules du sang, et qu'il leur appliqua le micromètre pour en déterminer les dimensions.
ANDRÉ-SIGISMOND MARGRAFF.
1709 – 1784.
216. Je ne connais aucune critique de l'ensemble des travaux de Margraff, et je sais le bien qu'on a dit de quelques-uns d'entre eux ; quoi qu'il en soit, je ne pense pas qu'ils aient été appréciés ce qu'ils valent. Il avait trente-trois ans lors de la naissance de Scheele, il le précéda donc d'assez longtemps dans la carrière de la science. Sans prétendre en faire son égal, je ne puis m'empêcher de trouver quelque ressemblance entre ces deux hommes  ; incontestablement, les travaux de Margraff sont originaux, précis, intéressants, exacts et Variés. La plupart de ses découvertes en chimie minérale et en chimie organique ont eu la sanction du temps, et plusieurs d'entre elles, notamment l'examen chimique des plantes qui lui ont offert le sucre de canne, montrent à tous la grandeur des services que l'analyse immédiate organique peut rendre à la société, car la prévision du chimiste, qu'un jour il serait possible de l'extraire de ces plantes avec avantage, est un fait aujourd'hui réalisé pour la betterave.
217. Les recherches nombreuses de Margraff sur l'extraction du phosphore, sur ses combinaisons avec les métaux  ; la découverte remarquable de la nature du sel natif d'urine, appelé sel fusible, sel du microcosme, qu'il fît, est une preuve évidente de son aptitude chimique  ; certes, il ne dit pas d'une manière précise qu'il est un phosphate double d'ammoniaque et de sonde  ; mais le raisonnement conduisait à le conclure de ses expériences. Il y reconnut en effet la présence de l'ammoniaque et la nécessité de sa présence pour qu'il cristallisât. II reconnut l'acidité du sel double chauffé au rouge et redissous dans l'eau  ; puis, en chauffant le sel calciné avec du charbon, il en retira du phosphore, et le résidu traité par l'eau lui céda de la soude carbonatée.
Vingt-deux ans après du Hamel, il publie deux excellentes dissertations sur le sel marin et sa nature  ; il ajoute de nouveaux caractères pour distinguer la soude d'avec la potasse , et, confirmant les conclusions du savant français, il pousse l'observation jusqu'à distinguer la soude de la potasse par la couleur jaune de la flamme de l'azotate de soude mêlé de chaux, tandis que la flamme du mélange d'azotate de potasse est blanche.
Il ajoute à la magnésie de nouvelles propriétés qui la distinguent de l'alumine, terre que l'on confondait souvent avec elle.
Lé nom de Margraff se rattache aux premiers travaux (1757) dont le platine fut l'objet.
Il constata que le lapis-lazuli ne doit pas sa couleur bleue au cuivre, et qu'il dégage de l'acide sulfhydrique avec l'acide chlorhydrique en perdant sa couleur bleue.
218. Margraff n'a pas borné ses recherches de chimie organique à l'extraction du sucre de canne, du chervi, sisarum dodonaei, de la bette blanche, cicla officinarum, et de la bette à racine de rave  ; il a extrait encore la potasse du tartre et du sel d'oseille. Mais, à mon sens, le travail le plus remarquable de l'auteur, au point de vue de l'analyse immédiate organique, est sa dissertation sur les fourmis. Il a parfaitement vu trois corps : d'abord l'acide formique, découverte d'autant plus difficile qu'on était plus exposé à le confondre avec l'acide acétique  ; et cette faute, Fourcoy et Vauquelin l'ont faite longtemps après la découverte de l'acide formique. Margraff a découvert ensuite une huile volatile odorante, que je regretterai toujours de n'avoir point examinée pour savoir si elle ne serait pas composée d'acide formique et de glycérine, et analogue aux trois composés de glycérine avec les acides butyrique, caprique et caproïque  ; enfin une matière grasse fixe, formée probablement de deux corps gras analogues à l'oléine et à la margarine.
b) CHIMISTES SUÉDOIS.
219. Avant de parler dé Bergmann et de Scheele, pourrais-je me dispenser de dire quelques mots de ce pays du nord de l'Europe, comptant une population de quelques millions d'habitants seulement, et pourtant bien remarquable par les grands hommes qu'il a donnés aux sciences ? Je ne le pense pas. Après avoir nommé Linné (1707-1778), un des plus grands naturalistes, je citerai des hommes, moins grands sans doute, mais dont les 'travaux ne sont pas sans valeur. Le nom de George Brandt (1694 à 1768)'se présenté d'abord  ; le premier, il reconnut la nature métallique de l'arsenic et du cobalt, et les amis de l'agriculture ne doivent pas ignorer que, dès 1746, il signala la présence constante d'un sel alcali volatil, l'ammoniaque, dans les glaises 'de France, ainsi que dans celles de Suède, de Bornholm et dans toutes les autres qu'il examina. Wallerius (1709 à 1780) est auteur de nombreuses publications, parmi lesquelles je citerai un Traité de minéralogie (1747)1 et la première Chimie agricole qui ait paru (1751).
TORBERN BERGMANN.
220,. Bergmann, remarquable par de grandes connaissances .dans les sciences mathématiques, physiques, chimique et naturelles, doit être signalé par l'esprit philosophique et généralisateur qu'il appliqua ,a la physique du globe, à la chimie, et j'ajouterai à l'histoire naturelle ; car ses premiers travaux sur les animaux inférieurs prouvent  ;déjà un esprit d'observation peu .ordinaire. Bien .des savants ignorent qu'à lui appartient la découverte (1756) qui causa une si vive surprise à Linné, que le coccus aquaticus est l'œuf de la sangsue!..... Mais bornons-nous à ses travaux chimiques, et disons qu'il ne s'occupa sérieusement de cette science que les vingt-deux dernières années de sa vie, et il mourut à quarante-neuf ans ! Si rien n'a manqué à l'illustration de Bergmann durant sa vie, si toutes les sociétés savantes se sont empressées de se l'associer, je ne trouve pas que ses travaux physico-chimiques aient ,été appréciés à leur juste valeur.
Lorsqu'on lit les dissertations et les recherches recueillies dans les six volumes d'opuscules de Bergmann, on est frappé de l'ordre qui a présidé à la distribution des matières, à l'ensemble des détails qu'on y trouve pour justifier la généralité d'un sujet qui, j'ose le dire, n'avait jamais été envisagé d'un point de vue aussi élevé.
221. Je cite la dissertation de l'acide aérien. Bergmann en prouve d'abord l'acidité, et je demande si un chimiste avant lui s'est livré à tous les détails qu'il donne relativement à la propriété que possède ce corps de rougir la couleur bleue du tournesol. Il montre combien l'acide aérien est répandu : il existe à l'état de liberté dans l'atmosphère .et dans les eaux, il est abondant à l'état de combinaison avec les bases. Bergmann examine ses combinaisons salines, et il entre dans des détails approfondis de leurs propriétés. Certainement on a négligé de signaler tout ce qu'il a observé sur les combinaisons multiples de l'acide aérien avec la potasse, la soude et l'ammoniaque.
222. Quel est le chimiste avant Bergmann qui ait traité des eaux naturelles à un point de vue aussi élevé  ; qui ait pensé à proposer une méthode générale propre à les faire connaître  ; qui ait joint lui-même l'exemple pratique et spécial au précepte en examinant des eaux ordinaires et des eaux médicinales  ; qui ait eu la première pensée d'imiter ces eaux ?
223. Il a plus fait que ses prédécesseurs pour connaître, je ne dis pas l'espèce minérale, mais l'espèce chimique :
il a parfaitement vu la minéralogie du point de vue le plus élevé eu égard à la classification des espèces soumises à la fois à l'examen chimique et à l'examen cristallographique.
Il a donné l'analyse d'un grand nombre d'espèces minérales  ; il a publié une docimasie par la voie humide et des applications de ces procédés à un assez grand nombre de ces minerais. Il a contribué beaucoup à distinguer la magnésie de la chaux et à distinguer des métaux récemment découverts de tous autres.
Enfin je ne sache pas qu'on se soit exprimé avant lui en paroles aussi claires, aussi simples et aussi profondes que celles-ci, en parlant des cristaux :
« Si on ne s'attache à découvrir les formes, que l'on  peut appeler primitives, toute doctrine des cristaux restera dans le chaos où elle a été jusqu'à présent, et ceux  qui entreprendront de les décrire et de les ranger systématiquement perdront leur temps et leur travail. »
224. Dans toutes les circonstances où Bergmann put appliquer des chiffres aux actions moléculaires, il le fit, et presque toujours avec succès. Il en donna une preuve remarquable dans ses recherches de diversa phlogisti quan-titate in metallis. Rappelons-nous que Stahl expliquait la calcination des métaux par la perte de leur phlogistique en tout ou en partie, et qu'il admettait de même qu'un métal n'était dissous par les acides qu'à la condition de perdre la totalité de son phlogistique ou une partie seulement.
Voilà le point de départ de Bergmann pour examiner les cas où des métaux dissous par des acides viennent à en être précipités à l'état métallique par d'autres métaux plongés dans les dissolutions des premiers aussi bien saturées que possible, dit Bergmann.
Par exemple, l'argent dissous par l'acide azotique en est précipité par le cuivre métallique.
Bergmann dit que cette précipitation s'opère en vertu d'une double affinité.
D'abord, celle du métal précipité, l'argent, qui, par le fait de sa dissolution ayant perdu son phlogistique, dit Stahl, en vertu de son affinité pour ce corps, le reprend au cuivre, tandis que celui-ci, déphlogistiqué en vertu de son affinité pour l'acide azotique, s'y unit à la place de l'argent.
D'après cette manière de voir, n'est-il pas évident que la quantité d'un même acide restant la même dans des précipitations, respectives de divers métaux, pour qu'un métal en précipité un autre à l'état métallique, il faudra que le métal précipitant cède au métal dissous exactement la quantité de phlogistique qu'il avait perdue pour s'unir au
métal? Et dès lors où conclut que les poids d'une série de métaux capables de se substituer les uns aux autres doivent tous contenir une quantité égale de phlogistique pour neutraliser une même quantité d'acide.
Mais, si les métaux, après avoir perdu du phlogistique, pèsent plus qu'ils ne pesaient auparavant, que devient la conclusion de Bergmann quant à l'interprétation complète des faits ?
225. Bergmann, traitant le sucre par l'acide azotique, reconnut qu'il donnait naissance à un acide cristallisable qui forme avec les bases des sels fort remarquables  ; il en signala les propriétés caractéristiques. C'est cet acide
dont plus tard Scheele reconnut l'identité avec l'acide de l'oseille, et qu'on nomme aujourd'hui oxalique.
226. Je citerai, comme dernier exemple de l'importance des travaux de Bergmann, l'analyse immédiate de l'indigo, travail montrant l'utilité de l'analyse immédiate organique en même temps que les conditions à observer pour qu'elle atteigne son but.
227. Enfin je terminerai ce que je me proposais de dire du grand savant suédois en ajoutant qu'un travail qui rendit de grands services à la chimie fut l'ensemble de ses nombreuses expériences sur les affinités électives. Elles sont bien dignes de venir à la suite des écrits de Newton et d'Étienne-François Geoffroy sur les attractions moléculaires au contact apparent.
Je me permettrai de faire une seule remarque, concernant l'époque de ces travaux plutôt que l'auteur, c'est l'épithète d'anomalie qu'il applique à des réactions donnant par la voie sèche des résultats inverses de ceux que donne la voie humide. Ces affinités étant relatives aux circonstances et n'étant pas absolues, le mot anomalie ne peut être employé.
CHARLES-GUILLAUME SCHEELE.
1742–1786.
228. Si la chimie est vraiment caractérisée par le but qu'elle se propose de distinguer la matière en des types définis chacun par un ensemble de propriétés n'appartenant qu'à ce type, Scheele est an modèle de la science chimique par le recueil de ses Notes et mémoires, que je distingue en ce moment de son Traité de l'air et du feu, non que je critique cet ouvrage, qui ajoute à l'idée qu'on doit se faire de l'étendue de l'esprit de Scheele en le montrant physicien expérimentateur  ; mais, partisan de l'hypothèse du phlogistique et croyant à l'existence d'un être imaginaire, il n'a pu éviter l'erreur dans l'interprétation de certains faits relatifs au phlogistique. Ainsi, sans se rendre compte de l'impuissance où est cette hypothèse d'expliquer certains faits, à l'instar de Priestley, il en imagine d'autres qui, elles-mêmes, sont en contradiction avec les idées de Stahl même sur la nature du phlogistique. Le seul amour de la vérité nous conduit à cette distinction, pour nous mettre à l'abri du reproche d'exalter outre mesure le mérite de l'auteur des Notes et mémoires de Scheele, que je regarde depuis longtemps comme l'expression la plus élevée du chimiste, quand on définit la science dont il s'occupe parle but qui la distingue de toutes les autres sciences naturelles et de la physique en particulier.
§ I
Notes et mémoires de Scheele.
229. Ces notes, ces mémoires, ne sont point un traité, un système, mais simplement des procédés chimiques, appliqués par l'esprit le plus juste au but de ses efforts, en soumettant l'objet de chaque note, de chaque mémoire, à un examen chimique  ; et les procédés employés, par leur spécialité, par le nombre et leur diversité, sont devenus de véritables formules pratiques appliquées aux recherches chimiques.
23o. Qu'il s'agisse de l'extraction des acides inorganiques ou organiques, de l'analyse de minerais terreux, métalliques, partout des préceptes pratiques  ; et un travail qui, sous le titre simple de Magnesia nigra [peroxyde de manganèse natif), publié en 1774 ; année de la découverte du gaz oxygène, par Priestley, ne comprend pas moins de trois découvertes capitales : celles du manganèse, de la baryte et du chlore!!!
Je n'ai rien à ajouter.
§ II. Traité de l'air et du feu.
(Bergmann déclare, le 13 de juillet 1777, que l'ouvrage était fini depuis près de deux ans. c'est-à-dire le 13 de juillet 1775.)
231. Avant de passer à la critique, rendons pleine justice à l'auteur de trois observations mémorables énoncées dans ce traité.
A. La première est d'avoir réduit 100 volumes d'air atmosphérique en :
25 volumes qui ont été absorbés par une solution de sulfure de potassium, et par d'autres matières combustibles  ;
Et 75 volumes non absorbables et impropres à la combustion et à la respiration  ;
Et d'avoir interprété ainsi le résultat de l'expérience :
L'air atmosphérique est essentiellement composé de deux fluides élastiques distincts.
Il nomme le premier air du feu, à cause de l'activité avec laquelle il fait brûler les corps (c'est l'oxygène).
Il considère le second comme une espèce distincte d'air ou de gaz  ;. elle ne peut entretenir ni la combustion ni la respiration  ; il lui  avait reconnu en outre la propriété de ne pas troubler l'eau de chaux, comme le fait l'acide aérien (le gaz acide carbonique).
Il est certain pour moi que, si Scheele n'a pas fait le premier cette analyse, il ignorait qu'elle eût été faite auparavant.
B. Scheele a mis hors de doute la propriété qu'a l'ardeur rayonnante {calorique rayonnant}, d'être réfléchie par la surface polie des métaux, d'être absorbée par le verre, et par la surface des métaux enduits d'une couche de noir de fumée.
II a parfaitement démontré que l'ardeur rayonnante n'échauffe pas l'air, que l'air en mouvement ne la détourne pas de la ligne droite.
G. Scheele, enfin, a démontré que les effets chimiques produits par la lumière blanche du soleil ne le sont pas indistinctement par tous les rayons colorés dont cette lumière blanche se compose. Los rayons violets possèdent la propriété à son maximum.
232. Exposons maintenant comment Scheele a été entraîné dans le champ le plus vaste de l'hypothèse pour conserver le phlogistique, lorsqu'il en considérait l'existence comme démontrée, et qu'à l'exemple de Priestley et de Bergmann lui-même, il admettait des manières de voir que Stahl avait explicitement rejetées.
Pour prendre une idée des hypothèses de Scheele, il suffît de passer en revue les cinq composés qui, en définitive, sont formés à'un acide infiniment subtil, que personne n'a vu, et de phlogistique, qu'il dit n'avoir jamais été isolé d'aucun corps, parce que, toujours combiné à quelque corps, il n'est possible que de le faire passer d'un corps dans un autre. C'est cette pensée qu'Ampère eut longtemps du phthore (le fluor).
Voici comment Scheele se représente les cinq composés des deux éléments :
Acide infiniment subtil + phlogistique = oxygène.
Oxygène                        +phlogistique = chaleur.
Chaleur                         + phlogistique = chaleur rayonnante.
Chaleur rayonnante      +phlogistique = lumière..
 Lumière                       + phlogistique = hydrogène.
Le tableau suivant les présente d'une autre manière :
Acide infiniment subtil :
+ a phlog. = oxygène.
+ a phlog. + b phlog. = chaleur.
+ a phlog. +b phlog. + c phlog. = chaleur rayonnante.
+ a phlog. + b phlog. + c phlog. + d phlog. = lumière.
+a phlog. + b phlog. + c phlog. + d phlog. + e phlog. = hydrogène.
233. II ne m'est pas possible d'admettre l'existence de composés de deux éléments hypothétiques, car personne, pas même Scheele, n'a vu l'acte prétendu subtil ; et Stahl, considérant comme phlogistique le charbon pur de cendre, a énoncé une opinion que ne partage pas Scheele, puisqu'il prétend que le phlogistique ne peut être isolé d'un corps dont il est un des éléments sans passer de ce corps dans un autre. Stahl considérant en outre la combustion comme un acte purement physique, le mouvement verticillaire imprimé au phlogistique par l'éther ou par l'air, il est évident que Scheele, en admettant que l'air du feu, et la chaleur elle-même , qui n'est que de l'air du feu avec du phlogistique en plus, sont susceptibles de se combiner aux corps, et à'en augmenter le poids, professe une opinion contraire à celle de Stahl. Il y a plus encore: si la chaleur rayonnante et la lumière étaient formées de l'air du feu ;
qui est pesant, évidemment le verre, en absorbant la chaleur rayonnante, devrait augmenter de poids, aussi bien qu'un métal poli dont la surface aurait été noircie avec du noir de fumée. Enfin, comment Scheele a-t-il pu admettre que la lumière, composé pesant selon lui, peut s'unir à du phlogistique pour former de l'hydrogène? N'a-t-on pas lieu de s'étonner qu'avec la sagacité dont il a donné tant de preuves, il n'ait pas eu la pensée de soumettre cette conjecture à une expérience qui l'eût conduit à la synthèse de l'eau?
234. Les personnes qui trouveraient la critique que je viens de faire du Traité de l'air et du feu plus prononcée que celle que je fis du même ouvrage il y a vingt ans (Journal des Savants, 1856) ne doivent pas s'en étonner. Effectivement, l'examen actuel n'est point absolu  ; fait en égard à la théorie de la combustion de Lavoisier, la justice, pour être satisfaite, a voulu que des opinions qui, quoique en définitive elles n'eussent été adoptées de personne, partant d'un des plus grands chimistes dont la science s'honore et se trouvant dans un livre remarquable par des découvertes aussi originales qu'importantes, a voulu, dis-je, que ces opinions, tout erronées qu'elles étaient, maintenant l'existence du phlogistique, fussent signalées comme contraires à la vérité, par deux motifs : la difficulté d'établir une véritable théorie d'abord, et ensuite la grandeur de l'obstacle opposé au triomphe d'une science tout à fait nouvelle fondée sur des faits définis d'abord, puis expliqués par une interprétation soumise au contrôle expérimental.
c) CHIMISTES FRANÇAIS.
GUILLAUME-FRANÇOIS ROUELLE.
1703–1770.
235, Rouelle fut considéré par ses contemporains: comme un homme de génie  ; n'écrivant point sa biographie, je ne ferai pas la part que l'originalité et la bizarrerie de son caractère peuvent avoir eue dans ce ; jugement ; mais l'influence qu'il exerça pour répandre- en France le goût de la chimie en professant la doctrine de Stahl est incontestable. De grands seigneurs de la cour de Louis XV furent ses élevés, ainsi, que Lavoisier. S'il écrivit peu, ses Mémoires témoignent d'une justesse et d'une finesse d'observation peu communes, et l'on en est convaincu en lisant ses recherches sur les sels., et surtout ses écrits dont les sels acides. sont l'objet. La nouveauté des faits ressort bien évidemment des critiques que fit Baume de ces dernières recherches.
Enfin Rouelle rendit un grand service à l'administration par des recherches sur le salpêtre, et sur l'essai des monnaies d'or.
HILAIRE-MARIN ROUELLE.
1718 –1779.
236. Si le frère de Rouelle, Hilaire-Marin, lui succéda comme démonstrateur de chimie au Jardin du Roi, il n'appartint pas comme lui à l'Académie des sciences  ; en un mot, l'éclat de la réputation de l'aîné nuisit au cadet. Il n'en est pas, moins vrai que les travaux d'Hilaire-Marin sont nombreux et distingués, et, pour peu qu'on estime les recherches chimiques dont les produits de l'organisation sont l'objet, on tiendra compte de l'importance de ces travaux. Certes, les expériences par lesquelles il prouve que les alcalis des cendres des végétaux, de la potasse, par exemple, préexistent dans les plantes à l'état salin, ses études sur les tartrates terreux et métalliques, sur les sucs des plantes, la découverte de la matière azotée, accompagnée de la chlorophylle, qui se sépare par précipitation du suc provenant des parties herbacées écrasées dans un mortier, ont une importance incontestable.
Je citerai encore ses recherches sur le lait, sur le sucre de lait, sur l'huile essentielle des fourmis, sur le sang, sur l'eau des hydropiques, sur l'urine. Et n'oublions pas que la découverte de l'urée appartient à Hilaire-Marin Rouelle.
On lui doit encore d'avoir reconnu la soude et le fer dans le sang, ainsi que le chlorure de sodium et de potassium dans un certain nombre de liquides de l'économie organique.
En résumé, il est juste de reconnaître qu'Hilaire-Marin Rouelle était digne de son nom, et qu'il avait dignement profité des leçons de chimie pratique de son frère aîné.
PIERRE-JOSEPH MACQUER.
1718 – 1784.
237. Macquer succédant à Bourdelin comme professeur de chimie au Jardin du Roi  professa la chimie de Stahl, au lieu de la chimie de Lemery, que professait son prédécesseur ; et Hilaire-Marin Rouelle, successeur de son frère, fut le démonstrateur de Macquer.
Macquer, auteur d'une Chimie théorique et d'une Chimie pratique, l'est aussi d'un Dictionnaire de chimie dont la première édition parut en deux volumes en 1766. Il n'y a qu'une voix sur le mérite de Macquer comme écrivain :
élégance, clarté et précision, voilà ce qui faisait dire à Berthollet que la première édition de ce dictionnaire était le meilleur ouvrage qu'on eût écrit sur la chimie. La seconde édition, en quatre volumes, n'avait pas, à son sens, la même valeur au point de vue de la clarté et de la précision des idées. L'auteur, me disait Berthollet en 1818, sentait qu'une chimie nouvelle était prochaine, et que, dès lors, l'incertitude se faisait sentir sur beaucoup de points que Macquer avait considérés comme certains dans la première édition de son dictionnaire.
Quoi qu'il en soit, Macquer a un autre mérite en chimie que celui d'écrivain : ce sont des recherches expérimentales auxquelles il s'est livré relativement à la fabrication de la porcelaine, sur l'emploi du bleu de Prusse en teinture, l'application de la cochenille sur la soie  ; à lui appartient le premier moyen de dissoudre le caoutchouc sans l'altérer, et, conséquemment, le moyen de le faire servir à beaucoup d'usages.
Il est auteur d'un excellent traité de la teinture sur soie. Je le mentionne ici à cause des vues fort justes qui y sont exposées relativement à la manière dont on doit envisager la composition immédiate des composés organiques.
d) CHIMISTES ANGLAIS.
JOSEPH PRIESTLEY.
1783– 1804.
338. La différence est grande entre Black et Priestley. Le premier fut un professeur élégant qui ne publia que deux découvertes, capitales à la vérité  ; le second composa un grand nombre d'écrits sur les objets les plus différents, la théologie, la métaphysique, la politique, et sur les sciences naturelles d'observation et d'expérience ; mais la théologie est la science sérieuse, tandis que les sciences profanes, la physique et la chimie, ne sont pour lui que des distractions. Il serait impossible de citer dans son œuvre scientifique deux découvertes comparables à celles de Black dont je parlerai bientôt ; mais est-ce dire qu'on peut omettre le nom de Priestley dans ce Résumé de l'histoire de la matière ? Non certainement. Il importe à mon but, vu l'originalité de son auteur, de son esprit observateur et perspicace, et du grand nombre de fluides élastiques dont on lui doit la connaissance, de rappeler que sans contredit elles furent une des causes les plus fécondes des progrès de la chimie durant la seconde moitié du XVIIIe siècle. Mais, pour que le génie imprime à des découvertes scientifiques le cachet ineffaçable de l'invention, le savant doit sentir la nécessité de les examiner lui-même de la manière la plus sévère quant à l'interprétation des faits découverts, afin qu'elle porte la conviction de la vérité dans les esprits les plus logiques. Malheureusement Priestley ne sentait point le besoin de la méthode, ni de la méditation qui en est la conséquence chez tous les grands esprits, après avoir acquis la certitude qu'ils ont découvert la vérité. Il y a plus : c'est que Priestley, loin de vouloir que ses découvertes favorisassent les idées de la science nouvelle, qui s'élaborait trop lentement sans doute au gré des bons esprits, cherchait au contraire à maintenir l'hypothèse du phlogistique, et fait remarquable, en la soutenant, il né s'apercevait pas qu'il était obligé de recourir à des idées que Stahl lui-même avait combattues comme contraires a son hypothèse. Scheele , esprit bien différent à tous égards de Priestley, nous a présenté le même phénomène! (232, 233, 234).                     
239. Si l'on veut se faire une idée juste dé l'esprit de Priestley, on doit l'envisager sous deux aspects contraires. Sous le premier, il apparaît comme un savant modeste  ; il a présenté des idées sur un sujet dont la science ne s'était pas encore occupée, et, loin d'être tranchant, dogmatique, absolu, de vouloir imposer son opinion aux autres, il n'a nulle répugnance à avouer qu'il s'est trompé.
Sous le second aspect, il se montre -comme un homme convaincu de ses opinions, il est disposé à les soutenir envers et contre tous, en recourant à tous les argumenta qu'il juge favorables à sa. cause  tel il est pour le phlogistique.
Étudions-le sous ces deux aspects.
PRIESTLEY SOUS LE PREMIER ASPECT.
24o. Montrons Priestley sous le premier aspect.
La science a inscrit pour la première fois le nom de Priestley dans l'histoire d'une des harmonies de la nature les plus remarquables qu'on connaisse  ; ce nom n'y est précédé d'aucun autre, et la plus haute récompense dont la Société royale de Londres dispose pour honorer le savant, la médaille de Copley, décernée à Priestley en novembre de l'année 1773, consacrera toujours ce nom dans les fastes de la science.
Quelle est cette harmonie ?
On savait avant Priestley qu'un volume d'air donné ne peut en entier entretenir ni la vie ni la combustion, et, après réflexion, on se demandait comment l'atmosphère actuelle entretient la vie et la combustion.
Priestley répondit le premier que la cause en était dans les végétaux qui rétablissaient la salubrité de l'air, altérée par les animaux et par les combustibles dont l'homme se sert pour se procurer la chaleur et la lumière.
Et voilà ce que le chevalier Pringle, président de la Société royale de Londres, expliqua au public dans un discours remarquable,. en remettant à Priestley la médaille de Copley.
Cette haute récompense n'avait pas besoin d'être justifiée  ; cependant, le mois d'août de l'année suivante, 1774 ; le monde savant apprit que Priestley, après avoir répété la distillation du mercure précipité per se, faite quelques mois auparavant par Bayen, constata comme lui qu'elle donnait du mercure métallique et un gaz. Mais la découverte capitale que fit Priestley, c'est que ce gaz n'était pas de l'air, mais le corps appelé aujourd'hui gaz oxygène.
A l'égard de l'harmonie de la nature, Priestley a constaté le fait de l'amélioration par les plantes de l'air, devenu insalubre pour avoir servi à la respiration des animaux et à la combustion des combustibles (formés de carbone et d'hydrogène) ; mais il a fallu une vingtaine d'années avant que la science eût démêlé toutes les causes dont le concours est nécessaire à son accomplissement.
Il est si vrai qu'il les ignorait, que Scheele, ce chimiste éminent, répétant en 1777, avec des pois ou des fèves, l'expérience capitale de Priestley concernant l'amélioration par les végétaux de l'air respirable, et n'ayant pas réussi, l'année suivante Priestley reprit ses expériences  ; il échoua tant de fois, que sa conclusion fut celle-ci : « Après  tout, je crois toujours qu'il est probable que la végétation  des plantes saines, croissant dans leur situation naturelle, produit un effet salutaire sur l'air dans lequel elles «croissent. »
Eh bien ! la grande découverte est compromise, la certitude manque ; il n'y a plus qu'une probabilité.
241. J'ai exposé ailleurs tous les détails des recherches dont le point de départ est l'observation de Priestley (43), pour que la grande harmonie devînt une vérité scientifique, et pour cela il fallut l'intervention de deux savants : Jugen-Housz et Sennebier ; le premier reconnut la nécessité que les parties vertes des plantes reçussent les rayons du soleil, et le second que le gaz oxygène provenait de la décomposition du gaz acide carbonique opérée dans les feuilles.
L'harmonie existe. Honneur au génie de Priestley! Mais comment les plantes améliorent-elles l'air irrespirable ? Il ne l'a pas expliqué. Mais louons-le du fait découvert et de là manière pleine de réserve et de modestie avec laquelle il accueillit les observations de Scheele
PRIESTLEY SOUS LE DEUXIÈME ASPECT.
242. Sous le second aspect, c'est un théologien, un métaphysicien, un politique, un économiste  ; c'est un savant qui a traité un sujet appartenant à un corps de doctrine dont il s'est occupé, de sorte que le sujet n'est pas neuf, et si lui-même a composé des écrits qui se rattachent à un ensemble de connaissances déjà existant, il sera l'homme absolu d'un système d'idées qu'il aura adoptées  ;
mais il pourra en changer  ; par exemple, dissident dans la religion anglicane, il sera successivement presbytérien arminien, arien, socinien, et finira par écrire que l'âme est matérielle, tout en reconnaissant une résurrection des hommes pour la récompense des bons et la punition des méchants. Chose remarquable, ministre d'une congrégation, sa foi au phlogistique est plus constante qu'en religion, comme nous allons le voir.
238. Priestley, ai-je dit, après avoir eu le mérite d'apercevoir le premier une des plus grandes harmonies du mondé actuel, la dépendance où se trouve le règne animal du règne végétal, découvre le gaz oxygène et le caractérise par l'activité avec laquelle il opère la combustion des corps combustibles ; qu'on plonge en effet dans une cloche pleine de ce gaz une bougie dont on vient de souffler la flamme» mais dont la mèche présente encore quelques points en ignition, elle se rallumera avec une sorte d'explosion. Sept mois après, il reconnaît que les animaux vivent plus longtemps dans ce gaz que dans un volume égal d'air atmosphérique. L'auteur de ces belles découvertes n'est-il pas en position de prononcer définitivement que le phlogistique a fait son temps et qu'il n'a plus raison d'être ?
La vivacité de la combustion dans le gaz oxygène, l'union du gaz avec le combustible, ne sont-ce pas des faite qui se présentent les premiers à l'esprit ? et leur incompatibilité avec l'hypothèse de Stahl pré tendant expliquer la combustion d'une manière toute physique, par un simple mouvement verticillaire que l'atmosphère imprime aux parte solides, mais excessivement déliées du phlogistique qui sont unies aux particules de tous les .combustibles, n'est-elle pas évidente ? la balance n'est-elle pas là pour voir si le produit .du corps brûlé n'est pas plus pesant après la combustion qu'il ne l'était auparavant ? Priestley, an lien de recourir à la balance pour se faire une opinion fondée sur un contrôle positif, s'en abstient, et, quoique se prétendant phlogisticien, il avance des idées que l'auteur du phlogistique a combattues explicitement. Nous verrons plus loin qu'après le triomphe de la théorie de la combustion de Lavoisier, en 1797, Priestley allégua des faits nouveaux mal interprétés comme favorables à l'hypothèse du phlogistique, tandis qu'ils sont tout à fait favorables à la théorie de Lavoisier.
243. Le nom. de Black, ai-je dit, est consacré dans la science par deux grandes découvertes : l'explication de la différence des alcalis carbonates d'avec les alcalis caustiques, et la découverte de la chaleur dite latente, nécessaire à la liquéfaction des solides et à la vaporisation des liquides.
Ne me demandera-t-on pas s'il n'en est pas de même des deux découvertes de Priestley, celle de l'amélioration par les plantes de l'air atmosphérique impropre à la combustion et à la respiration, et la découverte du gaz oxygène?
Les remarques suivantes préviendront, je l'espère, ces questions de la part de mes lecteurs.
Mon but, en écrivant cet opuscule sur l'histoire dont la nature de la matière est l'objet, a surtout été l'examen du. mode de procéder de l'esprit humain dans la recherche de l'inconnu, en recourant à l'observation et à l'expérience, et cela non d'après un système d'idées préconçues qui me seraient personnelles, mais d'après les faits, et ces faits, pour moi, sont les opinions mêmes qui ont été émises successivement.
Or, il faut se reporter à la définition que j'ai donnée du mot fait dans une lettre à M. Villemain (44), définition précise dont je ne me suis jamais écarté, et qui me permet de donner à ce qui est scientifique un caractère reposant sur, deux propositions.
Première proposition. – Définition précise des faits qui constituent un objet quelconque que l'on se propose d'examiner au point de vue de la science ou, en général, de la vérité.
Deuxième proposition. – L'interprétation des faits définis préalablement par la science, justifiée par une méthode propre à en faire connaître l'exactitude. Quand ce n'est pas la vérité, c'est la probabilité, et cette interprétation recourt à l'expérience ou, quand le sujet ne s'y prête pas, à un système d'observations qui en tient lieu.
Evidemment, la science ne réside pas dans les faits définis, mais bien dans l'interprétation ta plus logique de ces faits définis.
244. Appliquons ces généralités aux découvertes de Black et à celles de Priestley.
Les deux découvertes de Black, considérées en elles-mêmes, ont le mérite incontestable d'être aussi complètes qu'elles pouvaient l'être au moment où elles furent faites. Le temps n'a apporté aucun changement dans la manière dont les faits furent définis, ni à l'interprétation qu'en donna l'auteur.
245. En est-il de même des deux découvertes de Priestley ?
Non certainement.
La première, comme nous l'avons vu, perd elle-même de sa certitude dans l'esprit de l'auteur, et il faut des recherches d'une vingtaine d'années pour que les causes principales qui concourent au phénomène acquièrent enfin le caractère scientifique.
Quant à la découverte de l'oxygène, loin que l'auteur ait apprécié la vérité de sa découverte, il en a méconnu l'importance en prétendant la faire entrer dans l'hypothèse du phlogistique.
Et je ne puis mieux me résumer qu'en citant ce jugement si remarquable porté par Georges Cuvier dans l'éloge de Priestley :
« .... Sous se rapport, il peut donc à bon droit être con- sidéré comme un des pères de la chimie moderne, et  sa gloire s'associe très-justement à celle des auteurs de  cette célèbre révolution dans le système des connaissances humaines.
« Mais c'est un père qui ne voulut jamais reconnaître sa fille. »
Après ces lignes si vraies, et cette conclusion si admirablement et si simplement exprimée, je n'ai rien à ajouter. J'ai dit.            
f) CHIMISTES ANGLAIS.
HENRI CAVENDISH.
1733-– 1810.
246. Henri Cavendish, second fils du duc de Devonshire, fut longtemps dans une position de fortune médiocre par deux raisons : il était cadet, et son goût pour les sciences le tint toujours éloigné de la carrière des places à laquelle sa naissance lui donnait droit de prétendre. Il n'est donc point étonnant que Cavendish fût un homme de science des plus distingués, car il a fait ses preuves comme mathématicien, physicien et chimiste éminent. Devenu un des hommes les plus riches de la noblesse anglaise, il ne se maria pas, ne cessa point de cultiver les sciences et de faire l'usage le plus libéral de sa fortune à tous égards. Il laissa une fortune de trente millions de francs.
Je ne parle que .de trois découvertes chimiques de Cavendish, mais elles sont de l'ordre le plus élevé.
La première est la composition de l'air quant a la proportion de l'oxygène et de l'azote. Scheele, évidemment, avait accusé une proportion d'oxygène trop grande, Cavendish fut plus exact en évaluant la proportion de volume de l'oxygène à un cinquième et une légère fraction au lieu de un quart de volume.
La seconde découverte fut la composition de l'eau ; certes, on peut conclure de ses expériences qu'elle résultait de l'union de i volume d'oxygène et de 2 volumes d'hydrogène.
Enfin, la troisième concerne la composition de l'acide azotique ; il constata, en électrisant dans un tube de verre contenant de la potasse un mélange gazeux, que 2 volumes de gaz azote s'étaient unis à 4 volumes 3/4 de gaz oxygène.
Si nous devons citer dans ce Résumé le nom de Henri Cavendish, comme auteur de ces grandes découvertes, après en avoir signalé l'importance, un second devoir sera accompli, comme historien, lorsqu'on aura fait remarquer qu'en 1784 leur auteur concluait, après une discussion réfléchie sur l'hypothèse du phlogistique et la théorie de la combustion de Lavoisier, en faveur de la première, conclusion que je ne m'explique pas de la part d'une intelligence aussi élevée que celle de Cavendish.
RÉSUMÉ D'UNE HISTOIRE
G. CHIMISTES NEWTONIENS.
ISAAC NEWTON ET ÉTIENNE-FRANÇOIS GEOFFROY.
247. L'ordre des matières comme l'ordre chronologique s'accordent pour parler ici de deux savants qui cultivèrent des sciences bien différentes sans doute, mais qui, dans l'intervalle d'un an, publièrent, l'un et l'autre, des écrits capitaux sur la nature de la cause à laquelle on doit rattacher les effets si variés produits par la combinaison chimique qui se trouvait dès lors essentiellement distinguée du mélange.
248. Le premier naquit dix-huit ans avant Stahl, en 1642, et mourut en 1727, sept ans avant lui  ; il se nommait Isaac Newton.                    
Le second naquit douze ans après Stahl et mourut en 1731, trois ans avant lui. Médecin français des plus renommés par la culture de l'esprit et la variété de ses connaissances, il se nommait Étienne-François Geoffroy.
249. L'écrit de Newton parut en 1717, non comme ouvrage, mais comme une simple question qui, sous le n° 31, se lit à la fin de la deuxième édition de son Optique.
L'écrit d'Étienne-François Geoffroy parut l'année suivante, 1718, sous le titre de Table des différents rapports observés en chimie entre différentes substances. En 1720, il répondit à trois objections que l'on avait faites à cette table.
ISAAC NEWTON.
1642–1727.
250. Rien de plus élevé que la trente et unième question qui termine la deuxième édition de l'Optique de Newton. On ne se rend bien compte qu'il ait pu l'écrire qu'en suivant les détails donnés sur sa vie intérieure depuis son enfance, et, loin qu'on puisse les prendre pour des légendes concernant l'homme qui, avec Leibnitz, a atteint le rang le plus élevé auquel la science humaine puisse aspirer, ces légendes sont des vérités propres à résoudre un problème qui, autrement, n'aurait pas de solution. En effet, quelle est l'opinion la plus générale sur l'esprit mathématique? C'est que celui qui le possède à un certain degré ne s'occupe guère de la société où il vit. Si son esprit se porte sur des phénomènes naturels, l'astronomie l'occupera sans doute, les phénomènes célestes souriront à son esprit avec le charme des calculs, aussi élevés que précis, comme le témoigne la prévision des éclipses. C'est que la plupart des jeunes gens, en qui le goût des sciences se manifeste, sont plus disposés à s'occuper des phénomènes qui se passent à la surface de notre globe, ou d'observations que leur suggèrent la vue des ateliers, des usines, de l'industrie et même l'économie domestique. Chez eux, le goût de l'observation immédiate du monde où ils vivent prédomine sur les méditations purement abstraites.
Cela dit, n'est-ce pas un phénomène psychique vraiment frappant pour tous ceux qui se préoccupent de connaître l'esprit humain, autrement qu'on n'en parle dans ces prétendus livres de philosophie où l'étude abstraite des facultés de l'esprit se borne à savoir ce qu'en ont dit des hommes étrangers aux sciences mathématiques et physicochimiques et jugeant en dehors de leurs méditations, comme mutile à leur philosophie, toute étude des facultés de l'esprit appliquées à la recherche des vérités du domaine de la philosophie naturelle, en recourant à l'observation des faits, aussi exactement définis que possible, et à la critique de l'interprétation de ces mêmes faits à l'aide de l'observation et de l'expérience ?
251. Comment Newton nous apparaît-il ?
Dès le jeune âge, il recherche l'isolement, il est avide de lecture, mais c'est pour se livrer ensuite aux méditations les plus élevées.
En même temps que la mécanique céleste l'occupe, le besoin de se rendre compte de la mécanique usuelle se fait sentir, et, grâce à son heureuse organisation, d'admirables organes physiques obéissent à sa pensée, et il construit de ses mains des modèles de machines, tels que moulins, horloges, etc., etc.
252. Sa mère l'ayant envoyé pour étudier, à l'âge de douze ans, à Grantham, ville voisine de Wolstrop, où il était né, elle le mit en pension chez un apothicaire du nom de Clarke  ; il n'est pas téméraire de penser, qu'avec le besoin que le jeune Newton éprouvait de connaître, son attention se porta sur les préparations pharmaceutiques, et qu'à cette époque il aperçut l'importance de ces phénomènes si nombreux et si variés qui ne s'observent qu'à la condition que les corps soient en contact apparent.
253. Résumons-nous en disant :
Le livre des principes est l'œuvre de l'esprit de la science abstraite au plus haut degré.
Le livre de l'Optique est l'œuvre de l'esprit le plus élevé uni à l'art expérimental le plus original comme le plus précis.
Enfin, la trente et unième question est le premier écrit de philosophie chimique où la preuve soit donnée de l'existence d'une force attractive, agissant au contact apparent seulement pour opérer des combinaisons absolument distinctes des mélanges dans lesquels les corps conservent toutes les propriétés qu'on y remarquait auparavant.
254. L'auteur de la loi de la gravitation établit deux différences vraiment fondamentales entre la pesanteur et l'attraction moléculaire  ; dès lors l'intensité de la première est en raison de la masse et en raison inverse du carré de la distance, tandis que l'intensité de l'attraction moléculaire décroît si rapidement avec la distance qu'elle n'est sensible qu'au contact apparent.
La seconde différence concerne l'intensité de la pesanteur indépendante de la nature des corps  ; elle est la même pour l'unité de poids à des distances égales, tandis que l'attraction moléculaire d'affinité pour des espèces chimiques différentes pouvait être fort différente dans les mêmes circonstances.
L'inégalité d'affinité entre des espèces chimiques diverses, parfaitement observées et définies par Newton, en vertu de laquelle un corps a peut en expulser un autre b, qui est uni à un troisième c, pour en prendre la place, est ce qu'on appelle affinité élective, mot qui exprime que l'affinité de a pour le corps c est supérieure à celle du corps b.
C'est grâce à l'affinité élective que l'analyse chimique est possible dans l'étendue des cas où nous la pratiquons aujourd'hui  ; mais l'affinité élective, loin d'être absolue, change avec les circonstances.
Pour qui ignorait la vie de Newton et la destruction d'un grand nombre de ses manuscrits, parmi lesquels se trouvaient, paraît-il, les, Notes relatives aux actions moléculaires, accident causé par une bougie allumée que renversa son petit chien chéri nommé Diamant, on ne s'expliquerait pas comment il aurait pu rédiger la trente et unième question de la deuxième édition de son Optique, si remarquable au point de vue chimique par Les faits dont l'écrit se compose, s'il ne s'était pas déjà occupé longtemps avant l'accident des actions moléculaires.
On ne s'expliquerait pas encore comment le comte Halifax, chancelier de l'Echiquier, l'eût nommé garde de la Monnaie en 1696, pour la refonte des monnaies d'or et d'argent, et comment, en 1699, trois ans après, avoir exécuté cette grande opération, -grâce au concours, des connaissances les plus élevées, y compris celle des. actions chimiques, le grand ministre, comme récompense de ce travail, vraiment national, le nomma directeur de la Monnaie, et comment, après sa mort, la place passa à son. neveu.
ÉTIENNE-FRANÇOIS GEOFFROY.
1673–-1731.
255. Si nous ne comparons pas Etienne - François Geoffroy au grand Newton, il y aurait de notre part une profonde injustice à méconnaître le service rendu à la science des actions moléculaires en parlant froidement d'un travail qui, plus modeste que celui de Newton, n'en est pas moins remarquable comme œuvre originale  ; l'auteur profita sans doute, comme l'illustre Anglais, des connaissances du domaine public  ; mais les observations, propres à chacun d'eux donnèrent à leurs œuvres respectives le caractère de supériorité qui les distingue de celles de leurs contemporains.
256. La proposition générale concernant l'affinité élective est formulée par Étienne-François Geoffroy dans les termes suivants :
« Toutes les fois que deux substances, qui ont quelque  disposition à se joindre l'une avec l'autre, se trouvent  unies ensemble ; s'il en survient une troisième qui ait  plus de rapport avec l'une des deux, elle s'y unit en faisant lâcher prise à l'autre. »
Substituez au mot rapport le mot affinité, et vous aurez une rédaction que Newton eût incontestablement reconnue comme l'expression de sa pensée.

257. En entrant dans des détails relatifs aux objections dont la table fut l'objet, je croirais amoindrir injustement comme critique le .mérite de l'auteur  ; car ces objections ne concernaient pas la conception du principe formulé, elles émanaient, soit de l'ignorance où l'on était de vérités qui ne furent découvertes que plus tard, soit de raisonnements déduits d'opinions erronées que l'on prenait pour des vérités.
JOSEPH BLACK.
1728– 1799.
258. Deux découvertes recommandent le nom de J. Black à la science chimique et physique.
§ I. La première est la distinction des alcalis carbonates d'avec les alcalis caustiques.
§ II. La seconde est la découverte de la chaleur thermométrique, qui devient latente, soit dans la liquéfaction d'un solide, soit dans la réduction d'un liquide en vapeur ou en gaz.
§ I
259. L'exactitude exige que nous fassions remarquer que Black considérait l'acide uni à la potasse, à la soude, à l'ammoniaque, à la chaux et à la magnésie effervescente» avec les acides faibles, comme étant l'air fixe ou fixé de l'atmosphère, gaz distinct, selon lui, de l'air pur et de l'air impropre à la combustion  ; en un mot, c'est le gaz qui, plus tard, fut considéré comme le produit acide de l'union de l'oxygène avec le carbone.
260. Black reconnut donc parfaitement que la potasse, la soude, l'ammoniaque, la chaux et la magnésie ordinaire étaient unis à cet acide, et que celui-ci se dégageait, par l'action de la chaleur, de la magnésie et de la chaux, et que la chaux dissoute dans l'eau enlevait l'acide carbonique à la potasse, à la soude, à l'ammoniaque, et enfin à la magnésie.
261. La théorie de Black fut attaquée par Meyer. Il considéra que la causticité des bases ne leur appartenait pas, qu'elle résultait de la combinaison des alcalis purs avec un corps particulier, qu'il appelait acidum pingue  ; mais la théorie de Black triompha de cette opinion et de quelques autres aussi hypothétiques.
§ II
262. La seconde découverte a une égale importance en physique et en chimie, par sa généralité, soit à l'égard de la science abstraite, soit à l'égard des applications»
Prenons de la glace réduite en poudre au centre de laquelle plonge un thermomètre. Supposons qu'on observe dans une atmosphère limitée dont la température est de +10 degrés  ; si la glace est à -40 degrés de température, le thermomètre s'élèvera peu à peu jusqu'à zéro sans que la glace se fonde, en supposant qu'elle soit agitée  ; mais à partir de zéro la glace commencera à se fondre, et, en supposant l'agitation parfaite, ce ne sera qu'après la fusion totale de la glace que l'eau liquide s'échauffera jusqu'à 10 degrés, la température de l'atmosphère.
Que s'est-il passé ? c'est ce que Black a parfaitement vu  ; à partir de zéro, la glace ne s'est liquéfiée que par la chaleur qu'elle a. reçue du dehors, mais avec cette différence, en égard à celle qui l'a échauffée depuis -40 degrés jusqu'à zéro, qu'elle a perdu sa puissance sur le thermomètre ;
de là l'expression de latente, qu'on lui a donnée pour la distinguer de celle qui fait monter le thermomètre de -40 degrés à zéro,
263, Black s'étant demandé comment on pouvait exprimer la quantité de cette chaleur latente,
II s'est dit : Prenons i unité-poids de glace à zéro, et voyons à quelle température il faudra porter une seconde unité-poids pour avoir 2 unités-poids à zéro.
Aujourd'hui la science admet que la température de l'unité-poids de l'eau doit être de 80 degrés.
Et on exprime en unités-calories cette température. On dit donc que la glace à zéro, pour se fondre, exige 80 calories.
Phénomène absolument analogue à celui de la réduction d'un liquide, se convertissant en vapeur par ébullition sous la pression de 0,760 m. de mercure.
Supposons l'unité poids d'eau portée à 100 degrés  ; elle représente 100 calories à partir de zéro. Eh bien, depuis le commencement de l'ébullition jusqu'à ce que tout soit vaporisé, la température du liquide s'est constamment maintenue à 100 degrés.
Les expériences les plus précises ont fixé à 540 calories la quantité de chaleur latente nécessaire pour convertir l'eau liquide à 100 degrés en vapeur, marquant 100 degrés au thermomètre, le volume de l'eau liquide à +4 degrés étant représenté par l'unité, celui de la vapeur à 100 degrés est représenté par 1696, en nombre rond 1700.
264. Malgré l'intervalle de temps écoulé depuis la publication des écrits de Newton et de François-Étienne Geoffroy (1716 à 1720) sur les affinités, jusqu'à celle des recherches des proportions en lesquelles les corps se combinent, de Wenzell, en 1777, et de J.-B. Richter de Berlin, de 1796 à 1798, je ne puis interrompre l'ordre des matières en ne parlant pas ici de l'importance des travaux de ces deux illustres savants allemands.
CHARLES-FRÉDÉRIC WENZELL.
1740– 1793.
265. Les Leçons sur l'affinité des corps, dont il existe deux éditions (1777 et 1779), sont remarquables surtout par, l'exactitude des analyses, que Berzelius, si excellent juge en cette matière, a signalée comme extraordinaire pour le temps. Le point de départ des recherches de l'auteur a été l'observation faite avant lui que les solutions aqueuses de deux sels neutres, différents d'acide et de base, qui se décomposent mutuellement, produisent deux sels également neutres.
D'où la conséquence importante que les quantités de bases nécessaires pour neutraliser un même acide, comme les quantités de divers acides pour neutraliser une même base, sont entre elles dans les mêmes rapports.
JÉRÉMIE-BENJAMIN RICHTER.
1762 – 1807.
266. De 1796 à 1798, il publia la Stochiométrie chimique, ouvrage des plus remarquables au point de vue de la généralité des résultats obtenus de l'application du calcul à la détermination des rapports mutuels suivant lesquels les corps se combinent. Berzelius, en appréciant la valeur de ce livre, remarque cependant que les résultats numériques n'ont pas la précision de ceux qu'on déduit des nombres. donnés par Wenzell.
ANTOINE-LAURENT LAVOISIER.
1745 – 1794
267. En parlant de Lavoisier, je me garderai bien d'examiner ses travaux comme s'il s'agissait d'une biographie  ;
une seule pensée me préoccupe, c'est de mettre en relief le génie du grand homme qui, en donnant une base à la chimie, étendit le domaine de la philosophie naturelle  ; il l'étendit, dis-je, parce que son œuvre témoigne hautement, par l'esprit qui l'a accompli, que la cause la plus puissante du progrès des sciences naturelles est avant tout la définition précise de faits bien observés, et ensuite une interprétation portant à la fois sur leur coordination avec les connaissances déjà acquises et sur leurs causes prochaines  ; et cela à l'exclusion de toute hypothèse reposant sur un passé qu'on ne connaît pas bien, ou se perdant dans un avenir vague qui ne se prête qu'au rêve et non à la raison qui seule affirme la vérité et consacre la science.
268. La tâche qui me reste à accomplir est de montrer ce mérite de l'œuvre de Lavoisier, en y appliquant les propositions énoncées dans l'introduction de cet opuscule (1, 2,, 3, 4, 5, 6) ; propositions qui m'ont servi de principes dans la revue critique des opinions que l'on s'est faites de la matière, depuis l'antiquité jusqu'à la théorie de la combustion fondée sur la combinaison de deux corps, un comburant et un combustible, à l'exclusion  du phlogistique.
269. Nous avons vu que, jusqu'aux alchimistes, l'opinion générale comptait quatre éléments, le feu, l'air, l'eau et la terre  ; mais cette distinction, correspondant aux quatre états d'agrégation des particules matérielles, n'avait pas le même sens pour tous ceux qui l'admettaient : loin de là, Platon parle des quatre éléments dans le Timée, mais, selon lui, transmuables les uns dans les autres, on peut dire comme s'il eût prévu l'isomérisme de la science moderne. Enfin, quelques philosophes' n'admettaient qu'une matière unique, un seul élément : Thaïes de Milet, l'eau (500 ans av. J.-C.)  ; Anaximène, l'air (543 ans av. J.-C.)  ; Héraclite d'Éphèse, le feu. Il vécut de 54.0 à 480 av. J.-G.
270. Nous avons vu ensuite que le plus grand nombre des alchimistes, avant Greber jusqu'à Becker, en reconnaissant les quatre éléments dans toute matière, considéraient les métaux comme immédiatement composés de trois principes immédiats : le soufre, le mercure et l'arsenic qui, dans le XVIe siècle, fut remplacé par le sel.
271. Nous avons vu encore que Becker, croyant à la réalité de l'alchimie, avait compté deux genres d'éléments, en s'éloignant des alchimistes : le premier genre, sous la dénomination de fluide humide, comprenait l'eau et l'air ; le second genre, la matière terreuse, comprenait la terre vitrifiable, la terre inflammable et la terre mercurielle.
272. Si Stahl prit pour base de son hypothèse du phlogistique la terre inflammable de Becker, il n'adopta pas, comme je l'ai dit, toutes ses idées indistinctement.
Quoi qu'il en soit, Stahl ne se fit pas illusion en pensant que son idée du phlogistique serait accueillie avec faveur  ; elle était des plus simples en effet  ; exclusivement physique, à la portée de toutes les intelligences, le phlogistique se montrait à l'état de particules excessivement subtiles, ni chaudes ni lumineuses dans le combustible. Recevaient-elles de l' éther ou de l'atmosphère extérieure une impulsion ? Elles devenaient chaudes, et lumineuses même, si l'impulsion avait été suffisamment forte et susceptible d'imprimer aux particules un mouvement que Stahl qualifiait de verticillaire.
273. Ces faits rappelés, parlons de Lavoisier. La conclusion finale de ses recherches est que la combustion au moyen de laquelle nous nous procurons la chaleur et la lumière n'est point due à la séparation d'un corps d'avec un autre, dans lequel, en vertu d'un mouvement verticillaire imprimé à des particules excessivement ténues, ces particules deviendraient chaudes et lumineuses.
Loin que la chaleur et la lumière de la combustion proviennent de la séparation d'un corps d'avec un autre, il y a dans la combustion, au contraire, combinaison chimique entre deux corps  ; à savoir : le gaz oxygène, un des éléments de l'air atmosphérique, et le combustible.
Lavoisier attribue la chaleur et la lumière de la combustion au calorique et au lumique, agents impondérables qui constituent, pensait-il, l'état gazeux de l'oxygène, duquel ils se séparent lorsque la base pondérable du gaz se combine au corps combustible.
Quant à la preuve de la combinaison de l'oxygène avec le combustible, elle est acquise bien simplement: on a déterminé de la manière la plus rigoureuse, avant l'action, le poids du gaz oxygène et le poids du combustible  ; la combustion une fois accomplie, on pèse le produit, et, si le poids égale la somme des deux poids, de celui de l'oxygène et de celui du combustible, que peut-on dire contre cette conclusion, la combustion est une combinaison et non une simplification de la matière, comme le veut l'hypothèse du phlogistique ?
274- Je ne prétends pas que Lavoisier ait le premier introduit l'usage de la balance dans l'étude chimique des corps, car j'ai fait remarquer il y a longtemps qu'elle était d'usage en docimasie, ou plus généralement, dans tous les cas où il s'agissait de questions relatives aux métaux précieux  ; je citais encore les expériences faites par Sanctorius, qui composent l'Ars de statica medicina sectionibus aphorismorum septem comprehensa, et l'on pourrait ajouter si on le voulait l'expérience du saule de van Helmont. Je ne veux rien exagérer, mais je suis dans le vrai en disant que Lavoisier n'a reculé devant aucune difficulté pour mettre hors de toute discussion les poids des corps qu'il soumettait à ses expériences, et que personne avant lui n'avait eu recours aux procèdes qu'il pratiquait en s'aidant des plus précis pour arriver exactement à ce résultat, et, estimant toute la profondeur de la découverte de la chaleur latente, de Black, il recourt à la calorimétrie.
275. En mettant toutes les exagérations de côté, quelle conséquence tirer de tout ce qui précède?
C'est qu'en définitive, si la balance, dans les recherches chimiques, avait été employée, et dans des recherches d'un autre genre, avant Lavoisier, personne n'y avait recouru pour traiter des questions concernant la base d'une science telle que la question de la combustion qui, on ne peut le nier, est la mère de la chimie moderne, quand on considère la combustion comme l'exemple d'une combinaison chimique des plus énergiques, offrant tous les phénomènes qui se rattachent à cette catégorie des actions moléculaires du ressort de la chimie.
Amené par la force des choses au point où nous sommes arrivé, ne voit-on pas le génie de Lavoisier dans la manière dont il envisage les choses qui, en apparence, devaient lui paraître de peu d'importance, pour ne pas dire indifférentes ?
Les descriptions des appareils, la conduite des opérations, ses définitions précises des opérations les plus vulgaires, les détails dans lesquels il entre pour démêler toutes les causes auxquelles il faut avoir égard lorsqu'il s'agit d'évaluer le volume des gaz relativement à leur température, à la pression qu'ils supportent, quand il s'agit en définitive d'en évaluer les poids, justifient tout ce qu'il dit de la nécessité d'avoir des instruments de précision, tels que thermomètre, baromètre, manomètre, balances, et j'ajoute calorimètre.
En rappelant la réflexion de Berzelius, que les analyses exactes chimiques ne remontent pas au-delà du dernier tiers du XVIIIe siècle, est-ce une exagération de demander qui a fait autant que Lavoisier pour porter la précision dans les recherches physico-chimiques?
276. Ma tâche n'est point accomplie  ; il me reste à montrer, non par des discours, la grandeur des obstacles que Lavoisier a dû surmonter. Bergmann, Scheele et Priestley ne sont pas les seuls savants du premier ordre sur lesquels les idées du phlogistique aient agi pour les éloigner de la vérité. Sans me perdre dans des détails, je vais appliquer le système de critique dont j'ai fait usage pour les chimères alchimiques, comme je m'y suis engagé, à des travaux d'un mérite réel dont les auteurs ont contribué d'une manière incontestable aux progrès de la science nouvelle. Je cite d'abord Kirwan, auteur d'un Essai sur le phlogistique et la constitution des acides (1), où il soutenait l'hypothèse de Stahl contre la doctrine de Lavoisier ; la traduction française parut avec des notes de Lavoisier, de Berthollet, de Fourcroy, de Monge, etc. Kirwan vint à Paris en 1787, où il répéta lui-même les expériences principales de Lavoisier, et, avec une bonne foi qui l'honore, il abandonna définitivement l'hypothèse du phlogistique.
Henri Cavendish lut, le 15 de janvier 1784, à la Société royale de Londres, des expériences sur l'air ; il s'en occupait déjà en 1782, elles sont d'un trop grand intérêt pour que je ne les examine pas avec quelque détail.
277. Henri Cavendish, de l'aveu de tous, a le plus contribué à faire connaître la composition de l'eau, de 1782 à 1784 ; s'il n'a pas dit d'une manière précise, 1 volume d'oxygène et 2 volumes d'hydrogène enflammés par l'étincelle électrique donnent de l'eau, c'est la proposition qu'on pourrait conclure avec le plus de probabilités d'un grand nombre d'expériences qu'il a décrites. En outre, il s'est plus approché de la vérité que Scheele, en reconnaissant dans l'air atmosphérique 1 volume d'air déphlogistiqué (oxygène) et 4 volumes d'air phlogistique(azote), au lieu du rapport de 1 à 3 ou 4 donné par le chimiste suédois.
Il a parfaitement vu que l'air déphlogistiqué (oxygène), enflammé avec environ le double de son volume d'air inflammable (hydrogène), donne de l'eau pure, tandis que dans le cas où il y a, relativement à l'air inflammable, excès d'air déphlogistiqué et encore de l'air phlogistiqué, il se produit non-seulement de l'eau, mais encore plus ou moins d'acide nitreux.
Voilà des faits. Voyons comment Cavendish les interprète.
A la fin de son mémoire, il parle de la théorie de Lavoisier, en faisant remarquer que son auteur rejette l'existence du phlogistiqué, et que son explication de la combustion est d'une grande simplicité. - Ainsi, selon Lavoisier :
L'air phlogistiqué et l'air déphlogistiqué produisent l'air nitreux (deutoxyde d'azote) et l'acide nitreux (azotique)  ;
2° Le soufre et des proportions diverses d'air déphlogistiqué produisent de l'esprit de soufre (acide sulfureux) et de l'acide vitriolique (acide sulfurique)  ;
3° Le phosphore et l'air déphlogistiqué produisent l'acide phosphorique.
Lavoisier considère en outre les chaux métalliques (oxydes) comme des combinaisons de l'air déphlogistiqué avec les métaux.
278. C'est après avoir reconnu la simplicité de la théorie de la combustion, expliquée par la combinaison de deux corps, que Cavendish avoue pourtant lui préférer une théorie où l'on admet à la fois l'union de l'air déphlogistiqué (oxygène) avec le combustible, et celle de l'air dé-phlogistiqué avec l'air inflammable (hydrogène), union qui constitue l'eau, et en cela Cavendish partage l'opinion de Scheele et de Priestley, qui, tous les deux, considèrent l'air inflammable comme le phlogistique.   Mais où conduit cette manière de voir?
A des résultats absolument contraires à l'expérience  ; et c'est ici que Cavendish, après avoir attaché son nom à une des plus grandes découvertes de la chimie moderne, va se confondre dans la catégorie de ceux qui n'ont jamais pris pour guide dans leurs travaux la méthode a posteriori expérimentale.
279. Si le phlogistique existe, comme le prétend Stahl, et qu'on admette de plus la combinaison de l'oxygène avec le phlogistique-hydrogène, les choses vont devenir excessivement complexes, car, sans énumérer tous les cas qui seraient possibles en adoptant cette manière de voir, les suivants pourraient se produire :
a) L'oxygène se combinerait avec le combustible dont l'hydrogène fait partie, et celui-ci se dégagerait.
b) L'oxygène se combinerait avec le phlogistique-hydrogène seulement, et le corps séparé du phlogistique resterait à l'état libre.
c) II se dégagerait de l'eau, et il resterait un oxyde.
d) Les deux corps oxygénés resteraient unis ensemble, etc.
Les cas que je viens de supposer rentrent dans la manière dont je conçois l'analyse et la synthèse mentales procédant à des recherches expérimentales propres à résoudre une question chimique. A ta place de Cavendish, avant de publier son opinion, je me serais assuré par moi-même des difficultés qu'il a supposé devoir rencontrer  ; mais en me reportant à 1784, avec les connaissances du temps, je ne doute pas de la facilité que j'aurais eue de trouver parmi les faits connus des preuves pour rejeter l'intervention du phlogistique dans la combustion.
Prenons pour exemple le mercure, dit précipité per se. Il est certain pour tous ceux qui en ont fait l'expérience qu'on le prépare avec du mercure et de l'air parfaitement secs, et, en outre, que la décomposition de ce précipité par la chaleur ne donne absolument que du mercure et de l'oxygène, dont les poids sont celui du précipité avant sa décomposition.
Celte double expérience, synthèse et analyse, prouve donc que l'opinion que nous combattons est une pure hypothèse.
Si Cavendish, en 1784, était encore partisan du phlogistique, rappelons que Berthollet ne l'abandonna que la même année.
28o. Enfin, une dernière citation ; il s'agit d'une expérience de Priestley, publiée à Philadelphie en 1796, contre la théorie de la combustion de Lavoisier.
Priestley fait remarquer que si l'eau était réellement décomposée par le fer rouge de feu, qui s'emparerait de son oxygène tandis que l'hydrogène deviendrait libre, il ne pourrait se faire qu'en mettant le fer, prétendu oxydé, dans une cornue avec du charbon pur, on obtiendrait de l'air inflammable ; or, disait-il, le fait est incontestable.
Voilà le fait, répétai-je.
Mais, ajoutai-je, l'interprétation en est inexacte. S'il eût été démontré qu'il n'existe qu'un gaz inflammable, et que ce gaz est l'hydrogène, Priestley aurait eu raison ; mais, comme il existe un grand nombre de gaz inflammables, le gaz inflammable provenant du mélange de l'oxyde de fer et du charbon n'est pas de l'hydrogène, mais de l'oxyde de carbone qui contient juste moitié moins d'oxygène que le gaz acide carbonique. L'interprétation de Priestley est fausse, et, conséquemment, son objection.
Je remarque combien ce raisonnement met en évidence l'avantage de la distinction que je reconnais des faits définis par la science d'avec l'interprétation de ces faits.
RESUME FINAL.
281. La connaissance des faits que je viens d'exposer était indispensable à tous ceux qui attachent quelque prix à n'avoir que des idées exactes de la valeur des hommes qui, comme Lavoisier, sont à la tête d'une science.
La première conséquence à tirer de tout ce qui a été dit jusqu'à Becker, inclusivement, en partant de la philosophie grecque, c'est que l'on n'a eu aucun moyen certain de distinguer un corps simple d'avec un corps composé, au double point de vue de la synthèse et de l'analyse mentales et à fortiori de l'analyse et de la synthèse chimiques.
Avant Becker, le plus grand nombre des alchimistes admettaient explicitement les quatre éléments : le feu, l'air, l'eau et la terre, comme corps simples, tandis que le soufre, le mercure et l'arsenic ou le sel, formés chacun des quatre éléments, étaient, tous les trois, les principes immédiats des métaux.
Or les alchimistes étaient dans l'erreur, puisque aujourd'hui l'air, l'eau et la terre sont réputés complexes, et les métaux passent pour être simples.
282. Becker, ai-je dit, a professé une autre manière de voir que les alchimistes qui l'avaient précédé : le fluide humide, comprenant l'eau et l'air, et le principe terreux, comprenant la terre vitrifiable, la terre inflammable et la terre mercurielle. S'il n'a pas admis les métaux comme immédiatement formés de soufre, de mercure et de sel, il ne les a pas moins considérés comme des corps composés de ses trois terres, la vitrifiable, l'inflammable et la mercurielle.
283. Stahl, qui n'était pas alchimiste, comme nous l'avons vu, a pris la terre inflammable de Becker et en a fait le phlogistique sans prendre, à l'exemple de ses prédécesseurs, en considération ni l'analyse, ni la synthèse chimiques, mais l'analyse et la synthèse mentales. Il s'est dit : Tous les corps inflammables ont pour élément commun le phlogistique uni à une autre matière qui n'est pas inflammable  ; la combustion qui donne la chaleur et la lumière, en d'autres termes, le feu artificiel a lieu lorsque les particules excessivement ténues du phlogistique sont mises en mouvement verticillaire par l'éther ou l'atmosphère, et qu'alors elles se séparent de la matière incombustible, en vertu du choc quelles ont reçu.
Évidemment, la conception du phlogistique appartient à la pure imagination  ; mais je donne plus de précision au langage en disant qu'elle est 1''œuvre de l'analyse et de la synthèse mentales.
Un combustible donne du feu quand il brûle, pourquoi ? C'est que le phlogistique à l'état de repos est froid et obscur, mais dès qu'il est en mouvement il se manifeste sous la forme de chaleur et de lumière.
Et c'est alors que l'éther ou l'atmosphère mettent ses particules en mouvement.
Où en sont les preuves?
Stahl n'en donne aucune, cependant la raison peut-elle se taire ?
La combustion, dites-vous, est une analyse, puisque le phlogistique se sépare d'un corps que vous qualifiez de déphlogistiqué. Eh bien! je qualifie votre assertion d'analyse ou de séparation de mentale, par la raison que la matière déphlogistiquée pèse plus que la matière phlogistiquée, et, si vous alléguez que le phlogistique ne pèse pas, je rappellerai ce que vous dites, dans vos trois cents expériences, que le charbon pur est le phlogistique : ce raisonnement me suffit pour affirmer qu'ayant négligé la balance, je ne puis admettre qu'en prenant un corps combustible formé de deux corps, quand l'un d'eux est séparé de l'autre, celui-ci est plus pesant qu'avant sa séparation du premier ; voilà la preuve de l'erreur de l'analyse que je qualifie de mentale.
284. Maintenant prouvons que votre synthèse est mentale aussi, puisqu'on prenant du plomb, de l'étain déphlogistiqués, en les chauffant avec du charbon, les métaux auxquels vous avez rendu le phlogistique qu'ils avaient perdu en brûlant pèsent moins, après l'avoir repris, qu'auparavant ; voilà l'erreur de la synthèse mentale  ; or, rappelons que l'augmentation de poids des métaux par la calcination était un fait connu depuis longtemps  ; conséquemment, les objections que je fais auraient pu être faites par les contemporains de Stahl lui-même.
Bayen, pharmacien français, appartenant à l'armée, porté par sa nature à l'observation, imagina de chauffer du mercure dit précipité per. se dans une petite cornue munie d'un tube propre à conduire le gaz dans une cloche renversée et remplie d'eau. Ce précipité était du mercure dephlogistiqué  ; eh bien! par la seule chaleur, sans phlogistique, il est réduit en gaz et en mercure.
Or, voilà une expérience qui confirme l'objection que nous avons faite, puisque la matière dite déphlogistiquée, en reprenant la forme métallique, aurait dû augmenter de poids ; or, évidemment, elle en a perdu, puisque l'air recueilli dans la cloche est pesant, comme il l'était avant l'expérience, lors de son union avec le mercure. La distillation du précipité per se par Bayen remonte au commencement de l'année 1774.
Après avoir montré comment, du temps où Stahl exposa son hypothèse du phlogistique, il eût été facile de juger ce qu'elle était au fond, sans cesser d'appuyer son raisonnement sur des connaissances acquises dès ce temps-là même, comment est-il arrivé pourtant que l'on ait été si longtemps à adopter la théorie de Lavoisier, bien plus simple, et reposant d'ailleurs sur des expériences précises, contrôlées par l'analyse et la synthèse chimiques, et hors de toute contestation ? Ce fait ne paraît pas facile à comprendre  ; loin de le dissimuler, il faut, au contraire, chercher à se l'expliquer, et cet examen, loin d'être inutile, est au contraire plein d'intérêt pour tous ceux qui aiment à se rendre un compte exact des faits les moins vraisemblables en apparence ; et les résultats de l'examen qui nous occupe ne peuvent être dénués d'intérêt, lorsqu'il s'agit d'une branche de connaissances d'une origine très-ancienne déjà, mais dont la base n'a été fixée que dans le dernier tiers du siècle passé, et que les obstacles sont venus des hommes mêmes qui semblaient appelés, par leur esprit et leurs connaissances, à devoir être les premiers à discerner la vérité de l'erreur en assurant le progrès des connaissances humaines par l'adoption même de la théorie nouvelle de la combustion.
285. L'examen dont je parle a un double intérêt :
D'abord l'étude de l'esprit humain qui, pour appartenir à la science, dans le cas dont nous nous occupons, doit tenir à l'essence même de l'esprit, et dès lors l'étude du fait particulier, ainsi envisagé, s'élève à la connaissance de la généralité.
Ensuite, n'est-ce rien que l'examen d'une discussion prolongée des années entières, entre des esprits des plus élevés de pays divers, qui, sans s'être concertés, soutiennent l'erreur au détriment de la vérité? Dans un sujet aussi étranger que possible aux passions humaines, n'est-ce rien pour la vérité, la morale, la justice, de montrer cette infirmité de l'esprit de l'homme-individu? Lorsque le résultat de l'examen historique de la théorie de la combustion, fait aujourd'hui, en 1876, environ un siècle après qu'elle fut acceptée du monde savant, lorsque cet examen, dis-je, élève encore la gloire de son auteur, qu'un tribunal dit de salut public condamna à porter sa tête sur l'échafaud le 8 de mai 1794 ! Lavoisier était âgé de quarante-huit ans.
286. Rappelons les cinq faits suivants sans réflexions :
Ier fait. L'hypothèse du phlogistique a été adoptée lorsqu'on savait que les métaux augmentent de poids par la calcination, que l'air est nécessaire à cette calcination, et qu'il n'y a pas de combustion possible sans air.
2e fait. Quatre grands hommes : Bergmann, Scheele, Priestley et Henri Gavendish, ont été partisans de l'hypothèse du phlogistique.
3e fait. Scheele et Priestley, connaissant l'augmentation de poids des métaux calcinés, ont tous les deux, avec des opinions diverses, admis que le phlogistique était l'hydrogène, et cependant Stahl avait dit, dans son dernier ouvrage des trois cents expériences, que le phlogistique est essentiellement solide et représenté par le charbon pur.
4e fait. Lavoisier, membre de l'Académie des sciences, avec l'influence que lui donnait sa position sociale et une grande fortune, n'a pas eu, longtemps avant 1786, un grand nombre d'adhérents parmi les savants ses compatriotes, et un Français, dont la probité et la profondeur de l'esprit chimique étaient en lui à l'égal du courage civil et du courage du soldat, Berthollet, n'adhéra qu'en 1785 à la théorie de Lavoisier!
5e fait. Henri Cavendish, qui avait passé plusieurs années à reconnaître la composition de l'eau, a discuté, en 1784, l'hypothèse au phlogistique et la théorie de la combustion, et, après avoir démontré que l'eau est formée de i volume d'oxygène et de 2 volumes d'hydrogène, il a conclu d'une discussion, qu'il croyait sérieuse, en faveur de l'hypothèse du phlogistique.
287. En commençant à parler de Lavoisier (267), j'ai rappelé les six premiers alinéas de l'introduction de cet opuscule qui présentent dans l'ordre suivant la définition du mot fait, la distinction de l'analyse et la synthèse chimiques d'avec l'analyse et la synthèse mentales, et, faisant remarquer que la définition et la distinction des analyses et synthèses ont été autant de propositions qui m'ont servi de principes dans le résumé critique des opinions alchimiques, il m'est facile en ce moment, après l'exposé des cinq faits précédents (286), conclusions de ma critique des opinions émises postérieurement à Stahl, sur son hypothèse du phlogistique et sur la théorie de la combustion de Lavoisier, de faire remarquer à mes lecteurs que toutes les objections opposées à cette dernière théorie sont les conséquences dernières de l'hypothèse au phlogistique expirante, et il me sera permis d'ajouter que le système de critique qui me guide se compose d'une critique spéciale et d'une critique générale.
La critique spéciale porte sur les faits spéciaux à la chimie ou plus généralement à la science à laquelle mon système de critique spéciale est appliqué, d'où la conséquence que le critique d'une science doit connaître cette science, et ce qui la distingue des autres sciences ; en un mot, l'histoire d'une science exige que celui qui l'écrit soit lui-même savant en matière de cette même science.
La critique générale exige de son auteur une connaissance suffisamment approfondie des analogies et des différences existant entre les branches diverses de la philosophie naturelle pour avoir des idées justes des méthodes spéciales de ces branches diverses, précisément pour ne pas confondre la méthode générale avec les méthodes spéciales  ; évidemment, cette connaissance exige l'étude des facultés de l'esprit humain, non d'après la simple philosophie lettrée, mais d'après la philosophie scientifique comprenant les méthodes spéciales des sciences, méthodes spéciales qui, je le reconnais, sont une conséquence de la faiblesse de l'esprit humain-
288. Or, c'est bien ce système de critique qui, après avoir été appliqué aux chimères alchimiques, l'a été à l'hypothèse du phlogistique, d'abord à son auteur, puis à ses successeurs ; et c'est alors que nous avons vu ses partisans, afin de prévenir des objections, se mettre en contradiction évidente avec Stahl lui-même. Tandis que ce même système de critique citait la nouvelle doctrine de la combustion comme évidemment fidèle à la balance, lorsqu'au nom de la synthèse chimique elle démontrait que le poids du produit de la combustion était exactement la somme du poids du combustible et de Y oxygène, aussi bien qu'elle l'était à \'analyse chimique lorsqu'elle démontrait que le poids du mercure et le poids du gaz oxygène, provenant de la distillation du précipité per se, représentaient exactement le poids de la matière distillée.
Qui a établi cette vérité ?
C'est Lavoisier.
Et plus de quinze années se sont écoulées avant que le monde savant l'ait reconnue !
289. Avant le triomphe de la vérité, quelques critiques prétendaient avec assurance que tous les faits sur lesquels repose la nouvelle doctrine avaient été découverts par d'autres que Lavoisier, proposition aussi injuste pour le grand homme qu'elle blesse la vérité.
Je m'estime heureux que mes derniers travaux m'aient permis de formuler une proposition, aussi vraie dans la science que dans tout ce qui est du ressort de l'esprit, c'est qu'en tout raisonnement il y a deux choses distinctes :
Des faits et une interprétation de ces faits :
Les faits, objets du raisonnement, doivent être définis, et ceux du domaine de la science ne peuvent l'être que par elle en recourant à Y analyse mentale  ;
L'interprétation de ces faits, lorsqu'ils sont scientifiques, constitue la théorie même de la science à laquelle ils se rapportent.
Eh bien! d'après tout ce qui précède, à qui appartient l'exactitude de cette interprétation ?
A Lavoisier, sans contredit.
Et qu'est-ce qui relève son mérite, que dis-je, sa gloire?
C'est précisément les interprétations des faits contraires aux siennes, données par ces hommes éminents, qui se nomment Scheele, Priestley et H. Cavendish!
290. Quelle est la grandeur de l'œuvre chimique de Lavoisier ?
J'ose dire qu'elle ne pouvait être appréciée qu'après un examen analogue à celui qu'on vient de lire des idées qu'on s'est faites delà matière depuis l'antiquité jusqu'à Lavoisier inclusivement.
Tout ce qu'on a dit d'elle est erroné jusqu'à lui exclusivement. Évidemment, il n'y a ni analyse ni synthèse chimiques possibles, si le savant n'a pas recours à la balance.
Les conséquences rigoureuses que Lavoisier a tirées de ses études, ne l'ont point été de. son esprit seulement, mais de son esprit observant, et conduit d'après ses observations à instituer des expériences en recourant à la balance, pour savoir si son esprit avait vu la vérité ou si l'erreur l'avait égaré.
Telle est la marche qui le conduisit à ce principe, que personne n'avait formulé avant lui :
Une matière composée est celle dont l'analyse chimique sépare plusieurs corps, tandis qu'elle ne le peut lorsque la matière est simple.
Mais Lavoisier, homme de génie, avait senti que dans la science naissante, fille de son esprit, de l'observation et de l'expérience, il fallait la laisser libre de se développer en disant d'avance que son principe était vrai en soi, mais non absolu sans avoir égard au temps quant aux corps qu'il qualifiait de simples ; par la raison qu'avec le progrès des connaissances on pourrait décomposer un jour des corps qui, jusque-là, avaient résisté à l'analyse.
Conclusion d'une sagesse parfaite  ; car, douze ans après sa mort, 1806, H. Davy démontrait que les alcalis et les terres, considérés avant lui comme des corps simples, sont en réalité complexes ; progrès immense, mais. qui, loin d'être en contradiction avec la théorie de la combustion, en était au contraire une confirmation éclatante, et, si Lavoisier eût été témoin de la découverte, il n'en aurait point été surpris, puisqu'il ; écrivait dans son Traité élémentaire de chimie (3e édition, tome Ier, page 180.) : « Cette considération semblerait appuyer ce  que j'ai précédemment avancé à l'article des terres, que  ces substances pourraient bien n'être autre chose que des métaux oxydés, avec lesquels l'oxygène a plus d'affinité qu'il n'en a avec le charbon, et qui, par cette circonstance, sont irréductibles. »
391. Je ne puis trop insister sur l'excellence de l'esprit de Lavoisier formulant le principe vrai en soi de la définition du corps simple, définition conforme à l'esprit de l'analyse mentale ; niais il se gardera bien de ne pas rester fidèle à l'expérience. Malgré la probabilité de la nature complexe des terres, il reconnaîtra le fait de leur résistance à l'action du carbone, des corps connus celui qui a le plus d'énergie pour enlever l'oxygène aux corps oxygénés, mais, loin de taire la probabilité, il l'exprimera au contraire. Certes, voilà un grand exemple donné, et, à mon sens, il est applicable à l'étude des êtres les plus complexes au point de vue des connaissances propres à expliquer les phénomènes que présentent les êtres vivants à l'observation du savant ; mais, en parlant d'eux et de Lavoisier, en montrant la sévérité de ses écrits pour distinguer ce que l'on démontre d'avec ce qu'on ne démontre pas, quel que soit le degré de probabilité, n'est-ce pas une bonne fortune pour moi, critique, de montrer l'étendue de ce vaste esprit en citant les paroles mêmes que lui suscite l'étude de la respiration à laquelle Armand Séguin coopéra?
Quel sujet lui inspire les réflexions que je vais reproduire? Il est complexe ; car il s'agit des animaux et de l'homme même. La vie n'existe pas sans air. Elle s'éteint dès que cet air cesse de pénétrer en eux, et, fait remarquable : l'air expiré, son action accomplie, renferme du gaz acide carbonique, parce que, sans-doute, il a enlevé du carbone à l'animal en vertu de son affinité pour ce combustible  ; mais cette union ne se fait pas sans un dégagement de chaleur, il est donc vraisemblable que le phénomène de la respiration est en partie chimique.
Au point de vue où se place l'auteur de la nouvelle théorie de la combustion, une relation intime ne peut ne point exister entre le carbone brûlant par l'oxygène atmosphérique et le carbone du sang brûlant par ce même oxygène. Une expérience précise pour reconnaître la chaleur représentée par le carbone indique qu'elle est insuffisante pour représenter la chaleur produite par l'acte respiratoire  ; il admet en conséquence qu'une portion d'hydrogène du sang est elle même brûlée.
Mais, après avoir remarqué que la chaleur développée par l'acte respiratoire varie dans le même individu selon l'état de veille, de la digestion, de l'exercice musculaire, etc., l'esprit du grand observateur fait les réflexions suivantes :
« Ce genre d'observations conduit à comparer des emplois de force entre lesquels il semblerait n'y avoir aucun  rapport. On peut connaître, par exemple, à combien de  livres, en poids, répondent les efforts d'un homme qui  récite un discours, d'un musicien qui joue d'un instrument. On pourrait même évaluer ce qu'il y a de mécanique dans le travail du philosophe qui réfléchit, de  l'homme de lettres qui écrit, du musicien qui compose.  Ces efforts, considérés comme purement moraux, ont  quelque chose de physique et de matériel qui permet  sous ce rapport de les comparer avec ceux que fait  l'homme de peine. Ce n'est donc pas sans quelque justesse que la langue française a confondu sous la dénomination de travail les efforts de l'esprit comme ceux  du corps, le travail du cabinet et le travail du mercenaire. »
292. Ces considérations émanent de l'homme de génie. La généralité des phénomènes le frappe, mais le bon sens, qui en est le compagnon inséparable, le préserve de se laisser aller à des rapprochements qui ne s'adresseraient qu'à la faiblesse d'esprit de lecteurs dont la curiosité ne cherche dans un livre quelconque que ce qui peut leur donner l'occasion de distractions près des gens du monde ou d'auditeurs incapables de discerner le faux du vrai. Autant la curiosité de l'esprit élevé est fructueuse pour la science, autant celle dont nous parlons est stérile et souvent dangereuse pour la vérité, par le contraste qu'elle est si disposée à établir entre quelques faits donnés comme principaux, tandis que l'importance n'en est qu'apparente, parce qu'il y a une omission de faits essentiels à la question qu'on a posée, omission, il faut le reconnaître, dont la cause est l'ignorance plutôt que l'intention.
Rien ne correspond mieux à la pensée que les paroles de Lavoisier m'ont suggérée, que la pensée de Pascal que je reproduis (45) :
« Il est dangereux de trop faire voir à l'homme combien il est égal aux bêtes, sans lui montrer sa grandeur.  II est encore dangereux de lui trop faire voir sa grandeur sans sa bassesse. Il est encore plus dangereux de  lui laisser ignorer l'un et l'autre, mais il est très- avantageux de lui représenter l'un et l'autre. »
*   *   *
REMARQUES SUR LES MOTS FERMENTATION ET FERMENT USITES EN ALCHIMIE.
298. Je ne puis me dispenser, en terminant ce Résumé, de rappeler en dernier lieu quelques remarques sur les mots fermentation et ferment, au moyen desquels les alchimistes ont donné une idée claire, à la portée de tous les esprits vulgaires, de leur prétention absolument chimérique de transformer les métaux communs en métaux précieux.
En effet, pas une bonne ménagère n'ignore que la pâte de froment, abandonnée à elle-même, dans un lieu chaud, lève après un certain nombre de jours, et qu'en mélangeant de la farine de froment avec de l'eau et y ajoutant de la farine déjà levée qu'on appelle levain, ce mélange lèvera au bout de quelques heures seulement.
Les anciens alchimistes ont dit que le levain de pâte ajouté à de la pâte récente la change en sa propre substance.
Eh bien ! l'art alchimique, en prenant des métaux communs et les mettant avec notre pierre philosophale, les change en or ou en argent, selon que la pierre philosophale renferme de l'or ou de l'argent.
La pierre philosophale est donc un ferment qui, ajouté aux métaux communs, les transforme en or ou en argent, comme le levain de pâte change la pâte récente en pâte susceptible de lever en quelques heures.
Plus tard des alchimistes ont dit explicitement que l'or ou l'argent de la pierre philosophale, convenablement préparée, différaient de l'or et de l'argent commun en ce que ceux-ci étaient morts, tandis que l'art alchimique avait donné la vie à ceux de la pierre (46).
TRAVAUX CHIMIQUES
DE JEAN REY, DE JEAN MAYOW
ET
D'ÉTIENNE HALES.
294. Le complément de cet opuscule se partage en deux sections.
La première est consacrée à l'exposé des écrits chimiques de Jean Rey, de Jean Mayow et d'Étienne Hales.
La deuxième section concerne la question de savoir si l'on peut démontrer que les trois savants précités ont fondé la théorie de la combustion telle qu'elle ressort des travaux de Lavoisier.
INTRODUCTION.
295. Malgré tout mon désir de suivre l'ordre chronologique des auteurs qui ont écrit sur la matière, je n'ai point parlé de Jean Rey, né dans la dernière moitié du XVIe siècle, et qui mourut en 1645, ni de Jean Mayow, né en i645, mort en 1679, ni enfin d'Étienne Haies, né en 1677, mort en 1761.
Ces trois auteurs ont parlé de l'air, mais à des époques où ils ne furent pas compris de leurs contemporains, les deux premiers surtout  ; dès lors, pour apprécier la juste valeur de leurs découvertes, j'ai préféré ne parler d'eux qu'après les travaux de Lavoisier, qui permettent d'estimer ce qu'ils sont en réalité. J'avais d'abord pensé satisfaire à toutes les exigences en parlant successivement de leurs recherches dans l'ordre suivant, de celles de Jean Rey et d'Étienne Haies d'abord, puis de celles de Mayow, par la raison que les deux premiers ont parlé de l'air comme s'il était de nature simple, tandis que Mayow a parlé de sa nature complexe ; mais, en y réfléchissant davantage, j'ai vu que l'ordre chronologique était préférable en tout au but que je me propose, but qui est à la fois de montrer par l'histoire même combien la vérité rencontre d'obstacles avant d'être reconnue, et cela est aussi vrai pour l'histoire des sociétés humaines que pour l'histoire des sciences  ; mais il faut reconnaître que la faiblesse de l'esprit humain dans l'individu-homme a bien plus d'influence que les passions quand il s'agit de recherches scientifiques, tandis que le contraire a lieu lorsqu'il s'agit de l'histoire des sociétés humaines.
PREMIÈRE SECTION.
TRAVAUX DE JEAN REY, DE JEAN MAYOW, D'ETIENNE HALES.
JEAN REY
(NÉ A LA FIN DU XVI e SIÈCLE, MORT EN 1645).
296. Jean Rey à un esprit positif joignait l'esprit d'observation et d'invention, comme en témoigne un livre qu'il publia en 1630, sous le titre d'Essays, à l'occasion d'une question que lui avait adressée Rrun, apothicaire de Bergerac, sur la cause pour laquelle l'étain et le plomb augmentent de poids par la calcination, et cependant Brun avait observé qu'une fumée, exhalée pendant la calcination, avait dû diminuer le poids, de la matière pesée après la calcination.
Jean Rey répondit que l'air est pesant, et qu'en s'épaississant sur le métal calciné, il était la cause du phénomène. Il ne se contenta pas de vérifier le fait, en tenant compte de toutes les causes auxquelles on pouvait attribuer le phénomène, mais il exposa les raisons qu'on pouvait avoir de croire que les choses devaient se passer comme il le disait. Par exemple, selon lui, l'air était pesant comme l'est l'eau  ; mais une fraction de ces corps examinés dans leurs masses respectives semblent ne pas l'être, et cependant, quand on pèse dans la masse d'un de ces fluides un corps solide plus dense qu'elle, ce corps semble perdre une partie de son poids qui égale précisément le poids du volume d'eau ou d'air qu'il déplace. C'est une proposition que Jean Rey met en avant, et qu'Archimède avait prouvée par l'expérience ; mais il ne s'en tient pas là, il reconnaît que l'air insufflé dans un ballon en augmente le poids. L'expérience est donc positive.
397. Le père Mersenne écrivit à Jean Rey une longue lettre dans laquelle il lui faisait toutes les objections imaginables contre apesanteur de l'air ; et c'est merveille de lire la réponse de Jean Rey à cette lettre  ; on voit que des objections très-fortes en apparence sont en réalité des preuves de la pesanteur de l'air, par exemple, le père Mersenne objecte que si l'air n'était pas léger, quand on perce un trou dans la poutre d'un plancher, il ne devrait pas y monter  ; et Jean Rey lui répond : C'est précisément parce que l'air voisin de la poutre est pesant que la pression de l'air, supérieure à celle qu'éprouve la tranche d'air qui affleure l'orifice du trou de la poutre, y monte.
JEAN MAYOW
1645 – 1679-
298. Quarante-quatre ans après la publication des Essays de Jean Rey, et cinquante-trois ans avant la publication de la Statique des végétaux de Haies, parurent cinq Traités de Jean Mayow, dont les deux premiers sont des plus remarquables au point de vue de l'histoire de la matière. L'un concerne le sel-nitre et l'esprit nitro-aérien, l'autre la respiration.
299. J.Mayow établît clairement la corrélativité de deux corps  ; pour que les corps connus antérieurement sous la dénomination de combustibles, comme le bois, le charbon, etc., donnassent du feu, il fallait qu'ils s'unissent à un second corps qui se trouvait dans l'air. Il nommait ce corps esprit nitro-aérien ; c'était l'oxygène, que les modernes disent appartenir à l'ordre des comburants.
Pourquoi la dénomination d'esprit nitro-aérien? G'est que Mayow eut l'idée vraie que ce corps était un des principes du sel-nitre (azotate dépotasse, salpêtre, et il expliqua la ni-trification des terres en disant que l'esprit nitro-aérien, après avoir pénétré dans les interstices de la terre, s'unissait à un alcali (qui pouvait être la potasse, la chaux, l'ammoniaque) et à un autre corps  ; mais, quoiqu'il soit vrai qu'il faille un troisième corps avec l'oxygène et l'alcali pour constituer le sel-nitre, et que ce troisième corps est le gaz désigné aujourd'hui par le nom d'azote, Mayow n'eut point une idée nette de son existence ;'aussi ne le reconnut-il pas comme un des principes de l'air atmosphérique, et méconnut-il la propriété élastique du résidu de l'air qui, après avoir servi à la combustion ou à la respiration, est impropre à la combustion ou à entretenir la vie d'un animal. Ce résidu gazeux lui parut différer de l'esprit nitro-aérien par son défaut de pureté  ; conséquemment il est inexact de dire qu'il eut une idée nette de la composition de l'air et du nitre, mais ce qui est vrai, c'est qu'il reconnut dans l'air une partie (comburante) et élastique et un air moins pur ou beaucoup moins élastique.
Mais la combustion attribuée à deux corps, un combustible et un comburant qui était dans l'air, la nécessité de la pénétration de ce comburant dans l'intérieur des animaux pour entretenir la vie par le fait de la respiration, étaient deux grandes vérités !
300. Une conséquence sur laquelle il faut insister, c'est la justesse du raisonnement de Mayow pour réfuter l'opinion que soutint plus tard Greorges-Ernest Stahl, à savoir que l'acide sulfurique était tout formé dans le soufre, tandis que cet acide, selon Mayow, était le résultat de l'union du soufre avec l'esprit nitro-aérien ; mais, tout en émettant une proposition vraie, dans d'autres passages de ses écrits, il se sert du mot soufre comme synonyme de principe combustible.
Une autre conséquence non moins remarquable, c'est que le sel-nitre n'était point inflammable, comme on le prétendait, et qu'il était faux qu'il renfermât du soufre  ; que le sel-nitre ne donnait du feu, quand il était chauffé jusqu'à la liquéfaction, qu'à la condition expresse d'être en contact avec un combustible, soufre, charbon, etc., etc.  301. J. Mayow constate lui-même le fait que l'antimoine calciné ou brûlé par l'acide azotique augmente beaucoup de poids par le fait de l'addition de l'esprit nitro-aérien qui s'y unit.
302. Enfin, je dois louer Mayow de la manière ingénieuse dont il institua ses expériences, soit pour faire brûler des combustibles dans des volumes d'air que renfermaient des vases transparents placés au centre d'un plus grand vase contenant de l'eau, soit pour y faire respirer des animaux  ; et n'oublions pas que les grands esprits que comptent les sciences progressives proprement dites ont toujours fait preuve d'invention dans la manière dont ils ont institué leurs expériences  ; et c'est un de leurs caractères qui ne peut être apprécié à sa juste valeur que par les savants expérimentateurs eux-mêmes, et j'ajoute que Pascal le grand possédait le génie expérimental à un haut degré.
303. Enfin, je ne manquerai pas d'insister encore sur l'idée si juste, et pourtant si peu remarquée de ses lecteurs et de ses critiques, c'est qu'il combattit explicitement l'opinion si répandue de son temps, et qui compte encore plus d'un partisan, à savoir, une sorte d'opposition admise entre les acides et les alcalis. Je reproduis les paroles que l'un de ses traducteurs lui attribue : « La lutte et la chaleur que l'on observe lorsqu'on les mêle ensemble (les acides et les alcalis) ne doivent point être attribuées à leur inimitié  commune  ; ce sont plutôt les résultats de leur union conjugale. Cette lutte ne tend qu'à diviser ces corps afin que leur intimité soit plus intime (47). » Certes, à l'époque où cette pensée fut exprimée, elle ne put l'être que par une intelligence aussi juste que pénétrante  ; car les personnes qui étudient tes sciences et qui réfléchissent à la manière dont elles sont généralement professées, voient que l'enseignement est en beaucoup de choses donné au point de vue de l'absolu plutôt qu'au point de vue du relatif et surtout du corrélatif. Or, les choses qui se présentent à notre observation offrent bien plus de phénomènes de relation et de corrélation que de phénomènes isolés ressortissant de l'absolu.
ÉTIENNE HALES
1677 – 1761.
304. L'auteur de la Statique des végétaux, publiée en 1727, et qui fut traduite en français par Buffon en 1735, mérite une mention spéciale, quoique l'auteur ait confondu sous le nom d'air fixé tous les gaz que la chaleur dégage de matières quelconques par la distillation, avec ceux qui le sont par des acides versés sur des métaux, sur des carbonates, etc., avec ceux que des matières sucrées produisent spontanément par la fermentation  ; mais, s'il ne fut pas le premier à recueillir des gaz dans des cloches remplies d'eau, il le fut à faire usage de ce moyen dans des recherches suivies, et de cet exemple résultait l'emploi du mercure pour recevoir les gaz solubles dans l'eau qui, d'ailleurs, n'attaquait pas ce métal. Avant 1719, un ingénieur de Paris, du nom de Moitrel d'Élément, savait le moyen de rendre l'air visible dans l'eau et de le mesurer par pinte ou par toute autre mesure (48). On voit qu'il s'était écoulé près d'un siècle (quatre-vingt-dix-sept ans) depuis la publication des Essays de Jean Rey jusqu'à la publication de la Statique des végétaux, et que les deux auteurs confondaient l'air avec un élément  ; en effet ; J.Rey d'abord avait corn-nus l'erreur d'attribuer à l'air entier ce qui ne concernait que l'union avec les métaux d'une portion de l'air, l'oxygène, parfaitement distincte de l'autre, l'azote, et Hales ensuite avait commis une erreur bien plus grande en croyant dégager de l'air atmosphérique fixé, tandis qu'en réalité il avait dégagé des gaz tout différents de l'air, et qu'on ne pouvait citer aucun corps solide ou liquide qui, à cette époque, donnât comme les éléments 21 d'oxygène et 79 d'azote, ou, en d'autres termes, de l'air atmosphérique.
305. Si Hales n'eut pas la pensée de soumettre à des expériences comparatives les gaz qu'il recueillait, et l'air atmosphérique, et si à cet égard il se montrait dénué de toute initiative chimique, sachons-lui gré d'avoir démontré le premier, par la voie expérimentale, la force avec laquelle, aux premiers jours du printemps, les plantes à feuilles caduques puisent l'eau dans le sol, la quantité prodigieuse de vapeur aqueuse que les plantes garnies de leurs feuilles répandent dans l'atmosphère, enfin d'avoir montré la puissante influence de l'eau pour mettre toutes les parties des plantes en communication les unes avec les autres, et satisfaire ainsi à tous les besoins de la vie végétale.

DEUXIÈME SECTION.
OH N'EST POINT FONDE A DISE QUE JEAN BEY ET JEAH MAYOW ONT FONDÉ UNE BASE DE LA THÉOBIE DE LAVOISIER.
306. N'ayant pas parlé à dessein ni de Jean Rey, ni de Mayow, ni de Haies aux époques respectives où ils vécurent, j'ai eu l'intention de relever leur mérite, surtout à l'égard des deux premiers, car le mérite de Haies fut mieux apprécié de ses contemporains que ne le furent les travaux de J. Rey et de Mayow  ; mais mon intention, en ne parlant d'eux qu'après Lavoisier, était dictée par l'intérêt de l'extrême justice, non par la pensée de sacrifier le contemporain à J. Rey, d'abord, expliquant si bien l'augmentation de poids des métaux par la calcination, puis à J.Mayow, qui avait aperçu, par des expériences comparatives, l'influence d'une portion de l'air atmosphérique dans la combustion et la respiration  ; mon intention a été de reconnaître tous les mérites, et cela est si vrai, qu'avant d'aller plus loin, j'ose dire que jamais des hommes capables de juger les écrits que j'examine ne prendront au sérieux un livre de S.-J.-A. Scherer, écrit en allemand, intitulé : Preuves que Jean Mayow a posé depuis cent ans les bases de la chimie anti-phlogistique et physiologique, ni le passage suivant, extrait de la médecine de Joseph Franck : « Baumes, J. Rollo, « Reich, Ackermann crurent trouver une voie plus sûre pour l'étude de la médecine dans les principes de la chimie renouvelée par Lavoisier, Fourcroy et quelques autres. » De telles allégations réfutées par une critique froide et sérieuse seraient peu favorables à l'opinion des deux auteurs cités  ; il y a plus, je pense qu'en lisant la réfutation le lecteur pourrait croire que, dans l'appréciation que j'ai faite des travaux de J. Mayow, j'en ai exagéré le mérite.
307. La première conséquence à déduire de ma dérogation à l'ordre chronologique dans l'exposé des travaux de J. Rey, de J, Mayow et de Haies, a été mon intention de mettre leurs travaux en relief précisément a cause de leur originalité, que leurs contemporains n'ont point appréciée.
J. Rey a parfaitement démontré par l'expérience que l'air est pesant.
Le fait prouvé, il a montré que le métal calciné n'avait pu recevoir aucune augmentation de poids que de la part de l'air, cet air pesant s'étant épaissi sur le métal. A cette époque on ne pouvait rien désirer de mieux, surtout après les raisonnements si remarquables par lesquels il répondait aux objections du père Mersenne.
Evidemment J. Rey fut plus physicien que chimiste, car, en réalité, ce n'était pas l'air qui était fixé, mais un de ses éléments représentant le cinquième de son volume.
En définitive, au point de vue chimique, la question n'était pas résolue.
Elle demandait l'intervention de l'analyse de l'air et sa synthèse, et le recours à la balance conséquemment.
308. Je ne répéterai pas les louanges que j'ai données à J. Mayow, mais mon intention n'est pas de les atténuer en faisant remarquer qu'il n'a pas démontré que l'air est formé de deux fluides élastiques absolument distincts par les propriétés : le gaz oxygène et le gaz azote.
S'il a parfaitement vu la nécessité de l'air pour la combustion et la respiration, il n'a eu aucune idée précise de l'azote  ; ce qu'il a vu, c'est l'esprit nitro-aérien, qu'il considère comme une partie plus pure qu'une autre, sans expliquer d'aucune manière pourquoi cette autre partie est impropre à la combustion et à la respiration.
Il y a plus, en disant que l'esprit-nitro-aérien existe dans l'air, il n'explique pas la formation du nitre ; en disant que l'esprit nitro-aérien, s'infiltrant dans le sol, y trouve deux corps auxquels il s'unit, il signale une base alcaline  ; mais ce n'est pas dans le sol qu'il trouve le troisième corps, puisque c'est Y azote, qui existe dans l'air.
Il n'y a donc là ni analyse ni synthèse chimiques, mais une assertion tout à fait inexacte à l'égard de l'azote.
Il y a plus, après avoir dit, ce qui est vrai, que le soufre en brûlant produit l'acide sulfurique, c'est-à-dire en s'unissant à l'esprit nitro-aérien de l'atmosphère, il parle (49) du soufre, principe combustible opposé à l'esprit nitro-aérien, comme pourrait en parler un alchimiste ou, ce qui revient au même, un partisan du phlogistique. Enfin, pour confirmer cela, quel que soit le mérite qu'on reconnaisse à Mayow, quand on réfléchira aux idées qu'il émet sur l'élasticité dés gaz en parlant de l'esprit nitro-aérien et du résidu de l'air qui a servi à la combustion et à la respiration, et, en outre, qu'on lira son chapitre V de la Fermentation, on pensera, comme je le crois, qu'il n'a rien écrit qui ressemble à la base d'une doctrine quelconque.
309. Je passe à Haies. Quel est le caractère neuf de sa Statique des végétaux au point de vue chimique ? C'est d'avoir retiré des fluides élastiques quelconques par des moyens divers d'un grand nombre de corps, et de croire avoir prouvé le premier l'existence de l'air dans les composés naturels, existence qui avait été sans doute admise avant lui par les alchimistes et que ceux-ci avaient reconnue comme vérité, mais que plusieurs considéraient comme impossible à prouver par l'expérience au moyen de, l'alchimie ou de la chimie, tant est grande l'union des éléments des corps, sauf la terre qui restait après la destruction de beaucoup de composés.
Les expériences de Hales étaient donc nouvelles pour les alchimistes qui professaient cette manière de voir.
Elles avaient un caractère de nouveauté bien plus prononcé pour les partisans des doctrines de van Helmont et de Stahl, puisque ces deux auteurs admettaient en principe que l'air ne s'unissait à aucun corps.
310. Mais quel était en réalité le résultat des expériences de Hales ? C'est que, absolument étranger à la science chimique, mais non à ses manipulations et à ses appareils, il appelait air fixé tout fluide élastique qu'il obtenait par la distillation, par l'action des acides, par des réactions spontanées de corps abandonnés à eux-mêmes, etc., etc., etc. Or, comme en définitive l'air est un mélange de 21 volumes d'oxygène et de 79 volumes d'azote, et qu'on ne connaît pas de corps qui s'unirait à l'air intégralement, il s'ensuit que les fluides élastiques obtenus par Hales étaient tout autre chose que de l'air, par exemple, les matières organiques distillées donnaient des carbures d'hydrogène, les carbonates de chaux, etc., du gaz acide carbonique ; des carbonates quelconques, décomposés par les acides sulfurique, chlorhydrique, etc., donnaient le même produit ; l'acide sulfurique réagissant sur le fer, sur le zinc, donnait du gaz hydrogène, etc., etc.
Les recherches de Hales, considérées au point de vue de la science, n'étaient donc que des faits mal interprétés.
311. S'il est vrai que j'ai parlé avec réflexion de J. Rey, de J. Mayow et de Haies, après avoir montré la grandeur de l'œuvre de Lavoisier, je déclare qu'il serait absolument faux de m'attribuer l'intention de l'avoir fait pour amoindrir le mérite des trois premiers savants dont je viens de rappeler les noms, mais j'avoue sans peine que c'est après avoir lu de nouveau les jugements portés par les deux étrangers que j'ai nommés, et m'être rappelé les exagérations de Beddoës sur J. Mayow, que j'ai éprouvé une vive satisfaction de pouvoir dire à mes lecteurs :
Voyez les allégations, et voyez en réponse des réflexions pleines d'une bienveillante justice pour des hommes dont on reconnaît le mérite, mais auxquels on refuse positivement, par des raisons précises, d'avoir formulé des principes déduits de faits assez nombreux et assez bien définis sur lesquels une science ou une branche des connaissances humaines pourrait être assise.
CONCLUSIONS DE L'OPUSCULE.
312. Le système de critique sur lequel reposent les opinions émises dans cet ouvrage est fondé :
1° Sur ma définition du moi fait, donnée en i856, dans mes lettres à M. Villemain  ;
2° Sur ma définition de l'analyse et de la synthèse chimiques  ;
3° Sur ma définition de l'analyse et de la synthèse mentales, pratiquées dans les sciences d'observations et d'expériences.
Ce système de critique m'a conduit à trois conclusions relatives à la théorie de la combustion de Lavoisier, mise en opposition avec les recherches antérieures aux siennes, concernant les actions moléculaires des corps mis au contact apparent.
Les deux premières conclusions ont trait aux hypothèses où l'existence du phlogistique est admise.
La troisième concerne des opinions et des faits énoncés par des savants étrangers à l'hypothèse du phlogistique, opinions et faits conformes à la théorie de la combustion de Lavoisier.
Ier  CONCLUSION.
313. Elle est relative aux opinions des alchimistes et à l'hypothèse du phlogistique de Stahl, fondée sur l'existence d'un principe combustible solide, identique dans tous les corps combustibles, lequel, sous la forme de chaleur et de lumière, ne se manifeste que dans le cas où un choc met ses particules en mouvement.
Ce moteur des particules au phlogistique, qui sont excessivement déliées, est l'éther ou l'atmosphère.
Si le mouvement est faible, la chaleur produite est obscure ; si le mouvement est rapide et verticillaire, dit Stahl, la lumière se manifeste avec la chaleur.
Tout est donc mécanique ou physique : le choc qui sépare les particules du phlogistique, lesquelles ne sont chaudes et lumineuses que par le mouvement qu'elles ont reçu.
314. Lavoisier, à l'aide de l'analyse et de la synthèse chimiques et des instruments les plus précis pour mesurer le poids des corps réagissant, leur volume s'ils sont gazeux, et mesurant la chaleur même dégagée, prouve deux choses absolument contraires à l'hypothèse du phlogistique dans ce qu'on appelle la combustion :
1° Une combinaison chimique entre deux corps, le gaz oxygène atmosphérique et un combustible.
La chaleur et la lumière dégagées proviennent, selon lui, de deux agents impondérables qui tenaient l'oxygène à l'état gazeux  ;
2° En outre, la théorie est le contraire de l'hypothèse de Stahl, puisqu'il n'existe, selon lui, qu'un combustible, le phlogistique, tandis que Lavoisier admet autant d'espèces de combustibles qu'il existe d'espèces de corps susceptibles de s'unir fortement à l'oxygène.
315. D'après la théorie de Lavoisier, deux corps au moins prennent part à toute combustion, le combustible appartient à des espèces très-nombreuses, comme je viens de le dire, tandis que l'autre corps nécessaire à la combustion, 1'antagoniste du combustible, le comburant est t'oxygène de l'air, et, en effet, du temps de Lavoisier, il était le seul comburant connu.
Lorsque Stahl dit : Le mercure chauffé dans un ballon perd son phlogistique, Lavoisier répond : Non, le mercure s'unit à l'oxygène, et le corps brûlé, le précipité per se, représente en poids ceux du mercure et de l'oxygène qui se sont unis. Voilà une synthèse exacte.
Lavoisier ajoute : En élevant convenablement la température du précipité per se dans une petite cornue de verre, sans phlogistique, on obtient le poids de mercure et le poids d'oxygène qui s'étaient unis à une température moindre pour produire le précipité per se  ; voilà l'analyse exacte qui sert de contrôle à la synthèse.
316. Trois hommes du plus grand mérite : Priestley, Scheele, Cavendish, admettent le phlogistique, mais ce n'est plus celui de Stahl, le leur est fluide élastique ; de tous ces fluides il aie plus d'expansion comme le plus de légèreté , mais il est pesant. en un mot, tous les trois savants s'accordent pour dire qu'il est le gaz hydrogène.
Si Scheele et Cavendish sont d'accord pour admettre l'intervention de l'oxygène dans la combustion et sa combinaison avec le combustible, le phlogistique, tel que Stahl l'a conçu, n'a plus de raison d'être, et si, conformément à leur opinion, l'hydrogène était le phlogistique, il faudrait que dans toute combustion il y eût production d'eau.
Or, la production du mercure précipité per se, telle que Lavoisier l'a opérée dans l'air sec, prouve qu'il se compose uniquement d'oxygène et de mercure, sans. eau, conséquemment  ; et que ce même produit se décompose par la chaleur seule, en mercure et gaz oxygène secs, comme nous l'avons vu précédemment.
L'analyse et la synthèse se contrôlent actuellement comme dans la conclusion précédente, pour faire rejeter l'hypothèse du phlogistique, modifiée par Priestley, Scheele et Cavendish (50).
Enfin, pourquoi Scheele, Priestley, Cavendish, n'ont-ils pas prévu l'objection lorsqu'ils ont dit, contrairement à Stahl: « Le gaz le plus mobile qu'on connaisse, l'hydrogène, est le phlogistique », lorsque Stahl, dans ses Trois cents expériences, dit que c'est le charbon pur de cendre ?
3e CONCLUSION.
817. On ne peut attribuer ni à J.Rey, ni à Haies, d'avoir donné aucune base à la théorie de la combustion, car tous les deux ont considéré l'air comme un être simple.
318. Quant à J.Mayow, s'il a distingué dans l'air un principe servant à la fois à la combustion et à la respiration, découvertes incontestablement très-belles, il n'en a pas conclu la composition de l'air d'une manière précise ; l'esprit nitro-aérien était, selon lui, d'une élasticité exagérée, et s'il avait parfaitement vu, dans l'azotate de potasse, l'oxygène et la posasse, l'azote lui avait absolument échappé comme principe du nitre. S'il l'admettait dans l'air, il ne le distinguait de l'esprit nitro-aérien que parce qu'il était incapable d'entretenir la combustion et la respiration, et qu'il lui refusait, sinon toute élasticité, du moins il ne lui en reconnaissait qu'une bien inférieure à celle de l'esprit-nitro-aérien  ; en outre, il se bornait à le considérer comme de l'air impur, sans s'expliquer sur la cause de l'impureté.
En définitive, quelque mérite qu'on attribue à J. Mayow, aucun esprit éclairé et sérieux ne verra dans son œuvre la base d'une science, comparable à la théorie de la combustion de Lavoisier.
JUGEMENT DU PUBLIC SUR L'OEUVRE DE LAVOISIER
ET GÉNÉRALITÉS RELATIVES
AUX JUGEMENTS PORTÉS SUR DES OBJETS AUTRES QUE LA CHIMIE.
INTRODUCTION.
319. Les répétitions qu'on aura remarquées dans la dernière partie de cet ouvrage, pourraient prêter à la critique s'il s'agissait d'une œuvre purement littéraire, dont l'objet principal serait d'émouvoir ou de faire partager des sentiments ou des opinions que l'auteur voudrait répandre dans tout autre intérêt que la vérité même  ; mais le but que je me suis proposé concerne une vérité scientifique d'après une méthode qui n'a pas cessé de me guider dans mes recherches, et cette méthode, à son origine, était l'expression d'un sentiment plutôt que celle d'un système dogmatique  ; plus tard, à la fin de ma carrière, elle a pris la forme sous laquelle je la présente aujourd'hui, et c'est surtout en écrivant le Résumé de l'histoire de la matière que, plus j'avançais et plus s'accroissait ma conviction d'être dans le vrai ; dès lors, des idées, des considérations, énoncées en premier lieu, gagnaient en généralité et en certitude. Mon but étant la vérité avant tout, ceux de mes lecteurs dont l'opinion m'est quelque peu sympathique comprendront les motifs de mes répétitions, et comment des faits nouveaux, des idées et même des considérations qui accroissent la certitude des propositions antérieures, m'ont entraîné à des répétitions qui, au fond, sont de nouveaux arguments en faveur d'opinions que je crois utiles de propager ; au reste, heureux serai-je de jugements portés contre ces répétitions, d'après le motif que les raisons données antérieurement en faveur des propositions que je développe, suffisaient pour qu'on les admît, et que, dès lors, des répétitions seraient considérées comme superflues à la cause que je soutiens.
PREMIÈRE SECTION.
EXAGÉRATION DE JUGEMENTS PORTÉS SUR DES CHOSES ANALOGUES QUI APPARTIENNENT A DES TEMPS FORT DIFFÉRENTS.
320. Dès longtemps un fait ordinaire, et à ce titre important, a fixé mon attention, cause qu'il est assez souvent de l'inexactitude de nos jugements. Je parle d'une exagération à laquelle nous nous laissons trop facilement aller quand nous comparons des idées, des opinions, des considérations, des inventions et des découvertes contemporaines à des choses anciennes que nous leur opposons avec l'intention d'en abaisser la valeur au détriment des auteurs de notre temps et à l'avantage des anciens.
Quand il s'agit d'une gloire aussi pure que l'est celle de Lavoisier, de l'auteur qui, dans son pays, n'a compté d'adhérents à son œuvre scientifique qu'après dix ans de travaux continus, n'est-ce pas une occasion heureuse pour un ami de la vérité qui, après avoir examiné l'œuvre scientifique du grand homme, se trouve ainsi conduit à résumer les titres à l'immortalité du fondateur de la théorie de la combustion, en ayant égard à la fois au jugement de ses contemporains et à celui d'une postérité qui, depuis 1794, comptera bientôt un siècle de durée ?
321. Quelques contemporains de Lavoisier ont été tentés d'abaisser son mérite en citant quelques-uns de ses prédécesseurs comme inventeurs de ses doctrines : en rendant hommage à ceux-ci, comme je l'ai fait sans hésitation, j'ai donné le motif d'après lequel je rejette en matière de critique le principe d'immoler le présent au passé, et je vais ajouter ici, comme complément de mon jugement, une considération qui n'est point indifférente ; c'est la nécessité de tenir compte de l'état des connaissances qui existaient aux deux époques auxquelles appartenaient les deux savants que l'on compare. Autrement le critique prononcerait sans avoir pris en considération toutes les pièces du procès qu'il a soulevé.
Avant tout, il faut donc, à mon sens, que le critique explique pourquoi il n'a pas pris en considération cet état des connaissances, soit que tous les contemporains de l'ancien fussent, par ignorance, incapables d'apprécier le mérite de leur compatriote, ou que tous, envieux de son mérite, justifiassent le proverbe : Nul n'est prophète en son pays.
Allons plus loin ; n'ayant jamais, Dieu merci, été pessimiste, je m'estime heureux de croire qu'il y a d'autres amis de la vérité que moi, qu'il a existé et qu'il existe des hommes avec lesquels je partage l'idée du juste ; dès lors, je pense que chez les anciens il a pu se trouver des juges capables qui se sont dit : Ce qu'on donne comme vrai prête à de telles objections que nous ne voyons pas comment telle chose que nous admettons comme vraie serait une erreur. En définitive, attendons, pour admettre la chose nouvelle, que nos objections, que nos doutes se dissipent pour nous prononcer. Je pense n'être pas dans l'erreur en professant cette opinion, de laquelle je tire la conséquence que si le critique ne s'est pas nettement expliqué sur ce qu'était l'état des connaissances à l'époque où vivait l'ancien qu'il veut élever en abaissant son contemporain, il a une idée inexacte de ce qu'il prétend établir comme vérité. Effectivement, s'il n'a pas prouvé que les propositions qu'il attribue à l'ancien n'étaient pas démontrées, il reconnaît implicitement, en gardant le silence, qu'elles n'avaient pas le caractère scientifique et qu'elles ne pouvaient conséquemment être qualifiées de base d'une science, ni même d'une simple branche des connaissances humaines. Or, mes, raisonnements, conséquents à l'opinion que je rappelle, existent pour montrer qu'on n'est pas fondé à dire que les bases d'une science physico-chimique existent dans les écrits de J. Rey, de J. Mayow et de Haies ; et pour montrer d'une autre part le pas immense que Lavoisier fit faire à la philosophie naturelle en donnant l'exemple d'une théorie de la combustion, fondée sur des faits précis recueillis par l'observation et l'expérience, et pour en avoir tiré des conséquences rigoureuses, les premières que les sciences humaines possèdent, pour dire en quoi les corps simples diffèrent des corps complexes en recourant à la chimie, la science dont le caractère spécial est la définition même de la matière en espèces chimiques.
DEUXIÈME SECTION.
GÉNÉRALITÉS DU MODE D'ENVISAGER LES JUGEMESTS DU PUBLIC SUR. DÉS OBJETS AUTRES QUE LA CHIMIE.
322. Je n'ai parlé dans cet opuscule que de l'auteur qui a donné à la connaissance des actions moléculaires au contact apparent la première base scientifique qu'elle ait reçue du savoir de l'observation, uni au savoir expérimental, base que la philosophie possède sous le titre modeste de traité élémentaire de chimie , présenté dans un ordre nouveau et d'après les découvertes modernes  ; mais l'auteur du Traité de chimie était en outre un administrateur et uni économiste éminent, non au point de vue d'opinions exclusivement abstraites, mais à celui des considérations les plus élevées comme les plus pratiques. Ce n'est que depuis la publication du recueil complet des œuvres du chimiste, sous la direction de M. Dumas, qu'il a été permis à tous d'apprécier ce qu'était Lavoisier comme penseur et comme écrivain.
En voyant cet ensemble de connaissances si diverses, leur coordination si parfaite, la haute position sociale qu'occupait l'auteur et l'estime si grande que l'on avait pour sa personne, n'est-on pas étonné du temps qu'il a fallu pour que le monde comprît la valeur de lavoisier?
323. Une réflexion approfondie trouve la cause de ce retard dans la composition même de ce qu'on appelle le public ; pour se rendre compte de ses jugements, ne présente-t-il pas deux groupes extrêmes de personnes, je n'oserais dire en toutes choses, mais en beaucoup de choses ?
Le groupe le plus nombreux comprend des personnes jugeant d'après une instruction générale et des impressions qui ne conduisent qu'à des réflexions dont l'intérêt touche seulement les gens du monde, et je suppose qu'il n'y ait rien de passionné, ni en bien ni en mal, concernant les personnes.
Le groupe opposé se compose d'hommes supérieurs capables de remonter des détails les plus approfondis au degré le plus élevé de l'esprit humain, et d'esprits cultivés plus ou moins, doués d'une perspicacité curieuse et juste capable de distinguer ce qui est raisonné, de ce qui échappe à un. raisonnement sévère. En traitant surtout de faits scientifiques je mets la passion de côté, tout en reconnaissant qu'elle peut intervenir parmi des gens appartenant à ce groupe capable de juger, et c'est parce que je le reconnais, que je fais une si grande part à l'élément du temps dans les jugements que portent les hommes les plus capables, lorsqu'ils prononcent sur des faits même de leur temps.
324. Lavoisier n'a jamais pris en considération cette diversité du public ; en écrivant, il obéissait sans effort à cet admirable ensemble des facultés intellectuelles les plus distinguées, de sorte qu'un style naturel, émané de cet ensemble si rare de qualités où la forme la plus correcte résultait de l'alliance de la simplicité, de la clarté et de la précision des idées, pouvait sembler, au commun des esprits, l'expression heureuse de bonnes études littéraires, dirigeant un éclectisme assez éclairé pour puiser heureusement dans le domaine de la science un ensemble de faits de la coordination desquels était sorti le Traité élémentaire de chimie.
Le dirai-je ? c'est ce jugement qui, reproduit à diverses époques par des envieux, et répété aussi par des indifférents peu soucieux de la gloire du grand homme qui a donné un bel exemple de raison scientifique en s'abstenant de compromettre par des hypothèses l'avenir d'une science dont il posait la première base ; c'est ce jugement de l'envie ou de l'ignorance, répète-je, qui m'a montré qu'une critique injuste ou ignorante a abusé plus d'une fois de la perfection même de la forme pour discréditer l'œuvre du génie auprès de gens incapables d'en apprécier l'originalité, qui n'accueillent avec quelque sympathie une chose nouvelle que parce qu'ils la jugent avoir quelque chose d'exagéré, de bizarre ou de mystique.
325. Mon intention une fois satisfaite d'avoir montré la cause à laquelle j'attribue le retard de la justice rendue à Lavoisier par le public, j'ai trouvé dans mes souvenirs une anecdote que justifie trop la généralité de cette cause sur les jugements du public, et d'hommes éminents, où n'intervient aucune de ces mauvaises passions qui dégradent l'homme.
Je crois devoir la citer précisément parce que, tout à fait en dehors de la science, .elle se rapporte à un public bien plus nombreux que le public capable d'intervenir dans l'appréciation de l'œuvre d'un homme vraiment de science.
Effectivement, l'anecdote à laquelle je fais allusion, appartient à l'histoire littéraire ; elle concerne une tragédie et deux hommes célèbres, à des titres divers, Voltaire, l'auteur de l'Orphelin de la Chine, et Lekain, le premier interprète au théâtre du rôle de Gengiskan.
326. Qu'on me pardonne de citer textuellement une lettre où Lekain raconte à un ami des faits relatifs à une chose purement littéraire, mais dont la partie importante à mon sens, est relative aux jugements, d'une part de deux hommes des plus compétents, et d'une autre part au jugement du public, juge en dernier ressort.
« Vous me demandez, mon ami, quelques détails sur  ma dernière entrevue avec M. de Voltaire ; je satisfais  d'autant plus volontiers à vos désirs, que ceux que l'on  vous en a donnés sont inexacts.
« Peu de temps après les premières représentations de  l'Orphelin de la Chine, je fis un voyage à Ferney. Les  journaux avaient parlé avec beaucoup d'éloges de ce «nouvel ouvrage ; mais M. de Voltaire voulut que je l'instruisisse des détails particuliers dont ils n'avaient pas  fait mention, et je lui rendis le compte le plus vrai et le  plus satisfaisant, en même temps, de l'enthousiasme que  son Orphelin avait excité.
« Après une conférence assez longue sur les scènes qui  avaient produit le plus d'effet, il m'engagea à lui réciter  mon rôle. J'adhérai avec plaisir à une proposition dont  j'espérais tirer les plus grands avantages. Mon espoir,  effectivement, ne fut pas trompé  ; mais je payai un peu  cher la leçon que je reçus.
« Notre petit comité se tint le lendemain. Animé par la « présence du cercle qui m'environnait, je débitai mon  rôle avec toute l'énergie tartarienne, comme je l'avais  fait .à Paris avec quelque succès.
« Je n'en étais pas néanmoins tellement occupé que je  ne pusse observer l'impression que M. de Voltaire en  ressentait ; mais loin de voir sur son visage l'approbation  que j'y cherchais, je démêlai, dans ses traits, l'empreinte  d'une indignation et même d'une espèce de fureur qui,  trop longtemps concentrée dans son âme, éclata enfin  par une explosion terrible. Arrêtez, me cria-t-il, arrêtez...  Le malheureux, il me tue! il m'assassine! A ces mots,  prononcés avec cet accent énergique que vous lui con- naissez la société se lève, l'entoure, veut le calmer ; mais  il se livre de nouveau à toute sa colère, et les plus vives  représentations ne purent la modérer : c'était un volcan  que rien ne pouvait éteindre. Il sortit enfin, et courut  s'enfermer dans son appartement. Étourdi et confus  d'une 'semblable scène, vous jugez, mon ami, que je  n'étais pas curieux de m'exposer à une seconde. J'annonçai donc mon départ à Mlle Denis pour le jour suivant ; ses instances ne purent changer ma résolution.
« Toutefois, avant de partir, je fis demander à M. de  Voltaire un moment d'entretien. Qu'il vienne s'il veut,  dit-il ; cette .douée réponse n'était pas encourageante.  J'entrai néanmoins chez lui  ; nous étions seuls  ; je lui . annonçai mon départ, et lui témoignai mes regrets de  n'avoir pas répondu à ses désirs dans le rôle qu'il m'avait confié : j'ajoutai que j'aurais reçu ses conseils avec  reconnaissance. Ces mots parurent le calmer ; il prit son  manuscrit, et, dès la première scène, je reconnus combien je m'étais trompé dans la manière dont j'avais conçu  mon personnage. Je chercherais en vain à vous donner une idée des impressions profondes que M. de Voltaire  grava dans mon âme par le ton sublime, imposant et  passionné, avec lequel il peignit les diverses nuances du  rôle de Gengiskan. Muet d'admiration, il avait fini et  j'écoutais encore. Après quelques instants, il me dit,  d'une voix épuisée de fatigue : Etes-vous bien pénétré  maintenant, mon ami du véritable caractère de votre  rôle? Je le crois, monsieur, lui répondis-je, et demain  vous pourrez en juger. Je me livrai alors à de nouvelles  études  ; elles obtinrent son suffrage et les éloges les plus  flatteurs furent le prix de ma docilité. J'étais glorieux,  je vous l'avoue, de pouvoir à mon tour le pénétrer des  mêmes sentiments qu'il m'avait fait éprouver. Toutes les  passions que j'exprimais se gravaient alternativement  sur ses traits émus et attendris. Les expressions de son  amitié furent aussi touchantes que celles de sa colère  avaient été impétueuses, et je quittai Ferney, enchanté  des nouvelles connaissances que je venais d'acquérir sur  un rôle aussi beau et aussi difficile.
« Je le rejouai à ma rentrée. Une de mes camarades (à  qui ma première erreur n'était pas échappée) ne put  dissimuler son étonnement sur le nouvel effet que j'y  produisis, et dit à quelques personnes : On voit bien  qu'il revient de Ferney.
 Sans examiner le motif qui dictait cet éloge, je n'y fus  pas moins sensible.
 Tels sont, mon ami, les détails dont vous avez désiré  être instruit.
 « lekain. »
327. Rien de plus instructif et à la fois de plus agréable que cette anecdote pour l'étude des jugements du public en matière dramatique.
Lekain, quelque temps après son début de 1750, à la Comédie-Française, avait eu le plus grand succès dans le rôle de Gengiskan  ; il était donc naturel qu'une fois à Ferney, Voltaire fût empressé de l'entendre. Lekain croit que toute l'énergie tartarienne, qui lui a valu les applaudissements les plus vifs du parterre de Paris, aura le même succès à Ferney ; mais déception, l'impatience de Voltaire va croissant avec la déclamation, au point qu'il s'écrie : Arrêtez!... Il me tue!... Il m assassine!... Voltaire se retire.
Lekain, désespéré, veut quitter Ferney le lendemain même, toutefois après avoir vu Voltaire. La réponse : Qu'il vienne s'il veut, n'était pas engageante ; mais il persista.
Le malheureux artiste reçu, Voltaire lui récite le rôle avec l'accent que le génie du poëte prête aux sentiments du Tartare, et cette expression est le contraire de celle que l'interprète lui avait donnée sur le théâtre de Paris.
Le grand artiste reconnaît sa faute, muet d'admiration, c'est Lekain qui parle : Il (Voltaire) avait fini et j'écoutais encore !
Rien de plus honorable pour le Roscius français ; mais l'anecdote n'est pas finie :
Lekain, de retour à Paris, joue Gengiskan avec l'expression que Voltaire avait attribuée aux sentiments du Tartare, et voici ce qui arriva... Je cède la parole à Talma qui s'exprime en ces termes dans ses Réflexions sur Lekain et l'art théâtral
328. « Dans un voyage que Lekain fit à Ferney, comme  on le verra dans une de ses lettres, Voltaire lui fît changer  totalement sa manière déjouer le rôle de Gengiskan  ; à  son retour à Paris, il fit sa rentrée par ce rôle. Le public,  d'abord étonné de ce changement, resta longtemps in- certain s'il devait approuver ou blâmer. On crut l'acteur indisposé ; rien de tout ce fracas, de toutes ces  ressources du métier qui, naguère, lui avaient valu tant  d'applaudissements dans ce rôle. Ce ne fut qu'après la  chute du rideau, que le public, immobile pendant tout  le cours de la pièce, sentit en effet que Lekain avait avec  raison substitué à de vains cris, à une vaine enflure, à  des effets vulgaires, des accents simples, nobles, terri- blés et passionnés  ; c'était bien, comme dit Voltaire, le  lion caressant sa femelle en lui enfonçant ses griffes  dans les flancs. L'opinion se forma instantanément et,  comme par un mouvement électrique, elle se manifesta  par de longs et nombreux applaudissements. Lekain,  remontant dans sa loge, entendit ces témoignages de  l'approbation publique, et se penchant sur la rampe de  l'escalier : « Rougeot, dit-il à un garçon de théâtre qui  se trouvait au bas de la rampe, qu'est-ce que j'entends  donc là? Eh, monsieur Lekain, lui répondit Rougeot,  c'est vous qu'on applaudit ; à la fin ils vous ont re- connu. »
329. Le récit de la bouche du juge le plus compétent du mérite de Lekain n'est-il pas charmant? Ne suit-on pas Lekain montant dans sa loge, et réfléchissant sans doute aux succès des premières représentations de l'Orphelin de la Chine, et l'opposant à la froideur de la représentation qui vient de finir, hélas ! Quand des applaudissements frappent son oreille  ; il s'arrête et, penché sur la rampe de l'es calier : Qu'est-ce que j'entends? demande-t-il à Rougeot ; et Rougeot de répondre : C'est vous qu'on applaudit, à la fin ils vous ont reconnu.
Est-il sans intérêt, du moment où l'esprit se porte sur les jugements du public, de passer de ceux qu'il a portés sur des objets de science, à ceux qu'il porté sur un sujet purement littéraire, comme l'est l'interprétation du rôle de Gengiskan? N'est-il pas intéressant de voir le grand artiste, appelé le Roscius français, convenir de s'être trompé dans l'interprétation du rôle de Gengiskhan, et l'aveu de sa méprise ne l'honore-t-elle pas comme un succès?
330. Le public, qui avait applaudi l'énergie tartarienne, reste froid devant le même interprète  ; non, cette fois c'est l'interprète vrai du poete ! Un effet de contraste n'a pas égaré le public, seulement il a été surpris, et après 'la surprise la réflexion. La toile baissée, le jugement n'est pas prononcé encore ; mais à quelques moments de silence succède l'extrême émotion, et des applaudissements unanimes et prolongés cassent le premier jugement, et la justice triomphe enfin!
331. Les personnes qui, comme moi, attachent quelque intérêt à comparer la manière dont des intelligences diverses se sont exprimées sur un même sujet, pourront éprouver quelque satisfaction de rapprocher des opinions de Lekain celles d'une femme dont le mérite, comme tragédienne, fut incontestable  ; je parle de Mlle Hippolyte Clairon. Ses Mémoires peuvent être las avec plaisir et instruction après ceux de Lekain  ; ils ne sont point à dédaigner eu égard à l'interprétation des premiers rôles de femmes dans nos chefs-d'œuvre tragiques. Sobre de citations, je ne citerai (en note) que le rôle de Rodogune, et l'anecdote qui s'y rattache concernant Duclos relativement à la manière de déclamer les quatre vers :
II est des nœuds secrets, il est des sympathies, Dont, par le doux rapport, les âmes assorties, S'attachent l'une à l'autre, et se laissent piquer Par ce je ne sais quoi qu'on ne peut expliquer (51).
Extrait des Mémoires d'Hippolyte Clairon :
Zaïre n'est qu'une touchante pensionnaire de couvent ; et Rodogune, demandant à ses amants la tête de leur mère, est assurément une femme très-altière, très-décidée ; cela ne se ressemble pas. Il est vrai que Corneille a placé dans ce rôle quatre vers d'un genre plus pastoral que tragique :
« Il est des nœuds secrets, il est des sympathies, Dont, par le doux rapport, les âmes assorties, S'attachent l'une à l'autre, et se laissent piquer  Par ce je ne sais quoi qu'on ne peut expliquer. »
Rodogune aime  ; et l'actrice, sans se ressouvenir que l'expression du sentiment se modifie d'après le caractère et non d'après les mots, disait ces vers avec une grâce, une naïveté voluptueuse, plus faite, selon moi, pour Lucinde dans l'Oracle, que pour Rodogune. Le public, routine à cette manière, attendait ce couplet avec impatience, et l'applaudissait avec transport.
Quelque danger que je craignisse, en m'éloignant de cette route, j'eus le courage de ne pas me mentir à moi-même. Je dis ces vers avec le dépit d'une femme fière, qui se voit contrainte d'avouer qu'elle est sensible. Je n'eus pas un dégoût ; mais je n'eus pas un coup de main : c'était assez pour ma tentative. Qui rompt en visière au public assemblé, et contrarie les idées reçues, quelque raison qu'il ait, doit s'estimer heureux de n'être pas puni. L'Histoire de Galilée m'était présente. J'eus le plus grand succès dans le reste du rôle ; et, suivant ma coutume, je vins, entre les deux pièces, écouter aux portes du foyer les critiques qu'on pouvait faire.
J'entendis M. Duclos, de l'Académie française, dire, avec son ton de voix élevé et positif, que la tragédie avait été bien jouée ; que j'avais eu de fort bonnes choses  ; mais que je ne devais pas penser à jouer les rôles tendres après Mlle Gaussin.
'Étonnée d'un jugement si peu réfléchi, craignant l'impression qu'il pouvait faire sur tous ceux qui l'écoutaient, et maîtrisée par un mouvement de colère, je fus à lui, et lui dis : Rodogune un rôle tendre, monsieur? Une Parthe, une furie, qui demande à ses amants la tête de leur mère et de leur reine, un rôle tendre? Voilà, certes, un beau jugement I...
Effrayée moi-même de ma démarche, les larmes me gagnèrent, et je m'enfuis au milieu des applaudissements.
Toutes les études que j'ai faites depuis m'ont fait tenir à mes premières idées. Voltaire les a justifiées dans son Commentaire sur Corneille, et le public, aussi content de ma fierté qu'il l'était de la volupté de Mlle Gaussin, m'a permis de croire que je n'avais pas perdu ma peine, et qu'en s'armant de patience, de respect et de raison, on pouvait quelquefois lui tenir tête. et n'être pas toujours de son avis.
Les mémoires de Mlle Clairon sont originaux et sincères  ; en les lisant on s'explique bien les qualités réelles de l'artiste dramatique, et comment la partie du public sympathique à une déclamation réfléchie en parfaite harmonie avec les sentiments qu'elle devait exprimer et la dignité de la tenue et du .geste, préférait Mlle Clairon à Mlle Dumesnil, qui avait pour elle la partie du public sensible, avant tout, à l'énergie de l'expression dans certaines situations où la passion est portée à son comble.
Évidemment, le public de Mlle Dumesnil était bien celui qui avait applaudi l'énergie tartarienne de Lekain, et la lecture réfléchie des opinions de M"0 Clairon sur la position où se trouvaient de son temps les artistes de la Comédie-Française, particulièrement à l'égard de l'autorité supérieure de laquelle ils dépendaient, prouve qu'elles sont d'une justesse incontestable. Il est impossible, ce me semble, de ne pas partager sa manière de voir sur les meilleures mesures administratives à prendre pour favoriser les qualités les plus distinguées des jeunes personnes qui ont débuté dans la carrière théâtrale : il s'agit, non de l'ensemble, mais des sujets d'élite, de ceux qui ont fait leurs preuves d'obéir à une véritable vocation alliée à l'amour de l'étude.
332. Ces réflexions sur les jugements du public, en matière de littérature dramatique, s'étendent à toute autre chose qu'au théâtre. Effectivement, que de jugements portés sur des compositions littéraires auraient besoin d'être revus pour être vrais ! Que d'interprétations dont les lettres s'honorent sont différentes des pensées du génie qui les avait conçues ! Que de cas où il serait désirable que des critiques, d'un esprit supérieur, ne reculassent pas devant aucun moyen de connaître la véritable pensée sous l'influence de laquelle ont été écrits les ouvrages qu'ils veulent commenter à de jeunes esprits, avides de connaître les œuvres des grands maîtres ! En généralisant ce sujet, ne voit-on pas que l'étude des jugements du public, en quoi que ce soit, est essentielle pour bien connaître l'esprit humain, puisqu'elle conduit à apprécier la valeur de ces jugements au point de vue de la vérité, du beau et de la justice? Et quelle en est la conséquence? De former un esprit public qui réponde à l'idée qu'on doit s'en faire lorsqu'on dit que l'espèce humaine est la seule perfectible.
Une étude comparative des jugements les plus fréquents portés dans les différentes branches de l'esprit humain, ne présenterait-elle pas des avantages considérables à tous les points de vue? Et n'a-t-on pas lieu de s'étonner qu'un homme éclairé et à la fois animé de l'amour du vrai, du beau et du juste, n'ait pas traité ce sujet en partant des choses spéciales pour arrivera des conclusions finales qui, émanées d'un esprit vraiment supérieur, dans l'étude des détails, montrerait comment les différences des détails, en s'effaçant, donnent lieu à des idées générales fort différentes de celles qui résultent d'une manière de procéder tout autre que celle dont nous parlons?
333. Après avoir montré combien la diversité des jugements peut être grande sur un même sujet, aussi bien en matière de science qu'en matière de lettre, je ne pense pas que le lecteur trouve étrange que je finisse cet opuscule par l'application à l'œuvre de Molière de 1''analyse et de la synthèse mentales, application qui sera à la fois un double complément de mon système de critique concernant l'histoire de l'alchimie, d'une part, et d'une autre part l'oeuvre littéraire : qu'on ne croie pas que je parle à la légère de l'œuvre de Molière, c'est parce qu'elle est une des gloires de la France que, depuis longtemps, elle m'occupe, et que je l'ai prise pour sujet d'un opuscule qui fait partie d'un ouvrage, encore inédit, dédié à don Pedro II d'Alcantara. J'ai lu cet opuscule, écrit depuis deux ans, à deux amis que j'ai perdus, M. Lebrun et M. Patin.
334. En effet, comment Molière est-il parvenu au comble de la gloire auquel il est donné à l'homme de lettres d'atteindre? C'est en étudiant l'homme et la femme de tout âge dans les positions sociales où ils vivent  ; c'est en se rendant un compte, aussi juste que précis, de leurs actions, dans les circonstances exactement déterminées où il les étudie. L'analyse mentale domine cette première étude relative surtout à la connaissance des faits complexes, d'abord des attributs des personnes, qualités et défauts, puis des rapports, des relations des individus entre eux, eu égard encore aux circonstances diverses de ces relations, de ces rapports. Dans l'étude de ces circonstances la synthèse commence à intervenir, mais c'est surtout lors de la composition du drame que son intervention est tout à fait dominante sur l'analyse.
335. C'est alors que, profitant de toutes les analyses auxquelles il s'est livré, il procède à la composition du drame. Sa synthèse est une véritable création : il invente des personnages ; des noms les distinguent les uns des autres  ; ils parlent, ils agissent dans des circonstances imaginées comme les plus favorables au développement de leurs attributs, caractères, qualités et défauts respectifs ; aussi, devenus des types pour la postérité, elle les connaît, les cite par leurs noms, comme s'ils avaient réellement vécu. La synthèse domine donc dans l'invention du drame, comme l'analyse a dominé lorsque Molière a étudié les hommes que plus tard il a mis en scène.
336. Mais ce qui précède ne suffit pas pour connaître fout Molière. Son œuvre ne s'est point accomplie sans l'intervention fréquente d'une critique conforme, selon moi, à la méthode a posteriori expérimentale la plus sévère  ; et c'est surtout en parlant de ce qui s'y rattache, que se révèle en lui un bon sens supérieur, et égal au génie le plus consciencieux, pour énoncer la vérité en évitant sciemment l'erreur. Molière faisait bien plus que vanter une méthode que la science reconnaît, il pratiquait d'une manière supérieure:
337. C'est ici l'occasion de montrer Molière, voulant être auteur dramatique, observer rigoureusement le dicton : qui veut la fin, veut les moyens. Certes, avec son esprit, ses études sérieuses, la position de son père attaché à la maison de Louis XIII et à celle de Louis XIV, bien des carrières libérales s'ouvraient devant lui  ; maître du choix, son avenir était assuré, mais la vocation de comédien l'emporta ;
comme tel, il passa treize ans en province et fut bientôt directeur de la troupe à laquelle il appartenait. Une s'était point trompé, le théâtre fut pour lui un observatoire des individus de l'espèce humaine. Il étudiait les acteurs et les actrices, jugeait sur le théâtre même l'effet que chacun d'eux produisait, et lui-même acteur appréciait expérimentalement si le public recevait les impressions qu'il avait voulu produire comme acteur et comme auteur  ; évidemment grâce à cette position il pouvait savoir ce qu'il n'aurait pu apprendre dans une position différente de celle qui avait eu sa préférence sur toute autre.
Il alla plus loin encore : devenu auteur, le besoin de lire chacune de ses œuvres à ses camarades se fit sentir en lui, afin de juger si leur appréciation était conforme aux intentions qu'il avait eues en écrivant. Il poussait si loin l'observation qu'il était curieux de connaître ce que les enfants de ses camarades éprouveraient de ses lectures, et lui-même ne dédaignait pas d'en faire quelques-unes à sa. servante Laforêt ; sans doute, il ne soumettait pas toutes ses œuvres indistinctement à ce genre d'épreuves  ; mais tous ses biographes s'accordent à reconnaître le besoin qu'il éprouvait d'apprécier lui-même si les effets de ses écrits sur le public répondaient à l'esprit dont il était animé en les écrivant.
A LA MÉMOIRE DE MOLIÈRE !
338. Il acquitta connaissance parfaite des instincts, des passions et des qualités morales de l'homme, en suivant l'exemple des savants livrés à la culture des sciences d'observation et d'expérience que dirigent l'analyse et la synthèse mentales ; et en ne considérant le but atteint, qu'après la conviction de la vérité acquise, en usant du contrôle prescrit par la méthode a posteriori expérimentale.
C'est parce que cette pensée était juste, que personne n'a dépassé Molière dans la connaissance des hommes.
Molière, en appliquant à l'étude de l'homme l'analyse et la synthèse mentales, comme Newton appliqua à l'étude de la mécanique céleste l'analyse et la synthèse mathématiques, s'éleva au comble de la gloire humaine !
POSTFACE.
339. Plein de réserve pour les opinions qui ne sont pas les miennes, mais sans crainte pour les opinions que je crois justes parce que, à mon sens, elles sont vraies, il n'est point inutile, à propos de la manière dont j'envisage Molière, de m'adresser à cette petite partie du public qui, loin de repousser les idées nouvelles, se plaît, avant de les admettre ou de les rejeter, à se demander si elles ont une raison d'être ou de n'être pas ; c'est donc à cette fraction du public que je m'adresse, sans crainte de la fatiguer, en résumant les faits sur lesquels ma conviction repose, et en les résumant d'après un ordre méthodique.
Voici les raisons sur lesquelles repose le jugement final concernant l'œuvre complète de Molière  ; elles se rattachent aux faits classés sous les vocables A. B. et C.
A... Si je ne me suis pas trompé :
a) Dans la définition du mot fait,
b) Dans la distinction de l'espèce chimique d'avec l'espèce vivante,
c) Dans la distinction de l'analyse et de la synthèse chimiques d'avec l'analyse et la synthèse mentales.
B... Si je ne me suis pas trompé :
a) En attribuant la cause des erreurs des alchimistes à la confusion qu'ils ont faite de l'analyse et de la synthèse mentales avec l'analyse et la synthèse chimiques  ;
b) En attribuant à Lavoisier la gloire d'avoir le premier démontré par l'expérience ce qu'est essentiellement la combinaison chimique :
1° En prenant pour exemple l'affinité la plus énergique, celle d'un comburant pour un combustible, et démontrant que la manifestation de la chaleur et de la lumière sont des phénomènes résultant de cette combinaison même, et non, comme le croyaient tous les chimistes les plus éminents de son époque, le résultat d'un corps pesant, le phlogistique, qui se sépare de la matière combustible sous forme dynamique de chaleur et de lumière  ;
2° En prouvant que le poids de la combinaison est égal à la somme des poids des deux corps unis, et montrant en outre la nécessité d'évaluer la chaleur au moyen du calorimètre  ;
3° En développant la conséquence que, de ses expériences, résultait la distinction du corps simple d'avec le corps composé  ; celui-ci devant être défini le corps dont on sépare plusieurs matières différentes, et le corps simple celui qui résiste à tout moyen d'analyse.
En établissant ce principe, Lavoisier respecta l'esprit de la méthode a posteriori expérimentale en proclamant qu'à une époque de la science, un corps qui a résisté à l'analyse chimique pourra plus tard être réduit en plusieurs corps.
C... Si je ne me suis pas trompé :
En montrant la nécessité, dans les branches du savoir humain autres que la science des actions moléculaires au contact apparent, de recourir à l'analyse et à la synthèse mentales, conformément à la définition du mot fait, pour distinguer les faits complexes des faits simples, et, une fois les premiers distingués des seconds, de chercher à les réduire en faits simples ou moins complexes, on ne trouvera point extraordinaire l'étude comparative des jugements portés par le public, ou par des publics spéciaux sur des sujets étrangers à la chimie. Dès lors on ne trouvera pas étrange l'étude que j'ai faite de l'œuvre de Molière à ce point de vue, et le résumé de mon jugement exprimé dans la dernière page de cet Opuscule.
FIN



Notes.


NOTES

(1) Je remercie mon excellent confrère M. Hermite des réflexions que le passage précédent lui a suggérées.
(2) Note, voir dans ce volume les Études des procédés de l'esprit humain dans la recherche de l'inconnu à l'aide de observation et de l'expérience, alinéas 182, 183.
(3) Édition de MDXXIX. « Geberi philosophi ac alchimistae maximi de alchimice, libri très, cum privilégie ad triennium » (page 8).
(4) Lenglet-Dufresnoy fait vivre Hermès Ier 2700 avant J.-G. et Hermès II en 1996 avant J.-G.
(5) De la Méthode a posteriori expérimentale, etc., par M. E. Chevreul. Chez Didot, 4870. Pages 229 à 255.
(6) Introduction, 1, 2, 3. Lettres à M. Villemain, par M. E. Chevreul, sur la méthode en général et sur la définition du mot fait (Garnier frères, 1856). Études des procédés de l'esprit humain dans la recherche de l'inconnu, à l'aide de l'observation et de l'expérience (1874, XXXIX'volume des Mémoires de l'Académie des sciences). La science devant la grammaire. 1er mémoire :
1e Section, le substantif et l'adjectif des grammairiens ;
2e Section, application des notions précédentes à l'étude des sciences de la philosophie naturelle et des sciences morales et politiques  ;
Section, considérations générales induites des deux sections précédentes.
(7) Bibliothèque des philosophes chimiques, tome I, pages 113 et 114.
(8) C'est à la page 115 que Geber emploie le mot quintessence.
(9) Bibliothèque des philosophes chimiques, tome I, Somme de perfection, page 115.
(10) Page la de la traduction. Je recommande au lecteur les pages 12, 13, 14, qui la précèdent.
(11) Pages -12, 13, l4.
(12) Lorsque j'écrivais ces lignes sur les plagiats de Paracelse, et que j'exprimais mon étonnement qu'ils n'eussent pas été relevés, j'avais oublié une critique qu'en avait faite Bernard Penot. L'ayant retrouvée dans la Physique souterraine, je la reproduirai textuellement en parlant de Becker (voyez 174).
(13) Journal des Savants, 1850, cah. de février, page 74  ; cah. de mars, page 136 ; Comptes rendus des séances de l'Académie des sciences, année 1864, tome LIX, page 976, année 1868, tome LXVII, page 501, Van Helmont ; 1872, tome LXXIV, page 409, Van Helmont ; 1876, tome LXXXI, page 307 et 360, théorie de la combustion de Van Helmont ; sur son blas et les espèces chimiques et les espèces vivantes.
(14) Histoire des principales opinions que l'on a eues de la nature chimique des corps de l'espèce chimique et de l'espèce vivante, tableau n° 4,. 39e volume des Mémoires de l'Académie des sciences. L'ouvrage que le lecteur a sous les yeux est précisément le texte de l'atlas qui a paru en 1869, texte qui n'a été écrit qu'en 1877 ; le lecteur peut suivre les pensées publiées en 1869 et se convaincre qu'elles ne sont pas en contradiction avec celles de 1877.
(15) Journal des savants, 1850, page 115.
(17) Bibliothèque des philosophes chimiques, nouvelle édition, année 1741, Tome I, page 5.
(18) Idem. Le mot adaptation se lit en italiques page 5.
(19) Bibliothèque des philosophes chimiques, tome Ier, page 147, nouvelle édition, 1741.                                                           
(20) Idem, Geber ajoute ensuite page 150.
(21) Bibliothèque des philosophes chimiques, tome II, pages 351, 352.
(22) Voir Becker (149) et Stahl (200).
(23) Des principes de la nature suivant les opinions des anciens philosophes, tome H, pages 125 et 126, édition 1725.
(24) Physica subterranea, lib. I, sect. IIIl, cap.I, n° 5.
(25) Physica subterranea, lib. I, sect. 3, cap. 1, n° 6.
(26)  Chapitre 3de la 4e section, axiomes généraux sur le mélange, n° 1.
(27) Chapitre 3 de la 5e section, de la solution des métaux, qui est la liquéfaction, n° 99 et 100.
(28) Chapitre Ier, de la 5e section, n0 50 et 51.
(29) Physique souterraine, édition de Leipsik M DCC XXXIX, section quatrième, chapitre I, n° 5.
(30) Chapitre II., de la quatrième section, méthode pour acquérir la science du mélange, n°17, 18, 12.
(31) Chapitre VI de la quatrième section, n° 8.
(32) Physique souterraine, chapitre Ier  de la troisième section, n° 6.
(33) Physique souterraine, chapitre Ier de la troisième section, n° 6.
(34) Les archées sont de Paracelse (138). Voir en outre ci-dessus la Physique souterraine, chapitre I de la troisième section, n° 6.
(35) Idem, chapitre I de la quatrième section, n° 6.
(36) Physique souterraine ch. 2 de la sect. III, n° 3, 8.
(37) Elementa chemiae, apud Guillelmum Gavelier, Parisiis, 1733, pages 451 à 461, tomus primus.
(38) Tome 5, de 426 à 466, édition de 1741, in-12 ; cette traduction est loin d'être irréprochable au double point de vue de la fidélité du texte et de l'impression.
(39) Chapitre IV de la troisième section, n° 2.
(40) Chapitre III de la cinquième section,.n° 96.
(41-42) Page 124, Fundamènta chymiae, édition de Nuremberg, 1732.
(43) Voir le Journal des savants, août, septembre 1886  ; juillet, août 1857.
(44) Lettres adressées à M. Villemain. Chez Garnier frères, rue des Saints-Pères, n° 6. 4e lettre, page 41.
(45) Elle est extraite de l'édition de P. Paugère, tome II, page 85.
(46) Voir le tableau n° 2 de l'atlas.
(47) Voir le texte de l'édition latine de 1674, pages 44 et 45, de Mayow.
(48) Voir les Essays de Jean Rey, publiés par Gobet en 1777, page 183.
(49) Tractatus quinque medico-phystci. Oxonii, 1774, page 49.
(50) Il y a longtemps que j'ai fait une objection à Inexistence du phlogistique, si forte, à mon sens, que je ne comprends pas comment elle n'a pas été faite à l'époque où cette hypothèse fut émise et lorsqu'on discuta la théorie de Lavoisier. La voici : Sthal ne s'explique pas sur le mode d'union du phlogistique avec les corps appelés combustibles de tout temps. Dès lors, selon lui, tout est mécanique dans la production du feu par l'homme. Un mouvement émané de l'extérieur, soit de l'air ou de l'éther, choque le combustible, et, si le choc est assez fort, les particules du phlogistique, de froides et obscures qu'elles étaient avant le choc, deviennent chaleur et lumière. Stahl ne dit pas pourquoi le corps déphlogistiqué ne participe pas au mouvement du phlogistique ; on peut répondre qu'il a sous-entendu que les particules du corps unies au phlogistique étaient trop grossières pour participer au mouvement. Mais, puisque tout est mécanique, pourquoi Stahl affirme-t-il qu'il n'y a qu'un seul phlogistique, et que ce, phlogistique est le charbon pur de cendre? Puisqu'il n'y a qu'un phlogistique, c'est affirmer qu'on ne trouvera jamais un combustible dont la partie non phlogistique aurait des particules aussi déliées que celles du phlogistique.
(51) Mémoires d'Hippolyte Clairon, an VII, 2e édition, page 93.